Les films d'horreur

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

gally
Doublure lumière
Posts: 491
Joined: 13 Apr 03, 15:39
Location: Kuzutetsu

Les films d'horreur

Post by gally »

Bonjour,

L'horreur dans le cinéma pré-70 est bien différent de celui de nos jours.
Je ne suis pas une grande spécialiste mais j'ai remarqué que l'horreur naphtalinée est faite de façon insidieuse, elle est oppressante, ressenti dans une atmosphère alors que celle que plus près de nous (depuis les années 80) est plus visuelle, elle n'est que surenchère d'effet d'hémoglobine.
Cependant, on peut constater un petit revirement de ce fait avec des films tels que Ring ou Kaïro.

Le censure a-t-elle jouée un rôle dans ce fait ?

Personnellement, je préfère les films d'horreur qui ont une atmosphère oppressante alors que je regarde les hémoglobineux avec plus de "détente".

Alors peut-on faire une différence si nette ou pas ?
"Vous qui entrez, laissez toute espérance"
Dante ALIGHIERI (1265-1321)
User avatar
Pacaya
Régisseur
Posts: 3049
Joined: 21 Apr 03, 13:51

Re: Les films d'horreur

Post by Pacaya »

gally wrote:Le censure a-t-elle jouée un rôle dans ce fait ?
Bonjour

La censure est plutôt derrière nous, avec le code Hayes par exemple, qui a régit les films de 1934 à 1961 environ. Il a disparu grâce à l'intelligence des cinéastes qui ont su contourner ce système. Psychose est un bel exemple : le couteau ne touche jamais le corps de Janet, et on ne voit ni fesses ni sexe. Pourtant, le crime est très sexuel. Ainsi, le code a vascillé.
gally wrote:je préfère les films d'horreur qui ont une atmosphère oppressante alors que je regarde les hémoglobineux avec plus de "détente"
Et tout ça, tu en conviendras, est affaire de goût, de sensibilité. Pour ma part, j'apprécie autant un bon film gore, qu'un film d'épouvante (au sens premier du terme). Il n'ont pas le même objectif, et je pense que hiérarchisé ces genres ne peut se faire qu'en fonction de ses goûts.

On ne peut pas dire que l'épouvante est meilleure que le gore, comme on ne peut pas dire que le mélo est meilleure que le polar. Mais on peut dire : je préfère l'épouvante, par exemple.
gally wrote:Alors peut-on faire une différence si nette ou pas ?
Non, je ne pense pas. D'un côté, on a Ring, de l'autre : Cannibal Holocaust. Mais au milieu, on a Brain dead : un film très gore, et pourtant très drôle. C'est un hommage à Buster Keaton fabuleux, où le rire ne vient pas d'un train qui déraille mais d'un corps qui se disloque.

Ainsi, on peut opposer des films de façon "nette", mais on ne peut différencier "nettement" les genres auxquels ils appartiennent.
akira64

Post by akira64 »

