Le Cercle infernal/Full Circle (Richard Loncraine - 1976)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Lord Henry
A mes délires
Posts: 9467
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Re: Le Cercle infernal ( Richard Loncraine - 1977)

Post by Lord Henry »

Cela dit Roeg a l'habitude de ces plans qui donnent le sentiment - erroné - au spectateur qu'une scène a disparu au montage - cf le début de l'Homme qui venait d'ailleurs.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le Cercle infernal ( Richard Loncraine - 1977)

Post by Demi-Lune »

ingoruptibles wrote:D'ailleurs, Demi-Lune, ton avis datant du 10 juin 2010, quelle est ton opinion sur ce film à posteriori ?
Chiant. :mrgreen:
Désolé pour les amateurs, mais le souvenir d'un film incroyablement emmerdant prédomine sur celui d'images plus fugaces : l'ouverture avec la diapo, la scène de baise, Venise glauque... Le film n'a pas mûri en bien dans ma tête. Les questionnements restés en suspens ne m'ont pas trotté longtemps en mémoire. Loin de m'envoûter, de me titiller de manière insidieuse, Don't look now m'a surtout plus agacé encore a posteriori qu'autre chose.

Tiens, puisque le topic a été débaptisé, j'en profite pour mentionner que j'ai vu, depuis, Full Circle, et que j'ai trouvé ça parfaitement anecdotique.
mannhunter
Laspalès
Posts: 15854
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le Cercle infernal ( Richard Loncraine - 1977)

Post by mannhunter »

Demi-Lune wrote:Loin de m'envoûter, de me titiller de manière insidieuse, Don't look now m'a surtout plus agacé encore a posteriori qu'autre chose.

Tiens, puisque le topic a été débaptisé, j'en profite pour mentionner que j'ai vu, depuis, Full Circle, et que j'ai trouvé ça parfaitement anecdotique.
bref t'as aucun goût :mrgreen:
mannhunter
Laspalès
Posts: 15854
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le Cercle infernal ( Richard Loncraine - 1977)

Post by mannhunter »

Un livre étude sur l'enfance de la peur, de FULL CIRCLE à BLACK CHRISTMAS en passant par LES INNOCENTS.

http://www.editions-harmattan.fr/index. ... e&no=40093
mannhunter
Laspalès
Posts: 15854
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le Cercle infernal ( Loncraine)/Don't look now (Roeg)

Post by mannhunter »

NE VOUS RETOURNEZ PAS de Nicolas Roeg ce soir sur Arte!
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by Demi-Lune »

J'ai voulu redonner une chance à Ne vous retournez pas mais mon avis (très mitigé) ne diffèrera pas sensiblement.
Un point positif a été que le fait de connaître l'intrigue a réduit la sensation d'ennui mortel. Je reste convaincu que ce rythme difficile était recherché par Roeg pour exprimer la douleur et l'affliction du deuil, et serais donc moins sévère à ce sujet qu'envers la complaisance du scénario qui brasse pour moi beaucoup de vide mais le fait de façon suffisamment tarabiscotée pour entretenir artificiellement un mystère, et provoquer chez le spectateur la perplexité d'être peut-être passé à côté de quelque chose lorsque intervient le temps des "tout ça pour ça?".
Le film a sporadiquement un pouvoir vénéneux mais, le cul soigneusement entre deux chaises (l'intrigue est à la fois simple et insoluble de par tous ses détails sibyllins), ça finit par me lasser, perso : l'agacement de se sentir baladé pour pas grand-chose l'emporte assez largement sur la fascination. Pas très fan de la mise en scène, d'ailleurs, et de certains effets expérimentaux de montage pas toujours très heureux. Julie Christie est superbe et Sutherland très bon dans un registre intériorisé pas évident.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89520
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by Jeremy Fox »

