Akira Kurosawa (1910-1998)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14220
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by k-chan »

Père Jules wrote:Je suis intéressé par cette interview. Un petit scan stp, diiiiiiis :D
Je n'ai plus le cd d'installation de mon scanner (qui date pas mal). Il me faudrait Epson Scan pour une bécane Epson Stylus CX3600, et système Windows 7 (64 bit)... impossible de trouver. :? (ya pas sur le site de epson)

J'essaierai de trouver une solution. :wink:
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16709
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Père Jules »

N'ayant pas trouvé de topic consacré à Toshiro Mifune, je me permets de poster ici une petite vidéo le concernant. Les noms de l'acteur et de Kurosawa étant à jamais liés, ça ne devrait pas poser de problème.

Quelle classe ce Toshiro:


:mrgreen:
Spoiler (cliquez pour afficher)
En espérant ne pas avoir créé de doublon :oops:
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21433
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Rick Blaine »

Les Salauds dorment en Paix (1960)

Quel film! Le premier mot qui vient à l'esprit après le visionnage de ce film est maitrise. La maitrise formidable de son art par Akira Kurosawa, qui réussit chaque plan. A titre d'exemple, la cérémonie de mariage qui ouvre le film est époustouflante. Kurosawa transforme ce qui pourrait être une scène d'introduction des personnages linéaire et morne en une véritable leçon de cinéma, notamment par sa gestion de l'espace, qui lui permet de définir clairement, mais sans lourdeur les relations qui unissent les différents personnages, les enjeux et les tensions qui guiderons le film, le tout dans une recherche esthétique de chaque instant.
Cette recherche esthétique sera d'ailleurs présente durant tout le métrage. J'ai particulièrement été frappé par les images de l'usine détruite riche en contrastes, qui ont du être un casse tête pour le chef opérateur du film. Ces images portent toute une partie du message de Kurosawa, sur le désordre morale qu'a engendré la seconde guerre mondiale pour le Japon.
On retrouve une certaine lenteur dans Les Salauds dorment en Paix, à l'image de celle de Chien Enragé, tout au profit de la caractérisation des personnages servie par l'interprétation sans faille d'un casting très réussi en tête duquel on retrouve, évidemment, le talent incroyable de Toshiro Mifune.
Aux côtés de Chien Enragé et d'Entre le Ciel et l'enfer, les salauds dorment en Paix confirme qu'en plus des innombrables qualités de Kurosawa, celui-ci s'impose comme un maitre incontestable du film noir. Mais comment pouvait il en être autrement pour ce maitre du cinéma?
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14661
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Demi-Lune »

Après ma découverte de Dersou Ouzala, je tente un top Kurosawa :

Monument :
1 - Entre le ciel et l'enfer (1963)
Chefs-d’œuvre :
2 - Chien enragé (1949)
3 - Kagemusha, l'ombre du guerrier (1980)
4 - Les sept samouraïs (1954)
Excellent :
5 - Les salauds dorment en paix (1960)
6 - Rêves (1990)
J'aime beaucoup :
7 - Ran (1985)
Très bon :
8 - L’ange ivre (1948)
9 - Un merveilleux dimanche (1947)
10 - Le château de l'araignée (1957)
11 - Le duel silencieux (1949)
12 - Rashōmon (1950)
13 - Dersou Ouzala (1975)
Bof bof :
14 - Scandale (1950)
Last edited by Demi-Lune on 19 Apr 14, 18:58, edited 8 times in total.
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3746
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by joe-ernst »

Rick Blaine wrote:Les Salauds dorment en Paix (1960)

Quel film! Le premier mot qui vient à l'esprit après le visionnage de ce film est maitrise. La maitrise formidable de son art par Akira Kurosawa, qui réussit chaque plan. A titre d'exemple, la cérémonie de mariage qui ouvre le film est époustouflante. Kurosawa transforme ce qui pourrait être une scène d'introduction des personnages linéaire et morne en une véritable leçon de cinéma, notamment par sa gestion de l'espace, qui lui permet de définir clairement, mais sans lourdeur les relations qui unissent les différents personnages, les enjeux et les tensions qui guiderons le film, le tout dans une recherche esthétique de chaque instant.
Cette recherche esthétique sera d'ailleurs présente durant tout le métrage. J'ai particulièrement été frappé par les images de l'usine détruite riche en contrastes, qui ont du être un casse tête pour le chef opérateur du film. Ces images portent toute une partie du message de Kurosawa, sur le désordre morale qu'a engendré la seconde guerre mondiale pour le Japon.
On retrouve une certaine lenteur dans Les Salauds dorment en Paix, à l'image de celle de Chien Enragé, tout au profit de la caractérisation des personnages servie par l'interprétation sans faille d'un casting très réussi en tête duquel on retrouve, évidemment, le talent incroyable de Toshiro Mifune.
Aux côtés de Chien Enragé et d'Entre le Ciel et l'enfer, les salauds dorment en Paix confirme qu'en plus des innombrables qualités de Kurosawa, celui-ci s'impose comme un maitre incontestable du film noir. Mais comment pouvait il en être autrement pour ce maitre du cinéma?
Moins enthousiaste que toi. Si je suis entièrement d'accord avec la recherche esthétique et l'impeccable interprétation, que la scène du mariage est en effet époustouflante et celle de l'enterrement d'une épouvantable cruauté, j'ai trouvé cependant que le film traînait en longueur sans vraiment se justifier au niveau de l'intrigue et m'a donc un petit peu ennuyé... :|
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21433
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Rick Blaine »

joe-ernst wrote: Moins enthousiaste que toi. Si je suis entièrement d'accord avec la recherche esthétique et l'impeccable interprétation, que la scène du mariage est en effet époustouflante et celle de l'enterrement d'une épouvantable cruauté, j'ai trouvé cependant que le film traînait en longueur sans vraiment se justifier au niveau de l'intrigue et m'a donc un petit peu ennuyé... :|
C'est intéressant ce que tu dis, parce que cette lenteur que j'ai vu comme une qualité pour le Kurosawa, j'aurais tout à fait pu la ressentir comme un défaut dans un autre film (tiens j'ai vu La Canonnière du Yang-Tse hier, et ça m'est apparu comme un gros défaut).

Je n'arrive pas à savoir pourquoi des fois je trouve que c'est un plus (c'était aussi le cas dans Chien Enragé) et d'autre fois un défaut.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Anorya »

Demi-Lune wrote: Kagemusha (1980) et Les Salauds dorment en paix (1960) trépignent d'impatience sur mes étagères.
Tiens je croyais que tu les avais vus ? :o
Immenses films pour ma part. Le premier est passionnant, le deuxième je le trouve formidable. :wink:

Après quid d'un top Kurosawa...?
Je tente le coup. :o


Chefs d'oeuvres de la mort-qui-tue.

* Les 7 samouraïs.
* Entre le ciel et l'enfer.
* Ran.
* Rashomon.
* Chien enragé.
* Les salauds dorment en paix.


Fantastiques films.

* Sanjuro.
* Yojimbo.
* Kagemusha.


Très bien.

* Le château de l'araignée.


Bien.

* Rêves.
* La légende du grand judo.


Moyen.


Bof.


Horrible.


Et j'ai donc encore beaucoup à voir... :)
Image
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16709
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Père Jules »

Pour ma part, six de ses films figurent dans mon top 100: Rashomon, Les sept samouraïs, Le château de l'araignée, Entre le ciel et l'enfer, Barberousse, Dodes'Kaden.
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by someone1600 »

Je n'en ai pas encore vu suffisamment, mais ceux que j'ai vu etaient tous des chef d'oeuvre ou tout du moins d'excellents films. Dans l'ordre d'appréciation.

Les sept samourai
Rashomon
Chien enragé
Yojimbo
Sanjuro
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8455
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Strum »

Rick Blaine wrote:C'est intéressant ce que tu dis, parce que cette lenteur que j'ai vu comme une qualité pour le Kurosawa, j'aurais tout à fait pu la ressentir comme un défaut dans un autre film (tiens j'ai vu La Canonnière du Yang-Tse hier, et ça m'est apparu comme un gros défaut).

