William A. Wellman (1896-1975)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2674
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by Frances »

Frisco Jenny de William A. Wellman – 1932 - Ruth Chatterton, Louis Calhern, Helen Jerome Eddy, Donald Cook.
Image
Les films pré-code ont fait la part belle aux portraits de femmes. Des héroïnes du quotidien qui doivent leur survie et leur réussite à leur opiniâtreté et leurs capacités à se mouvoir dans une société aux mains des hommes, ou corrompue ou en crise ou les trois à la fois. Démunie après le tremblement de terre de San Francisco mais libérée d’un père grossier et intraitable qui l’exploitait dans son bouge, Jenny (Ruth Chatterton formidable), enceinte du pianiste qu’elle désirait épouser, prend son destin en mains.
Sans jamais verser dans le mélodrame, Wellman suit la trajectoire de cette femme devenue mère. Il travaille sans cesse le thème de la dualité : les activités illégales de Jenny (prostitution, Trafic d’alcool, corruption) et ses sentiments maternels qui vont de l’abnégation au sacrifice / Le sens de la fidélité dans la communauté interlope et l’aveuglement de la justice preste à condamner / Ceux d’en bas et les privilégiés. Comme souvent dans les pré-code, le scénario ne s’embarrasse pas de circonvolutions. Le montage est efficace et les ellipses temporelles mènent à l’essentiel du propos sans oublier une reconstitution plutôt réussie du tremblement de terre de San Francisco.
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
The Eye Of Doom
Machino
Posts: 1274
Joined: 29 Sep 04, 22:18
Location: West of Zanzibar

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by The Eye Of Doom »

J’ai attaqué le coffret Forbidden Hollywood par le 1er de la liste:

Night Nurse

Film tres sympa, enlevé, porté par une Barbara Stanwyck jeune (et meconnaissable pour moi qui ne la connaissait que dans ses roles des annees 50...), tres en forme.
Mise en scene de Wellman impecable, du trajet de l’ambulance au debut, jusqu’a la traversee par l’infirmiere de la fete mondaine.
J’ai beaucoup aimé le volonté de décrire frontalement une réalité de la société americaine de l’époque: vie de l’hopital au quotitien (avec une notable presence de populations immigrées), corruption du monde médical, traffics maffieux, précarité de l’emploi,...
On parle tout de meme :
Spoiler (cliquez pour afficher)
De meutre d’enfant par malnutrition avec la benediction du corp medical...
et le talent indéniable de Wellman derrière la camera fait le reste.
Alors c’est vrai, l’intrigue sur la seconde partie est un peu approximative, Clark Gable n’est pas tres bon, les demoiselles en déshabillés sont de rigueur, la morale de l’histoire est tout de meme tres surprenante:
Spoiler (cliquez pour afficher)
L’infirmière « toute en dignité » n’est pas choquée plus que ca que son copain est commandité un meurtre.
Mais si tout les films du coffret sont de ce niveau, encore 9 seances de bonheur (et decouverte)!!