Demi-Lune wrote:J'ai voulu redonner une chance à Ne vous retournez pas mais mon avis (très mitigé) ne diffèrera pas sensiblement.
Un point positif a été que le fait de connaître l'intrigue a réduit la sensation d'ennui mortel. Je reste convaincu que ce rythme difficile était recherché par Roeg pour exprimer la douleur et l'affliction du deuil, et serais donc moins sévère à ce sujet qu'envers la complaisance du scénario qui brasse pour moi beaucoup de vide mais le fait de façon suffisamment tarabiscotée pour entretenir artificiellement un mystère, et provoquer chez le spectateur la perplexité d'être peut-être passé à côté de quelque chose lorsque intervient le temps des "tout ça pour ça?".
Le film a sporadiquement un pouvoir vénéneux mais, le cul soigneusement entre deux chaises (l'intrigue est à la fois simple et insoluble de par tous ses détails sibyllins), ça finit par me lasser, perso : l'agacement de se sentir baladé pour pas grand-chose l'emporte assez largement sur la fascination. Pas très fan de la mise en scène, d'ailleurs, et de certains effets expérimentaux de montage pas toujours très heureux. Julie Christie est superbe et Sutherland très bon dans un registre intériorisé pas évident.
Comme lors de ma première tentative terminée en accéléré, je n'ai cette fois-ci pas réussi à dépasser la demi-heure car j'ai à peu près le même ressenti que toi :oops:
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12778
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by hellrick »

Je ne l'ai pas revu hier mais je l'ai déjà vu plusieurs fois et je reste assez client (tout en reconnaissant que sa réputation élogieuse est un peu surfaite)...j'aime bien son côté giallo qui pompe franchement l'intrigue de Qui l'a vue mourir? et, plus généralement (niveau ambiance), les titres les plus "bizarres" du filon italien, en particulier La maison aux fenêtres qui rient de Pupi Avati, Le Parfum de la dame en noir et "l'incompréhensiblement" fascinant Le Orme. :wink:

EN tout cas je le préfère de loin au Cercle infernal :oops:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by Demi-Lune »

hellrick wrote:j'aime bien son côté giallo qui pompe franchement l'intrigue de Qui l'a vue mourir?
Ah mais complètement. Ça m'avait marqué quand j'avais vu le film de Lado. C'est hallucinant que Lado n'ait pas fait un procès pour plagiat. Ou alors, peut-être ne l'a-t-il pas fait parce que son film s'inspirait sans le dire de la nouvelle de Daphné du Maurier. En tout cas tout y passe : Venise crado, la gamine qui meurt, les cadavres repêchés dans les canaux, l'assassin qui court, le couple de parents endeuillés (une blonde et un moustachu)... même la scène de baise !
C'est vrai que Ne vous retournez pas passe finalement pour un version auteurisante d'un certain cinéma bis italien.
En tout cas la fin de Qui l'a vue mourir est beaucoup plus fendarde que celle du Roeg (le mannequin qui tombe au ralenti de quatre façons différentes, comme un bêtisier :lol: ).
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by Anorya »

Image


Ne vous retournez pas (Roeg - 1973).

Enfin vu, merci Arte et ce fut pour ma part une découverte fort plaisante. Curieusement la facture "classique" du film m'a surpris. J'avais connu Roeg plus impressionnant dans les délires de Performance avant cela. Même Walkabout qui précède cet espèce de semi-giallo s'avère plus fascinant. Cela dit je ne veux pas minimiser les qualités de ce film même si comme Hellrick, je me demande pourquoi toute cette réputation élogieuse. La photographie (d'autant plus en HD) est sublime et il faut quand même du talent pour faire ressortir la morbidité de Venise par temps hivernal. Sutherland et Christie sont excellents et la musique de Pino Donaggio s'avère plus que belle, apportant la tension nécessaire ou des moments d'empathie qui m'ont presque fait monter les larmes aux yeux.

