Le Cercle infernal/Full Circle (Richard Loncraine - 1976)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8660
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Le Cercle infernal (R.Loncraine) / Ne vous retournez pas (N. Roeg)

Post by Alexandre Angel »

Apparemment, à côté d'Alain Delon en bas, c'est Richard Loncraine, qui a l'air tout jeune.
Cette page rappelle évidemment ce docu récent vu sur le câble consacré aux grandes heures du festival (Du sang sur la neige, je crois).
Viggy Simmons
Assistant(e) machine à café
Posts: 198
Joined: 3 Oct 13, 18:23

Re: Le Cercle infernal (R.Loncraine) / Ne vous retournez pas (N. Roeg)

Post by Viggy Simmons »

mannhunter wrote: C'est fort probable, la preuve par l'image dans ce numéro de Première made in Avoriaz 1978 :mrgreen: :
Image
Cette archive est géniale ! Faudrait récupérer ces vieux numéros de Première.
Viggy Simmons
Assistant(e) machine à café
Posts: 198
Joined: 3 Oct 13, 18:23

Re: Le Cercle infernal (R.Loncraine) / Ne vous retournez pas (N. Roeg)

Post by Viggy Simmons »

C'est fou qu'on soit en 2017 et qu'il soit toujours impossible de trouver FULL CIRCLE en bonne qualité. (ou bien j'ai raté un truc?)
mannhunter
Laspalès
Posts: 15863
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le cercle infernal ( Richard Loncraine - 1976)

Post by mannhunter »

-magik- wrote:Le film possède d'immenses qualités (cette musique !) que j'aimerais bien revoir un jour dans de meilleures conditions.
vic wrote:Full Circle (Richard Loncraine, 1976) : par où commencer ... Mia Farrow fait du Mia Farrow et a rarement été aussi convaincante et vulnérable. La mise en scène est tout ce qu'il y a de plus subtile et sobre. Les personnages sont attachants tout en gardant leur ambiguïté. Loncraine prend son temps pour imposer une narration impeccable et ménage ses effets. L'atmosphère irrésistiblement noire et deséspérée provoque une impression forte et durable sur le spectateur subjugué. La musique enveloppe le tout à la perfection.
Je n'ai fait qu'effleurer le sujet, d'autres en parleront mieux que moi ... :wink:
8,66666/10
vic wrote:Full Circle est vraiment à voir sur grand écran où il prend toute sa force. L'interprétation à fleur de peau de Mia Farrow file des frissons, surtout dans la première partie, et le reste du cast ultra british est génial. Le film est parfaitement découpé et mis en scène et la photo, très lumineuse, est superbe. Un très très grand film fantastique qui mérite amplement le statut de classique. J'ai encore mieux apprécier que la première fois, qui avait déjà été un choc.
Colqhoun wrote:Ce film est assurément un très grand film.

En quelques phrases:

Après un début qui vous met vraiment mal à l'aise, nous suivons l'histoire de cette femme perturbée, déprimée et qui s'enfonce peu à peu dans une histoire des plus morbides, tout en étant continuellement persécutée par son infâme mari.

Le film, sans aucun effet particulier, réussit à instaurer une ambiance horrifico-fantastique impressionante. La réalisation est très classieuse, tout en se permettant des plans plus "modernes". L'interprétation est sans faille (malgré la vf) et la fin est carrément boulversante. Un film à voir.

Tuck pendleton wrote:effectivement ce Full Circle est très bon mais passe malheureusement après pas mal de film du même genre (pour moi). D'où un petit côté déjà vu. Mise en scène très élégante et angoissante, c'est assez lent (surtout au début), Mia Farrow est convaincante (un peu plus de réserve sur les second rôles-Mr.Lawrence avec les cheveux long c'est dur), le ton fantastique minimaliste à la Rebecca m'a beaucoup plus.

