Frank Borzage (1894-1962)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

allen john
Accessoiriste
Posts: 1970
Joined: 17 May 06, 19:00
Location: Une maison bleue

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by allen john »

Frances wrote:Quel travail, merci François ! Un article qui tombe à pic avec la parution du livre d'Hervé Dumont. Je vais prendre le temps de lire tout cela à tête reposée. En attendant merci de cet apport concernant l’œuvre d'un cinéaste que je connais bien mal mais dont j'ai apprécié chaque film que j'ai vu jusqu'ici.
De rien, il s'agissait en particulier d'enfin rassembler nos billes sur un cinéaste qui en effet, je crois, est particulièrement apprécié sur le site - et sur le forum.
allen john
Accessoiriste
Posts: 1970
Joined: 17 May 06, 19:00
Location: Une maison bleue

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by allen john »

Oh!! Un très gros livre dans ma boite aux lettres!! Ca alors...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93016
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by Jeremy Fox »

Et voici la seconde partie du portrait du cinéaste à travers ses films
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8870
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by feb »

De la bonne lecture en perspective, merci Messieurs :wink:
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8671
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by Tommy Udo »

Jeremy Fox wrote:Et voici la seconde partie du portrait du cinéaste à travers ses films
Vous êtes très rapides :o Merci pour cette suite :)
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by Federico »

Hervé Dumont viendra présenter son Frank Borzage - Un romantique à Hollywood à l'Institut Lumière lors d'une conférence illustrée d'extraits de films mardi 2 avril à 19h30, suivi de la projection de Trois camarades.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8870
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by feb »

Merci à allen john et à phylute pour cette seconde partie, un vrai régal :D
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by Frances »

Procure-toi le bouquin d'Hervé Dumont si ce n'est déjà fait. Je l'ai commencé. C'est passionnant.
Last edited by Frances on 31 Mar 13, 20:54, edited 1 time in total.
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8870
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by feb »

C'est prévu...mais plus tard parce que j'en ai déjà trop en retard :mrgreen:
allen john
Accessoiriste
Posts: 1970
Joined: 17 May 06, 19:00
Location: Une maison bleue

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by allen john »

Man's castle
:shock:
Passé jusqu'à présent inaperçu dans ces pages, ce DVD est sorti en Espagne, estampillé Columbia, qui plus est, donc c'est the real deal. Ayant plus que jamais le sens du sacrifice, je l'ai commandé, je vous tiens bien sur au courant!
Image
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by Federico »

allen john wrote:Man's castle
:shock:
Passé jusqu'à présent inaperçu dans ces pages, ce DVD est sorti en Espagne, estampillé Columbia, qui plus est, donc c'est the real deal. Ayant plus que jamais le sens du sacrifice, je l'ai commandé, je vous tiens bien sur au courant!
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Muchas gracias, amigo ! :D
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by Federico »

A ticket for Thaddeus (1956)
Un téléfilm réalisé pour la série Screen Directors Playhouse (pour laquelle furent aussi conviés Ford, McCarey, Dwan, Garnett, Zinnemann ou encore Ida Lupino).
Image
Thaddeus Kubaczik et son épouse Kathi sont des émigrés polonais fraîchement naturalisés. Traumatisé par son arrestation par les Nazis et son passage dans un camp de concentration, Thaddeus croit sa dernière heure venue chaque fois qu'on frappe à sa porte en pleine nuit ou lorsqu'il croise un homme en uniforme. Alors qu'il roulait paisiblement dans sa camionnette d'artisan ébéniste, il ne peut éviter une grosse berline qui roulait trop vite et au milieu de la route. Le conducteur et son passager, de mauvaise foi, l'accusent non seulement de l'accident mais d'avoir tenté de fuir. Convoqué au tribunal, Thaddeus, persuadé qu'il va perdre sa nationalité américaine, être expulsé, voire pire, prépare une valise et sans réveiller son épouse se rend au tribunal tel un condamné...
Image
Avec ce scénario très simple (écrit par le grand Al "Buzz" Bezzerides), Borzage parvient à apposer ses marques : un mini-drame social sur des gens de condition modeste et surtout la tendresse du couple interprété par Edmund O'Brien et la charmante Narda Onyx (quel nom ravissant :oops: *). O'Brien en fait peut-être un peu trop en brave homme qui manie encore mal l'anglais et ne comprend pas ce qu'il lui arrive, prêt à se présenter la corde au cou mais comment ne pas être ému lorsqu'il montre son tatouage des camps, se fait gentiment réprimander par son épouse lorsque la panique le fait s'exprimer en polonais ou à la fin quand sa petite valise s'ouvre et laisse tomber un pauvre amas de vêtements dans la salle d'audience. Scène qu'on dirait sortie d'un film néo-réaliste italien. L'ensemble tire un peu beaucoup sur la corde mélodramatique et les personnages annexes sont trop simplement décrits mais si on le prend pour ce qu'il est et parce qu'on sent malgré tout la patte de Borzage...
Image
Je n'ai pas pu réfréner un sourire sur un détail typiquement américain lorsque Thaddeus et sa cliente s'extasient devant l'âge canonique d'une commode... vieille de seulement cent ans. :roll:

Moins heureuse, la remarque finale du juge qui apprend à Thaddeus qu'il n'existe pas de camps de concentration aux USA. Même si on ne peut comparer avec l'abominable organisation nazie, le gouvernement américain instaura pourtant bien des camps d'internement pour des dizaines de milliers de ressortissants japonais et Américains d'origine nippone après Pearl Harbor. Ce qu'avait courageusement dévoilé Un homme est passé de John Sturges l'année précédente.

