Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

BRS-One
Assistant(e) machine à café
Posts: 150
Joined: 25 Aug 12, 01:52

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by BRS-One »

toujours pas de date pour le blu ray pathé ?
Manuel-vs-brsone.com
OM77
Assistant(e) machine à café
Posts: 100
Joined: 28 Feb 08, 01:15

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by OM77 »

revu enfin dans de trés bonnes conditions grâce au BR de chez Pathé...
D'un abord moins évident que les autres chefs-d'oeuvre qui l'entourent chronologiquement, Conversation secrète apparaît sans doute comme le film le plus "intelligent" de son auteur : en traitant de cette manière son personnage principal (rôle peu évident, mais dont Gene Hackman se sort avec brio, sans doute aprés un "travail" conséquent), Coppola ne nous le rend ni agréable, ni détestable, mais il en fait quasiment un "espace" neutre propice à tous nos questionnements...
C'est sans doute ce que recherchait Coppola : que son film nous accompagne bien aprés son dernier plan, en stimulant notre réflexion sur l'évolution du personnage d' "Harry Caul" (sans mauvais jeu de mots :roll: ).
Malgré son côté souvent "austère", un film à revoir certainement régulièrement, grâce à la maestria de son metteur en scène...
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by homerwell »

Très bon film avec une bande son formidablement travaillée, un Gene Hackman des grands jours, un scénario qui triture les méninges, une réalisation sans un poil de gras, le tout empaqueté dans un BR à la hauteur. Je recommande ce Coppola.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by Thaddeus »

Image


La dissolution du réel



De tous les films qu’il a réalisés, Francis Ford Coppola tient Conversation Secrète pour son favori. Il y maîtrise totalement son univers, contrôle sa troupe de répertoire (Robert Duvall, Frederic Forrest, Teri Garr) et son état-major de techniciens (Dean Tavelouris, Walter Murch, Fred Roos, la fine fleur de Zoetrope en répétition générale avant son exil expéditionnaire aux Philippines). Production indépendante, tournée dans la foulée du succès du Parrain, l’œuvre invite à considérer son cinéma selon l'angle des apports esthétiques en matière de création sonore. Mais ce champ de recherche n'est en rien théorique. Il est avant tout question d’un homme seul, angoissé, en quête de rédemption. Il se nomme Harry Caul et pratique un métier très particulier qui consiste à enregistrer des conversations privées tout en restant caché. Harry est un "plombier", un espion estimé et accompli dans son domaine, un maître en sa partie : il peut s’emparer de n'importe quel espace pour y capter le son le plus infime. Une activité qui implique la plus grande prudence et nécessite une attention constante. Car la peur du plombier est de se faire dépister ou d'être espionné à son tour. Sa préoccupation majeure est de rester invisible dans toutes les situations, de se dérober à tout regard. De la difficulté d'être pour un tel personnage de fiction qui, afin de prendre corps, doit se faire imperceptible et disparaître, s'évaporer dans la foule et demeurer dans le hors-champ du monde. Ses collègues avouent ne pas savoir grand-chose à son sujet : presque rien sur l'homme et encore moins sur le spécialiste, dont les techniques d’écoute s’avèrent si performantes qu'elles en deviennent presque magiques. Cette surmaîtrise dans sa discipline, il l'a acquise au détriment de tout accomplissement sentimental. Lorsqu'il va retrouver la femme avec qui il entretient une liaison épisodique, il agit avec la même méticulosité, toujours sur ses gardes, évaluant chaque geste, si bien que la rencontre amoureuse prend des allures d'intrusion, de pénétration calculée. Son appartement est protégé par de multiples verrous et il a soigneusement disposé des sas étanches autour de sa personne. Quoi qu'il fasse il agit en professionnel, ne s'accordant aucun détour, aucune dérogation à son code de conduite. Il est enfermé dans son métier comme un poisson dans son bocal. Même la passion à laquelle il s’adonne (le saxophone) relève du champ sonore. Le mutisme et le détachement s'imposent à lui, et avec eux l’absurdité d'une attitude impliquant le renoncement masochiste au plaisir et à toute forme d'altérité.


Image



Mais, chrétien fervent, cet homme est aussi rongé par la culpabilité. Lors d’une confession à l’église, il révèle au prêtre que, autrefois, des gens ont souffert de son travail, puis demande l’absolution pour l'ensemble de ses fautes. La scène se produit au moment où il se questionne sur la véritable nature de la mission qu'il vient d'effectuer pour le compte d'une grande société, comme si elle était venue réveiller d'anciens démons. C'est la première séquence : la caméra filme Union Square en plongée, puis resserre sur Harry au milieu des promeneurs. On découvre ensuite les membres de son équipe, placés à plusieurs points stratégiques. Caul est chargé d’enregistrer la discussion d’un couple déambulant dans le parc à une heure d’affluence. Épreuve dangereuse et techniquement difficile, qu’il accomplit pourtant brillamment. Cette scène-clé montre un homme perdu dans l’anonymat mais qui s’avère être le grand metteur en scène de tout le mécanisme mis en place. Grâce à son oreillette, Harry est partout simultanément : sur le toit des bâtiments et parmi les badauds, omniscient grâce au dispositif qu’il a organisé sur le site. Le point de vue liminaire est aussi le sien car il passe par son tympan, se transforme en point d'écoute. Il fait figure de démiurge et bénéficie, par le son, du don d'ubiquité. La mise en scène fait alors intervenir un régime d’images volées (avec un étrange effet de "caméra de surveillance"), que l’on sait au-delà du récit puisque la conversation est captée uniquement par des micros. Mais quelques secondes suffisent pour montrer et surtout faire entendre que quelque chose ne fonctionne toujours pas : les images du couple sont privées de toute valeur, de tout apport. La solution ne peut que passer par la coïncidence des deux sources, le son et l’image, qui relève de trois types : celles de la bande magnétique circulant entre les bobines (l’image brute et froide de la réalité technique), celles de l’homme et de la femme se promenant (la puissance révélatrice de l’image), et celles d’Harry en écoute (l’image qui agit). Quand tout devient clair, audible et visible, l’aveuglement est pourtant total : le bruit qui d’un coup devient parole, les images offertes comme révélation, ne sont qu’un seul et même virus venant affecter la réalité. Magie et terreur du montage, celles de faire grandir nos cauchemars et nos désirs (Caul ne cherche pas la vérité, il veut une conspiration), en réécrivant le réel.

Cette affaire somme toute banale précipite la chute du héros. Une faute professionnelle va faire de lui un idiot, qui ne forme avec l’habile qu’une seule et même figure, adossée l’une à l’autre et réversible, la disgrâce succédant à la réussite. Bien qu’oreille centrale et absolue, Harry n'a rien perçu parce qu'il se fait un principe de ne jamais écouter. Mais la problématique a changé. Pour répondre à des impératifs éthiques auxquels il est désormais tenu de se confronter, il va devoir s’informer du sens, faire rejoindre les deux dimensions de son travail, conjuguer l’aspect technicien et objectif avec l’aspect musicien qui nécessite interprétation et implication. Qu'y a-t-il de compromettant ou de dangereux dans les extraits ? Caul met tout son art et ses capacités pour répondre à cette question, écoute et réécoute la même bande, les mêmes paroles, qui prennent une signification différente à mesure que le façonnage progresse. Rivé à sa table de mixage et à ses écouteurs, il essaie d'analyser les sons, de leur trouver une explication psychologique. En s’efforçant de percer le mystère de ce segment, il ne fait que réveiller les fantômes du sens qui se multiplient avec une logique exponentielle. Sa tentative demeure, si ce n’est vouée à l’échec, du moins assujettie aux contingences humaines, aux imprécisions du décryptage, aux erreurs d’estimation. En dépit de toutes les manœuvres de filtrage opérées afin de trouver l’unité, la combinaison la plus homogène possible née de prises contradictoires, le résultat reste opaque et les signes indéchiffrables. Tout un monde se dissimule peut-être dans l’échange anodin du square ; mille informations y bruissent, mais aucune n’est assez assurée pour déterminer une action en s’appuyant sur elle. Tant qu’on ne connaît pas la clé exacte du code, l’échantillon, même retravaillé par des traitements complexes, dissimule toujours davantage qu’il ne révèle. Il est un piège de plus, un pas supplémentaire vers le gouffre intérieur. Aucune réponse scénaristique ne permet d’étayer ou d’infirmer concrètement les soupçons de Caul. Là où il fallait entendre une justification, une exonération morale attachée aux aspirations meurtrières de l’homme et de la femme, lui n’a compris que l’énonciation de l’entreprise inverse, qui aurait mis la vie de ces deux personnages en danger. Terrible ironie.