Car finalement j'ai plus pris le film comme un drame qu'autre chose (d'où que je dis "semi-giallo". D'ailleurs côté rythme, Roeg qu'on a connu plus inspiré est un peu en mode hibernation parfois. Encore que le montage de l'accident au début fait encore tout son petit effet) mais il s'en dégage un côté mortifère assez intéressant. Ainsi quand l'accent sur le rouge n'est pas mis artificiellement un peu partout --une mosaïque à l'église où la caméra s'attarde sur les "pleurs" de sang d'un visage qu'on devine le christ, le fond rouge du verre de Sutherland, la bougie rouge du prêtre, etc etc-- au risque d'en énerver plus d'un, c'est le montage et l'agencement des plans dans le récit qui crée une sensation étrange à plusieurs niveaux. Ainsi, comment l'architecte Baxter...
Spoiler (cliquez pour afficher)
...pouvait-il savoir que la vision de sa femme en noir n'est autre que l'annonciation de sa mort prochaine ?
Evidemment le risque d'en faire trop guette aussi, particulièrement dans son final (que pour ma part j'ai interprêté par le fait qu'il revoyait un peu sa vie défiler à ce moment là une dernière fois). Mais bon en même temps ça c'est la patte Roeg, perceptible entre toutes même au sein de ce film un peu plus relâché et mou que d'habitude.

4/6
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14349
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by Demi-Lune »

Anorya wrote:Ainsi, comment l'architecte Baxter...
Spoiler (cliquez pour afficher)
...pouvait-il savoir que la vision de sa femme en noir n'est autre que l'annonciation de sa mort prochaine ?
Justement, il ne le sait pas. S'il l'avait compris, il ne se serait pas exposé aux devants du danger.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le montage au moment où il agonise l'explicite, parce que Sutherland comprend visuellement seulement à ce moment-là que cette vision de sa femme en noir était une prémonition. La médium avait dit à Julie Christie qu'il avait le don... qui peut être aussi une malédiction.
C'est d'ailleurs une des faiblesses de ce script tarabiscoté que Sutherland ne se montre pas plus prudent après qu'il ait eu Christie au téléphone, depuis l'Angleterre. L'impossibilité qu'elle puisse se trouver physiquement là-bas et à Venise, comme il en a la vision, confirme définitivement que ce qu'il a vu est très louche. Ayant été déjà "alerté" par l'accident dans l'église et sachant, par le biais de son épouse, que la médium sentait une menace peser sur lui, cette accumulation d'événements inquiétants en si peu de temps aurait dû, sinon lui mettre la puce à l'oreille, du moins l'inciter à beaucoup plus de prudence. La manière qu'il a de poursuivre la naine ne s'explique que parce que le ciré rouge lui rappelle sa fille, sinon l'enchaînement est assez artificiel.

Si on veut jouer à ça, il y a des questions beaucoup plus insolubles que ça dans ce film :mrgreen:

Pourquoi le fou rire des deux sœurs dans leur chambre d'hôtel, qui donne l'impression au spectateur qu'elles complotent quelque chose ?
Spoiler (cliquez pour afficher)
Bon là je gage que c'est sans doute un pur effet de montage à la Roeg, décontextualisé de la situation dans laquelle ce rire a effectivement eu lieu, pour créer une fausse piste et entretenir l'ambiguïté sur les intentions de ces deux femmes.
Pourquoi ajouter le point de vue de l'évêque (qui se réveille en sursaut) au moment le plus dramatique du film ? Tacitement le film le lie à ce qui se joue, sinon ça n'aurait strictement aucun intérêt, d'un point de vue narratif, de l'associer au montage de cette séquence-là.
Spoiler (cliquez pour afficher)
La seule explication logique qu'il semble falloir en déduire est qu'il est lui aussi investi d'un don de prescience... ce qui fait beaucoup de monde à l'avoir, du coup. :lol: En tout cas le personnage est assez énigmatique et le fait qu'il incarne l'institution religieuse ET l'employeur de Sutherland n'est à l'évidence pas fortuit.
A quoi diable correspond cette diapositive que Sutherland regarde au début et sur laquelle figure déjà le ciré rouge ?

Pourquoi l'aveugle gravit-elle les marches seule à la fin sans grande difficulté alors que pendant tout le film, on nous l'a montrée comme incapable de se déplacer seule ?

