Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Roy Neary »

On démarre la semaine avec le Bergman hebdomadaire.
Aujourd'hui, le drame quotidien du couple selon Bergman est analysé par M. Lee.

:arrow: Scènes de la vie conjugale
Image
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

La version longue est-elle beaucoup plus passionnante que la version ciné?
Ben parce que j'ai déjà l'édition Opening, et je sais pas si je dois repasser à la caisse.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
phylute
La France peut être fière
Posts: 25848
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Ouf Capsicum annuum wrote:La version longue est-elle beaucoup plus passionnante que la version ciné?
Ben parce que j'ai déjà l'édition Opening, et je sais pas si je dois repasser à la caisse.
La version courte est, il faut bien l'avouer, très bien faite. elle condense à la perfection le feuilleton sans pour autant trop sacrifier à une accélération du récit. Mais la version longue reste incontournable à mon avis, et qui plus est elle peut se suivre sans aucun souci dans sa forme feuilletonesque. Un ou deux épisodes par soir et walou.
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

phylute wrote:Un ou deux épisodes par soir et walou.
l'argument de vente bergmanien par excellence. :mrgreen:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Pour moi, le meilleur Bergman juste après le duo Persona/Fanny och Alexander.

Sûrement son oeuvre la plus directe et la plus simple. Bergman s'astreint à raconter une histoire, donner de la vie à ses personnages, se concentre sur le texte et élimine tout ce qui pourrait faire bloc entre lui et l'émotion du spectateur. Il s'y autorise tout ce qu'il s'était alors interdit (des zooms à n'en plus finir, une esthètique typiquement télévisuelle, une image "salie"). Scènes est un film de propos, un texte mis en image et une sacrée leçon de direction d'acteurs. C'est du Strindberg moderne! Un film de révolté, d'ailleurs à la source de l'un de ses chef-d'oeuvres méconnus: Saraband.
Et comme pour ses autres téléfilms, il prend toute son ampleur en version longue.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Marcus
Jamais trop Tarr
Posts: 5123
Joined: 5 Feb 04, 16:05
Location: En train de prendre le thé avec Bela Tarr

Post by Marcus »

MJ wrote:Pour moi, le meilleur Bergman juste après le duo Persona/Fanny och Alexander.
Je suis pas loin de penser pareil. Une analyse du couple (voire une dissection) comme jamais elle n'a été faite avant et jamais après. Et oui, définitivement, la version longue est indispensable.
Elle était belle comme le jour, mais j'aimais les femmes belles comme la nuit.
Jean Eustache, La Maman et la Putain
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Post by Cosmo Vitelli »

MJ wrote:C'est du Strindberg moderne!
Strindberg était lui-même moderne .
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

Marcus wrote:Et oui, définitivement, la version longue est indispensable.
'm'aurait étonné. :mrgreen: Rhâââ, repasser à la caisse.
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
Marcus
Jamais trop Tarr
Posts: 5123
Joined: 5 Feb 04, 16:05
Location: En train de prendre le thé avec Bela Tarr

Post by Marcus »

Ouf Capsicum annuum wrote:
Marcus wrote:Et oui, définitivement, la version longue est indispensable.
'm'aurait étonné. :mrgreen: Rhâââ, repasser à la caisse.
Attends les soldes MK2 de fin d'année, le dvd était à 13 euros au mois de Juin :wink:
Elle était belle comme le jour, mais j'aimais les femmes belles comme la nuit.
Jean Eustache, La Maman et la Putain
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25646
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

Marcus wrote:
Ouf Capsicum annuum wrote:
'm'aurait étonné. :mrgreen: Rhâââ, repasser à la caisse.
Attends les soldes MK2 de fin d'année, le dvd était à 13 euros au mois de Juin :wink:
Ah oui en effet. Faudra simplement que je grimpe à la capitale. :?
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Cosmo Vitelli wrote:Strindberg était lui-même moderne .
C'est vrai. :wink:

J'ai vu une mise en scène de Mademoiselle Julie la semaine passée (d'ailleurs visuellement inspirée des films couleurs de Bergman, je crois) et j'hallucinais devant la modernité des dialogues et des situations.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Ouf Capsicum annuum wrote:Ah oui en effet. Faudra simplement que je grimpe à la capitale. :?
Meuh non, on peut commander sur le site MK2, tout simplement (hélas pour mon portefeuille...).

Concernant la série de 6 films de Bergman, je trouve qu'il s'agit d'une oeuvre très intéressante, très riche, quoiqu'un peu théatrale dans son approche.
En revanche, autant cette oeuvre est assez révélatrice du rapport de Bergman au couple, autant je trouve qu'il y a de réelles failles dans son analyse.
Disons que le couple est étudié, pour ainsi dire décortiqué, mais presque indépendamment du reste du monde. Les enfants, la famille, les proches, sont à peine ébauchés, alors qu'ils peuvent jouer un rôle majeur dans la vie d'un couple.

Cette limite étant posée, c'est une oeuvre d'une grande profondeur, et interprétée de façon magistrale (il y a des gros plans... :shock: ).
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

cinephage wrote:Disons que le couple est étudié, pour ainsi dire décortiqué, mais presque indépendamment du reste du monde. Les enfants, la famille, les proches, sont à peine ébauchés, alors qu'ils peuvent jouer un rôle majeur dans la vie d'un couple..
Bergman ne fait pas une différenciation, il "zoome" dans le tableau pour aller au coeur du problème. Il fait fi de tout ce qui nous définit dans notre société en tant qu'individu, pour toucher au coeur du problème, qui ne se révèle le plus précisément que dans l'intimité. Et qu'elle relation est plus intime que celle d'une femme et de son mari?
Enfin, c'est comme ça que je vois les choses.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
kayman
Réalisateur
Posts: 6764
Joined: 14 Apr 03, 10:30
Last.fm
Location: neuftrois

Post by kayman »

cinephage wrote:En revanche, autant cette oeuvre est assez révélatrice du rapport de Bergman au couple, autant je trouve qu'il y a de réelles failles dans son analyse.
Disons que le couple est étudié, pour ainsi dire décortiqué, mais presque indépendamment du reste du monde. Les enfants, la famille, les proches, sont à peine ébauchés, alors qu'ils peuvent jouer un rôle majeur dans la vie d'un couple.
Merci de mettre des mots sur mes réserves, je n'y serais pas arrivé semble t il.
Il faudra que je le revois celui la j'avais été décu, et c'est a peu pres la seule fois que cela m'arrive avec Bergman.
Seul contre tous.
top hebdo lastfm
Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

MJ wrote:Bergman ne fait pas une différenciation, il "zoome" dans le tableau pour aller au coeur du problème. Il fait fi de tout ce qui nous définit dans notre société en tant qu'individu, pour toucher au coeur du problème, qui ne se révèle le plus précisément que dans l'intimité. Et qu'elle relation est plus intime que celle d'une femme et de son mari?
Enfin, c'est comme ça que je vois les choses.
Si l'étude de Bergman est précieuse, il n'en demeure pas moins, à mon sens, que certains éléments parfois parviennent à intégrer l'intimité du couple. Les enfants en particulier, mais aussi, parfois, certains amis ou de la famille proche (un frère, un parent qui vient vivre là...).
Bergman ne s'intéresse pas à de tels rapports, il privilégie le tête-à-tête. C'est parfois plus intense, parfois très juste, mais parfois aussi un peu étouffant.
Ca colle assez avec le rapport au couple qu'exprime Bergman dans son Laterna Magica, quand il évoque ses différents mariages (manifestement, ses enfants lui sont d'absolus étrangers).
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell