Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger - 1947)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Robert McCall
Electro
Posts: 808
Joined: 16 Mar 05, 21:11

Re: BLACK NARCISSUS/LE NARCISSE NOIR de Michael Powell

Post by Robert McCall »

MJ wrote:Des avis?
Avis : regarde-le.
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Post by Joe Wilson »

Difficile d'évoquer par des mots la trace laissée par Le Narcisse noir tant il s'agit d'un film sensitif dans lequel l'onirisme irréel de Powell est sublimé par le Technicolor de Cardiff, d'une éblouissante beauté. Le narcisse noir est un frémissement permanent provoqué par une Inde fantasmée cristalisant les passions. La nature chatoyante des sommets himalayens ( quel travail de studio!), source d'envoûtement, libère les passions, et l'opposition entre Deborah Kerr et Kathleen Byron, magnifiée par le travail des couleurs (opposition blanc/rouge), constitue le sommet d'un film ou la relation conflictuelle spiritualité/passions atteint une superbe intensité. Les souvenirs enfouis remontent à la surface, laissant place à une humanité déchirée et excessive. Somptueux visuellement (Powell n'a jamais fait mieux, et le travail de Cardiff et Junge (photo/décors) est fantastique)), Le narcisse noir dévoile une beauté bouleversante. L'imagerie exotique de l'Inde est peu à peu déconstruite par le réalisateur au profit d'un dépouillement au service de la puissance du récit. L'inquiétude née de l'oppression d'un environnement trouble et hostile accompagne la montée du désir, soulignée par une sensualité omniprésente : à ce niveau, la performance de Jean Simmons ( 18 ans à l'époque), dans un rôle quasiment muet, est magnifique.
Si l'intrusion du désir chez les soeurs produit des scènes magnifiques, entre la force du rôle muet de Jean Simmons et le face à face Kerr/Byron, ce sont les réminiscences d'un passé perdu qui forment les moments les plus inoubliables. Le visage de Deborah Kerr, d'une puissance expressive mémorable, offre une intimité émotionnelle qui irradie chaque plan.

Tout ceci place Le narcisse noir dans mon top 10, sans problème. 8)
Image
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11914
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Le pire c'est que je l'utilise à tout va.
Mais pas très pertinement. :?
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
phylute
La France peut être fière
Posts: 25518
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

MJ wrote:Le pire c'est que je l'utilise à tout va.
Mais pas très pertinement. :?
Comme ton clavier :mrgreen: ?
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Majordome
Décorateur
Posts: 3793
Joined: 13 Apr 03, 03:00
Location: De mon canapé.

Post by Majordome »

Joe Wilson wrote:Le narcisse noir est un frémissement permanent provoqué par une Inde fantasmée cristalisant les passions. Les souvenirs enfouis remontent à la surface, laissant place à une humanité déchirée et excessive. Somptueux visuellement (Powell n'a jamais fait mieux, et le travail de Cardiff et Junge (photo/décors) est fantastique)), Le narcisse noir dévoile une beauté bouleversante. Si l'intrusion du désir chez les soeurs produit des scènes magnifiques, entre la force du rôle muet de Jean Simmons et le face à face Kerr/Byron, ce sont les réminiscences d'un passé perdu qui forment les moments les plus inoubliables. Le visage de Deborah Kerr, d'une puissance expressive mémorable, offre une intimité émotionnelle qui irradie chaque plan.

Tout ceci place Le narcisse noir dans mon top 10, sans problème. 8)
C'est surtout le visage de Byron qui est saisissant !
Quelle image extraordinaire que celle de ce visage marqué par la folie, les cheveux collés par la sueur, dans cette embrasure de porte.
Elle est carrément maléfique !
C'est sûrement celà la beauté du diable...
Bien Môsieur... Il sera fait comme vous désirez, Madâme.
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Post by someone1600 »

Faudrais que je vois ce film... c'est sur, reste a le trouver. :roll:
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Post by Joe Wilson »

Majordome wrote:
C'est surtout le visage de Byron qui est saisissant !
Quelle image extraordinaire que celle de ce visage marqué par la folie, les cheveux collés par la sueur, dans cette embrasure de porte.
Elle est carrément maléfique !
C'est sûrement celà la beauté du diable...
Les avis ont justement tendance à évoquer davantage le rôle de Kathleen Byron que celui de Deborah Kerr, parce que le potentiel dramatique du personnage de soeur Ruth est évident. C'est pour cela que je mets plutôt en avant Deborah Kerr, qui est extraordinaire avec un jeu plus sobre.
Cela n'empêche pas de vanter les mérites de Byron, même si celle-ci exprime (elle l'explique dans les bonus du DVD) qu'elle s'est laissée porter par la photographie de Cardiff qui lui donne ce caractère quasi démoniaque. La montée de la tension jusqu'à la scène de la cloche offre en effet des plans de Byron entièrement saisissants(quel rouge!).
Image
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25598
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

1) ton lien marche pas
2) finalement, tu l'as pas ouvert ce topic, dégonflée.