Image



N'ayant plus aucune prise sur une réalité qu'il croit saisir alors qu'elle lui échappe, Harry s'use pour ne rien obtenir et perd sa propre substance. Le cinéaste filme la dissolution d'un être qui n'a aucune chance d'avoir un regard objectif ou lucide sur les choses et se détruit à l'intérieur de lui-même. La lumière, rarement éclatante, se désagrège elle aussi dans une image trop sombre. Chez Coppola, on ne peut plus forger le monde comme avant. Il n'y a plus qu'à le rêver, le modeler d'une façon mythique ou, comme ici, maladive. Magistrale étude de la peur sous forme de pièce intimiste, délibérément limitée au point de tourner en vrille sur elle-même, l’œuvre transforme la captation du son en odyssée métaphysique et fait de chaque forme acoustique un moyen autonome à l'aide duquel le récit est poussé en avant et le spectateur fourvoyé. C’est le film de la confusion, au sens le plus profond du terme : plus Caul amassera les bruits du monde, plus il se croira le seul à même de reconstituer l'intrigue. Cette tragédie de la multiplicité et du chaos se traduit dans une angoisse visualisée par des contre-plongées, des déformations optiques dues aux courtes focales, des plafonds qui limitent et empêchent la volonté de clairvoyance du personnage, des plans ne s'enchaînant plus les uns aux autres et dont les liens brisés fuient la continuité du cinéma hollywoodien classique. Idem pour le son qui ne joue plus de la plénitude mais des contrastes et de la dégradation. Harry ne parvient pas à lier une relation stable : sa première maîtresse oublie la date de son anniversaire et ne veut plus le voir, la seconde ne couche avec lui que pour lui voler ses bandes. Les rapports véritables sont faussés et pourris de l'intérieur par l'argent. Ce qui intéresse le cinéaste n’est pas le complot mais les fêlures psychiques, la perte des repères sociaux qui garantissent la stabilité intérieure. Que cette perte détruise les illusions du peuple dans les valeurs fondamentales et la notion de bonheur fondatrice de l’Amérique, et c’est le pays tout entier qui sombre dans une folie, une anxiété neurasthéniques.

