Clarence Brown (1890-1987)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Majordome
Décorateur
Posts: 3793
Joined: 13 Apr 03, 03:00
Location: De mon canapé.

Post by Majordome »

Jeremy Fox wrote:
Majordome wrote:

J'ai vu la fin de Grand National de Clarence Brown, en attendant Kiss me Kate. Quel choc de voir Elisabeth Taylor aussi jeune ! Une ado à la voix presque agaçante (carrément stressante sur la VF !!) mais déjà jolie quand même (elle avait 12 ans d'après le guide cinéma Télérama).
A priori seul intérêt du film (qui m'a eu l'air bien gnangnan) mais bon, je vais m'abstenir de juger sur les 20 dernières minutes, ce serait malhonnète.
Plus formaté et moins original que Jody et le faon mais tout aussi remarquable : d'une efficacité à toute épreuve et d'une sincérité de tous les instants de la part de Clarence Brown qui joue à fond la carte de la naïveté et de l'innocence sans jamais prendre le spectateur pour un idiot. Une mise en scène enlevée et galvanisante, un scénario carré et un technicolor fabuleux. Après, c'est sur, il faut regarder ça avec son âme d'enfant, ou ce qu'il en reste ;-) 8/10
Promis, je tacherais de le regarder en entier. :wink:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89990
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Majordome wrote:
Jeremy Fox wrote:
Plus formaté et moins original que Jody et le faon mais tout aussi remarquable : d'une efficacité à toute épreuve et d'une sincérité de tous les instants de la part de Clarence Brown qui joue à fond la carte de la naïveté et de l'innocence sans jamais prendre le spectateur pour un idiot. Une mise en scène enlevée et galvanisante, un scénario carré et un technicolor fabuleux. Après, c'est sur, il faut regarder ça avec son âme d'enfant, ou ce qu'il en reste ;-) 8/10
Promis, je tacherais de le regarder en entier. :wink:
Il faut prendre quand même le film pour ce qu'il est : un spectacle familial sans originalité mais oh combien mieux réalisé que tous les Lassie de la terre
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

Jeremy Fox wrote:
Majordome wrote:
Promis, je tacherais de le regarder en entier. :wink:
Il faut prendre quand même le film pour ce qu'il est : un spectacle familial sans originalité mais oh combien mieux réalisé que tous les Lassie de la terre
Tiens, c'était aussi avec Elisabeth Taylor ça. S'agissant de l'amour que peut porter un enfant à un animal, l'Etalon noir (produit par Coppola et quelque part sa meilleure oeuvre) écrase tout.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89990
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Alex Blackwell wrote:
Tiens, c'était aussi avec Elisabeth Taylor ça. S'agissant de l'amour que peut porter un enfant à un animal, l'Etalon noir (produit par Coppola et quelque part sa meilleure oeuvre) écrase tout.
Très beau le film de Carroll Ballard c'est vrai mais je préfère le Brown.
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Post by Lord Henry »

Possessed (1931)

Elle en a fait du chemin, la belle Marian, depuis l'usine de boîtes en carton où autrefois elle trimait, jusqu'à la haute société newyorkaise, au sein de laquelle elle file maintenant le parfait amour avec l'avocat Mark Witney (Clark Gable).

Parfait?


Ainsi que me le faisait remarquer l'autre jour de sa voix chantante, Mlle Petitbon, la délicieuse caissière cinéphile de ma supérette favorite: "Saviez-vous, Lord Henry, que c'est avec "Possessed" que le couple Joan Crawford/Clark Gable gagna son crédit au box office?

- Et avez-vous aimé, chère enfant?

- Je vais vous dire, Lord chéri, pour les acteurs, il y a deux sortes de films: le sur-mesure et le prêt-à-porter. Là, la Crawford, si on ne lui a pas sorti le grand jeu, on ne s'est pas moqué d'elle pour autant!

Tout en poussant d"une main alerte mes victuailles sur le tapis roulant, elle ajouta: " Ce Gable, s'il est doué pour l'action et la comédie, en revanche il n'est guère à son affaire dans le sentiment. Ce qu'il peut être emprunté!" Le tout ponctué d'un clin d'œil malicieux.

- Et Clarence Brown aux manettes, douce Lucie, mmm…, et Clarence Brown? Au passage, je note que les brocolis ont augmenté cette semaine.

- Well, my dear lord, c'est du chiadé made in Culver City. Peu de personnalité, mais du style! Le goût du détail qui tue. Ces travellings et ces plans séquence qui moulent la Crawford comme une robe du soir!

- En conclusion?

- Cela vous fera vingt euros!
Image
JaimzHatefield
il a bon dos
il a bon dos
Posts: 1416
Joined: 4 Jul 03, 17:19
YMDB
Location: BSG-75

Post by JaimzHatefield »

M'étant procuré The Yearling sur la seule foi de la beauté de la photographie aperçue dans "Glorious Technicolor", le documentaire TCM, je m'attendais simplement à de belles images...

