Persona - L'heure du loup (Ingmar Bergman - 1966/1968)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25598
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Post by Ouf Je Respire »

tewoz wrote: Heuu, ma p'tite femme a tenu peut etre 15 minute devant "mon oncle", pourtant on etait installé confortablement, il n'y a pas eu de coup de fil pour la faire sortir du film, je n'ai pas tenté de détourner son attention, enfin rien quoi. 15 minutes, montre en main, puis elle m'a dit de sa douce voix :
"Aucun interet ton film, si c'est comme ca je prefère aller faire le ménage" :shock: :shock:
:shock: Tewoz! On a la même femme et on le savait pas!! :shock:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
George Bailey
Monteur
Posts: 4876
Joined: 22 Apr 03, 14:12
Location: Francilien

Post by George Bailey »

Philip Marlowe wrote:
George Bailey wrote:Je viens de découvrir ce film qui me laisse perplexe. Le générique est absolument fascinant mais le reste du film est étrange, attirant, malsain, beau, chiant bref une expérience cinématographique intéressante.
Impossible de donner une note car je ne sais si j'ai aimé. :o
J'ai dû attendre 3 semaines avant de pouvoir donner mon avis :o
A chaud, mis à part que le film ne m'avait pas du tout ennuyé(mais t'as vu d'autres Bergman avant?), je pensais la même chose que toi :wink:
Non, je n'ai pas vu d'autres Bergman.
Mes chéris
Mes préférés
Le coeur a ses raisons que la raison ne connait point. Pascal
phylute
La France peut être fière
Posts: 25518
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Ronan wrote: Peut être son film le plus nu, "à mesure de nerfs de géants", à vif, débarrassé du rien de bric à brac qui emcombre parfois ses grands films en noir et blanc, et sans encore cette amertume trop prononçée qui me gate un tout petit peu certains films en couleurs (amertume n'est pas le mot juste, vous me pardonnerez peut être de ne pas l'avoir trouvé).
Comme c'est bien dit....
Les films sont à notre civilisation ce que les rêves sont à nos vies individuelles : ils en expriment le mystère et aident à définir la nature de ce que nous sommes et de ce que nous devenons. (Frank Pierson)
Requiem
David O. Selznick
Posts: 12124
Joined: 13 Apr 03, 10:37
Location: In the veins of the Dragon

Post by Requiem »

Revu ce soir dans une copie un peu sombre et assez abîmée quele projectionniste, incompétent notoire (© Alex Blackwell), n'a pas jugé bon de nous présenter sans lui ôter préalablement une bonne vingtaine de centimètres en haut de l'écran. Un jour, je le clouerai au mur dans sa cabine de projection.
Mais qu'importe, Persona, c'est toujours aussi épatant. Etonnant non ?
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

Requiem wrote:Revu ce soir dans une copie un peu sombre et assez abîmée quele projectionniste, incompétent notoire (© Alex Blackwell), n'a pas jugé bon de nous présenter sans lui ôter préalablement une bonne vingtaine de centimètres en haut de l'écran. Un jour, je le clouerai au mur dans sa cabine de projection.
Je me doutais d'une pareille fourberie, mon dvd zone 2 britannique (dans une collection très réputée) ne devrait pas tarder à rejoindre ma boîte aux lettres et me permettre de découvrir ce film dans des conditions satisfaisantes.
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
Momo la crevette
Et la tendresse... bordel ?
Et la tendresse... bordel ?
Posts: 15006
Joined: 13 Apr 03, 22:03
Location: En train de se faire un grec avec Tuesday... Pauvre Nikos !

Post by Momo la crevette »

Requiem wrote:Un jour, je le clouerai au mur dans sa cabine de projection.
A chier, ta déco...

Momo
styx wrote:Je comprends pas grand chose à vos salades, mais vous avez l'air bien sur de vous, donc zetes plus à même hein de parler, de sacrés rigolos que vous faites en fait, merde ça rime lourd là, je vais éditer. mdr
L'alcool, c'est mal.
Requiem
David O. Selznick
Posts: 12124
Joined: 13 Apr 03, 10:37
Location: In the veins of the Dragon

Post by Requiem »

Momo la crevette wrote:
Requiem wrote:Un jour, je le clouerai au mur dans sa cabine de projection.
A chier, ta déco...

