Michael Powell (1905-1990) / Emeric Pressburger (1902-1988)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

santiago
Assistant opérateur
Posts: 2145
Joined: 13 Jan 08, 14:37
Location: Planète terre

Post by santiago »

Et un top Powell de plus :
1 JE SAIS OU JE VAIS
2 LE NARCISSE NOIR
3 LES CHAUSSONS ROUGES
4 UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT
5 COLONEL BLIMP
6 LE VOYEUR
7 THEY'RE A WEIRD MOB
8 LA RENARDE
9 A L'ANGLE DU MONDE
10 A CANTERBURY TALE
11 LES CONTES D'HOFFMANN
12 L'ESPION NOIR
13 LE VOLEUR DE BAGDAD
14 QUARANTE ET UNIEME PARALLELE
15 THE SMALL BACK ROOM
16 THE PHANTOM LIGHT
17 INTELLIGENCE SERVICE
18 UN DE NOS AVION N'EST PAS RENTRE
19 LA BATAILLE DU RIO DE LA PLATA
20 LE LION A DES AILES

A voir : Contraband, The elusive pimpernel, Age of consent, Oh Rosalinda, Lune de miel, The crossing's guards....
Une alimentation saine dirige l'énergie sexuelle dans les parties concernées
Barbara Cartland
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by Alligator »

I'll Met by Moonlight (Intelligence Service) (Night Ambush) (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1957) :

Image
_______________

Irritante assistance des sous-titres sur cette édition dvd Carlton (très belle image cependant) : les Grecs sont sous-titrés en grec, les Allemands en allemand. Heureusement qu'il y a des Anglais au casting. Difficile de saisir toutes les nuances des dialogues et du scénario donc. Quelques points restent obscurs : qu'en est-il de la menace de prise d'otages des villageois par l'armée allemande, et puis surtout pourquoi enlever le général, pourquoi ne pas le tuer tout simplement?

Peu importe, certes, l'attrait même du film se situe ailleurs, notamment dans les paysages rocailleux de la Crête, dans les subtiles manoeuvres des anglais et de la résistance crêtoise, dans la camaraderie et la joie de vivre de tout ce petit monde, un monde Powell&Pressburgien à souhait. A noter les superbes et élégantes prestations des jeunes Dick Bogarde et David Oxley, tous deux proposant une paire de sacrés malins et ironiques potes. Cet aspect effrontement flegmatique et positif m'a fait penser à La bataille du Rio de la Plata.
La filiation des auteurs se retrouve également dans la beauté des images et des paysages qui rappelle ce penchant jouisseur d'A l'angle du monde, le bruit du vent dans la montagne, les cadrages panoramiques, la majesté des cîmes et de ses échos.
La fête villageoise, avec les chants et danses des paysans frôle le brouhaha réjouissant d'un Kusturica hystérique mais surtout éclate comme un sourire jovial, franc et massif, celui qui orne les scènes de liesse folklorique de Je sais où je vais. Le romantisme amoureux en moins.

Les quelques scènes qui jurent un peu esthétiquement sont celles qui ont été tournées à Pinewood pour paraître les extérieurs nuit, au brouillard trop artificiel et à la lumière tout aussi peu crédible.

Ce qui empêche malgré tout d'être emporté par le film c'est ce manque de profondeur que l'on trouve immanquablement dans les grands P&P. On est loin du Colonel Blimp. On est bien plus près du divertissement pûr et... simple. Du 49e parallèle, de la Bataille du Rio de la Plata, bref d'un film de guerre, bien mis, bien fait, propre et fringant. Et c'est déjà pas mal.
Last edited by Alligator on 6 Apr 08, 11:33, edited 2 times in total.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by AtCloseRange »

Je viens de revoir A Matter of Life and Death et si ça reste un film très estimable, il y a toujours quelque chose qui m'empêche d'adhérer totalement au film.
Pourtant la première scène est magique.
Peut-être que c'est la représentation du ciel ou alors le fait que cette confrontation entre Anglais et Américain laisse un peu circonspect, surtout quand on n'a pas trop les clés aujourd'hui pour la comprendre.
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15112
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by Watkinssien »

Il y avait de la progagande pour les relations USA / Grande-Bretagne au moment de l'écriture du scénario !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by AtCloseRange »

Watkinssien wrote:Il y avait de la progagande pour les relations USA / Grande-Bretagne au moment de l'écriture du scénario !
J'en suis bien conscient mais je trouve que ça a tendance à un peu trop "dater" le film.
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15112
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by Watkinssien »

Je comprends, mais ce n'est pas un aspect qui me dérange !

Disons que la propagande apporte une épaisseur au contexte mais pas un effet de mode qui, lui, est plus suceptible de vieillir !
Image

Mother, I miss you :(
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by someone1600 »

J'ai enregistré The Red Shoes a TCM et cette semaine je vais enregistré The Life and Death of Colonel Blimp. Bien hate de voir ca, les différents avis sur les films de ces realisateurs m'ont donné le gout de voir ca. :wink:
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by Alligator »

One of Our Aircraft Is Missing (Michael Powell & Emeric Pressburger, 1942) :

Image
_______________

Sorte de sérieuse grande vadrouille. L'équipage d'un bombardier britannique se retrouve à traverser la Hollande occupée pour retourner chez eux grâce au soutien de la population résistante.

