Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman - 1957)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Roy Neary wrote:Car ce film en particulier est assez lumineux, ou du moins s'illumine au fil du récit. Les Fraises sauvages est un film léger d'apparence, même s'il charrie tout un tas de névroses rentrées, qui nous permet de suivre et même de partager (par l'éclatement des frontières temps présent/temps passé et réalité/rêve) le parcours d'un vieil homme au soir de sa vie.
C'est très juste. Ce qui m'a le plus surpris c'est qu'à aucun moment du film le docteur ne semble vraiment mériter l'opprobre qui l'entoure, mise à part la très anodine scène avec sa servante. En revanche, les critiques envers l'attitude de sa vie entière suffisent à se faire un portrait détaillé de ce qu'il a été.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

AlexRow wrote:Ce qui m'a le plus surpris c'est qu'à aucun moment du film le docteur ne semble vraiment mériter l'opprobre qui l'entoure, mise à part la très anodine scène avec sa servante. En revanche, les critiques envers l'attitude de sa vie entière suffisent à se faire un portrait détaillé de ce qu'il a été.
Oui, et l'on voit à sa surprise (lorsque Marianne énumère ses griefs dans la voiture) qu'il n'a pas vraiment eu conscience de se comporter d'une manière particulièrement éprouvante pour son entourage (je le souligne dans mon texte).

Sinon, pour dire une dernière chose à Strum: je respecte parfaitement ton point de vue sur Bergman même si je ne le partage pas, et je comprends tout à fait que ce que ses films ont d'incisif peut avoir d'inconfortable. Son immense mérite, quoi qu'il advienne (je pense que tu seras d'accord), aura été de mettre en images et en mots certains mouvements psychologiques, certaines contorsions de l'âme, parmi les plus difficile à saisir.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

Jack Sullivan wrote:Son immense mérite, quoi qu'il advienne (je pense que tu seras d'accord), aura été de mettre en images et en mots certains mouvements psychologiques, certaines contorsions de l'âme, parmi les plus difficile à saisir.
Je le reconnais volontiers. Bergman est un observateur et un illustrateur extrêmement précis de ses propres turpitudes.
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Strum wrote:de ses propres turpitudes.
Gnnnn :mrgreen: Si ça se limitait à cela, je ne crois pas qu'il aurait une telle portée.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

Jack Sullivan wrote: Gnnnn :mrgreen: Si ça se limitait à cela, je ne crois pas qu'il aurait une telle portée.
:mrgreen: Bon, allez, j'arrête de te provoquer, sinon, on est encore là demain. :wink:
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Strum wrote:
Jack Sullivan wrote: Gnnnn :mrgreen: Si ça se limitait à cela, je ne crois pas qu'il aurait une telle portée.
:mrgreen: Bon, allez, j'arrête de te provoquer, sinon, on est encore là demain. :wink:
C'est bête, j'avais commencé à t'installer dans la chambre d'amis :|
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

Jack Sullivan wrote:C'est bête, j'avais commencé à t'installer dans la chambre d'amis :|
Bah, je repasserai pour lire ta chronique de A travers le miroir. :)
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Strum wrote: Bah, je repasserai pour lire ta chronique de A travers le miroir. :mrgreen:
Chhhhht malheureux, ça va se savoir que ça mijote dans la casserole des Harrycots!
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Roy Neary wrote: PS : je conseille plutôt à Ratatouille de commencer par les Fraises sauvages que par le Septième Sceau.
Je ne crois pas qu'il y en ait un plus facile que l'autre, ce sont 2 films assez différents. Le 7eme sceau est un film métaphysique, sombre, opressant, assez spectaculaire par moments(l'arrivée de la mort sur la plage au début, sur grand écran, ça a de la gueule), à la structure complexe(confuse?).
Comme le dit Roy, Les Fraises sauvages est un film peut être grave, mais qui cherche la lumière, l'apaisement. Pour cela il peut sembler plus accessible que Le 7eme Sceau. Mais j'ai montré les deux à un ami ne s'intéressant pas particulièrement au cinéma et il a beaucoup aimé Le 7eme sceau alors qu'il s'est profondément ennuyé pendant Les Fraises Sauvages. Donc je pense que Ratatouille n'a qu'à choisir à pile ou face.
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 23826
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Post by ed »

J'ai vu (j'aurai mis que trois mois :lol: )