:mrgreen:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14221
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Post by k-chan »

Ouf le riscophile wrote:2) finalement, tu l'as pas ouvert ce topic, dégonflée.
Et toi, fait nous un bel exposé sur le film.
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

k-chan wrote:
Ouf le riscophile wrote:2) finalement, tu l'as pas ouvert ce topic, dégonflée.
Et toi, fait nous un bel exposé sur le film.
Il l'a pas vu, ce gros nul! :mrgreen:

Je ferai ce topic dès que j'aurai le temps... ce qui n'est pas le cas là de suite :?

Pour le lien, je t'embête tout net.
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51251
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

Joe Wilson wrote:Les avis ont justement tendance à évoquer davantage le rôle de Kathleen Byron que celui de Deborah Kerr, parce que le potentiel dramatique du personnage de soeur Ruth est évident. C'est pour cela que je mets plutôt en avant Deborah Kerr, qui est extraordinaire avec un jeu plus sobre.
Cela n'empêche pas de vanter les mérites de Byron, même si celle-ci exprime (elle l'explique dans les bonus du DVD) qu'elle s'est laissée porter par la photographie de Cardiff qui lui donne ce caractère quasi démoniaque.
Il ya quelque chose qui m'a frappé la première fois que j'ai vu le film, c'est la ressemblance physique entre les deux actrices. Cela n'est pas le fait du hasard, j'en suis sûr. Les deux soeurs sont comme les deux visages d'une même personne écartelée entre le "bien" et le "mal" (pour schématiser). Kathleen Byron renvoie à Deborah Kerr l'image de ce qu'elle aurait pu être (cf. son passé), voire plus : celle qu'une partie de sa personnalité souhaiterait devenir.
Image
phylute
La France peut être fière
Posts: 25518
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Roy Neary wrote: Il ya quelque chose qui m'a frappé la première fois que j'ai vu le film, c'est la ressemblance physique entre les deux actrices. Cela n'est pas le fait du hasard, j'en suis sûr. Les deux soeurs sont comme les deux visages d'une même personne écartelée entre le "bien" et le "mal" (pour schématiser). Kathleen Byron renvoie à Deborah Kerr l'image de ce qu'elle aurait pu être (cf. son passé), voire plus : celle qu'une partie de sa personnalité souhaiterait devenir.
J'avais également été frappé par cet aspect. Les visages sont très très proches et semblent n'être différenciés que par les éclairages de Cardiff qui sont de plus en plus présents sur celui de Byron.
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Post by Strum »

Roy Neary wrote:Il ya quelque chose qui m'a frappé la première fois que j'ai vu le film, c'est la ressemblance physique entre les deux actrices. Cela n'est pas le fait du hasard, j'en suis sûr. Les deux soeurs sont comme les deux visages d'une même personne écartelée entre le "bien" et le "mal" (pour schématiser). Kathleen Byron renvoie à Deborah Kerr l'image de ce qu'elle aurait pu être (cf. son passé), voire plus : celle qu'une partie de sa personnalité souhaiterait devenir.
C'est vrai qu'elles se ressemblent. Très bonne observation. Notamment concernant leurs rapports respectifs avec David Farrar. Deborah Kerr ne ressent-elle pas une certain attirance pour lui sans jamais franchir le pas que franchit Byron ? Kerr est effectivement exceptionnelle dans le rôle (mais elle est encore meilleure dans Blimp où elle est prodigieuse de beauté et d'intelligence de jeu ; à l'image du film d'ailleurs).
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Strum wrote:
Roy Neary wrote:Il ya quelque chose qui m'a frappé la première fois que j'ai vu le film, c'est la ressemblance physique entre les deux actrices. Cela n'est pas le fait du hasard, j'en suis sûr. Les deux soeurs sont comme les deux visages d'une même personne écartelée entre le "bien" et le "mal" (pour schématiser). Kathleen Byron renvoie à Deborah Kerr l'image de ce qu'elle aurait pu être (cf. son passé), voire plus : celle qu'une partie de sa personnalité souhaiterait devenir.
C'est vrai qu'elles se ressemblent. Très bonne observation. Notamment concernant leurs rapports respectifs avec David Farrar.
Tatafé. On peut d'ailleurs noter (pour insister davantage sur la remarque que phylute fait sur la manière dont Byron est éclairée) qu'à mesure que la silhouette de Soeur Ruth s'entoure de rouges pourpres et de verts sombres, celle de Soeur Clodagh devient de plus en plus environnée de blancheur.

Jusqu'à cette ultime nuit où Ruth se pare d'une robe rouge (symbole du péché qui la tente) tandis que Clodagh tente de la sauver de la perdition en veillant toute la nuit, ce qui blêmit encore davantage son visage. D'ailleurs la manière dont cette confrontation nocturne est filmée renforce l'opposition entre les deux religieuses: le champ/contre-champ permanent, l'une brandit comme un défi un miroir et un bâton de rouge à lèvres (= la vanité et les apparences, dans la tradition chrétienne le miroir est l'attribut des prostituées et d'Eve la pêcheresse), l'autre se cramponne à sa Bible (= le monde de la spiritualité et de la vertu).