Quelques plans sont à la fois ingénieux et superbes, powelliens dirons-nous.
Le scénario ressemble à toutes ces oeuvres de propagande que le couple P&P, comme la plupart des auteurs britanniques et américains en ont produit dans ces années-là. Oeuvre historique en quelque sorte. Mieux vaut le prendre comme ça. Quoique le film nous réserve quelques bons moments de suspense.

Le point fort du film est plus certainement son casting. D'abord mon coup de coeur va à Googie Withers, une petite blonde que j'avais déjà repéré dans The lady vanishes. Ici elle joue une femme résistante, à poigne. Facile de comprendre que tout l'équipage tombe sous son charme.
Et quelle surprise de découvrir un tout jeune Peter Ustinov, à la silhouette élancée et fine. Presque méconnaissable!

Donc un petit P&P, gentil, bien brave, on a envie de lui faire des chatouillis sour le menton pour l'entendre ronronner.
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by someone1600 »

Je n'ai vu que Red Shoes et j'ai adoré. :D
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by Alligator »

The Thief of Bagdad (Le voleur de Bagdad) (Collectif, 1940) :

Image
_______________

Avant d'y voir un Powell, notre oeil, comme celui de la poupe du bateau dans la toute première séquence du film, est éclaboussé par la masse et la qualité des moyens mis par la production Korda aux mains des cinéastes. Débauche de moyens dans les décors fabuleux, la richesse des costumes et l'explosion de couleurs.
Le scénario laisse une large place au merveilleux, à la fable évidemment et à l'aventure. Un grand film d'entertainment, de divertissement destiné au plus grand nombre, c'est une certitude. Les effets spéciaux, plutôt moyens pour une paire d'yeux contemporaine, n'en demeurent pas moins pour l'époque, 1940, suffisamment bien faits pour aujourd'hui encore ménager quelques jolies scènes et imprimer tout le long du film un charme, certes désuet, mais tout aussi indéniable.
Ce fut un réel plaisir de retrouver ce film dans un Critérion impeccable, après l'avoir oublié pendant presque une trentaine d'années.
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Top Powell (et Powell-Pressburger)

Post by Alligator »

Red Ensign (Michael Powell, 1934) :

Image
_______________

Un de ces quotas-quickie que Powell a pondu histoire de gagner sa vie et de se faire la main avant d'entreprendre de grandes choses.
Ici, un armateur s'engage totalement à ses risques et périls pour reconstruire la flotte marchande britannique, grâce à un modèle de navire révolutionnaire. Chouette! Youpi!
Si vous aimez les chantiers navals, le chauvinisme et le capitalisme, ce film est pour vous, il allie tout cela. Personnellement, l'heure de film a été un long chemin de croix.
Si Carol Goodner fait du bien aux yeux, si je me suis amusé à retrouver John Laurie, une tête qui me revient, celle de Leslie Banks est vite devenue antipathique. Amidonné du cou, cet olibrius plein de morgue, d'arrogance sans saveur m'a tapé sur le système. C'est mal fagoté quand on en arrive à souhaiter l'échec du héros principal.

Image
Fatalitas
Bête de zen
Posts: 38662
Joined: 12 Apr 03, 21:58

Re: Michael Powell / Emeric Pressburger

Post by Fatalitas »

Integrale Michael Powell sur Cine Classic à partir du 16 janvier

16/01/08 : The Fire Raisers (1934)
23/01/08 : The Red ensign (1934)
30/01/08 : The Phantom light (1935)
06/02/08 : A l'angle du monde (1937)
Image
Fatalitas
Bête de zen
Posts: 38662
Joined: 12 Apr 03, 21:58

Re: Michael Powell / Emeric Pressburger

Post by Fatalitas »

Fatalitas wrote:Integrale Michael Powell sur Cine Classic à partir du 16 janvier

16/01/08 : The Fire Raisers (1934)
23/01/08 : The Red ensign (1934)
30/01/08 : The Phantom light (1935)
06/02/08 : A l'angle du monde (1937)
up

integrale qui durera jusqu'à debut juin avec 20 films apparemment :wink:
Image
Fatalitas
Bête de zen
Posts: 38662
Joined: 12 Apr 03, 21:58

Re: Michael Powell / Emeric Pressburger

Post by Fatalitas »

Fatalitas wrote:
16/01/08 : The Fire Raisers (1934)
23/01/08 : The Red ensign (1934)
30/01/08 : The Phantom light (1935)
06/02/08 : A l'angle du monde (1937)


le 13/02 : L'Espion noir
le 20/02 : Le Lion a des ailes de Hurst, Brunel, A.Korda et Michael Powell
Image
User avatar
beb
Machino
Posts: 1128
Joined: 18 Oct 08, 20:19

Re: Michael Powell / Emeric Pressburger

Post by beb »

Vu les 2 1er films du cycle : The Fire Raisers (1934)et The Red ensign (1934.
Ce sont plutot de bons films. Peu de moyen, bien sur, mais un scénario qui tient la route, des acteurs excellents et des personnages que Powell fait vraiment exister.
A noter d'ailleurs que Leslie Banks est pratiquement toujours filmé sur le coté droit de son visage, sauf à quelques rares exceptions près où on voit de loin ou bien en mouvement son coté gauche paralysé.
A suivre donc....