(*) Je n'avais jamais entendu parler de cette actrice d'origine estonienne qui n'a pratiquement tourné que pour la télévision et dont le beau visage peut évoquer celui de Loretta Young. Sa courte biographie sur IMDB est assez étonnante, surtout après avoir vu ce téléfilm. Sa TV-filmo aussi. :shock:
Image
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
allen john
Accessoiriste
Posts: 1970
Joined: 17 May 06, 19:00
Location: Une maison bleue

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by allen john »

allen john wrote:Man's castle
:shock:
Passé jusqu'à présent inaperçu dans ces pages, ce DVD est sorti en Espagne, estampillé Columbia, qui plus est, donc c'est the real deal. Ayant plus que jamais le sens du sacrifice, je l'ai commandé, je vous tiens bien sur au courant!
Image
Bon, reçu et examiné. Comme je le dis ailleurs, si on se réjouit d'avoir un vrai DVD "en dur" de ce chef d'oeuvre, on doit admettre que le film y est présenté dans une version qui est un transfert assez peu soigné d'une copie honnête (Sous estampille Columbia, donc). Pas de STF bien sur, pas de ST Anglais non plus, je ne parle point l'Espagnol; donc à chacun de voir; On peut râler d'être obligé de se rabattre sur une version à la compression hasardeuse, qui va pour les moins Anglophiles d'entre nous être un handicap certain...
Cela dit, cette sortie qui nous donne à voir en tout et pour tout la copie habituelle à 66 minutes (Soit 69 minutes en 24 i/s passées à 25) entérine une bonne fois pour toutes ce qu'on soupçonne: même Columbia ne possède plus ce qui a été coupé, du reste quand un studio comme la Columbia se livrait à un charcutage, ils ne gardaient pas les scènes qu'ils enlevaient. Donc c'est désormais établi, le film est mutilé à tout jamais. Rien de nouveau sous le soleil.

Bottom line: si vous voulez absoluement des STF, gardez vos enregistrements de F3; si non, pourquoi ne pas essayer ce film dans un vrai DVD, fut-il Ibèrique?
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8870
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by feb »

Joe Wilson wrote:Hearts divided

Un film charmant, dans son survol du contexte historique avec légèreté et simplicité. Le récit mêle les amours de Jérôme Bonaparte et l'achat de la Lousiane en dessinant une trame généreuse et optimiste. Si Dick Powell manque un peu de nuances, Marion Davies se régale d'un rôle aux multiples facettes, entre le dévouement romanesque et l'éclat fier d'un caractère.
Claude Rains apporte une belle plus-value grâce à son interprétation de Napoléon....il se l'approprie complètement, dans une caricature tendre et compréhensive, sans jamais cabotiner. C'est ce qui permet à Borzage de "trahir" l'Histoire avec aisance et crédibilité.
Un humour inégal et des baisses de rythmes empêchent Hearts divided d'aller au-delà d'une fantaisie, d'une oeuvre de transition, mais l'oeuvre se regarde avec plaisir.
Assez d'accord avec Joe Wilson même si je dois avouer que le film ne vaut le coup d'oeil que pour Claude Rains et surtout Marion Davies parce que sur le reste c'est vraiment très gentillet et on cherche un peu ce que Borzage a pu apporter à tout cela. Dick Powell est sympa mais l'alchimie a du mal à prendre avec la protégée de Hearst, le trio comique m'a semblé un peu trop guindé et la fin un peu trop vite expédiée. Ca se regarde sans déplaisir mais ça sera vite oublié.
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3042
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Frank Borzage (1894-1962)

Post by Ann Harding »

feb wrote:
Joe Wilson wrote:Hearts divided

Un film charmant, dans son survol du contexte historique avec légèreté et simplicité. Le récit mêle les amours de Jérôme Bonaparte et l'achat de la Lousiane en dessinant une trame généreuse et optimiste. Si Dick Powell manque un peu de nuances, Marion Davies se régale d'un rôle aux multiples facettes, entre le dévouement romanesque et l'éclat fier d'un caractère.
Claude Rains apporte une belle plus-value grâce à son interprétation de Napoléon....il se l'approprie complètement, dans une caricature tendre et compréhensive, sans jamais cabotiner. C'est ce qui permet à Borzage de "trahir" l'Histoire avec aisance et crédibilité.
Un humour inégal et des baisses de rythmes empêchent Hearts divided d'aller au-delà d'une fantaisie, d'une oeuvre de transition, mais l'oeuvre se regarde avec plaisir.
Assez d'accord avec Joe Wilson même si je dois avouer que le film ne vaut le coup d'oeil que pour Claude Rains et surtout Marion Davies parce que sur le reste c'est vraiment très gentillet et on cherche un peu ce que Borzage a pu apporter à tout cela. Dick Powell est sympa mais l'alchimie a du mal à prendre avec la protégée de Hearst, le trio comique m'a semblé un peu trop guindé et la fin un peu trop vite expédiée. Ca se regarde sans déplaisir mais ça sera vite oublié.
Il faut noter que c'est un remake du film muet Glorious Betsy (1928) d'Alan Crosland avec Conrad Nagel et Dolores Costello.