Mais en fin de compte, c'est beaucoup plus que ça, j'ai reçu une grosse claque ! Il s'agit d'un film formidable sur l'enfance, sur la nature, sur la beauté et la cruauté de la vie (et de la mort). Oserais-je le mot chef-d'oeuvre ? L'apprentissage de Jody se fait à travers la complicité unique qu'il partage avec son père, Penny (Gregory Peck), et les choix difficiles qu'il sera amené à faire, ces choix qui l'amèneront dans le monde des adultes. Dans sa ferme aux fins fonds d'une Floride hostile, le petit garçon éprouve un amour irrépressible pour les animaux sauvages. Sa mère Ory quant à elle ne lui témoigne que peu d'affection, réprimant ses sentiments maternels derrière une froideur de façade, la protégeant de la douleur de la perte de ses précédents enfants. Jane Wyman incarne parfaitement cette mère qui cache sa sensibilité sous une apparente dureté. Du reste, même si la performance des comédiens s'explique par la qualité d'écriture des personnages, il convient de souligner celle Claude Jarman Jr, venant égaler les compositions des meilleurs enfants acteurs.
Spoiler (cliquez pour afficher)
A ce titre, ses "it's me ! Jody !" aux deux moments-clés sont bouleversants... d'abord pour donner la vie et ensuite pour la reprendre.
Jody apprendra finalement la rudesse de l'effort, ainsi que l'âpreté et la brutalité de la vie, à mesure que les réalités des adultes entreront dans son monde de poésie, de rêve et d'innocence. Il en sortira à tout jamais changé.

Un dernier point pour revenir sur la photographie : cette dernière n'a pas volé son Oscar. Le technicolor se fait ici naturaliste, les couleurs ont du caractère mais sont subtiles à la fois... les acteurs ne sont pas maquillés, la peau rougissante de Gregory Peck a été atténuée par de la glace appliquée sur son visage entre deux scènes, Jane Wyman (d'ordinaire diaphane) a entretenu un teint légèrement hâlé par le biais de courtes séances d'UV, et la peau immaculée du jeune Claude Jarman Jr était préservée du soleil sous un chapeau après chaque prise. Le tout est merveilleusement capturé par le transfert DVD Warner, même si l'on pourrait reprocher un très très léger flou de superposition des bandes technicolor (mais je chipote, ça reste extrêmement négligeable). Je ne résiste pas à l'envie de faire partager quelques images :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89990
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

:D

Et que penses tu de la fameuse scène de la chasse ?

Voici ce que j'écrivais lors de sa redécouverte

Dans un DVD absolument splendide, voici ce magnifique film sur l'enfance et vendu comme un film pour les enfants d'ailleurs. Belle leçon de vie somptueusement filmée dans laquelle la nature tient un rôle primordial. Une chasse à l'ours comme on en a rarement vu, même en numérique, je ne pense pas qu'on aurait pu faire aussi spectaculaire ; une Jane Wyman sobre dans un rôle difficile de mère constamment dépressive, un Gregory Peck excellent, de l'humour, de la tendresse, de la poésie et une histoire assez grave. Clarence Brown pouvait parfois être très inspiré comme ici ou encore comme dans L'intrus PS : Le faon du titre n'apparait qu'au bout de 70 minutes de film, il ne tient donc pas une place très importante dans le film.
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22351
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Post by cinephage »

Je constate sur Amazon que les deux films possèdent une VF, ce sont donc des films que l'on peut voir en famille.

A 7 dollars pièces, ça revient moins cher qu'une sortie familiale au ciné.

Vendu !!
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos
Cathwoman
Néo scapulaire
Néo scapulaire
Posts: 14624
Joined: 19 Nov 03, 11:32
Location: Au manoir de Ban

Post by Cathwoman »

Depuis le temps que je veux découvrir The yearling, là il va vraiment falloir que je saute le pas (sans passer par DVDsoon ce coup-ci... )

Un peu moins tentée par National Velvet :?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89990
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

cinephage wrote:Je constate sur Amazon que les deux films possèdent une VF, ce sont donc des films que l'on peut voir en famille.

A 7 dollars pièces, ça revient moins cher qu'une sortie familiale au ciné.