Si le film noir est celui qui met en scène le face-à-face d’un individu vertueux et d’un monde pourri, on peut appeler films gris ceux qui, comme Conversation Secrète, pour qui la maladie se dispose à égalité du côté de l’individu et du monde, règne au sein d’une zone blafarde, d’un perpétuel petit matin pâle. La manipulation (comme thème et figure) porte si aisément au cynisme que les années 80 et 90 ont popularisé le sobriquet sévère mais juste de "réalisateur petit malin". Coppola, étranger à la douteuse suffisance de ces architectes du rien, va bien plus loin, jusqu’à atteindre une inconsolable tristesse, un pessimisme sec : un fatalisme en somme. Anticipant d’une certaine façon toute une série de films consacrés à la conspiration, il s'en démarque nettement en étudiant la conscience d’un homme mis face à ses propres contradictions. Fébrile, inquiet, tendu, soumis à un dilemme qu’il traduit à merveille par son jeu intériorisé, Gene Hackman y apparaît comme le parfait alter ego de l'artiste : même obsession du contrôle, même opiniâtreté pouvant frôler la démence (que l'on songe au calvaire du tournage d'Apocalypse Now), même propension démiurgique. Il est barricadé en lui-même, crée un scénario qui ne peut plus raccorder au monde extérieur car l’unité de celui-ci se dérobe sous ses pieds. Faisant cavalier seul dans une croisade absurde, il n’évoque pas tant une figure de justicier ou de martyr que celle d’un Don Quichotte démystifié. À travers son parcours, Coppola ne se contente pas de tracer le paraphe exemplaire de tout créateur qui se croit irresponsable et de se déculpabiliser lui-même de sa faculté d’engouffrement des êtres. Il obture comme un diaphragme la démarche paranoïaque d’un personnage de perfectionniste tourmenté, kafkaïen, suprême artiste de l’électronique. Toute réalité est d'abord fabriquée par l'esprit, réduite à n'être qu'une fiction mentale, un récit sibyllin que l’on s'invente pour croire encore désespérément quand les croyances sont en lambeaux. Le film, qui semble s’offrir de premier abord comme une création réaliste sur le travail d’un expert des écoutes clandestines, témoigne au contraire d’une matérialité polluée et éclatée : celle renvoyée par le miroir déformant des images audiovisuelles. Basé sur le replay, il se dévide telle une machine infernale pour œdipes énucléés. Puisque toute grande œuvre ne se donne pas facilement, il faut revoir celle-ci, la redécouvrir, la réinterpréter, un peu comme Harry s’échinant à percer la nature de son enregistrement. On est prévenu.


Image
Last edited by Thaddeus on 6 Nov 18, 00:07, edited 4 times in total.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45531
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by Flol »

Le film préféré d'AtCloseRange.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by AtCloseRange »

Ratatouille wrote:Le film préféré d'AtCloseRange.
:(
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by Thaddeus »

Une explication pour ceux qui ne capteraient pas la private joke ?
Tu n'aimes pas le film, c'est ça ?
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by AtCloseRange »

Thaddeus wrote:Une explication pour ceux qui ne capteraient pas la private joke ?
Tu n'aimes pas le film, c'est ça ?
J'ai dû acheter le DVD il y a 10 ans. Jamais regardé et je l'ai justement vu hier soir et malheureusement, je suis déçu.
J'ai sans doute repoussé le visionnage aussi longtemps parce que j'avais un pressentiment.
Comme c'est un classique admiré, je ne vais pas trop m'appesantir dessus (d'autant que ce n'est évidemment pas un mauvais film) mais je n'ai pas beaucoup accroché pas aidé en cela par un scénario parfois maladroit.
On nous présente Harry Caul comme un paranoïaque, obsédé par sa discrétion et on le voit déambuler comme une star du milieu dans une exposition sur la surveillance. Ensuite, il invite ses collègues et une inconnue dans son antre où on trouve tout son matériel, ses bandes en libre service.
On va me rétorquer une fois de plus que je cherche la petite bête, que ce sont des détails, que patati, patata (comme dans le topic All is Lost) mais c'est vraiment typiquement le genre de choses qui me fait sortir d'un film.
Dans un autre registre, Coppola essaie de tout synthétiser en une seule scène avec Teri Garr mais ça sonne faux. Faux parce qu'elle lui pose 10 questions sur lui qu'elle pourrait avoir déjà posé des milliers de fois avant. Or comme on est obligé de synthétiser, on a droit à l'amante ravie, la femme qui pose trop de questions, la femme délaissée parce que Harry ne lui dit rien sur lui, la femme qui le quitte en une seule scène. ça ne fonctionne pas pour moi.
Je pourrais par ailleurs parler des qualités du film mais des milliers sont passés avant moi et je n'en vois pas trop l'intérêt. Je préfère expliquer ce qui m'a posé problème.
Enfin, voilà, ça reste un 6/10 mais ça serait à peine dans mon top 10 Coppola donc forcément c'est une déception.
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by Thaddeus »