Bonjour Gally,
Je viens apporter un peu de contradiction car au niveau de la censure ce n'est pas si loin que ca, je crois qu'il ne faut pas oublier les années Giscard qui ont posé un gros probleme aux amateurs de films d'horreur (n'oublions pas que Massacre a la Tronconneuse qui n'est d'ailleurs pas specialement gore a ete censuré un long moment sur notre territoire ce qui fait d'ailleurs son accroche sur la cassette Rene Chateau)car en pleine expension du bis rital (gore italien) et ou c'etais carrement les gerants de salle qui faisait les cut pour ne pas avoir a subir la classification X qui bien sur etait synonime de lourdes taxes pour les gerants.
Aujourd'hui encore elle est bien presente je rappellerais aux etourdis que le ministre de la culture se faisait une joie de dire qu'il partait en bataille contre la pornographie et qu'il enchainerait avec la violence donc on n'en ai pas sorti a mon avis! Le 1er touché est la television (tous les films de M6 qui sont cut), la video egalement meme si un peu moins (Cannibal Holocaust qui est sorti en video 2 fois chez nous, les 2 VHS sont cuts, heureusement bientot un dvd uncut va arriver)et seul le cinema echappe a cela (quoique on peut voir dans un Shaolin Soccer cette politique meme si elle est appliquée par les distributeurs, cependant c'est clairement afin de rendre le produit tout public)
Enfin je derive un peu, je ne suis pas un grand connaisseur du cinema naphtaliné meme en horreur cependant certains ont deja brisé des tabous meme sans etre gore (la scene de "torture" de La Chair et le Sang de Bava avait fait scandale). Si le gore n'est pas representé a cette epoque c'est bien sur pour une question de morale a mon avis (deja nos societes baignaient beaucoup plus dans le christianisme que a present)et aussi par faute de moyen peut etre. Le 1er a avoir utilisé ce creneau est Hershell Gordon Lewis avec son Blood Feast, 1er vrai film gore avec une utilisation tres speciale (qualifié de grand guignol)qui a permis que le film ne rencontre pas trop de probleme avec la censure. A partir de la tout le monde a un peu utilisé le crenau melant parfois le sexe avec comme Lewis le fit par la suite d'ailleurs, cela aboutissant a la grande periode du gore ritale avec les Fulci, D'Amato,... (mais on est vraiment plus dans le naphtaliné puisque année 80 a peu pres)qui fit une utilisation du gore plutot serieuse (contrairement a un Blood Feast)voir carrement malsaine (Cannibal Holocaust, Cannibal Ferox et ses vrais plans avec des animaux, suivront ensuite les Illsa,....)
La censure de beaucoup de pays (dont nous meme) acceuilli donc tres mal cette vague (la encore la religion a eu une place importante la dedans)et afin de l'eviter, on utilisa le second degré (et donc l'aspect comique) pour le rendre moins choquant (le Street Trash est a mon avis l'exemple le plus flagrant car sans taboo mais avec des couleurs fluos criardes ne le rendant pas du tout realiste, puis egalement toutes les folies de P. Jackson)Aujourd'hui, apres le Brain Dead de Jackson qui repousse un peu toutes les limites dans le domaine, ce "genre" est un peu tombé il faut bien l'avouer. Subsiste une vague allemande de films gores tres malsains (je pense aux Necrofiles,Nekromantik,les Ittenback tels Black Past, Burning Moon, Premutos,...)qui s'exportent peu recontront deja des gros problemes (logiques quand on voit les films) avec la censure de leur pays (Ittenback s'est vu perquisitionner chez lui afin de prendre toutes les copies de Black Past et a ete lourdement condamné comme quoi on ne rigole pas)On pourrait aussi citer le Japon et ses Guinea Pig :wink:
Voila c'est vrai donc que l'on voit un retour de ce que je qualifie plus du films d'epouvante totalement aseptisé mais o combien plus flippant, comme tu citais Ring et Kairo, je rajouterais un film que j'aime beaucoup la secte sans nom.
Pour ce qui est de mes gouts, j'aime les 2 "genres" mais a vrai dire je prefere quand meme la demarche du film d'epouvante qui est beaucoup plus ambitieuse (pas si facile de faire peur) que celle de degouter (je parlais des bis ritals (pas tous bien sur) la plupart ne sont vraiment que des films "voyeurs" il faut le reconnaitre, c'est filmer de la barbaque en gros plan, aucune demarche artistique donc)
Voila donc a mon avis oui on peut quand meme faire une nette difference (deja pour moi ce sont 2 genres completement differents)
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Re: Les films d'horreur

Post by Johnny Doe »

Pacaya wrote:Non, je ne pense pas. D'un côté, on a Ring, de l'autre : Cannibal Holocaust. Mais au milieu, on a Brain dead : un film très gore, et pourtant très drôle. C'est un hommage à Buster Keaton fabuleux, où le rire ne vient pas d'un train qui déraille mais d'un corps qui se disloque.
Je me demanderai toujours comment une personne peut prendre du plaisir en regardant un film comme Cannibal Holocaust
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Pour les films d'horreur US, on ne peut oublier le traumatisme de la guerre du Vietnam.
Après ce bain de sang, les films d'horreur avaient un rôle d'exorciste de toutes les horreurs de la guerre.
Ainsi, on a vu des films comme L'Exorciste ou Carrie.
Je sais je suis pas très clair mais j'suis un peu crevé :oops: :roll:
En +, je ne suis pas vraiment un expert en la matière :oops:
akira64

Re: Les films d'horreur

Post by akira64 »

johndoe_df wrote:
Pacaya wrote:Non, je ne pense pas. D'un côté, on a Ring, de l'autre : Cannibal Holocaust. Mais au milieu, on a Brain dead : un film très gore, et pourtant très drôle. C'est un hommage à Buster Keaton fabuleux, où le rire ne vient pas d'un train qui déraille mais d'un corps qui se disloque.
Je me demanderai toujours comment une personne peut prendre du plaisir en regardant un film comme Cannibal Holocaust
Interessant je ne veux pas faire partir ce topic sur un debat sur le film car ce n'en est pas le sujet, je dis donc juste que ce film me fascine ce qui ne veut absolument pas dire que je prend du plaisir a le regarder bien au contraire mais ca ne veut pas dire que ce film n'est pas interessant une chose est sur je le prendrais en dvd alors que je sais tres bien que je n'oserais quasiment jamais me le passer (comme ma vieille VHS vu une seule fois et qui a du etre plus usé par d'autres magnetos) mais c'est une fascination, d'autant que dire qu'il s'agit d'un film gratuit et vide de sens est une grosse erreur.
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15433
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Re: Les films d'horreur

Post by Jordan White »

gally wrote:Bonjour,

L'horreur dans le cinéma pré-70 est bien différent de celui de nos jours.
Je ne suis pas une grande spécialiste mais j'ai remarqué que l'horreur naphtalinée est faite de façon insidieuse, elle est oppressante, ressenti dans une atmosphère alors que celle que plus près de nous (depuis les années 80) est plus visuelle, elle n'est que surenchère d'effet d'hémoglobine.
Cependant, on peut constater un petit revirement de ce fait avec des films tels que Ring ou Kaïro.

