Ecrit sur du vent (Douglas Sirk - 1956)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk - 1956)

Post by riqueuniee »

Je me demande parfois si ceux qui ont lancé la série Dallas ne se sont pas inspirés,plus ou moins consciemment de ce film.D'ailleurs,j'avais lu,à l'époque de la diffusion de la série à la télé,un article qui disait en gros "si on veut tirer un film de cette série,ce n'est pas la peine,il existe déjà,c'est "Ecrit sur du vent"...
Et on pourrait retourner la réflexion en disant qu'un film tiré de Dallas (ça a été envisagé)aurait des airs de remake inavoué du film de Douglas Sirk.
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9500
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)

Post by Miss Nobody »

Sybille wrote:J'ai profité aussi de la diffusion sur Arte pour le découvrir, mais par contre je ne suis pas vraiment satisfaite. Il faudra que je le revois mieux (et en VO), je suis sûre que c'est un film qui pourra peut-être mieux me plaire une seconde fois.
Le côté esthétique, rien à dire, très beau (l'ouverture avec les feuilles qui volent dans le vent alliées à la rapidité de la voiture donne tout de suite le ton).
Alors c'est probablement l'histoire et ses personnages qui m'ont plus ou moins laissée indifférente. Je retiens aussi le personnage de Dorothy Malone, elle m'a bien plue, mais parce qu'elle m'a fait rire (je vois peu où est la complexité réelle de son personnage). Le personnage le plus ambigu pour moi est davantage celui de Robert Stack.
Je viens de découvrir le film, enregistré sur arte ce mois-ci (en VF!!! :x ), et malgré ses qualités évidentes, je reste également sur ma faim.
J'ai trouvé le scénario insipide et attendu. Je n'ai pas ressenti une once d'émotion ou de passion pour les personnages, qui restent lisses malgré leurs démons (coucheries, jalousie, alcoolisme). :( "Ecrit sur le vent" est splendide visuellement, et c'est évidemment ce qui le distingue d'un vulgaire soap-opéra. Mais voilà... j'aurais aimé pleurer et frémir...
User avatar
beb
Machino
Posts: 1116
Joined: 18 Oct 08, 20:19

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk - 1956)

Post by beb »

Ca fait peur de lire ces commentaires.....
J'ai vu ce film il y a peut-etre 15 ans et j'en ai un souvenir exceptionnel.
J'hésite à le revoir.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)

Post by AtCloseRange »

Miss Nobody wrote:
Sybille wrote:J'ai profité aussi de la diffusion sur Arte pour le découvrir, mais par contre je ne suis pas vraiment satisfaite. Il faudra que je le revois mieux (et en VO), je suis sûre que c'est un film qui pourra peut-être mieux me plaire une seconde fois.
Le côté esthétique, rien à dire, très beau (l'ouverture avec les feuilles qui volent dans le vent alliées à la rapidité de la voiture donne tout de suite le ton).
Alors c'est probablement l'histoire et ses personnages qui m'ont plus ou moins laissée indifférente. Je retiens aussi le personnage de Dorothy Malone, elle m'a bien plue, mais parce qu'elle m'a fait rire (je vois peu où est la complexité réelle de son personnage). Le personnage le plus ambigu pour moi est davantage celui de Robert Stack.
Je viens de découvrir le film, enregistré sur arte ce mois-ci (en VF!!! :x ), et malgré ses qualités évidentes, je reste également sur ma faim.
J'ai trouvé le scénario insipide et attendu. Je n'ai pas ressenti une once d'émotion ou de passion pour les personnages, qui restent lisses malgré leurs démons (coucheries, jalousie, alcoolisme). :( "Ecrit sur le vent" est splendide visuellement, et c'est évidemment ce qui le distingue d'un vulgaire soap-opéra. Mais voilà... j'aurais aimé pleurer et frémir...
On est tous d'accord que visuellement, c'est un régal mais il y a un je ne sais quoi qui cloche.
Peut-être que les personnages restent des figures trop figées. Je crois aussi que les 2 actrices posent problème: j'avoue que je n'aime guère Lauren Bacall dans l'absolu et Dorothy Malone la joue beaucoup trop "camp" et excessif à mon goût.
La sensibilité humaniste de Sirk me semble mieux ressortir dans ses films avec Jane Wyman ou Barbara Stanwyck (ou dans son chef d'oeuvre Le Temps d'Aimer et le Temps de Mourir), ce qui les rend beaucoup plus attachants.
Mais bon, tout ça, c'est pour pinailler et juste pour le replacer dans sa magnifique filmographie.
Image
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9500
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk, 1956)

