Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Gounou
au poil !
Posts: 9768
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar bergman, 1973)

Post by Gounou »

Miss Nobody wrote:La première partie du film est d'une perspicacité saillante à ce niveau. La justesse des propos, des situations, des relations, fait presque froid dans le dos tant elle trouve forcement des répercussions dans notre sphère privée. Heureusement, l'auto-analyse ne s'étend pas sur toute la durée du film, et le spectateur peut prendre un peu plus de recul dans une seconde partie où l'histoire devient plus singulière (probablement très proche des expériences du cinéaste), où les époux se retrouvent, se détachent et se rattachent l'un à l'autre.
"Heureusement, je n'ai encore que 20 ans !" ... :wink:
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15711
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Watkinssien »

Cette oeuvre intense est peut-être, avec Eyes Wide Shut de Kubrick, la plus impressionnante réflexion sur le couple amoureux.

Puissamment incarné par des comédiens remarquables, Scènes de la vie conjugale est un film d'une douleur absolue, pénétrante analyse des méandres psychologiques, sociologiques, intellectuelles et physiques de deux conceptions de l'être humain (le dominant et le dominé, qui intervertissent souvent ici).

Bergman souligne d'une manière percutante un terrassant questionnement sur la condition de la vie à deux, afin de proposer des portes ouvertes à chacun !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9532
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar bergman, 1973)

Post by Miss Nobody »

Gounou wrote:
Miss Nobody wrote:La première partie du film est d'une perspicacité saillante à ce niveau. La justesse des propos, des situations, des relations, fait presque froid dans le dos tant elle trouve forcement des répercussions dans notre sphère privée. Heureusement, l'auto-analyse ne s'étend pas sur toute la durée du film, et le spectateur peut prendre un peu plus de recul dans une seconde partie où l'histoire devient plus singulière (probablement très proche des expériences du cinéaste), où les époux se retrouvent, se détachent et se rattachent l'un à l'autre.
"Heureusement, je n'ai encore que 20 ans !" ... :wink:
Oui, je pense bien que l'âge joue beaucoup dans la perception du film. Je crois même qu'il serait devenu éprouvant (voire inquiétant) pour moi si j'avais du me reconnaître dans la seconde partie du film (divorce, retrouvailles, violences, etc).
Mais je pense par ailleurs (expérience personnelle mise de côté) que cette seconde partie a un caractère moins "universel" que la première (je pense surtout aux relations dans le couple,banales, mais superbement décrites au début du film, quand les personnages communiquent simplement et que l'on découvre qu'ils ne peuvent pas être absolument sur la même longueur d'onde).
On peut certainement retrouver des reflets de soi dans la relation amoureuse tourmentée qu'entretiennent les deux personnages à la fin (là je sèche parce que je suis trop jeune effectivement) mais ça m'a semblé moins flagrant, moins évident.
Gounou
au poil !
Posts: 9768
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Gounou »

Au-delà des "péripéties", ou du moins des retournements de situations qui parcourent le film - sûrement puisés dans le vécu de l'auteur -, je ne pense pas que l'universalité et l'évidence du propos de Bergman s'amoindrisse sur la durée car, là encore expérience personnelle mise de côté (je ne suis guère plus âgé que toi comme tu le sais), Bergman joue avant tout sur le temps et l'ellipse pour mieux nous exposer de front la fragilité et la fluctuance des rapports de force au sein d'un couple dont le lien va au-delà de questions telles que l'amour, ou le bien-être. C'est cela qui me frappe et me bouleverse, moi et ma faible expérience de la vie, à chaque fois que je revois ce film... ces deux individus qui, même arrivé au summum du mépris, de l'humiliation et de la violence psychologique, revienne l'un vers l'autre pour s'endormir ensemble.
Image
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9532
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Miss Nobody »

