Chinatown (Roman Polanski - 1974)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Chinatown (Roman Polanski - 1974)

Post by Jake Scully »

Image

Nombreux spoilers!

Image
Los Angeles, 1937. Une sécheresse réelle ou provoquée accable la ville. J.J. Gittes (Jack Nicholson), détective spécialiste des infidélités conjugales, reçoit la visite d'une (fausse) Evelyn Mulwray qui lui demande de filer son époux, Hollis, haut fonctionnaire du Service des Eaux. Il accepte et apprend que Mulwray s'oppose à la construction d'un barrage destiné à alimenter en eau les environs de Los Angeles. Plus tard, il apparaît évident que le projet n'a pas été imaginé pour aider les fermiers mais pour enrichir une poignée de grands capitalistes, tel le multimillionnaire Noah Cross (John Huston) qui se trouve être le père d'Evelyn. Au moment où la presse publie les clichés pris par Gittes prouvant les aventures extra-conjugales d'Hollis Mulwray, l'épouse de ce dernier, la vraie Evelyn Mulwray (Faye Dunaway) apparaît et menace le détective de poursuites judiciaires. Puis Hollis Mulwray est retrouvé mort. Gittes poursuit l'enquête à ses risques et périls...
Image

C'est à la fois un remarquable thriller, une belle histoire d'amour et un film épique, même s'il compte peu d'action. Comme un western, il met en scène l'Amérique dans une phase particulière de son histoire et dans une de ses régions les plus caractéristiques, et toujours comme un western, il dépasse ces contingences pour atteindre le niveau du mythe, en l'occurrence le mythe de la fondation de l'Amérique. En effet, l'histoire et le développement du Nouveau Monde peuvent aussi se lire à travers la conquête de l'eau ; l'extension vers l'Ouest s'est faite par les grands fleuves, et ils ont contribué à la survie puis à la prospérité des colons, éleveurs ou fermiers.
Image

L'eau est omniprésente tout au long du film: mer, marécages, lac d'Echo Park, réservoir, etc. Et le jeu de mots sur le nom de Noah (Noé) Cross interprété par John Huston est un signe de la dimension mythique du récit. Le film se base ainsi sur les plans technique et juridique des problèmes en approvisionnement en eau, au cœur de la croissance du pays californien, inspirée par le scandale qui éclata en Californie au début du siècle dernier (ces conflits ont de nouveau surgi durant les années 70, lorsqu'il s'est agi de construire un nouvel aqueduc pour alimenter la vallée de l'Owens). La fin des années trente, période choisie pour le film, était une époque d'importants programmes de travaux publics liés à la politique rooseveltienne et le New Deal. Une époque, également, où la corruption allait bon train. Autant de points communs avec les années du Watergate contemporaines du tournage.
Image

Robert Towne avait travaillé pendant deux ans sur le scénario quand Polanski en a pris connaissance. Écrite pour Jack Nicholson, l'histoire présente un personnage de privé très original, rappelant Marlowe sans s'y réduire. Mais trop confuse, trop longue, elle nécessite un travail de réécriture. Polanski supprime la moitié des personnages et simplifie l'action. Avant même la fin de ce travail, le tournage commence. Il n'y a pas de fin écrite. Les divergences artistiques se multiplient. Pour Polanski, sa véritable croix sur le tournage va s'avérer être Faye Dunaway, une furie. Toujours sans fin écrite, Robert Towne insiste pour un happy end où Mme Mulwray tue son père afin de sauver sa fille et, après un bref séjour en prison, elle sort libre et célèbre. Pour Polanski, cette fin où les bons triomphent gâcherait considérablement l'originalité du film. Il imagine plutôt une fin tragique, où toute la distribution se retrouve sur scène comme dans un opéra. C'est sa fin qui est retenue. Il demande à son décorateur de construire un décor de quartier chinois (Chinatown est un titre remarquable mais sans une seule scène dans ce quartier, ce serait un titre mensonger selon Polanski), et il écrit la scène en deux jours avec l'aide de Jack Nicholson pour les dialogues.
Image

Une autre grande intervention du cinéaste concerne la scène d'amour entre Gittes et Evelyn Mulwray, idée qu'il est seul à défendre et parvient à imposer. Cela donne lieu à un des plus beaux cadrages du film en même temps qu'un superbe plan-séquence en plongée verticale, exploitant tout le rectangle du cinémascope et présentant les deux interprètes principaux en gros plan, couchés dans un lit. Mouvement et cadrage déjà expérimentés par Polanski dans Rosemary's Baby et dans sa version de Macbeth. À cet instant, les tissus des draps rejoignent la subtile apparence d'un ciel du Quattrocento, et la pose maniérée des mains d'Evelyn ainsi que la frontalité des visages nous mettent en présence d'une fresque. On ne sait plus si on les regarde depuis en haut ou si ce sont eux qui nous contemplent depuis un plafond.
Image

