L'Heure du loup (Ingmar Bergman - 1968)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11910
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Chef-d'oeuvre absolu, indiscutable.

Le seul pur film d'angoisse de Bergman et un fleuron du genre: toutes les angoisses humaines primaires accouchées sur une pellicule elle-même en plein pétage de plomb. Et bon Dieu cette fin!!! :shock:

Je n'en redemande même pas.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22693
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

MJ wrote:Chef-d'oeuvre absolu, indiscutable.
Ben voyons... :fiou:
Cloturons le topic, alors...
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11910
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Oui, comme ça j'aurais le dernier mot.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Terme pas bien choisi, c'est vrai.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

kayman wrote:Transparent ? grougnf :shock:
Il faut dire qu'après Persona, je m'attendais à un film "dur à comprendre", or là tout m'est apparu trop limpide pour que j'y repense souvent.
Strum wrote:Et sans Bergman et Bunuel, il n'y aurait pas eu Lynch.
Et sans Lynch, on ne parlerait plus de ce Bergman. :mrgreen: :arrow:
Par contre pour Buñuel je trouve son influence plus limitée qu'on le dit, mais là n'est pas le sujet du topic donc arrêtons-nous.


Sinon, le Lynch où l'influence de L'Heure du Loup déteint le plus est à mon avis Twin Peaks FWWM. Contrairement à dans Lost Highway, on n'est pas du début à la fin de l'autre côté du miroir, mais on voit comment les démons farceurs issus de l'inconscient s'emparent du quotidien des personnages...comme chez Bergman. D'ailleurs, la scène où la vieille vient donner à Laura Palmer le tableau sur le parking ressemble étonnament à celle où la vieille au visage retirable vient indiquer à Liv Ulmann l'existence du journal intime dans l'Heure du Loup.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22693
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Philip Marlowe wrote: Il faut dire qu'après Persona, je m'attendais à un film "dur à comprendre", or là tout m'est apparu trop limpide pour que j'y repense souvent.
Retire-toi cette idée de la tête... Bergman, ce n'est pas inaccessible, loin de là. Tu risques d'être déçu pour quasiment tous ses films, si tu recherches une complexité formelle intense.

En revanche, derrière des récits simples se cache bien souvent une reflexion métaphysique, un pressentiment morbide, une personalité hantée par le remord, la question du bien et du mal, du rapport à l'autre, bref, les fantômes personnels du sieur Bergman.

Le mérite de l'heure du loup, et sa force, c'est justement qu'il donne corps à ses hantises qui sont à la source de sa création, et les affronte directement. Peu de gens peuvent affronter leurs démons de face, et la démarche de Bergman, qui opère quasiment à nu, est aussi impressionnante que le film réussi.

Mais il s'agit d'un film de la maturité, et mieux vaux sans doute avoir vu plusieurs de ses films pour y identifier ses enjeux réels. Une lecture prosaïque du film peut effectivement se révéler décevante...
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11910
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Philip Marlowe wrote:Sinon, le Lynch où l'influence de L'Heure du Loup déteint le plus est à mon avis Twin Peaks FWWM. Contrairement à dans Lost Highway, on n'est pas du début à la fin de l'autre côté du miroir, mais on voit comment les démons farceurs issus de l'inconscient s'emparent du quotidien des personnages...comme chez Bergman. D'ailleurs, la scène où la vieille vient donner à Laura Palmer le tableau sur le parking ressemble étonnament à celle où la vieille au visage retirable vient indiquer à Liv Ulmann l'existence du journal intime dans l'Heure du Loup.
Lost Highway doit aussi beaucoup à Vargtimmen.
Sinon, très d'accord phylute avec ton regard du couple dans ce film, qui est à la place centrale le reste n'étant qu'une expression de leurs angoisses et malaises... tout comme dans la Honte, voire toute sa période 60's.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22693
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

MJ wrote:Sinon, très d'accord phylute avec ton regard du couple dans ce film, qui est à la place centrale.
Pour aller dans votre sens, une image tirée du film que j'aime beaucoup (et qui est assez "révélatrice" du couple tel qu'on le trouve chez Bergman :

Image
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11910
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Et puisque la comparaison avec Lynch semble au goût du jour, la scène où Johan se maquille chez les Vogler (et toute l'humiliation qui s'ensuit) me rappelle étrangement la Laura Palmer de Twin Peaks- Fire Walk With Me dans sa roulotte, se faisant belle pour ses "invités" avant l'horreur finale.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5781
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

[Mitou, j'adore les crossover Bermgan-Bunuel-Lynch (dans le sens où ça m'amuse de retrouver des gemellités à 40 ans d'écart), mais je me demande si le David a vu ne serait-ce que le 1/4 de l'oeuvre de ces deux cinéastes, parce que bon, il est pas réputé pour être un cinéphile acharné. Il a vu Persona ça c'est sur, mais le reste...]
phylute
La France peut être fière
Posts: 25518
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Lynch aime dire qu'il n'est absolument pas cinéphile. Entre le déclarer et avoir tout de même fréquenté les salles obscures il n'y a qu'un pas que je serais tenté de franchir allégrement.
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

