William A. Wellman (1896-1975)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by magobei »

Track of the Cat (1954)

!!!!Spoilers!!!!

Un film étrange, comme il a déjà été dit ici, mais aussi fascinant... On s'attend à assister à une traque, une chasse, mais c'est à toute autre chose que nous convie Track of the Cat: car la "panthère noire" que poursuit Curt (Robert Mitchum) est d'abord sa Némésis, une créature fantasmée, le "démon" de l'Indien Joe Sam, qui n'a pas plus de réalité (à l'écran) que la panthère de la Féline de Tourneur.

Sans entrer dans les considérations zoologiques - plutôt que d'une panthère, il doit s'agir d'un puma - elle reste toujours hors champ; on n'entend que ses feulements, ses grognements, y compris dans la scène finale où le jeune Harold abat l'animal.

La panthère noire, cette "ombre", symbolise le non-dit, le trauma d'une famille Bridges, maintenue depuis des années sous la coupe de Curt, homme brutal, abusif et abuseur. Quelque part, il est la panthère, et elle causera sa perte ("Qu'est-ce qu'il fuyait?" demande Harold. "Lui-même", répond Joe Sam). Une fin tragique qui sera la rédemption de la famille Bridges - le père lâchera ses bouteilles de whisky, qu'il planque (ressort comique) dans tous les recoins de la maison. Surtout, Harold s'émancipera de son frère, de sa mère, devenant l'"homme" de la maison.

Ce Track of the Cat est donc avant tout un conte initiatique, emmené sur un drôle de faux rythme, et tendant presque à l'abstraction dans son écrin de paysages enneigés. Il échoue peut-être à donner suffisamment d'épaisseur au personnage de Curt (Mitchum est néanmoins irréprochable), et on a du coup du mal à croire à sa main-mise sur la fratrie. Mais ça reste un formidable exercice de style, comme le dit si bien notre Jeremy national! :wink:
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by onvaalapub »

Convoi de femmes - 1951

Image


Une fois de plus, Wellman place la barre très haute et nous offre un western d'une richesse et d'une profondeur absolument incroyable... Il rend avant tout un formidable hommage au pionnières : souvent aperçues dans nombre de westerns en retrait par rapport à l'action (je pense à la prisonnière du désert avec Martha Edwards) pour laisser place aux femmes fatales ou aux femmes d'actions pures et dures, elles sont ici au plein cœur de l'action, à la fois fortes et faibles, débraillées et coquettes, travailleuses,querelleuses mais aussi parfois dépassées par les évènement, malhabiles à cheval et au tir mais apprenant plus vite que bien des hommes.
Et c'est un des aspects le plus intéressants de ce film, il n'y a pas de conflit hommes/femmes dans ce film : les femmes restant des femmes et Wellman prouve à qui veut l'entendre qu'elles n'ont besoin de personne pour aller au bout de leurs limites, même quand le chef de convoi veut rebrousser chemin ou lorsqu’elle lui ordonne d'aller leur chercher de quoi faire des vêtements. Les hommes sont tout autant courageux, respectueux (à une ou deux exceptions près...), et admiratifs devant le courage de ces femmes. Le premier est bien entendu Robert Taylor qui apprend au contact de ces femmes à les respecter et à les aimer malgré ses préjugés de départ. Un mot aussi sur Ito Yoshisuke Takeyoshi Gennosuke Kentaro (Henry Nakamura) qui ne tombe jamais dans le burlesque "à la mexicaine sauce Rio Bravo" tout au long du film, Wellman n'hésitant pas à lui donner sa chance dans des scènes très touchantes.
Le personnage de Patience Hawley (extraordinaire Hope Emerson et son physique disons...particulier) justifie à elle seule que l'on voit le film mais les autres femmes sont toujours très attachante comme la jeune femme qui accouche dans le désert dans une scène formidable, l'as de la gâchette et ses lunettes, Fifi Danon, son passé, son amour pour Taylor et ses chansons françaises, la mère italienne exemple de courage, etc.
Wellman filme tout ce petit monde et la longue pérégrination de main de maître, sans fioritures ni effets de style mais d'une manière épurée et terriblement efficace.
La "Capra touch" de la fin vient conclure par la meilleure des manières un film génial que l'on quitte avec une pêche d'enfer :D . Une entrée fracassante dans la liste de mes westerns préférés !
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89597
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by Jeremy Fox »

Tu fais plaisir :)
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by Julien Léonard »

Ah, ça fait plaisir à lire ! :D

Convoi de femmes est un pur chef-d’œuvre, je le place au même niveau que La ville abandonnée, et légèrement au-dessus de L'étrange incident et Au-delà du Missouri (pour rester dans la filmographie westernienne de Wellman).