Momo
Au contraire, c'est toi qui n'est pas à la page. C'est furieusement tendance, l'accessoire mural post-gibsonien...
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

une question de pure curiosité: le prologue a été censuré aux etats-unis et en angleterre car comprenant un gros plan de pénis en érection et c'est une sorte d'événement pour ces nations que de présenter uen version dite non censurée (outre le monologue longtemps "sous traduit" de Miss andersson racontant ses étreintes sur la plage)! Les copies françaises sont-elles plus respectueuses de tout ceci?!
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
Requiem
David O. Selznick
Posts: 12124
Joined: 13 Apr 03, 10:37
Location: In the veins of the Dragon

Post by Requiem »

Alex Blackwell wrote:une question de pure curiosité: le prologue a été censuré aux etats-unis et en angleterre car comprenant un gros plan de pénis en érection et c'est une sorte d'événement pour ces nations que de présenter uen version dite non censurée (outre le monologue longtemps "sous traduit" de Miss andersson racontant ses étreintes sur la plage)! Les copies françaises sont-elles plus respectueuses de tout ceci?!
Pas toutes. J'ai déjà vu les deux... :?
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11
John Constantine
Un Justicier dans la Cuisine
Posts: 10337
Joined: 4 Jun 03, 20:30
Location: Bolivie

Post by John Constantine »

Requiem wrote:
Alex Blackwell wrote:une question de pure curiosité: le prologue a été censuré aux etats-unis et en angleterre car comprenant un gros plan de pénis en érection et c'est une sorte d'événement pour ces nations que de présenter uen version dite non censurée (outre le monologue longtemps "sous traduit" de Miss andersson racontant ses étreintes sur la plage)! Les copies françaises sont-elles plus respectueuses de tout ceci?!
Pas toutes. J'ai déjà vu les deux... :?
Deux pénis? C'était sûrement pas le director's cut.
Puissant, corrompu et menteur
Image
You two do make a charming couple though, you're both, what's the expression, damaged goods.
User avatar
Marcus
Jamais trop Tarr
Posts: 5126
Joined: 5 Feb 04, 16:05
Location: En train de prendre le thé avec Bela Tarr

Post by Marcus »

Il faut absolument que je me le fasse celui-là. Quelle est la meilleure édition?
Elle était belle comme le jour, mais j'aimais les femmes belles comme la nuit.
Jean Eustache, La Maman et la Putain
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

marcusbabel wrote:Il faut absolument que je me le fasse celui-là. Quelle est la meilleure édition?
cf. topic derniers achats naphtalinés :idea:
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

marcusbabel wrote:Il faut absolument que je me le fasse celui-là. Quelle est la meilleure édition?
La OPENING est dispo pas cher et est très correcte.
Cinetudes
Accessoiriste
Posts: 1724
Joined: 14 Apr 03, 12:25
Location: Jersey ( Iles Anglo Normandes- Channel Islands)

Post by Cinetudes »

Une des plus grosses claques de ma vie de cinéphile ce film !!! :shock:

Je ne m'en suis toujours pas remis comme de la vision de L'heure du Loup également.

Bergman est un vraie génie qui à ouvert la voie à nombre de cinéastes dont en particulier le grand David Lynch qui s'est abreuvé de façon plus qu'évidente chez Bergman avant de mettre sur pied son style et son univers si passionnant. La force de Lynch est de clairement s'inspirer (ça ma fait bizarre aprés avoir vu les deux films précités de m'apercevoir que Lynch n'est pas si original que cela, ce qui n'enlêve rien à ses qualités).

Les deux cinéastes jouent ainsi sur les mêmes cordes au cours de leurs oeuvres respectives, et l'ambiance générale éthérée de l'oeuvre de Lynch doit visiblement beaucoup aux travaux déja entamés par Bergman dans ce sens.

Les deux hommes étant chacuns de grands artistes dans leur genre, ces "emprunts" sont du coup parfaitement intégrés et s'apparentent plus à des inspirations générales qu'à des plagiats ou vols d'idées purs et simples.

Pour moi, Lynch va d'un côté ou de l'autre du miroir alors que Bergman nous montre les deux côtés simultanément (du moins dans Hour of the Wolf).

Sinon voici le texte que j'ai écrit pour la critique du dvd de Personna:

Ingmar Bergman réalise avec Persona l'un de ses films les plus radicaux et expérimentaux, ainsi que l'un des plus fascinants, aussi bien dans sa thématique que son traitement. On y suit l'actrice Elisabet Vogler (Liv Ullman) qui est tombée dans un mutisme et un immobilisme le plus complet, alors qu'elle est prise en charge par une jeune infirmière volontaire et dynamique, Alma (Bibi Andersson).
Alma se livrera beaucoup à Elisabet afin de combler l'affreux et pesant silence qui guide leur relation, et finira à force par se dévoiler complêtement à Elisabet. Celle-ci va absorber l'identité propre d'Alma et au fur et à mesure de la progression du film les deux femmes vont finir par se ressembler jusqu'à quasiment devenir indiscernables, aussi bien physiquement que psychologiquement.

La question est donc de de savoir qui est réellement la malade et qui est la soignante et principalement, qu'est-ce qui permet de définir l'identité propre d'une personne ?