Vendu !!
Les VF ne sont franchement pas terribles (Liz taylor ou Angela Lansbury dans National Velvet :? ) mais pas scandaleuses non plus. Pour l'instant, je ne les ai d'ailleurs vu qu'en VF. Revisions programmées pour bientôt donc dans leur langue d'origine :idea:
JaimzHatefield
il a bon dos
il a bon dos
Posts: 1416
Joined: 4 Jul 03, 17:19
YMDB
Location: BSG-75

Post by JaimzHatefield »

Jeremy Fox wrote::D

Et que penses tu de la fameuse scène de la chasse ?
La séquence est impressionnante avec ce montage en parallèle des deux chiens qui se battent comme des diables avec l'ours (!) et le travelling sur les deux humains (Penny et Jody) qui arrivent en courant à toute vitesse à travers la forêt (quand on connaît la taille de la grosse caméra tripack, on se dit que ça a dû être une vraie partie de plaisir à mettre en place)... une scène très dynamique et particulièrement violente (on a de la peine à croire que les chiens n'ont vraiment rien eu).

cinephage wrote:Je constate sur Amazon que les deux films possèdent une VF, ce sont donc des films que l'on peut voir en famille.

A 7 dollars pièces, ça revient moins cher qu'une sortie familiale au ciné.

Vendu !!
Tu ne le regretteras pas ! :D
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3027
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Post by Ann Harding »

Un autre Clarence Brown que je trouve très réussi: Song of Love (Passion Immortelle) 1947, une biographie réussie de Clara Schumann avec une Katharine Hepburn très émouvante. Elle est moins "maniérée" que dans d'autres films de l'époque. Le script ne prend pas trop de libertés avec l'histoire. Paul Henreid et Robert Walker sont tous deux excellents en Schumann et Brahms. Ils sont doublés au piano par Arthur Rubinstein: la classe!
Le film lui-même est bien sûr assez sage, mais pas mièvre. Il y a même des moments franchement comiques! Les Schumanns avaient une très grande famille: à nouveau le thème des enfants!
La préparation du repas de Noël où quelqu'un doit trouver le courage de tuer la poule....jusqu'à ce qu'elle ponde et soit épargnée!
Clara donne un concert et doit finir une pièce de Chopin à toute allure pour aller nourrir le petit dernier. Elle recoit des ovations du public qui n'y a vu que du feu!!!
Ballin Mundson
O Captain! my Captain!
Posts: 7107
Joined: 27 Jan 05, 20:55
Location: à l'abordage

Post by Ballin Mundson »

Beule wrote:
Par contre les rares autres bandes que j'ai vu de lui auraient tendance à me désespérer. J'ai déjù souligné dans le topic Garbo l'ennui que je ressens à la vision de ces mises en images glacées et poussiéreuses que représentent Conquest, Anna Karénine (mais Duvivier ne fait pas mieux :? ) ou Anna Christie.
J'ai bien aimé Anna Karenine et j'ai même trouvé la première partie plutôt réussie et inventive (comme le coucher de soleil dans le train avec la musique étrange, la scène sur le quai de la gare dans la neige). Sur la fin, ça devient un peu longuet, mais jamais pétrifié, ni mièvre (notamment grâce à l'interprétation de garbo et de March, très sobres).


En revanche, je suis d'accord pour les 2 autres. Je n'ai pas réussi à aller jusqu'au bout d'Anna Christie, et conquest, après un début prometteur, ne se relève pas de l'interprétation trop théâtralement larmoyante de l'actrice (aux antipodes, justement de sa performance dans anna karenine).
Image
allen john
Accessoiriste
Posts: 1945
Joined: 17 May 06, 19:00
Location: Une maison bleue

Re: Clarence Brown

Post by allen john »

Que pensez vous de ce réalisateur hollywoodien ?

Personnellement, c'est le muet qui m'attire le plus chez lui, en particulier ses films baroques(A woman of affairs, l'un des Garbo les plus tartes à mon avis, n'entre pas dans cette catégorie)comme The Eagle, le dernier grand Valentino d'après Pouchkine, et bien sur Flesh and the Devil, avec John Gilbert tout droit sorti de La Veuve Joyeuse, ou encore le très improbable Light in the dark avec Lon Chaney, brefs tous ces films dans lesquels le sens visuel du réalisateur explose, et son théatre d'ombres se met en route; La Chair et le diable fourmille de ces moments extrêmes durant lesquels le mélodrame se substitue au réalisme, et en particulier, il y a ce duel en ombres chinoises, avec la caméra qui s'éloigne, jusqu'à ce qu'il soit impossible de déterminer qui a été touché. La Piste de 98 est intéressant aussi, mais c'est un film à l'imagerie plus conventionnelle, presque réaliste. Il reste quand même comme une gra de date de la MGM à la fin du muet.
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3027
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Post by Ann Harding »

Le seul muet de Brown que j'ai vu est une comédie: Kiki 1926 avec Norma Talmadge et Ronald Colman. Grâce au succès de ce film, il fut embauché à la MGM!
Ce film oscille entre burlesque et comédie sophistiquée. Le scénariste était Hans Kräly, le collaborateur habituel de Lubitsch. Un film inhabituel pour Brown et aussi pour Norma Talmadge qui jouait surtout des drames. On pourrait sous-titrer le film une éducation sentimentale!!!
Last edited by Ann Harding on 16 May 09, 14:17, edited 1 time in total.