Post by Miss Nobody »

AtCloseRange wrote: Peut-être que les personnages restent des figures trop figées. Je crois aussi que les 2 actrices posent problème: j'avoue que je n'aime guère Lauren Bacall dans l'absolu et Dorothy Malone la joue beaucoup trop "camp" et excessif à mon goût.
D'un autre côté, les acteurs sont à l'image des actrices: Rock Hudson est un peu fade (dans un rôle de fade, comme Bacall), tandis que Robert Stack joue quelquefois avec excès (dans un rôle d'excessif, comme Mallone). Les acteurs ne sont pas mauvais en soit, mais ils ne transcendent pas non plus leurs rôles.
xave44
Machino
Posts: 1087
Joined: 20 Nov 11, 22:07

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk - 1956)

Post by xave44 »

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89966
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk - 1956)

Post by Jeremy Fox »

Test du Br Elephant Films par Jean-Marc Oudry.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk - 1956)

Post by Thaddeus »

Image


Passions embrasées



Un roadster jaune canari passe à tombeau ouvert, au petit matin, dans une forêt de derricks bleutés, de pompes et de cuves. Sur l’une un "H" géant. Un building avec une enseigne lumineuse, toujours la même inscription. Des feuilles s’envolent dans la bourrasque. Panneau indicateur : "H. Hadley". Le conducteur débouche une bouteille avec ses dents et s’envoie une rasade, en continuant sa course folle. La voiture franchit une grille, s’engage dans l’allée d’un manoir imposant. Un homme dans l’encadrement d’une fenêtre, à l’étage. Une femme à demi-consciente se redresse dans son lit. Le conducteur descend de son véhicule en titubant et lance la bouteille vide contre un mur. Visages affolés d’un couple de noirs au soupirail du sous-sol qui vient de s’allumer. Une autre femme, l’expression tendue, écarte un rideau. Une branche se balance devant la façade. L’homme ouvre la porte d’entrée. Nouvel envol de feuilles mortes sur le dallage blanc et noir. Il se rue devant la bibliothèque et commence à tout faire valdinguer. La femme se précipite en déshabillé rose dans l’escalier. Extérieur de la maison, branches secouées par le vent. La voiture devant la colonnade d’entrée. L’escalier vide et le hall, envahi par un tourbillon d’air. Colonnes. Un coup de feu. L’homme s’appuie en chancelant à l’une d’elles. Un revolver tombe de sa main. Entre deux figurines de chien dorées, un calendrier dont les pages se mettent à tourner à l’envers. Fin du pré-générique, saisissant, dont le montage syncopé et singulièrement elliptique présente le dénouement d'un drame antérieur à la narration. Fondé sur un flash-back, le récit dessine ainsi une boucle parfaite : l'itinéraire des personnages est inscrit dans les faits, leur destin déjà achevé. Le fléau de la balance a désigné les victimes. On est convié à assister à la répétition ou à la réitération de leur ordalie.


Image



Une telle structure circulaire trahit la métaphysique désespérée du cinéaste : tout est joué d'avance. La fatalité a tracé la ligne de chaque vie, mais — paradoxe tragique par excellence — cette prédétermination ne prive la créature humaine ni de sa liberté ni de sa responsabilité. D'autant que des signes prophétiques l'instruisent du sort qui l'attend et appellent le châtiment de celui qui se rend coupable d'hybris. De film en film, Douglas Sirk module le chant funèbre des civilisations à l'agonie. Les vagabonds de La Ronde de l'Aube dérivent dans le tumulte de la dépression économique : le jeudi noir de Wall Street a sonné le glas du rêve américain. Dans Le Temps d'aimer et le temps de mourir, la débâcle du IIIème Reich précipite l'Allemagne dans une apocalypse de feu et de sang. L'image d'un corbillard intact au milieu des ruines d'une cité bombardée y symbolise l'inspiration visionnaire d'un cinéaste voué à ne peindre que les fresques de la décadence. S’il est un de ses films qui assume le survoltage des passions, l’accumulation des péripéties, l’exaspération des situations, c’est bien Écrit sur du Vent. Dans cette tragédie du XXème siècle, les tycoons texans ont succédé aux Atrides. Le réalisateur y respecte les unités de lieu et d'action, tout en préservant la durée romanesque : cette saison d'automne qui consomme la ruine des Hadley. Il retrouve même le schéma célèbre d'Andromaque : Marylee aime Mitch, qui aime Lucy, qui aime Kyle, lequel n'aime personne et surtout pas lui-même. Dès lors qu'en toute conscience ils ont choisi de défier l'ordre naturel, les personnages de Sirk se soumettent aux caprices du destin et sont enchaînés par chacun de leurs actes, contraints tel un gibier poursuivi par les chasseurs à revenir sur leurs propres traces. Ils tournent en rond. Tous les projets échouent, tous les plans sont condamnés, tous les êtres sont par avance dépossédés. Trop de noirceur, trop de violence, trop d’affliction les habitent pour qu’on puisse encore se référer à l’univers du roman-photo à la Barbara Cartland, dont ils ont pourtant le statut social. Rien ne subsiste de la mièvrerie inhérente au genre, et c’est bien plutôt aux fureurs et aux outrances des derniers élisabéthains qu’on ne peut s’empêcher de songer.