Je n'arrive pas à savoir pourquoi des fois je trouve que c'est un plus (c'était aussi le cas dans Chien Enragé) et d'autre fois un défaut.
Chez Kurosawa, cette lenteur correspond à une pédagogie. Kurosawa est un cinéaste d'idée où l'idée est portée par une intrigue et une mise en scène très expressive. Cela se ressent beaucoup dans Les Salauds dorment en paix qui fait figure de démonstration. Kurosawa veut montrer la corruption d'un certain capitalisme industriel du Japon des années 60 et pour ce faire, démontre. Chaque étape du film correspond à l'étape d'une pédagogie. Rien n'est gratuit dans l'agencement des séquences, tout est rouage. Personnellement, je trouve de ce point de vue là Les Salauds dorment en paix un peu trop dirigiste et démonstratif. Dans Chien Enragé, que je trouve plus puissant car plus libre en apparence, la lenteur relative due au point de vue néoréaliste s'inscrit également dans un schème pédagogique : démontrer documentairement la misère et la désorientation du Japon de l'après-guerre.

Dans un film comme La Cannonière du Yang-Tse, il n'y a pas ce genre de pédagogie de maitre d'école, il y a des péripéties. Peut-être es-tu plus sensible à la pédagogie d'un Kurosawa et moins réceptif à un enchainement de péripéties qui ne s'intègrent pas dans les mailles d'une démonstration et qui du coup te paraissent rattachées au tronc du récit de manière trop lâche.
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21433
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Rick Blaine »

Strum wrote: Dans un film comme La Cannonière du Yang-Tse, il n'y a pas ce genre de pédagogie de maitre d'école, il y a des péripéties. Peut-être es-tu plus sensible à la pédagogie d'un Kurosawa et moins réceptif à un enchainement de péripéties qui ne s'intègrent pas dans les mailles d'une démonstration et qui du coup te paraissent rattachées au tronc du récit de manière trop lâche.
Ça me parait effectivement correspondre à mon ressenti, je n'aurais pas eu le recul nécessaire à cette analyse, mais il y a effectivement cette notion de rouage indispensable à la démonstration dans chaque séquence chez Kurosawa à laquelle je suis très sensible.
makaveli
Doublure lumière
Posts: 442
Joined: 13 May 09, 10:21

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by makaveli »

mon top kurosawa :

chef d'œuvre absolu:
-les 7 samourais
-ran

chef d'oeuvre:
-barberousse
-rashomon
-dersou ouzala
-entre le ciel et l'enfer
-le château de l'araignée
-yojimbo
-chien enragé

remarquable:
-les salauds dorment en paix
-dodeskaden
-l'ange ivre

très bon:
-sanjuro
-la forteresse cachée

moyen:

-vivre dans la peur


je me suis procuré vivre,il risque surement de bouleverser mon classement :D
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Joe Wilson »

Les rouages dans Les salauds dorment en paix sont aussi liés à la position des protagonistes, qui souffrent en silence et dans l'ombre. Malgré les révoltes individuelles, l'action semble toujours subie, sans pouvoir apporter sérénité et rédemption. Le film est largement pessimiste dans sa tonalité démonstrative, et je trouve que cela lui donne une ampleur et une intensité particulières. En tout cas, il ne souffre pas de la comparaison avec L'ange ivre, Chien enragé, et Entre le ciel et l'enfer pour ma part.
Image
wootsuibrick
Stagiaire
Posts: 12
Joined: 4 May 08, 15:06

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by wootsuibrick »

Petite publicité pour une revue internet, avec un dossier cinéma japonais : réception du cinéaste Akira Kurosawa en Occident, interview de Toshio Matsumoto, et du critique et historien du cinéma japonais, Mathieu Capel.

http://issuu.com/symposium00/docs/monde ... e=magazine

J'espère que vous y trouverez votre compte,
Akrocine
Régisseur
Posts: 3409
Joined: 1 Apr 09, 20:38
Location: Arcadia 234

Re: Akira Kurosawa (1910-1998)

Post by Akrocine »

Sur le Facebook de Criterion :
We uncovered this great stills from the original Janus run of THRONE OF BLOOD and had to share.
Image
Image
Image
Image
Image
"Mad Max II c'est presque du Bela Tarr à l'aune des blockbusters actuels" Atclosetherange