Taxi Driver (Martin Scorsese - 1976)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

ratatouille wrote: Mais, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire à Jack Torrance, j'ai été légèrement déçu par les 5 dernières minutes.
En effet, après 10mn hyper violentes et constituant le parfait climax du film, l'apogée de la violence...cette conclusion m'a paru trop optimiste par rapport au reste du métrage, je ne m'attendais vraiment pas à cela.
Marrant, j'ai jamais trouvé la fin optimiste. Je la trouve même dérangeante. Le coup d'oeil de Travis à la fin, accentué par une variation rapide de la musique, c'est comme montrer que Travis n'est pas guéri (si on peut qualifié son état de "malade") mais qu'il s'est juste fondu dans la masse. Et ça ça fait froid dans le dos :D

Bon sang quel sacré foutu film !
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50145
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

J'ai enfin pu découvrir le film au cinéma (excellente copie, salle remplie), et c'est un film toujours aussi génial.
Robert De Niro y est extraordinaire, surtout dans le final, situé dans la maison close.
C'est l'un des films qui tutoie la perfection, point barre.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23622
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Je me pose quand même toujours la question du pourquoi de la violence exacerbée du final.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le plan sur les doigts qui "sautent", je ne vois pas trop l'intérêt
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11913
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

AtCloseRange wrote:Je me pose quand même toujours la question du pourquoi de la violence exacerbée du final.
Tout le film prend pourtant son sens dans ce final... le dernier geste de De Niro étant la clé de tout ce qui a précédé.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50145
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

MJ wrote:
AtCloseRange wrote:Je me pose quand même toujours la question du pourquoi de la violence exacerbée du final.
Tout le film prend pourtant son sens dans ce final... le dernier geste de De Niro étant la clé de tout ce qui a précédé.
Est-ce sa "rage" qui a disparue en faisant ce signe-là ?
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23622
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Je ne vois pas toujours pas le pourquoi de ce plan que je trouve gratuit.
Tuesday
Georges Abitbolchevique
Posts: 4685
Joined: 31 Jul 07, 11:04
Location: En train de préparer une tchatchouka à Momo...

Post by Tuesday »

de memoire, le tout dernier plan a une forte signification
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le tout dernier plan, avec De Niro à l'ecran, c'est son regard qui, dans le retro, d'un coup, s'affole. Travis regle alors rapidement son retro. On s'apperçoit qu'une montée de larsen s'arrete alors brusquement: La paranoïa de Travis a refait surface apres une fausse redemption
enfin, ce n'est que mon avis...
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23622
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Euh, je ne parle pas du geste de De Niro.
Tuesday
Georges Abitbolchevique
Posts: 4685
Joined: 31 Jul 07, 11:04
Location: En train de préparer une tchatchouka à Momo...

Post by Tuesday »

AtCloseRange wrote:Euh, je ne parle pas du geste de De Niro.
ah, alors y'a meprise :wink:
Sorry
Image
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11913
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Boubakar wrote:Est-ce sa "rage" qui a disparue en faisant ce signe-là ?
Il a juste dépensé "l'excédent énergétique" comme dirait Thoret dans son essai sur les 70's, mais rien n'a disparu. Scorsese montre clairement à la fin que tout est à recommencer.
Ce que je voulais dire c'est que ce geste suicidaire, c'est l'essence même de Travis. Ses saillies sociales, politiques, sa "nausée" tout ça c'est du vent. Le vrai problème c'est qu'il ne s'aime pas lui-même. Tout le mal qu'il fait aux autres, il se l'inflige à lui-même.
Le film est clair à ce sujet (la caméra contredit très souvent la voix-off de Travis, en filmant par exemple sa chambre en bordel): avant de vouloir changer ce monde en putréfaction, il ferait mieux de faire un peu d'ordre dans sa vie. Et c'est parce qu'il ne saisira jamais cela, qu'il ira aussi loin dans l'horreur. En arrière-fond on a toute la pensée manichéene américaine du "from outside" qui est détruite par le cinéaste.
Enfin, Taxi Driver me semble inconcevable sans son final. Il perdrait tout son sens.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23622
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

Tu ne réponds toujours pas à mon "reproche".
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11913
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

AtCloseRange wrote:Tu ne réponds toujours pas à mon "reproche".
Il me semble que si.
Après si c'est un "tel étalage de violence" qui te gêne -cette scène est délibèrement outrancière et expressioniste- de 1) tu ne dois pas aimer beaucoup de films de Scorsese, de 2) l'argument me semble plus proche des Familles de France que de l'AtCloseRange que j'ai l'habitude de lire.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23622
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

MJ wrote:
AtCloseRange wrote:Tu ne réponds toujours pas à mon "reproche".
Il me semble que si.
Après si c'est un "tel étalage de violence" qui te gêne -cette scène est délibèrement outrancière et expressioniste- de 1) tu ne dois pas aimer beaucoup de films de Scorsese, de 2) l'argument me semble plus proche des Familles de France que de l'AtCloseRange que j'ai l'habitude de lire.
Je suis d'accord qu'on a vu d'autres scènes de violence dans d'autre Scorsese, notamment dans les Affranchis et Casino (qui sont des films, surtout Casino, autrement plus violents mais dans leur globalité) mais là, sincèrement, si tu ne montres pas ce plan, ça ne change strictement rien.
En tout cas, de mon point de vue, c'est un peu une concession à un certain cinéma d'exploitation dont vient Scorsese à cette époque.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11913
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

AtCloseRange wrote:En tout cas, de mon point de vue, c'est un peu une concession à un certain cinéma d'exploitation dont vient Scorsese à cette époque.
Comme c'est un cinéma que je respecte profondément, ça ne m'a jamais dérangé. Il y a une rupture de ton avec ce massacre, mais je n'y vois absolument pas une reprise de mauvaises habitudes quelconques, elle est artistiquement aussi intègre que le reste du film. Jusqu'alors la violence est mentale, elle reste circonscrite à un certain domaine. Dans son basculement Travis découvre le viscéral, il donne corps à ses idées et doit se confronter aux dégâts provoqués sur celui-ci.
C'est une violence jusqu'au-boutiste, à la Aldrich ou Fuller, mais elle existe et il est tout à fait noble de s'y confronter. C'est vrai qu'il y a une part de grotesque dans ce final, mais dans le bon sens du terme. Ce qui peut déranger c'est cette intrusion du gore, limite du grand-guignol dans un cinéma d'auteur. Mais à mon sens ce sont deux univers qui sont appellés à fusionner - la réussite est flagrante.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23622
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

MJ wrote:Ce qui peut déranger c'est cette intrusion du gore, limite du grand-guignol dans un cinéma d'auteur. Mais à mon sens ce sont deux univers qui sont appellés à fusionner - la réussite est flagrante.
Voilà.
Quant à la nécessité des 2 genres à fusionner, je n'ai pas vraiment la même opinion.