Dans le huis clos d'Écrit sur du Vent, on peut mesurer la distance qui sépare le mélodrame (dominé par une Providence imprévisible) de la tragédie (régie par la Nécessité). "J’ai tout perdu" dit le vieil Hadley. L’amour et le dévouement de Lucy, l’amitié et le sacrifice de Mitch ne sont d’aucune aide pour un Kyle déjà blessé à mort. Et Marylee peut multiplier les manœuvres de séduction, livrer son corps à tous les pompistes en vue pour oublier Mitch, se réfugier dans le désir de vengeance, elle n’aura rien. Les tailleurs stricts de Lucy ou le fourreau fuschia de Marylee à sa première apparition, la robe de chambre en satin de Kyle ou la combinaison de foreur de Mitch ne sont que les substituts modernes des tuniques et toges qu’arborèrent leurs frères eschyliens. Lucy, qui subit malgré elle les malheurs de la famille Hadley, vit sa condition sur le mode mélodramatique : ne s'efforce-t-elle pas de conjurer l'emprise des ténèbres ? Kyle et Marylee, en revanche, s'abandonnent au vertige de la perdition. Cette voluptueuse autodestruction s'élève jusqu'à l'amor fati. Entre deux hypothèses, Kyle opte toujours pour la plus funeste : dans la stérilité que se hasarde à diagnostiquer le docteur, il perçoit la révélation d'une irrémédiable impuissance. Quand Lucy lui en apporte le démenti en annonçant qu'elle est enceinte, il se persuade aussitôt que Mitch l'a trahi, et par sa brutalité tue l'enfant tant souhaité. Kyle ferme l'une après l'autre toutes les issues possibles du drame, se roule dans une fange faite de whisky et d’envies mal assimilées, et court avec une joie mauvaise vers une mort plus enivrante d'être absurde. Sciemment, il aliène cette liberté qu'il a dilapidée en gestes gratuits ou extravagants. Cet aveuglement délibéré rend compte de la douloureuse ironie qui imprègne tant de séquences. Quand on prononce devant lui le mot de "vérité", Kyle le Magnifique, aussi triste et vulnérable que son lointain cousin Gatsby, est saisi de fou rire.


Image



Microcosme d'une Amérique qui a perdu foi en elle-même, la famille Hadley porte en son sein les germes de sa disparition. Dans le palace de Miami, où des couloirs rose shocking verront courir éperdument Kyle, où la caméra caresse des groupes néo-classiques de marbre blanc, où les miroirs commencent perfidement à réfléchir et les fenêtres à encadrer des visages songeurs, le milliardaire capricieux en fait trop et, tel un pacha oriental qui se fournirait chez Neiman Marcus, surcharge la chambre destinée à Lucy de présents indiscrets. Si la génération du père appartient à la race des bâtisseurs, elle n'en a pas moins renié l'idéal des pionniers incarné par Hoak Wayne, le chasseur glorieux dont Kyle aurait voulu être le fils. Ce Daniel Boone local, survivant anachronique de l'âge de la Frontière, a pris aujourd'hui sa retraite et, assis sur le porche de son bungalow, se résigne à voir la prairie défigurée par les villes-champignons et les puits de pétrole. La mort ou l'impuissance du Père plongent la terre entière dans une nuit d'encre. De Tout ce que le ciel permet à Mirage de la Vie, on ne compte plus les veuves qui hantent l'œuvre sirkienne. Livrée à elle-même dans un univers privé de transcendance, trop frêle pour subir le poids d’une généalogie quasi mythologique, la génération des fils, quant à elle, donne libre cours à ses instincts suicidaires. Prédestinée à l'errance, elle se croit marquée du signe de Caïn : sur le visage de Kyle tombe du cockpit la lumière rouge des damnés. "On m'a volé mes chaussons de danse magiques", se lamente-t-il, convaincu d'avoir été dépouillé de l'essentiel.