Le scénario minimaliste au niveau de l'action se révèle d'un mystère et d'une profondeur presque insondables tant Bergman touche ici à un point essentiel de la naturé humaine, l'individualité de chacun, ce qui permet de définir une personne propre et qui fait que chacun d'entre nous est vraiment différent de son prochain. Cette-fois ci, la forme est aussi travaillée que le fond de façon à provoquer chez les spectateurs le vertige sensoriel nécessaire au succès de l'expérience introspective troublante à laquelle les convie Bergman.

Elisabet, par son absence apparente de personnalité (elle ne parle pas et manifeste peu de sentiments aussi bien sur son visage que corporellement), va intriguer et fasciner Alma. Cette dernière va se dévoiler presque entièrement pour combler le lourd silence qui rythme leur vie, mais aussi et très certainement pour raconter son histoire personnelle à une personne qui ne lui répondra pas. Alma pense sincèrement inciter Elisabet à retrouver la parole, en l'intégrant à ses discussions, à sa propre vie, espérant qu'elle aussi souhaitera livrer des secrets en retour.

Hors, le "vide" d'Elisabet va au contraire littérallement aspirer la personnalité d'Alma qui va plonger toute entière dans cette expérience et se mettre de façon très troublante à ressembler de plus en plus à sa patiente, le film les confondant même visuellement à plusieurs reprises. Cette vampirisation de l'âme (au sens de la personnalité) est un processus malheureusement assez courant dans la vie en société, les plus forts finissant toujours par abosorber les plus faibles, les vainqueurs n'étant pas toujours ceux auxquels on s'attend.
Cette fascination d'Alma étant assimilable à une certaine fascination du grand public pour le travail des artistes (ou plus souvent des manipulateurs de mots, d'image ou de sons). Bergman pose à nouveau de nombreuses questions existentielles qui hanteront tôt ou tard l'esprit de n'importe quel être humain, et les abordent frontalement, mêlant de façon astucieuse la sexualité féminine à d'autres questions plus philosophiques.

Sa mise en scène transcende son scénario et ses dialogues brillants par le biais d'images récurrentes vraiment marquantes et signifiantes, d'un montage très maîtrisé malgré son apparence cahotique, et d'une bande sonore absolument incroyable.
Le projet de réalisation de Persona est donc d'une modernité absolument sidérante en lui-même et d'autant plus si l'on considère l'influence primordiale qu'il a eu sur de nombreux réalisateurs actuels, ainsi que les voies qu'il a ouvertes au cinéma en général.

Ses expérimentations sur la nature même du matériau filmique sont absolument incroyables (ralentis, montage cut, pellicule qui brule, inserts marquants, contrastes poussés au maximum et blancs volontairement brûlés), par le fait qu'elles sont aussi déstabilisantes que significatrices. Le jeu de Liv Ullman et Bibi Andersson, associé à la photographie une fois de plus remarquable de Sven Nykvyst, est littérallement transcendé par la mise en images et en son ainsi que le montage de Bergman, qui nous offre ici son oeuvre la plus radicale et marquante avec l'Heure du Loup.

Le film ne s'adresse pas à tous les publics, de par sa forme et la complexité des questions qu'il pose, mais paradoxalement et comme à l'accoutumée chez Bergman les questions qu'il pose (sans y donner de réponses) s'adressent à tout être humain.

Une oeuvre donc vraiment marquante aussi bien au niveau intellectuel, visuel, sonore, conceptuel que philosophique, qui pourra dérouter par sa forme inhabituelle et très audacieuse mais surtout par l'absence de réponse aux questions posées. Néanmoins, si vous jouez le jeu de Bergman et que vous vous laissez entraîner (comme Alma dans le "vide" fascinant d'Elisabet) par ce film , il y a fort à parier que son mystère et l'état second dans lequel il vous plongera vous mênera tout droit à la fascination également et que vous reviendrez de façon regulière vers ce film exigeant mais tellement novateur et enthousiasmant.

Il s'agit d'une réaction à chaud dans laquelle je suis trés trés trés loin d'avoir appréhendé l'intégralité du film qui fera d'ailleurs l'objet d'une étude approfondie sur cinetudes.com lorsque j'aurai fini la digestion de ce monstre de film aprés en avoir repris plusieurs fois auparavant bien sur :wink: .

Par contre malgré sa qualité visuelle générale, je vous déconseille le DVD de la MGM en Zone 1 car il est recadré, de peu mais recadré quand même.
De plus je pense que ce DVD n'est pour l'instant disponible qu'en coffret et possède des suppléments vraiment passionnants.

Stefan
Image
noar13
Réalisateur
Posts: 6506
Joined: 14 Apr 03, 09:44
Location: paris

Post by noar13 »

voici un lien donné par alex dans un autre topic

http://207.136.67.23/film/DVDCompare2/persona.htm
Image