Film californien sur la Californie, Chinatown est aussi un film hollywoodien sur Hollywood. Polanski n'a pas voulu faire une œuvre rétro ou un démarquage volontaire des grands classiques, ni à imiter les techniques cinématographiques ou utiliser un noir & blanc facile. Il cherche plutôt à montrer les années trente par l'objectif d'une caméra des années soixante-dix, en reconstituant le monde et l'époque des romans de Hammett et Chandler par le décor, les costumes et la langue. Cependant, le choix des costumes est volontairement limité aux couleurs noir, blanc, marron ou beige. Les références aux films de Bogart sont narratives ou scénographiques et on parlera plutôt de clins d'œil que de citations ou d'emprunts significatifs. Le choix de John Huston en est évidemment un. La situation au début, avec la femme au fume-cigarette qui se fait passer pour une autre dans le bureau du détective, ou la tache claire des images retirées du mur, en sont d'autres. On peut aussi remarquer de remarquables rappels à Orson Welles (en interviews, Polanski a souvent tenu Citizen Kane pour film favori), comme par exemple le plan d'ensemble avec grande profondeur de champ de la conférence sur le projet de barrage. On se souviendra même qu'au meeting politique de Kane, un personnage qui l'observait de loin en train de faire son speech s'appelle James W. Gettys, oralement proche de Jake J. Gittes. Difficile de ne pas penser à une influence sur ce film...
Image

Le héros est un voyeur professionnel, et toute une stratégie de points de vue et de cadrages nous le rappelle constamment.
  • "Mon premier vrai travail a consisté à rendre le personnage de Gittes subjectif. Ce qui créé l'atmosphère dans les livres de Chandler ou de Dashiell Hammett, c'est que c'est écrit à la première personne. On doit avoir l'impression de vivre les aventures du détective privé, avec lui, l'impression d'être le témoin invisible de tout ce qui se passe. Il ne faut donc pas de scène vécue ailleurs qu'en sa présence."
    (Roman Polanski dans L'Express de décembre 1974)
En partant de ce fait pour analyser le film, on s'aperçoit qu'effectivement Polanski ne quitte jamais son héros, mais surtout il place sa caméra à hauteur d'homme, filmant fréquemment par-dessus l'épaule de Gittes. Le réalisateur redouble le spectateur dans sa situation d'observateur indiscret et l'interpelle dans son rapport au cinéma. Souvent, Gittes dissimule quelque chose et la caméra bouge ou le suit pour découvrir avec lui ce qu'il observe. Ce qui importe avant tout pour le réalisateur est de représenter une réalité qui soit la plus crédible possible, donc de placer sa caméra à la distance exacte où se mettrait un témoin de la scène pour regarder. Exemples en vrac :
Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image Image

Image

Dans le même ordre d'idées, l'impressionnante séquence finale nous met en présence d'un autre public, celui des Chinois qui envahissent l'écran, contemplant le corps maculé de sang d'Evelyn Mulwray. Comme la plupart des spectateurs, ils sont silencieux, impuissants, avides de sensations. L'objet de leur regard est le même que celui de Gittes et que le nôtre: le corps sans vie d'Evelyn. Puis le film s'achève par un impressionnant plan à la grue qui rassemble en un mouvement unique et continu tous les voyeurs du film...
Image
Last edited by Jake Scully on 27 Oct 09, 01:35, edited 3 times in total.
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Un de mes films préférés.
Tout est parfait dans ce film, que ce soit dans le script, l'ambiance, les acteurs, la mise en scène...

Et quel final!!! :shock:
Un de plus beaux de l'histoire.
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26654
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

Mon Polanski préféré voire mon film des années 70 préféré
Everybody's clever nowadays
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Nikita wrote:Mon Polanski préféré voire mon film des années 70 préféré
On met quand un "e"?
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Post by Jake Scully »

Je ne me lasse pas de la musique de Goldsmith: super thème!!
Philip Marlowe wrote:
Nikita wrote:Mon Polanski préféré voire mon film des années 70 préféré
On met quand un "e"?
Quand il ne s'agit pas du verbe "voir".
don corleone
Assistant(e) machine à café
Posts: 278
Joined: 14 May 03, 22:40

Post by don corleone »

ben j'ai decouvert ce film cette semaine et c'est vrai qu'il est excellent 8)
Image
Martin Brody
Machino
Posts: 1047
Joined: 13 Apr 03, 11:15
Location: Recherche Plus Gros Bateau, désespérément

Re: CHINATOWN: un classique incontournable

Post by Martin Brody »

The Rider wrote: Et puis incroyable est aussi le travail de Jerry Goldsmith sur la partition du film, puisqu'il remplace au pied levé un autre compositeur sur Chinatown. En 15 jours seulement, il livre une partition qui figure parmi ses chefs d'oeuvre. (merci "Martin Brody" :wink:)
Pas de quoi, The Rider! :wink: :wink: :wink:

Mmmm, ne serais-tu point un transfuge d'un certain forum dédié au réal de Phantom of the Paradise, par hasard ???? :idea: C'est sympa de te retrouver sur ce forum, où tu identifieras certainement un autre visage connu :wink:
We always were the curious kind
Bob Harris

Post by Bob Harris »

Nikita wrote:Mon Polanski préféré voire mon film des années 70 préféré
Bon, tu m'as convaincu, je commande le DVD. :wink:
harry callahan
Mogul
Posts: 11414
Joined: 13 Apr 03, 17:28
Location: Dans un snack de San Francisco, d'où il vaut mieux que je ne sorte pas

Post by harry callahan »

Bill Harford wrote:
Nikita wrote:Mon Polanski préféré voire mon film des années 70 préféré
Bon, tu m'as convaincu, je commande le DVD. :wink:
Parce qu'avant ça, tu hésitais ? Un film noir de cette trempe, avec un scénario aussi complexe et bien ficelé, une ambiance très bien retranscrite et des acteurs fabuleux, ça se trouve pourtant pas sous le sabot d'un cheval.
[...]But being this a .44 magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you have to ask yourself one question : "Do I feel lucky ?". Well, do you, punk ?
Martin Quatermass
Overdosed on Gamma-ray
Posts: 9534
Joined: 14 Apr 03, 08:44

Post by Martin Quatermass »

Excellent film, rien à dire. :wink:
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Re: CHINATOWN: un classique incontournable

Post by Jake Scully »

Martin Brody wrote:Pas de quoi, The Rider! :wink: :wink: :wink:

Mmmm, ne serais-tu point un transfuge d'un certain forum dédié au réal de Phantom of the Paradise, par hasard ???? :idea: C'est sympa de te retrouver sur ce forum, où tu identifieras certainement un autre visage connu :wink:
Oui c'est déjà fait! :wink:

Hmmm j'ai bien envie de faie un p'tit topic massacrant Dario Argento moi! :wink: :wink: :wink:
George Bailey
Monteur
Posts: 4876
Joined: 22 Apr 03, 14:12
Location: Francilien

Post by George Bailey »

Bill Harford wrote:
Nikita wrote:Mon Polanski préféré voire mon film des années 70 préféré
Bon, tu m'as convaincu, je commande le DVD. :wink:
Surtout que la restauration du dvd est réussie. Pour t'amuser, tu pourras comparer avec la BA de l'éopque qui elle n'a pas été restauré.
Mes chéris
Mes préférés
Le coeur a ses raisons que la raison ne connait point. Pascal
John Anderton
Vintage
Posts: 7655
Joined: 15 Apr 03, 14:32
Location: A bord de l'Orca, au large d'Amity

Post by John Anderton »

Un des plus grands Polanski, et un très grand film tout court. Indispensable, point. :wink:
ImageImage
acidparadouze
Machino
Posts: 1210
Joined: 11 Jun 03, 22:24

Chinatown

Post by acidparadouze »

Bon voila j'ai vu ce super film hier, j'ai adoré l'ambiance. Mais ya hic c que je l'ai vu en vo non sous-titre et ya des trucs(pas mal de trucs en fait!) qui m'ont visiblement echappes et vu que j'aimerais pas mourir idiot j'aurais quelques questions 8)

SPOILER


1. Je n'ai pas bien compris toute cette histoire d'eau, je ne comprends pas trop ce qu'ils font avec. Voila ce que j'ai compris mais je pense avoir tort: Ils achetent des fermes pour de la misere car ils ne leur envoient plus d'eau(ils l'envoient ds la mer) et ensuite ils prosperent en les rachetant et en faisant des endroits de qualite et pour que ca ne soit pas reperé ils utilisent le nom de gens morts ou incapables de savoir quoi que ce soit. J'aimerais avoir des precisions parceque je cache pas que toute cette histoire m'a assez frustre du fait des mots compliques.

2. Je n'ai pas compris tout ce "trip chinatown", je comprends pas pourquoi a la fin Nicholson dit "as little as possible" et ensuite le flic le lache et l'autre lui dit un truc du genre "forget it, it's chinatown". C'est que quand il etait flic la-bas il etait sur une affaire, sa femme a ete tuee et aucune poursuite n'etait lancee car la police etait pourrie, mais je comprends pas pk le mec lui dit ce truc sur chinatown a la fin.

Ca serait super sympa si qqun pouvait eclairer ma lanterne 8)
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26654
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

Mon film préféré des années 70, pour le 1 tu as tout compris, le 2 je ne suis pas sûr qu'il y ait quelque chose à comprendre
Everybody's clever nowadays