C'est le jour où je l'ai découvert que je suis devenu fan de Robert Taylor.
Image
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by onvaalapub »

Mon seul regret c'est d'avoir vu le film grâce à la copie du cinéma de minuit et que la qualité laissait à désirer. Je sais que le DVD est bien sans être extraordinaire, à quand un BR ? :mrgreen:
Robert Taylor pour moi c'est avant tout Ivanhoë, celui de "quandjetaispetit" 8). Mais enfin il est très grand dans ce film!
Et Wellman est vraiment un très grand, un des meilleurs !
Image
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by Julien Léonard »

onvaalapub wrote:Mon seul regret c'est d'avoir vu le film grâce à la copie du cinéma de minuit et que la qualité laissait à désirer. Je sais que le DVD est bien sans être extraordinaire, à quand un BR ? :mrgreen:
Robert Taylor pour moi c'est avant tout Ivanhoë, celui de "quandjetaispetit" 8). Mais enfin il est très grand dans ce film!
Et Wellman est vraiment un très grand, un des meilleurs !
Un blu-ray, ce serait le rêve.

Pour le moment, le DVD est tout de même bon, parfois très bon, solide en tout cas. Je l'ai revu il y a un mois sur écran LED, il passe très bien la route. Et les contrastes sont convaincants. :wink:
Image
TheDeerHunter
Stagiaire
Posts: 42
Joined: 20 May 12, 11:54

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by TheDeerHunter »

Avec Michael Curtiz, ne serait-ce pas là le meilleur réalisateur américain
des années 30?
Je suis en admiration sur sa période pré code
daniel gregg
Producteur Exécutif
Posts: 7073
Joined: 23 Feb 04, 23:31

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by daniel gregg »

Il y avait aussi Cukor, Lubitsch, Borzage, Capra, La Cava, McCarey, Rouben Mamoulian donc difficile de déterminer quel était le plus brillant d'entre eux.
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2567
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by magobei »

daniel gregg wrote:Il y avait aussi Cukor, Lubitsch, Borzage, Capra, La Cava, McCarey, Rouben Mamoulian donc difficile de déterminer quel était le plus brillant d'entre eux.
Et un peu vain aussi. Mais il fait clairement partie des meilleurs: ma révélation 2012.
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4657
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by nobody smith »

Image

Découverte du cinéma de William Wellman avec ce Track Of The Cat, un opus qui partage énormément d’après ce que j’ai lu. Il est clair que le film est déstabilisant tant il bouffe à tous les râteliers. La combinaison des genres joue sur de tels transitions et ruptures qu’il devient difficile d’assimiler correctement ce qui se passe. Comédie, drame, fantastique, romance… tout se juxtapose de manière inattendue. La traque du film devient effectivement plus que secondaire, à tel point que les retours sporadiques sur la survie de Robert Mitchum semblent faire partie d’un autre film. A titre personnel, j’aurais largement préféré un film centré uniquement là-dessus mais cela importe peu tant l’angle adopté fait preuve d’une extrême maîtrise. La photographie aux couleurs désaturées est très habile et l’utilisation du cinémascope fait preuve également de beaucoup de pertinence pour participer à l’étrangeté de l’expérience. J’ai été notamment très attentif sur la manière dont Wellman utilise la topographie de la maison. Il exploite l’intégralité du cadre pour positionner ses personnages mais pourtant il réussi à maintenir une impression d’étouffement. L’artificialité du décor servant d’extérieur à la ferme rajoute à cette sensation d’enfermement pour le moins troublante. Enfin bref, je rejoins le clan des conquis :D
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8751
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by feb »

nobody smith wrote:Découverte du cinéma de William Wellman...
Tu viens d'ouvrir une grosse boite de friandises :wink:
ed wrote:Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by monk »

nobody smith wrote: Enfin bref, je rejoins le clan des conquis :D
Bienvenu au club ! TU n'en as pas fini avec lui. Wellman aura été ma révélation de l'année, j'ai vu 17 de ses films, et j'ai tout gardé jusqu'ici :wink:
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4657
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by nobody smith »

monk wrote:
nobody smith wrote: Enfin bref, je rejoins le clan des conquis :D
Bienvenu au club ! TU n'en as pas fini avec lui. Wellman aura été ma révélation de l'année, j'ai vu 17 de ses films, et j'ai tout gardé jusqu'ici :wink:
J'espère suivre le même chemin. J'ai déjà une douzaine de ses films que je compte voir dans les jours à venir :wink:
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45117
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by Flol »

Pour ma part, je n'ai vu que 3 films de Wellman, mais j'ai à chaque fois trouvé ça immense : Accross the Wide Missouri, Westward the Women, The Public Enemy et Battleground, c'est du grand art.
User avatar
locktal
Assistant opérateur
Posts: 2247
Joined: 19 Mar 11, 01:03
Liste DVD
Location: Dijon

Re: William A. Wellman (1896-1975)

Post by locktal »

Ratatouille wrote:Pour ma part, je n'ai vu que 3 films de Wellman, mais j'ai à chaque fois trouvé ça immense : Accross the Wide Missouri, Westward the Women, The Public Enemy et Battleground, c'est du grand art.
En fait, tu en as vu 4 :wink: !

Effectivement, Wellman fut également une grande découverte, en 2010-2011, où j'ai commencé à découvrir ces pépites que sont Au-delà du Missouri, Track of the cat, La ville abandonnée ou encore L'étrange incident. J'ai hâte de découvrir ses films pré-code, et Convoi de femmes notamment (que je possède déjà en DVD mais que je n'ai pas encore visionné)...
"Vouloir le bonheur, c’est déjà un peu le bonheur"