Le Narcisse Noir (Michael Powell & Emeric Pressburger - 1947)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

Bonne idée que de remonter ce topic dont j'ignorais l'existence.

La chronique est bien rédigée, elle est claire et cohérente.

les doutes de Ouf sont justifiés, ils sont en tout cas bien exposés et permettent de raisonner sur un objet qui enflamme beaucoup.

Bref, un topic agréable à parcourir.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Une restauration exceptionnelle en effet. Déjà que dans sa thématique et son traitement, le film semble hors du temps, la qualité de l'image fait qu'on a vraiment du mal à croire que ça a été tourné en 1947. Encore une fois, Powell/Pressburger composent un film qui semble ne rien devoir à personne, créant en toute liberté une pure oeuvre de cinéma, exploitant toutes ses ressources à la fois techniques et humaines. Les comédiens sont tous plus que parfaits, la direction artistique est plus que miraculeuse. J'ai véritablement réévalué ce film dont j'avais cru bon autrefois de na pas conserver mon enregistrement après l'avoir vu. David Farrar est génial, j'ai adoré la constante présence du vent dans les décors et les voilettes, et puis le regard brûlant de Kathleen Byron donne certainement lieu à certains des plus beaux plans offerts par le septième art.

Belle chronique d'Olivier, passionné à juste titre par le travail des deux P.

Encore un mot sur les suppléments de cette édition Lumière. Tous sont passionnants, et c'est rare de ressortir d'un visionnage de bonus qui donne à ce point de satisfaction. Assurément l'une de mes acquisitions dont je suis le plus fier.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Margo

Post by Margo »

Max Schreck wrote:Belle chronique de Jack Sullivan...
De phylute/Olivier Bitoun, en fait :wink:
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Margo wrote:
Max Schreck wrote:Belle chronique de Jack Sullivan...
De phylute/Olivier Bitoun, en fait :wink:
C'est bien ce que je disais.




je cherche un smiley qui creuserait un trou pour s'enterrer...
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 13465
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Max Schreck wrote:Une restauration exceptionnelle en effet. Déjà que dans sa thématique et son traitement, le film semble hors du temps, la qualité de l'image fait qu'on a vraiment du mal à croire que ça a été tourné en 1947. Encore une fois, Powell/Pressburger composent un film qui semble ne rien devoir à personne, créant en toute liberté une pure oeuvre de cinéma, exploitant toutes ses ressources à la fois techniques et humaines. Les comédiens sont tous plus que parfaits, la direction artistique est plus que miraculeuse. J'ai véritablement réévalué ce film dont j'avais cru bon autrefois de na pas conserver mon enregistrement après l'avoir vu. David Farrar est génial, j'ai adoré la constante présence du vent dans les décors et les voilettes, et puis le regard brûlant de Kathleen Byron donne certainement lieu à certains des plus beaux plans offerts par le septième art.

Belle chronique d'Olivier, passionné à juste titre par le travail des deux P.

Encore un mot sur les suppléments de cette édition Lumière. Tous sont passionnants, et c'est rare de ressortir d'un visionnage de bonus qui donne à ce point de satisfaction. Assurément l'une de mes acquisitions dont je suis le plus fier.
Oui. Je prédis une razzia de ce DVD lors des DVDClassik Awards 2007. Il pourrait très bien truster toutes les catégories (meilleur film, meilleure technique, meilleurs bonus, meilleur éditeur).
Enfin j'ai pas tout vu en sorties napha cette année, loin de là, mais c'est l'acquisition dont je suis le plus satisfait. 8)
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

Image

8/10
_______________


Ma blonde, fanatique de Powell et Pressburger m'a tant vanté ce Narcisse noir que j'avais hâte d'en découdre. Et je ne fus pas déçu par la bête. En effet, le film est plastiquement sublime. Combien de plans renversants? Combien de tableaux offerts à l'oeil gourmand du spectateur? On ne les compte pas. Ils sont pratiquement à chaque scène, fiers, et secondés par un travail sur les détails et les couleurs qui fait mon admiration. Le chef opérateur, Jack Cardiff, il faut mettre en évidence son nom, fait un boulot extraordinaire. Tourné en décors artificiels, à Pinewood, la création d'une Inde onirique fait frisson à chaque plan.
A noter que le travail de restauration sur le dvd collector Warner est époustouflant et permet d'apprécier cette oeuvre majeure.

Et au risque de passer pour un rabat-joie...