Nostalgie du passé qui le pousse, lui et sa sœur, à remonter aux sources de l'enfance. C'est vers le paradis perdu de la rivière qu'il dirige ses derniers pas, c'est vers ce haut lieu fantastique que Marylee entraîne Mitch pour le conquérir. Mais les couleurs brunes, les arbres roux, les feuilles mortes disent l'inanité de ce pèlerinage où prédominent les éléments légendaires. Dans la pénombre de la chambre de jeu, Marylee égrène les souvenirs de longues après-midi d'insouciance. Sirk suggère l'inguérissable blessure des êtres déracinés, l'insatisfaction à la fois physique et spirituelle de créatures qui les condamne au divertissement. Aussi, aux pauses lyriques où le temps s'abolit, succèdent ces paroxysmes qu’il orchestre de main de maitre, comme si une fièvre souterraine accélérait soudain les pulsations de chaque plan. Les enfants du siècle demandent à la vitesse, à l'alcool, au jazz, l'extase des mystiques. Pas plus que Zelda Fitzgerald ils ne croient à la conservation de l'individu. Tandis que Kyle se mure dans un solipsisme furieux, Marylee s'enveloppe des voiles de Salomé pour s'anéantir dans la frénésie de la danse. Contrastant avec une Lauren Bacall brûlante-glacée, Dorothy Malone est superbe d’ardeur reptilienne : chez elle tout roule, hanches, mains, regards, bouche en des crispations inouïes. La trajectoire fulgurante d'Écrit sur du Vent répond à la démence de ces possédés qui ne peuvent supporter la vérité d'un miroir et qui traversent la vie en aveugles. On ne s'étonnera pas que Kyle boive depuis l'âge de quatorze ans et que, pour chasser ses cauchemars, il glisse chaque soir une arme sous son oreiller... La réalité, il ne daigne la contempler qu'à dix mille pieds d'altitude, aux commandes de son avion, lorsqu'il domine une "table de poker" taillée aux dimensions d'un continent. Au procès, Marylee témoignera de la détresse du héros foudroyé auquel la naissance avait tout donné, mais qui n'avait jamais rien détenu. L'art de Sirk, dont la palette laquée et somptueusement irréelle s'accorde à l'âme torturée de ses personnages, déploie ses fastes polychromes, ses couleurs indescriptibles et ses effets de saturation dans la lumière soufrée du désastre. Une dernière fois, les grilles de la demeure patricienne se referment sur la désolation de la demeure des Hadley.


Image
Last edited by Thaddeus on 6 Nov 18, 22:16, edited 3 times in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89966
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Ecrit sur du vent (Douglas Sirk - 1956)

Post by Jeremy Fox »

Même si je lui préfère d'autres de ses mélos par le fait que leurs personnages m'ont beaucoup plus touchés (Mirage de la vie par exemple), plastiquement c'est à nouveau un bonheur de chaque seconde le Technicolor semblant avoir été inventé pour ce style d'utilisation. Les quatre comédiens principaux sont excellents mais pour ma part -contrairement à la plupart sur ce topic- je conçois plus d'admiration pour les prestations -très sobres- de Rock Hudson et Lauren Bacall que pour celles plus hautes en couleurs des néanmoins très bons Dorothy Malone et Robert Stack. Je trouve même Hudson parfait, loin d'être fade mais au contraire constamment juste, son personnage étant d'ailleurs le plus émouvant, ayant eu par contre du mal à ressentir de l'empathie pour les autres. Ceci étant dit, malgré sa trop grande froideur à mon goût (j'ai eu du mal à me passionner pour l'intrigue), le film est classieux, élégant, d'un lyrisme échevelé (la séquence du début reprise vers la fin avec cette tempête de vent et les feuilles pénétrant dans la luxueuse demeure) et d'une grande intelligence.