MJ wrote:Et puisque la comparaison avec Lynch semble au goût du jour, la scène où Johan se maquille chez les Vogler (et toute l'humiliation qui s'ensuit) me rappelle étrangement la Laura Palmer de Twin Peaks- Fire Walk With Me dans sa roulotte, se faisant belle pour ses "invités" avant l'horreur finale.
A ce moment-là, dès que quelqu'un se maquille dans un film c'est une référence à Bergman :mrgreen: Ce n'est quand même pas la même chose de voir une fille se maquiller avant une "fête" qu'un homme en train de se faire maquiller par un autre homme. Qui plus est, les séquences ne sont pas du tout filmer du même angle.

Sinon je l'ai revu hier à minuit et toutes lumières éteintes et j'ai un peu honte :oops: :oops: :oops: Je n'en fais toujours pas un chef-d'oeuvre mais j'ai quand même beaucoup plus aimé, surtout la 1ere partie, même si je comprends ce qui m'avait gêné il y a 2 ans :oops: Je reviens développer plus tard.
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

MJ wrote:
Philip Marlowe wrote:Sinon, le Lynch où l'influence de L'Heure du Loup déteint le plus est à mon avis Twin Peaks FWWM. Contrairement à dans Lost Highway, on n'est pas du début à la fin de l'autre côté du miroir, mais on voit comment les démons farceurs issus de l'inconscient s'emparent du quotidien des personnages...comme chez Bergman. D'ailleurs, la scène où la vieille vient donner à Laura Palmer le tableau sur le parking ressemble étonnament à celle où la vieille au visage retirable vient indiquer à Liv Ulmann l'existence du journal intime dans l'Heure du Loup.
Lost Highway doit aussi beaucoup à Vargtimmen.
Pas tant que ça.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le débat avance là! :mrgreen:
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11910
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Philip Marlowe wrote:Pas tant que ça.
Si. C'est vrai, puisque je l'ai dit.
Spoiler (cliquez pour afficher)
L'Homme Mystère, la mort (?) d'Alma, le meurtre de l'enfant et sa révélation postérieure, tel Fred Madison qui découvre la mort de Renee par une vidéo qu'il reçoit sur le pas de sa porte... plusieurs éléments se répondent profondément dans ces deux films.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

MJ wrote:
Philip Marlowe wrote:Pas tant que ça.
Si. C'est vrai, puisque je l'ai dit.
Spoiler (cliquez pour afficher)
L'Homme Mystère, la mort (?) d'Alma, le meurtre de l'enfant et sa révélation postérieure, tel Fred Madison qui découvre la mort de Renee par une vidéo qu'il reçoit sur le pas de sa porte... plusieurs éléments se répondent profondément dans ces deux films.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Dans le Bergman, je n'ai pas trouvé qu'il y avait ambiguïté autour d'Alma. Le film est son récit et elle explique clairement à la fin qu'un seul coup l'a touchée. Quant à l'enfant, on voit tout de suite qu'il est mort, dès la confession de Johan. Bergman reste à l'extérieur de son personnage(les apparitions de fantômes sont ses témoigages que lit Alma) en empruntant le point de vue de sa femme, alors que dans Lost Highway on est dès le début dans la tête de Fred Madison, on ne sait rien des personnages extérieurs sinon ce qu'il en voit. L'Heure du loup est ouvertement un film fantastique, comme Shining, puisque les fantômes sont vus par tous les personnages et ont une influence concrète sur leur vie, alors que Lost Highway est beaucoup plus ambigü, et s'interprète plus facilement comme le cerveau d'un esprit malade. De même, au niveau du traitement des personnages, Lost Highway se rapproche plus d'un Persona, pour rester chez Bergman. En effet, ceux-ci se définissent, se transforment au fur et à mesure du film, de sorte qu'entre le début et la fin on est arrivé à un personnage complètement différent. L'Heure du loup est beaucoup plus classique à ce niveau-là(comme Twin Peaks). Quant à l'homme mystère, on peut très bien le voir comme une réminescence de Bob de Twin Peaks, même s'il est vrai que son look a quelque chose de bergmanien. Franchement, si Lost Highway doit m'évoquer Bergman, ce serait plus pour Le Silence et ses longs couloirs silencieux et angoissants, ou Persona, comme variation sur le thème de l'identité.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11910
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Puisque c'est à la mode :) :
Spoiler (cliquez pour afficher)
L'un n'empêche pas l'autre. Le parallèle entre Lost Highway et ce film je l'ai vu aussi. Pour le Silence, je n'ai pas encore eu la chance de le voir, mais je te crois sur parole.
Finalement est-ce que, peut-être inconsciemment, ça ne te gêne tout simplement pas de dire que Lynch, que tu admires clairement, s'est inspiré d'une oeuvre que tu n'apprécies que très modérement?
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum