Michael Caine

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11824
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Post by Julien Léonard »

Kevin95 wrote:Viens de voir dans la présentation de Dionnet pour A Nous la victoire, que Caine durant le tournage catastrophique du film (Huston vieux et usé et Stallone passant sont temps à sa musculation) côtoya la bouteille car trop déprimé ! :shock:
:lol: :lol: :lol: :lol: J'aime beaucoup la manière dont c'est dit...
Image
Lylah Clare
Machino
Posts: 1130
Joined: 29 Sep 06, 20:22
Location: Erewhon

Post by Lylah Clare »

ed wrote:Dans mes souvenirs le concernant émergent en priorité L'homme qui voulut être roi de Huston, le Limier de Mankiewicz ou son interprétation ambigue haut-de-gamme dans un (télé?)film consacré à Jack L'éventreur...
Spoiler (cliquez pour afficher)
Et puis aussi la chanson "and I called your name, Michael Caine", même si je ne connais pas l'interprète :oops:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Il ne s'agirait pas de ... Michael Caine, la chanson de Madness ?

En tout cas , Michael Caine :D :D :D :D Kiss Kiss Love Love...
Lord Jim
Assistant(e) machine à café
Posts: 176
Joined: 26 Jan 06, 18:24

Post by Lord Jim »

Ann Harding a écrit:
mais, en Angleterre, il est l'archétype du Cockney (l'équivalent du faubourien parisien-bien que disparu aujourd'hui) avec un accent très particulier, souvent parodié par les imitateurs....
Effectivement, Caine fait partie de cette génération d'acteurs britanniques qui, pour la première fois, ont imposé leur "régionalité" qui était jusqu'alors systématiquement effacée: Burton (gallois), Connery (écossais), Finney (nord de l'Angleterre), Harris (irlandais), O'toole (irlando-nord de l'Angleterre)...de plus, la plus part étaient issus de la working-class, ce qui était une "révolution" par rapport à la génération des Olivier, Guielgud...
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 23911
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Post by ed »

Lylah Clare wrote:
ed wrote:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Et puis aussi la chanson "and I called your name, Michael Caine", même si je ne connais pas l'interprète :oops:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Il ne s'agirait pas de ... Michael Caine, la chanson de Madness ?

Spoiler (cliquez pour afficher)
non, en fait, le bien nommé site Misheard lyrics a depuis corrigé mon erreur : il s'agit de la chanson de Liquido - Narcotic(vous connaissez forcément l'air) dans lequel le cinéphile que je suis entend "and I called your name, Michael Caine", alors que les vraies paroles (chantées qui plus est avec un accent allemand, je crois) sont "and I called your name, my cocaine"... (mais apparemment, je n'étais pas le seul à faire la confusion)
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Re: Michael Caine

Post by Tuck pendleton »

Richeliette wrote:Génialissime! Capable du pire (Jaws 3),
JAws 4 en fait
Ethan
Assistant(e) machine à café
Posts: 119
Joined: 25 Sep 06, 13:55

Post by Ethan »

Et du meilleur...
Voir le moyen "The Quiet Man" où il est absolument prodigieux!
Souvenir aussi, je ne sais plus qui en parlait ici, de ses "master" class pour acteur: passionnant!
Lylah Clare
Machino
Posts: 1130
Joined: 29 Sep 06, 20:22
Location: Erewhon

Post by Lylah Clare »

Lord Jim wrote: Effectivement, Caine fait partie de cette génération d'acteurs britanniques qui, pour la première fois, ont imposé leur "régionalité" qui était jusqu'alors systématiquement effacée: Burton (gallois), Connery (écossais), Finney (nord de l'Angleterre), Harris (irlandais), O'toole (irlando-nord de l'Angleterre)...de plus, la plus part étaient issus de la working-class, ce qui était une "révolution" par rapport à la génération des Olivier, Guielgud...
Sign of the times...

Leur arrivée dans le paysage cinématographique anglais correspond plus ou moins (sauf l'exception de Sean Connery, qui a vraiment percé avec la série des James Bond) à toute la vague du Free-cinema, qui a totalement renouvelé le cinéma anglais tant sur le plan des thèmes, de la façon d'aborder les sujets, mais aussi la découverte d'une nouvelle génération de scénaristes, de metteurs en scène...

Des films impensables auparavant ont vu le jour, comme La solitude du coureur de fond, le prix d'un homme, un goût de miel, Samedi soir, dimanche matin, avec une nuance importante par rapport à la nouvelle vague française, c'est que ce cinéma UK s'intéressait moins que le français au nombril des petits-bourgeois... :)
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11824
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Post by Julien Léonard »

Lylah Clare wrote:avec une nuance importante par rapport à la nouvelle vague française, c'est que ce cinéma UK s'intéressait moins que le français au nombril des petits-bourgeois... :)
Et pan, sur le nez !! :mrgreen:

N'empêche, je suis assez d'accord...
Image
Lord Jim
Assistant(e) machine à café
Posts: 176
Joined: 26 Jan 06, 18:24

Post by Lord Jim »

Et l'apparition du free-cinema a été précédée par un mouvement moderniste, plus réaliste et social dans le théâtre britannique, les fameux "Angry young men" avec des auteurs comme John Osborne ("Look back in anger") ou Wallis Hall ("The long and the short and the tall"), des metteurs en scène comme Tony Richardson qui sont ensuite passés à la réalisation de documentaires puis de films de fiction...
Lylah Clare
Machino
Posts: 1130
Joined: 29 Sep 06, 20:22
Location: Erewhon

Post by Lylah Clare »

Lord Jim wrote:Et l'apparition du free-cinema a été précédée par un mouvement moderniste, plus réaliste et social dans le théâtre britannique, les fameux "Angry young men" avec des auteurs comme John Osborne ("Look back in anger") ou Wallis Hall ("The long and the short and the tall"), des metteurs en scène comme Tony Richardson qui sont ensuite passés à la réalisation de documentaires puis de films de fiction...
Absolument, Lord Jim, bravo pour ces précisions, je vois que tu connais bien cette culture anglaise-là, qui a été balayée (et malheureusement durablement mise aux oubliettes) par l'arrivée du Swinging London :wink:
frédéric
1st Degree
Posts: 13414
Joined: 28 Aug 04, 18:49
Location: Une galaxie lointaine, très lointaine

Post by frédéric »

LA VALLEE PERDUE

Très beau film qui constitue une des rares réalisations du romancier James Clavell. De superbes images et une forte interprétation de Caine et de Sharif.

ENFANTS DE SALAUDS

Un 12 SALOPARDS made in British tout à fait réussit, pour un De Toth assez méconnu me semble-t-il.
Blogs Perso, Cinéma de Minuit : http://cineminuit.fr.over-blog.com/

Cinéma Actuel : http://sallesobscures2.over-blog.fr/

"And Now Mr Serling"
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Post by someone1600 »

Le seul film naphta avec Micheal Caine que j'aie vu, c'est l'original de Italian Job, un film que j'ai adoré d'ailleurs. :wink: Tres drole.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22865
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

Profondo Rosso (le 26/01/2008) wrote:La Vallée Perdue de James Clavell (1971)

Image

Scénariste et producteur reconnu pour "La Grande Evasion" ou encore la serie TV "Shogun", James Clavell pour une de ses rares réalisation nous livrait là un véritable monument du film d'aventure, d'une intelligence rare.

Abordant une période historique peu traitée au cinéma, le film baigne dans une ambiance barbare suintant le fanatisme religieux, une de ses principales thématique. Dès les premières minutes, c'est un monde violent et sans espoir qui s'offre à nos yeux. Famines, peste, massacre et tuerie en tout genre (dont une attaque de village à faire passer l'ouverture de "Conan Le barbare" pour du Walt Disney), l'ambiance est des plus cauchemardesque créant un contraste d'autant plus saississant lorsque l'action s'installe dans la vallée, jardin d'eden abondant et à l'abri du monde.

Pourtant même là les même problèmes demeurent à une échelle plus réduite seulement régulés par la menace de l'armée de Michael Caine. L'obscurantisme religieux est montré dans toute son horreur avec un terrifiant pretre fanatique incarné par Per Oscarsson ayant la main mise sur les esprits faible. Femmes brûlées pour sorcellerie (avec un affreux rictus sadique sur le visage du pretre à ce moment là) rapport humain régit par la bonne volonté du curé, la mainmise de la religion se traduit notamment dans le comportement d'un vieux patriarche totalement soumis prêt à offrir sa fille en pâture aux soldats pour "la volonté de dieu".

Le film offre des questionnements étonnement profonds et interessant sur le rapport à la fois à travers ses deux personnages principaux. Michael Caine est fabuleux en soldat cynique revenu de tout et ne croyant plus en rien, capable des pires écarts de violence et avide de guerre tout en semblant trouver une forme de serenité et de paix spirituelle au contact des gens de la vallée et en découvant l'amour. Omar Sharif quand à lui retrouve un rôle de doux rêveur à la "Docteur Jivago" , intellectuel au delà des clivages perdus dans une époque obscure et dont les certitudes sont ébranlées par la violence qui l'entoure. Les échanges entre les deux personnages, leurs rapport au prêtre fanatique constitue des moments d'une profondeur surprenante dans ce type de grand spectacle.