Quelques scènes magnifiques:
Spoiler (cliquez pour afficher)
- Les caresses de Farrow, ces plans sur les deux mains et le téléphone qui se met à sonner :shock: génial
- La fin scotche (le visage de la jeune fille est extraordinaire+le générique) et je sais d'où vient maintenant une des signatures de Mannhunter.
- la scène du Full Circle et l'efficace chute des escaliers
Bilan très positif: 5/6
Bob Harris wrote:A l'instar des Autres d'Amenabar, c'est un beau film fantastique qui distille une ambiance envoûtante, mystérieuse, ce qui en fait une réussite totale du film de fantômes. Full Circle fascine pour son étrange ambiguité dans la description psychologique de la névrose qui gagne peu à peu l'héroïne interpretée par la formidable Mia Farrow. Les mécanismes de la peur sont traités toute en subtilité, avec élégance et renforcent la complexité intellectuelle du film. Ajoutez à tout cela l'un des climax les plus saisissants du cinéma fantastique et vous obtenez un chef-d'oeuvre méconnu qu'il faut absolument découvrir...
John Constantine wrote:Full Circle: pas grand chose à rajouter aux louanges. Très belle photo lumineuse, très bonne utilisation de l'espace dans la maison et des scènes très belles -
Spoiler (cliquez pour afficher)
les mains pdt le sommeil et le fabuleux travelling de la fin autour du fauteuil de Mia Farrow
, impeccable mais p-ê un brin trop évidente avec ses cheveux courts rosemarybabiens. P-ê que l'émotion, la force du film passent justement par cette résonnance avec le film de Polanski dans l'esprit du spectateur.

Je note une atmosphère très british, des bonnes tronches dans les seconds rôles et un humour pince-sans-rire comme l'a noté mon voisin de gauche notamment avec
Spoiler (cliquez pour afficher)
"le remake de la mort de Claude François".
Surtout une bonne transcription de l'univers des premiers bouquins de Peter Straub et de ses thèmes - le secret de famille qui empoisonne et la femme dominatrice d'un groupe de mâles qu'il reprendra avec brio dans Ghost Story.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le monologue du mari de Mia Farrow (sosie de Ian Curtis, je persiste) qui croit parler à sa femme dans l'escalier de la cave
est intelligemment écrit, et va dans le sens de l'hommage henryjamesien du film avec ses coïncidences qui en sont ou pas - même si en y repensant, c'est moins ambigu que Le Tour d'Ecrou parce que le mari il a vu kekchose non?

Qd à la zique, Mannhunter est fan de Goblin et Tangerine Dream, donc je compatis.
Last edited by mannhunter on 22 Aug 20, 11:44, edited 3 times in total.
mannhunter
Laspalès
Posts: 15863
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le Cercle infernal (Richard Loncraine - 1977)

Post by mannhunter »

Beule wrote: 19 Aug 20, 10:43
"Je n'étais pas si intéressé par l'aspect horrifique de l'histoire, ce qui m'a attiré c'était la chance de faire un film dans lequel il y avait deux histoires parallèles, capables d'interprétations complètement différentes. Curieusement, presque toutes les femmes qui voient le film pensent que c'est une histoire de fantôme, alors que les hommes pensent que c'est l'histoire d'une dépression".
Ou alors il y a la position intermédiaire - la mienne, celle de l'hermaphrodite ? :mrgreen: - qui ne saurait nier l'évidence
Spoiler (cliquez pour afficher)
d'une manifestation maléfique venant troubler une psyché déjà passablement ébranlée.
Qu'il s'agisse ou pas d'un cas de possession avéré, le débat reste ouvert et le final , remarquable d'ambiguïté, laisse la porte ouverte à toutes les interprétations dans un entre-deux quasi insondable. Car enfin, il me semble qu'il y a trop d'indices disséminés
Spoiler (cliquez pour afficher)
(de la mort "accidentelle" de Swift au plan de coupe sur le regard vertigineusement déshumanisé de Julia provoquant l'attaque de la mère d'Olivia) pour souscrire aveuglément à la thèse de la dépression virant à la démence criminelle.
Et c'est donc à ce niveau que se situent mes (menues) réserves. Ce n'est pas tant l'existence des séquences chocs qui me pose problème que leur mise en scène par trop conforme aux canons en vigueur dans le cinéma de genre : lors de ces séquences je trouve que Full Circle perd quelque chose de sa si troublante opacité.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Les quelques plans précédant l'accident de Conti dans sa salle de bain (menace latente extérieure puis plan presque subliminal sur le vestibule)
participent ainsi de cette désarticulation de l'intangible. Trop de savoir faire mis en oeuvre au service d'une efficacité frontale qui parfois en vient à nier les intentions du cinéaste, à tout le moins cas celles qu'il affiche au regard de ce que tu viens de me relater.

Ça n'empêche que, si l'occasion m'en est donnée, j'aurai grand plaisir à le redécouvrir dans des conditions optimales. Ne reste plus qu'à prier pour que cet imbroglio juridique au niveau des droits puisse enfin être levé à court terme. :wink:
Et Potemkine Films ressort en salle NE VOUS RETOURNEZ PAS en version restaurée 4K le 16 Septembre

Image
User avatar
Beule
Cadreur
Posts: 4025
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Re: Le Cercle infernal (Richard Loncraine - 1976)

Post by Beule »

:roll: :o

Image

Petit garnement.
Image