Gounou wrote:Au-delà des "péripéties", ou du moins des retournements de situations qui parcourent le film - sûrement puisés dans le vécu de l'auteur -, je ne pense pas que l'universalité et l'évidence du propos de Bergman s'amoindrisse sur la durée car, là encore expérience personnelle mise de côté (je ne suis guère plus âgé que toi comme tu le sais), Bergman joue avant tout sur le temps et l'ellipse pour mieux nous exposer de front la fragilité et la fluctuance des rapports de force au sein d'un couple dont le lien va au-delà de questions telles que l'amour, ou le bien-être. C'est cela qui me frappe et me bouleverse, moi et ma faible expérience de la vie, à chaque fois que je revois ce film... ces deux individus qui, même arrivé au summum du mépris, de l'humiliation et de la violence psychologique, revienne l'un vers l'autre pour s'endormir ensemble.
L'ensemble du film m'a moi aussi beaucoup ému, y compris dans cette deuxième partie d'inversion et de surinversion des rapports de forces. Il y a beaucoup de vérités dans ces nouvelles relations qui désunissent puis réunissent les personnages, mais aussi une grande singularité à mon goût. J'ai plus eu l'impression d'observer une histoire de vie singulière qu'une dissection des rapports de couple globale, dans cette deuxième partie, sans doute à cause de la violence croissante de ses rapports (qui heureusement, enfin je l'espère, ne représente pas une norme au sein des couples). Ce qui ne m'a pas empêché, bien sûr, d'être scotchée.
Après, je persiste à penser que "Scènes de la vie conjugale" est un film à revoir plusieurs fois au fil des expériences et des années, et qui probablement, évoluera ainsi.
On se revoit dans 10 ans pour en parler?
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11846
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Anorya »

Miss Nobody wrote: Après, je persiste à penser que "Scènes de la vie conjugale" est un film à revoir plusieurs fois au fil des expériences et des années, et qui probablement, évoluera ainsi.
On se revoit dans 10 ans pour en parler?
Tout à fait d'accord. Je pense d'ailleurs que c'est un film qui ne se modèle qu'au plus profond de notre vécu, comme si il évoluait avec nous, en fonction de notre propre subjectivité.
Il faut que tu vois "Saraband" si ce n'est pas déjà fait. C'est un peu la suite de "Scènes de la vie conjugale", mais 20 à 30 ans après. Enfin, je conseille de laisser passer un peu de temps néanmoins avant de revoir Johan et Marianne, quitte à voir d'autres Bergman entre-deux. Même j'aurais tendance à dire que c'est le Bergman à voir en dernier, un peu comme des retrouvailles émouvantes, un coda et une conclusion à la fois qui ne bouleverse que d'autant plus. :) :wink:
Image
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9532
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Miss Nobody »

J'ai vu Saraband... ce fut mon premier Bergman, vu lors de sa première diffusion d'un oeil distrait sur arte. J'avais 14 ans à peu près.
Evidemment, je suis passée un peu à côté, à l'époque... Un film à revoir donc.
Gounou
au poil !
Posts: 9768
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Gounou »

Miss Nobody wrote:vu lors de sa première diffusion d'un oeil distrait sur arte. J'avais 14 ans à peu près.
Merde, ça nous rajeunit pas ! :shock:
Image
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Blue »

Découvert aujourd'hui en version pour la TV. Au-delà de l'analyse des rapports de couple où Bergman pousse une fois de plus très loin ses interprètes - et qui me touche beaucoup, ayant des parents en pleine crise de la cinquantaine chez qui je retrouve un peu de Marianne et Johan et qui me fait dire que Bergman voit très souvent juste -, j'ai une vive admiration pour le travail réalisé par le cinéaste et son compère Sven Nykvist. Le cadre se réduisant au minimum d'un point de vue matériel n'est pas pour autant synonyme de négligence car subsiste un sens du détail évident, cf le motif à rayures d'un pyjama qui traduit les sentiments intériorisés de Marianne, par exemple. Du reste, toute l'attention se porte sur les acteurs ; plus particulièrement leurs visages, et filmer les visages est un domaine dans lequel Bergman excelle. Le style formel qu'il a développé depuis les années 60, à base de cadrages au cordeau (regardez bien comment la caméra scrute minutieusement chaque mouvement des acteurs pour les accompagner, avec une maniaquerie dans le bon sens du terme qui personnellement me fascine) et d'audaces à travers des coups de zoom d'une précision millimétrique, explose ici du fait de ce supposé minimalisme. En outre, j'ai toujours beaucoup aimé la texture des images tournées en 16mm, avec ce grain très prononcé, qui sied bien au caractère trouble de cette oeuvre et des comportements qu'elle expose.
8,5/10
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18923
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Supfiction »

Après une première tentative il y 3-4 ans (déjà :roll: ), je suis fier de pouvoir dire que la seconde tentative a été la bonne et que je sort (enfin) avec plaisir des 283 minutes de Scènes de la vie conjugale , film absolument pas difficile mais dont la longueur constitue tout de même un certain obstacle..