Très belle découverte – une nouvelle fois – que ce film d’Ingmar Bergman, étrange objet oscillant entre une forme de réalisme et un onirisme troublant. Dans un premier temps assez dur (pour ne pas dire cruel :fiou: ) autant avec son personnage principal (ce vieil homme seul accusé par ses proches de froideur et d’égoïsme) que dans la description de rapports humains sévères, le film acquiert progressivement de la légèreté, de la douceur presque, sans pour autant négliger les névroses de ses personnages. Une nouvelle fois, parmi les nombreuses thématiques abordées, et enrichies par force symbolisme, l’idée de la mort occupe une place centrale, dans la description d’un personnage dans un premier temps un peu évanescent, mal défini, et qui progressivement devient acteur de sa propre existence. Alors qu’il semble absent au début du film (solitude, rancœur, regrets…), l’espoir émerge, presque paradoxalement, au gré des errances, chez un vieil homme au crépuscule de sa vie, l’autorisant à retrouver un peu de la grâce de l’enfance… Beau, émouvant, magnifiquement interprété (mention spéciale à Bibi Andersson dans un double rôle stupéfiant – je ne l’avais pas reconnue en Sara des souvenirs…), Les Fraises Sauvages vient se faire une place, tendre mais profonde, dans mon panthéon bergmanien…
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Le cuistre, il a copié-collé son commentaire du jeu des captures! :mrgreen:

Ravie ceci dit que ce film t'ait touché, car sa tendresse (il est vrai recouverte du glacis d'un constat amer de fin de vie) ne parle pas à tout le monde.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Ceci dit, ton choix de captures ne fait pas exactement honneur au film :evil:
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 23826
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Post by ed »

Jack Sullivan wrote:Le cuistre, il a copié-collé son commentaire du jeu des captures! :mrgreen:
... qui dans deux mois n'existera plus :idea:
Jack Sullivan wrote:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Ceci dit, ton choix de captures ne fait pas exactement honneur au film :evil:
Spoiler (cliquez pour afficher)
oui, mais tu aurais eu le point si tu étais venue...
sérieusement, je crois que ce regard doux-amer me parle réellement, puisqu'il remue des choses enfouies tout en stimulant l'oeil, le cerveau et le coeur... c'est con-con dit comme ça, mais c'est vraiment ainsi que je le ressens...
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 17150
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Les Fraises Sauvages D'Ingmar Bergman

Image

Vu seulement "La Source" jusque là je découvre donc...
Ca doit probablement être un de ses plus accessible, entre la bonhomie sympathique du vieux docteur, sa relation tendre avec sa belle fille ou encore les turbulents jeunes les accompagnant dans leurs périple, on est loin de la réputation d'austérité et de froideur que se traîne Bergman (sans doute plus pour des oeuvres ultérieures). Malgré un trait un peu forcé parfois sur la psychologie et la métaphore (la pourtant magnifique scène de rêve où le héros se voit dans son cercueil) belle réflexion sur un vieil homme qui fait le point sur sa vie, ses regrets ses erreurs agrémentés belles scènes de flashback jouant bien sur le côté rêvé et nostalgique. Quelques très belles idées comme le décor qui s'obscurcit autour d'Isaac lorsqu'il se met à rêver dans la voiture ou le montage parfait sur la transition de la conversation de la belle fille avec lui pui avec son mari. Un peu refroidit pas une certaine lenteur par moment mais ça devrait mieux passer à la revoyure et surtout après avoir découvert d'autres Bergman. 4,5/6
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5150
Joined: 29 May 07, 20:19

Post by Nomorereasons »

Je pense à peu près la même chose de ce film que je n'ai vu qu'une fois et qui m'a un tout petit peu rasé, donc je suspends mon jugement.
makaveli
Doublure lumière
Posts: 442
Joined: 13 May 09, 10:21

Re: Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman, 1957)

Post by makaveli »

je viens de voir mon premier bergman 'les fraises sauvages',un très beau film qui de donne envie de découvrir ce réalisateur.
un film poétique ,très émouvant, avec un acteur très juste.les images splendides et la musique donne une dimension encore plus grande .j'ai pas mal d'images encore en tête,vraiment très impressionné par ce film que je vais revoir d'ici peu.
je l'avais enregistré sur arte :wink:
ps:belle chronique de jack