Mais le film aurait emporté ma totale adhésion si la mise en scène dans l'explosion n'avait pas été aussi démonstrative. Le jeu de Kathleen Byron m'a très rapidement fait sourire puis décontenancé pour finir par m'agacer. Bien évidemment que le personnage et l'histoire incitent ce personnage à montrer un visage de plus en plus hystérique, mais les effets de mise en scène et les appuis outranciers du maquillage ainsi que la musique m'ont paru exagérés. L'histoire ne justifiait pas ce déferlement d'effets visuels. A la limite je dirais que le déclenchement de violence m'a semblé presque pompier sur la fin. Voilà un bémol qui m'empêche de crier au chef d'oeuvre immense. Mais je ne discute pas du plaisir évident que j'ai pris à déguster cet objet visuel très étonnant quand on se penche sur sa date de création.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Alligator wrote: Mais le film aurait emporté ma totale adhésion si la mise en scène dans l'explosion n'avait pas été aussi démonstrative. Le jeu de Kathleen Byron m'a très rapidement fait sourire puis décontenancé pour finir par m'agacer. Bien évidemment que le personnage et l'histoire incitent ce personnage à montrer un visage de plus en plus hystérique, mais les effets de mise en scène et les appuis outranciers du maquillage ainsi que la musique m'ont paru exagérés. L'histoire ne justifiait pas ce déferlement d'effets visuels. A la limite je dirais que le déclenchement de violence m'a semblé presque pompier sur la fin. Voilà un bémol qui m'empêche de crier au chef d'oeuvre immense. Mais je ne discute pas du plaisir évident que j'ai pris à déguster cet objet visuel très étonnant quand on se penche sur sa date de création.
Mais c'est justement parce que c'est par le visuel que tout se raconte : aux images lumineuses et enchanteresses du cadre se substitue une lumière infernale et la soeur damnée se revet de couleurs brutales et néfastes... C'est par le visuel, plus que par le récit ou les dialogues, que l'évolution de cette "âme perdue" peut se comprendre et s'anticiper.
Le final au petit matin (quelle lumière !!!) participe précisément de ce système, le paysage sublime ne reviendra que pour perdre la mauvaise soeur...
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11848
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Puisqu'on parle ici de l'outrance du film, suis-je le seul à avoir penser à Brian De Palma?
Pour Scorsese le parrallèle est déjà avéré, mais c'est encore plus avec le premier que je perçois une affinité: les deux cinéastes ont exactement la même façon d'exacerber, chez les deux la forme crée le fond.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

Je tique. Pardonnez-moi, je ne peux m'empêcher de trouver non pas que le procédé est dommageable mais bien qu'il est poussé un poil trop à mon goût. Et je pense que le jeu de Byron y est pour beaucoup. Mais peut-être qu'avec le temps et d'autres relectures, j'aurais moins de réticence.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11848
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Avec le temps... avec le temps va, tout s'en va... :mrgreen:
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50018
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: le Narcisse noir

Post by Boubakar »

Mise à jour de la critique avec une comparaison dvd/Blu-ray

http://www.dvdclassik.com/Critiques/nar ... ir-dvd.htm
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22010
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: le Narcisse noir (M. Powell-E. Pressburger, 1947)

Post by Nestor Almendros »

Posté par Sybille le 14 janvier 2007

Image

Black Narcissus / Le Narcisse noir
Michael Powell & Emeric Pressburger (1947) :

(J'ai trouvé là mon film du mois, je crois :D)

Avec "Le Narcisse noir", Powell et Pressburger signent un film d'une grande beauté esthétique et sonore. Les intérieurs peints de motifs "à l'indienne" et les somptueux paysages verdoyants transportent le spectateur vers une Inde à la fois réaliste, et en même temps complètement onirique, tandis que le souffle du vent et des trompettes renforcent encore plus cette impression d'étrangeté. Les nombreux gros plans sur les visages de Soeur Clodagh et Soeur Ruth sont toujours saisissants. Les dernières minutes du film sont pétrifiantes, je croyais presque voir un film d'horreur devant ces moments hallucinants. Deborah Kerr et Kathleen Byron sont incroyables, la première toute en finesse et en retenue, la seconde sombrant peu à peu dans la folie (ce visage blême aux yeux soudainement rougis à la fin !). La photographie en Technicolor de Jack Cardiff est lumineuse, permettant le déploiement d'un éventail de couleurs chatoyantes, qui donnent tout son éclat à ce film somptueux. 10/10
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15633
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: le Narcisse noir (M. Powell-E. Pressburger, 1947)

Post by Watkinssien »

Lors de la rétrospective Powell qu'il y avait eue à la Rochelle il y a quelques années, c'était un des rares films cultes du tandem des Archers que j'avais loupé.

Je l'ai redécouvert aujourd'hui, avec un grand plaisir.

Somptuosité des couleurs, interprètes déchirants, scénario féroce, mise en scène d'un raffinement certain.
Une belle réussite !
Image

Mother, I miss you :(
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: le Narcisse noir (Michael Powell-Emeric Pressburger - 1947)

Post by someone1600 »

J'aimerais beaucoup le voir celui-la... en espérant que TCM Canada le passe un jour. :(
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21606
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: le Narcisse noir (Michael Powell-Emeric Pressburger - 19

Post by Rick Blaine »

Découverte extraordinaire que ce film somptueux! Difficile de mettre des mots sur une telle beauté et difficile d'ajouter aux commentaires de ce topic.
C'est évidemment la photo de Jack Cardiff qui frappe en premier, la lumière qui éclaire les visages, les couleurs exceptionnelles des décors rendent le film quasiment insurpassable dans ce domaine. Et derrière cette photo, une thématique subtile et des personnages passionnants, la nature et les éléments qui exacerbent les passions et peut-être la plus belle tension érotique jamais mise en scène. Tout cela nous amène vers le dénouement, Deborah Kerr affrontant une Kathleen Byron quasi diabolique (l'image qui la voit dans l'encadrement de la porte est mémorable). Les deux actrices sont d'ailleurs formidables dans le film, comme Jean Simmons, sensuelle à souhait.
Ce film frôle la perfection.