Visuellement c'est une vraie splendeur, la photo de John Wilcox offre des vues magnifiques des vallées du Tyrol renforçant le côté paradis perdu notamment dans des couleurs d'une beauté surnaturelle. Bien que le le film ne dispose pas des moyens des gros films hollywoodiens, les contrées sauvages où se déroule l'action masque parfaitement l'abscence de vrais décors imposant et les batailles s'avèrent des plus furieuses et barbares. Le massacre d'ouverture, la défense du village face à Hansen ou encore le siège d'un chateau font tous preuve d'une grande brutalité et d'un beau souffle épique, parfaitement mis en scène par Clavell. les moments calmes sont tout aussi inspirés comme les rares moments de d'harmonie entre les soldats et les villageois ou encore la scène finale dans une forêt brumeuse d'une beauté à tomber. Ne pas oublier le monumental score de John Barry à ranger parmis ses plus puissant, qui capte l'essence même du film avec ses envolées mystique accompagnant le questionnements spirituel du film, se faisant bien martial et épique dans l'action et offrant des thèmes intimiste et sentimentaux de toute beauté. 6/6
Vincent25 (28/01/2008) wrote:C'est un très beau film qui offre une lecture intéressante sur le fanatisme religieux, les rapports psychologiques (dominant /dominés), la quête d'un eden, en même temps qu'une vive réflexion sur les ravages et la cruauté de la guerre de Trente ans au XVIIè siècle (sujet quasiment jamais traité au cinéma !).
Michael Caine et Omar Shariff sont éblouissants dans leurs rôles respectifs. La musique de John barry (en particulier le thème aux violons) est très belle et souligne encore la beauté plastique du film !
(Le DVD n'est disponible qu'en zone 1 )
Je viens de le découvrir, pour ma part. Effectivement, c'est un film impressionnant à plus d'un titre. J'avoue avoir un peu moins accroché que Profondo, c'est une question de sensiblité, mais ce film étonne par son aspect unique, presque un ovni. Par les thèmes qu'il brasse, par l'époque qu'il décrit, par l'ambiance qu'il installe, par la beauté de ses images (beau master, au passage), j'ai vraiment eu l'impression de voir un film à part, quelque chose de décalé, de particulier, de sensiblement différent. D'où ma surprise en le voyant, et peut-être une impression un peu plus mitigée qui en découle (une revisionnage futur se passera certainement mieux).
Une découverte, sans aucun doute (d'autant plus que je n'en avais jamais entendu parler).
Alphonse Tram
Réalisateur
Posts: 6780
Joined: 7 Jul 03, 08:50

Post by Alphonse Tram »

Justement, je viens moi aussi de le voir.
Beaucoup apprécié également, les deux premiers rôles sont parfaits au milieu de décors sauvages magnifiques. Un film à l'atmosphère étrange.

Je n'en dirais pas autant de la qualité du dvd.
D'abord, le master n'est pas 16/9, ce qui est dommageable pour un film en scope, surtout que le dvd MGM date de 2004. A la rigueur, on peut zoomer (surtout que le piqué reste très bon).

Ensuite, et surtout, j'ai noté des "mouvances" tout au long du film. Quand la caméra bouge, l'image suit avec des sacades; ou bien quand les personnages bougent dans le cadre, les objets ou le paysage tremblottent. C'est vraiment très ennuyeux, et m'a gâché le plaisir.

A son actif, les couleurs sont très biens rendues, éclatantes. Bon piqué également (trop peut être : surcontours pouvant expliquer les problèmes ci-dessus ?).

Si le film ressort dans une édition meilleure, je rachèterai !
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- « Il y aura toujours de la souffrance humaine… mais pour moi, il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté ». - Louis ‘Studs’ Terkel (1912-2008) -
Mère-Grand
Fou du Puy
Posts: 337
Joined: 4 Jul 06, 19:58

Re: Michael Caine

Post by Mère-Grand »

Michael Caine est un acteur que j'apprécie beaucoup. Les amateurs de VO ont dû se rendre compte qu'il a une voix et un diction très faciles à comprendre.
J'ai vu beaucoup de ses films et ceux qui me viennent à l'esprit sont ses trois interprétations de Harry Palmer, du docteur Elliott dans Dressed to Kill (Pulsions que j'ai revu hier; le titre français me semble mieux collé) et de l'inspecteur Frederick Abberline dans le téléfilm Jack the Ripper que je n'ai pas réussi à trouver en DVD jusqu'à présent !