Expérience à rapprocher de la vision au cinéma cette même semaine de La vie conjugale, métrage moins intense tout de même, mais avec des similitudes au point que ce film aurait pu s'appeler Scènes de la vie ..domestique et constituer le complément idéal au film de Bergman.

Car j'ai un seul reproche à faire au film : l'absence totale des enfants, qui fausse un peu les choses il me semble (en particulier dans la dernière partie qui me parait un peu improbable quand un ancien couple doit tout de même "gérer" les visites des enfants).
Ah et je ne ne l'ai pas dit encore : Liv Ullmann est fantastique.

Prochain objectif : Saraband, en espérant ne pas être déçu par ces retrouvailles...

Image
Last edited by Supfiction on 5 Oct 13, 23:02, edited 1 time in total.
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18923
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Supfiction »

Miss Nobody wrote:J'ai vu Saraband... ce fut mon premier Bergman, vu lors de sa première diffusion d'un oeil distrait sur arte. J'avais 14 ans à peu près.
Evidemment, je suis passée un peu à côté, à l'époque... Un film à revoir donc.
Moi à 14 ans je voyais Le grand Bleu au cinéma :shock: :lol: ..
Le film étant sorti en 2003 au cinéma, j'ose même pas réaliser quel âge tu as..
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93399
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93399
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Jeremy Fox »

Si je ne goute guère le cinéma de Bergman en général (hormis aussi Saraband et Fanny et Alexandre), celui-ci m'a bouleversé dans sa version télé de 5 heures. Décors dépouillés à l'extrême, mise en scène minimaliste, nombre de personnages limités (les 3/4 du temps, seuls Erland Josephson et Liv Ullman sont tous deux à l'écran) et filmés le plus proches possible, pour une dissection au scalpel de la vie d'un couple marié apparemment heureux mais qui se délite. Je n'ai pas vu le temps passer, scotché devant mon écran comme devant le plus intense des suspenses. Les deux comédiens principaux sont extraordinaires et je ne pense pas avoir vu de très gros plans aussi beaux que ceux sur Liv Ullman. Je regrette juste le personnage de l'assistante-maitresse du mari dont les deux séquences font retomber la tension, mais pour le reste j'ai marché à fond et ça m'a bien remué en même temps, Bergman nous faisant effectuer notre propre examen de conscience. Un film non seulement pourvu d'une puissance étonnante mais dont la vision s'avère également assez salutaire.
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8856
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by feb »

Un avis qui fait plaisir et que je valide à 100% :D
Jeremy Fox wrote:... je ne pense pas avoir vu de très gros plans aussi beaux que ceux sur Liv Ullman.
Carrément :!:
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18923
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman - 1973)

Post by Supfiction »

Image

Le Remake de Scènes de la vie conjugale est dispo sur OCS. Avec Oscar Isaac et Jessica Chastain
https://www.courrierinternational.com/a ... ec-bergman

D’emblée, voir Oscar Isaac se présenter comme le font de nombreux militants woke sur Twitter « He, him, his », suivi par sa femme et la journaliste venue les interviewer, est assez flippant et annonce clairement la couleur pour la suite. Mais l’idée de reprendre le principe du film de Bergman cinquante ans après est passionnante. Je dirais même que le plus intéressant sera peut-être de comparer la série de 2021 avec le film de 1974. Ainsi, ceux qui connaissent le film de Bergman pourront dès la première scène d’interview constater les différences (à relativiser compte tenu de la différence de pays) dans la façon de se présenter et le grand écart dans les rapports. Dommage finalement que ce ne soient pas les suédois qui en aient eu l’idée.
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image