Les Communiants (Ingmar Bergman - 1963)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

phylute
La France peut être fière
Posts: 25518
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Simone Choule wrote: Si je ne suis pas intervenu pour le moment sur les chroniques Bergman, c'est que j'ai un aveu à faire : le Bergman des années cinquante m'emmerde ! Je le trouve froid (oui même Les Fraises sauvages qui regorge pourtant d'idées sublimes). Alors bien sûr ça reste passionnant mais ça ne me touche pas. Allez savoir pourquoi...

Le Bergman qui me transcende c'est celui qui commence avec La Source : pile poil 1960 ! Avec celui-là je commence à m'élever dans les airs. Alors vivement les prochaines chroniques...

Voilà, c'était mavieavecbergman.com.
Sans aller dans l'excés Choulien, je dois dire que pour moi aussi la période de Bergman que je place au dessus de tout démarre en 1960, avec juste un peu avant avec Le Visage qui annonce l'oeuvre à venir. Alors n'en déplaise au Commissaire qui veut du Bergman tire-li-pin-pon-sur-le-chihuahua, je poursuivrai avec du Bergman post 60 :mrgreen: !
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Un Chef-d'oeuvre, à la fois beau plastiquement, austère, envoutant, glaçant(merci Choule!).
De ce que j'ai vu de lui, c'est son film le plus incisif, le plus désagréable. Moins ouvertement provocant que Le Silence ou Persona, mais o combien plus sec, plus malade, plus désespéré, plus épuré...Le dernier film que je conseillerais à quelqu'un qui a du mal avec Bergman.
Le sommet, c'est quand même:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Ingrid Thulin qui se frotte les mains pleines d'ecsema
Brrr...

Et comme il a été dit, les quelques extérieurs sont d'une beauté sans pareil(le titre original est d'ailleurs Lumière d'hiver, qui à mon avis lui correspond mieux que Les Communiants).
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23497
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

Simone Choule wrote:... le Bergman des années cinquante m'emmerde ! Je le trouve froid (oui même Les Fraises sauvages qui regorge pourtant d'idées sublimes). Alors bien sûr ça reste passionnant mais ça ne me touche pas. Allez savoir pourquoi...
Va dans le métro Satanas ! :twisted:

1961 est pour moi une sorte de "terminus ante quem" ! Avant, c'est super... après, j'ai de plus en plus envie de me suicider.

Exception : Fanny & Alexandre.

PS : cela dit, A travers le miroir et Les communiants sont encore regardables. :twisted:

phylute wrote:... n'en déplaise au Commissaire qui veut du Bergman tire-li-pin-pon-sur-le-chihuahua...
Moi, je ne veux rien... Je connais les films et je goûte mon petit bonheur en solitaire. 8) Allez, je vous laisse à votre huile de ricin ! :lol: :lol: :lol:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 49173
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

'tain mais faut vraiment que me mette à découvrir ce Bergman, moi !? :x
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19527
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Post by gnome »

Ratatouille wrote:'tain mais faut vraiment que me mette à découvrir ce Bergman, moi !? :x
Tu l'as dit. Je suis en train de le découvrir petit à petit et ils est en passe de devenir un de mes réalisateurs préférés si pas LE préféré.
C'est tout simplement monumental.

Maintenant, mon humeur du moment me rend plus enclin à apprécier les film de deuxième partie de carrière comme ce "Communiants" formidable que j'ai commencé l'autre jour... (j'ai malheureusement dû arrêter après 30 minutes à mon grand regret, mais je m'y remets...). Je suis vraiment en phase avec cette mélancolie et cette sensation de vide...

Et je suis sensible à son humour. On a souligné, la scène de l'organiste qui sans égaler celle du bedeau dans "Le petit baigneur" en plus... subtil... :mrgreen:
Image
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23497
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

gnome wrote:...
Et je suis sensible à son humour. On a souligné, la scène de l'organiste qui sans égaler celle du bedeau dans "Le petit baigneur" en plus... subtil... :mrgreen:
Tout à fait... :uhuh:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11916
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Commissaire Juve wrote:Exception : Fanny & Alexandre.
Ah?

Moi ce film aussi me fait envisager le suicide.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23497
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

MJ wrote:
Commissaire Juve wrote:Exception : Fanny & Alexandre.
Ah?

Moi ce film aussi me fait envisager le suicide.
Autant que Cris & chuchotements ? :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11916
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Non peut-être pas.

Mais quand même... D'accord qu'il y a des moments de joies, des passages apaisés, mais cette réputation "bonne enfant" du film m'ennuie vraiment. L'est même plutôt vener le Bébére.
Le passage dans la bâtisse de Vergerus, et la fuite des enfants qui s'ensuit, est un film d'horreur dans toutes les acceptations du terme.

Ps Rata: J'imagine ta critique des Fraises Sauvages.
Spoiler (cliquez pour afficher)
"Alors j'ai bien aimé, mais je n'y ai pas vu le chef-d'oeuvre dont tout le monde parle." :mrgreen:
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Cris et Chuchotements me remplit de joie et de bonheur.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23497
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

Philip Marlowe wrote:Cris et Chuchotements me remplit de joie et de bonheur.
Marlowe, l'homme qui rit dans les cimetières ! (et quand il se coupe) :uhuh:

Image
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Philip Marlowe wrote:Cris et Chuchotements me remplit de joie et de bonheur.
Paradoxalement, c'est le cas pour moi aussi. Ce qui me déprime vraiment, c'est un film qui prend ses spectateurs pour des cons. Pas de danger que ça arrive chez Ingmar.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

Philip Marlowe wrote:Cris et Chuchotements me remplit de joie et de bonheur.
C'est certainement un des films les plus durs qu'il m'ait été donné de voir, d'une impressionnante maitrise. Il y a une souffrance inouïe, dans ce film, et elle est communiquée avec un art consommé au spectateur. C'est un film que je me suis promis de ne jamais revoir.
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4560
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Les Communiants (Ingmar Bergman, 1962)

Post by G.T.O »

Image

Ce film, Les Communiants, commence comme un trompe œil. Une messe, un pasteur, des paroissiens réunis, et déjà quelques cadres qui suspectent des attitudes d’ennuis, des différences, et la ferveur d’un regard suggérant plus qu’une foi. Le cadre se fissure, le pasteur grippé, nous l’apprenons, est en plein crise de foi, face au silence assourdissant de Dieu. Un paroissien y est même atteint du même mal et veut en finir; ce qu’il fera. Ce qui s’ensuit paraphrase ce postulat. Le film n’avance plus, que déjà il renonce à faire de cette crise une histoire. Instantanés, bilans, et fossés sont les maigres butins du film. La lumière ciselée qui prosaïse le débat renforce cette impression de non lieu. Tout comme la remarque finale sur l’inutilité de la passion du Christ renforce celle d’une crise sans destin, fut elle incisive, sans vertige. C’est une colère froide, pauvre, qui ne dit rien d’autre. Le monde est pauvre, privé de métaphysique. Elle constate, et tourne court.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15712
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Les Communiants (Ingmar Bergman - 1962)

Post by Watkinssien »

Un avis mitigé intéressant, G.T.O. pour un film que je considère comme une réussite de mon côté. Un film glaçant, enfermé volontairement dans son piège d'implacabilité.
Image

Mother, I miss you :(