Le censure a-t-elle jouée un rôle dans ce fait ?

Personnellement, je préfère les films d'horreur qui ont une atmosphère oppressante alors que je regarde les hémoglobineux avec plus de "détente".

Alors peut-on faire une différence si nette ou pas ?

L'horreur des années 70 est je trouve partagée en deux courants. L'horreur documentaire, parfois suggérée : L'exorciste, Le cercle infernal, Haloween, etc..Ce qui donne des films très visuels sans néanmoins tomber dans le gore. La force vient de la suggestion et de ce qui peut sa cacher derrière une porte, plutôt que d'effets gores.
D'un autre côté, les films d'horreur plus dérangeants du début des années 70 jusqu'à la fin de la décennie , des films beaucoup plus "visuels" : La dernière maison sur la gauche, Massacre à la tronçonneuse ( qui est un cas un peu à part, car il combine la suggestion et le choc graphique, I Spit on your grave, La colline a des yeux. L'horreur se fait contemporaine, les effets chocs sont légion, les atrocités sont commises en gros plans. Les films puisent dans une mythologie de la peur associés aux faits divers ou aux atrocités quotidiennes.
Il y a eu un tournant au début des années 80 avec l'apparition des premiers films de "fanboys" gores ( Maniac peut-être avant tout le monde, quoiqu'il faudrait remonter à Herschel Gordon Lewis pour les premiers films) comme The Evil Dead et toute une série de films qui s'inspiraient largement des comic-book ( de leur esprit du moins) et de l'utilisation des techniques modernes de maquillages. Par exemple, le viol de la jeune femme dans la scène des bois de The Evil Dead ne passerait plus du tout aujourd'hui s'il devait être produit. La vague des films d'horreur des années 80 portent des qualités de mise en scène et un visuel très travaillés.
Aujourd'hui il y a une tendance au cynisme et au recyclage des recettes qui firent la gloire des films d'horreur des seventies à travers le regard d'anciens fans de ce cinéma qui crachent dans la soupe de façon éhontée sous couvert d'ironie. Scream en est un exemple "éclatant", puisqu'il enterre ce qui faisait la force des survival des années 70 en montrant aux spectateurs quand avoir peur, et comment réagir devant un meurtrier. Et pourtant il est devenu culte.
Il est évident que la censure a joué un rôle important dansles années 70 puisqu'elle interdisait tout simplement aux gens de découvrir les films. Il se ruait alors en vidéo-club. Et René Chateau les sortaient ensuite en cassettes, d'où le phénomène de culte qui leur a été porté.
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Voir en Scream une bête parodie des films des 80s serait très réducteur.
Certes, il se moque un peu des codes et les détourne(comme beaucoup de films des 90s), mais c pour mieux les renouveler(ce qui enclancha un revival de l'horreur adolescente plutôt malheureux c vrai :? ).
Et comme beaucoup de grands films d'horreur, c aussi un constat sociologique sur l'influence des images sur des esprits faibles, car les tueurs de Scream ne sont pas des êtres quasi-surnaturels increvables comme Myers ou Vorhees, ce sont des ados qui se prennent pour eux après avoir vu en boucle leurs exploits.
Et puis ça reste ultra jouissif comme film...

Les suites sont très moyennes, mais ne sont pas déplacées, et la trilogie Scream, bien qu'inégale, est intéressante.
darth-oli
Assistant(e) machine à café
Posts: 295
Joined: 16 Apr 03, 12:28
Location: L'Ambigu

Re: Les films d'horreur

Post by darth-oli »

gally wrote:Cependant, on peut constater un petit revirement de ce fait avec des films tels que Ring ou Kaïro.
ce n'est pas vraiment un revirement, le cinéma classique de fantomes japonais est souvent allé dans ce sens

gally wrote:Personnellement, je préfère les films d'horreur qui ont une atmosphère oppressante alors que je regarde les hémoglobineux avec plus de "détente".

Alors peut-on faire une différence si nette ou pas ?
ce dont tu parles, c'est la différence entre un film d'épouvante (terreur), et un film d'horreur .....................
"He was born with a gift of laughter and a sense that the world was mad."

top20