Ok, merci pour cette précision. Je ne vais pas rebondir sur le fond, j'ai déjà tout dit dans ma critique : pour moi, le film mérite à tous points de vue sa réputation. Ceci dit, je conçois tout à fait que l'attente et le visionnage tardif d'un tel classique puisse générer ce type de déception ; cette expérience est arrivée à à peu près tout le monde.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by AtCloseRange »

Thaddeus wrote:Ok, merci pour cette précision. Je ne vais pas rebondir sur le fond, j'ai déjà tout dit dans ma critique : pour moi, le film mérite à tous points de vue sa réputation. Ceci dit, je conçois tout à fait que l'attente et le visionnage tardif d'un tel classique puisse générer ce type de déception ; cette expérience est arrivée à à peu près tout le monde.
Je ne vois pas le rapport avec ce que je dis.
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by Thaddeus »

Gné ? Ça me semble pourtant clair. Tu exprimes les reproches que tu fais au film, puis tu les mets en relation avec le fait que tu as longtemps attendu de voir le film, que c'est un classique (dont tu étais légitimement en droit d'attendre beaucoup) mais vis-à-vis duquel tu vais un "pressentiment"... Pour moi, c'est un cas typique d'attente déçue, point. Et que ce soit clair : attente déçue ne rime pas avec illégitimité des arguments.

Après, si je suis si totalement à côté de la plaque que ça, je préfère ne pas aller plus loin ; c'est que ça ne doit pas être un bon jour pour mes facultés de compréhension.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by AtCloseRange »

Thaddeus wrote:Gné ? Ça me semble pourtant clair. Tu exprimes les reproches que tu fais au film, puis tu les mets en relation avec le fait que tu as longtemps attendu de voir le film, que c'est un classique (dont tu étais légitimement en droit d'attendre beaucoup) mais vis-à-vis duquel tu vais un "pressentiment"... Pour moi, c'est un cas typique d'attente déçue, point.
Non.
Pour préciser ma pensée, il m'aurait déçu sur les mêmes points sans cette attente.
Image
Gounou
au poil !
Posts: 9769
Joined: 20 Jul 05, 17:34
Location: Lynchland

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by Gounou »

Tu veux dire que tu n'aurais pas eu une meilleure appréciation du film si tu l'avais déniché par toi-même, qu'il n'aurait pas rejoint le club béni des 6,5 mensuels ?... :mrgreen:
Après concernant tes réserves, je te sais de bonne foi... tout cela est très cohérent avec ta grille de lecture. Pas de surprise.
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by Thaddeus »

Je ne vois pas comment un film peut "décevoir" s'il n'est pas "attendu", mais ce n'est pas grave.

EDIT : moi non plus, je ne remets pas du tout en cause la bonne foi d'ACR. J'ai simplement perçu son message comme la manifestation d'une opinion qui ne se hisse pas à la hauteur de la réputation d'un film, rien de plus.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Conversation secrète (Francis Ford Coppola - 1974)

Post by AtCloseRange »

Gounou wrote:Tu veux dire que tu n'aurais pas eu une meilleure appréciation du film si tu l'avais déniché par toi-même, qu'il n'aurait pas rejoint le club béni des 6,5 mensuels ?... :mrgreen:
Comme ça n'est pas le cas, c'est effectivement difficile de le savoir :mrgreen:
Ensuite, pour ce qui est de la notion de "déception", je suis plutôt déçu pour ceux qui attendaient que je l'aime.
Personnellement, j'ai toujours eu le sentiment que si le film n'était pas aussi reconnu en dehors des cercles cinéphiles par rapport à beaucoup d'autres Coppola, c'est qu'il y avait anguille sous roche. D'où le temps qu'il m'a fallu pour le regarder et une déception toute relative.
Mais c'est clair qu'en terme de pur plaisir de cinéma, je suis frustré. Au-delà des défauts que j'y trouve, c'est un peu trop sec pour moi notamment par rapport à beaucoup d'autres Coppola.

j'ai beaucoup pensé à Klute, film que je préfère très largement.
Image