Bon j'ai bien conscience que ça fait partie du jeu de ce genre de films d'accepter qu'il n'y ait pas de réponses. Mais dans le cas de Ne vous retournez pas, c'est l'impression de creux et d'inutilement embrouillé qui me reste.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by Anorya »

Demi-Lune wrote: Bon j'ai bien conscience que ça fait partie du jeu de ce genre de films d'accepter qu'il n'y ait pas de réponses. Mais dans le cas de Ne vous retournez pas, c'est l'impression de creux et d'inutilement embrouillé qui me reste.
Oui bien sûr mais l'on peut étendre la règle à quasiment toute la filmo de Roeg même. Et c'est pour cela que j'aime son cinéma, riche d'interprétation où tout le monde peut apporter des réponses et l'on ne te surligne pas forcément tout (je trouve). :)

Par exemple la diapositive que tu cites, on peut juste y voir un effet de redite dans le temps qui pourrait être tout à la fois lié au souvenir de leur gamine dans leur église que d'un pur hasard justement à ce moment où la photo a été prise, ce qui fait sourire un peu Sutherland à ce moment me semble-t-il. Dans ce cas on pourrait expliquer plus naturellement à la fois son doute et le fait qu'il aille au devant du danger (même "alerté") par le fait qu'il n'a --contrairement à sa femme-- jamais pu faire son deuil aussi. C'est du moins comme ça que je le vois et cela éclaire pour moi toutes les hésitations qu'il a par la suite.

Peut-être a t'il effectivement le don mais il refuse d'y croire --tout comme en la foi d'où sa remarque amusée quand il s'aperçoit que sa femme baise la main de l'évêque--. Il ne pense que par la logique et pense que les deux femmes tentent d'abuser de la crédulité de son épouse, elle-même encore très perturbée et ayant subi un évanouissement qui semble agir par la suite comme une catharsis (hop je m'évanouis et après ça y est j'ai fait mon deuil, j'vais mieux :mrgreen: ). Mais voilà, au moment où il y croit, qu'il remonte mentalement le lieu où les meurtres se sont produits ou qu'il a vu les deux femmes, il commence à le faire d'après instinct (Roeg insiste à deux reprises sur un vol d'oiseau dans une même direction à chaque fois. La seconde, Sutherland décide d'aller dans la direction qu'ils ont prise). Et c'est quand il commence à y croire que dès lors il est perdu. Je le vois comme ça mais le palais embrumé du final, j'ai l'impression que comme Orphée le personnage descend en enfer (il ferme même la grille comme s'il n'y avait aucun retour possible inconsciemment). Sans doute veut-il, pense-t-il y ramener sa fille comme si c'était Eurydice. Et face à cette personne encapuchonnée de rouge qui hésite, il enjoint fatalement à ce qu'elle se retourne, et montre son visage. L'erreur de trop. Orphée s'était retourné au dernier moment, Baxter enjoint à cette personne de finalement se retourner. Or il aurait pu demander à ce qu'elle ne se retourne pas, d'où le titre. M'enfin c'est une libre interprétation personnelle comme je l'ai dit. :)

Pour l'évêque je pense qu'il s'agit plus d'une prémonition soudaine. Ce dernier avait bien dit à l'architecte qu'il avait perdu son père et qu'il a crû un instant que Sutherland finirait pareil. J'y vois plus une personne qui soudain s'inquiète de trop et finit par en faire un mauvais rêve. Bien sûr on peut penser que c'est gros mais on peut aussi y voir la foi de l'évêque vaciller face à une puissance du mal inconnue (le meurtrier recherché vainement par la police).

Pour le rire des deux soeurs, oui c'est bien ce que tu dis, je confirme. Je rajoute même que c'est un peu normal de voir des personnes exubérantes et qui peuvent nous sembler grotesques et/ou absurdes dans ses films. On retrouve pas mal de caractères qui sont parfois juste là pour déstabiliser dans son cinéma (je pense à Performance, The witches, L'homme qui venait d'ailleurs --bien gratiné celui-là) ou qui se chargent d'une notion d'inquiétante étrangeté où c'est souvent l'autre qui nous demeure d'un coup étranger.

Pour moi tout coule de source (même l'aveugle que tu dis ne pouvant se déplacer seule, si tu remarques bien, elle demeure un temps en retrait sur le quai, ne sachant plus où aller pendant les funérailles finales avant que l'autre ne vienne la chercher). Trop même, d'où que je trouve que c'est un poil trop classique pour du Roeg, le bonhomme m'ayant habitué délicieusement à plus fou. Mais comme tu l'as dit, oui, ça fait partie du jeu de ce genre de films.
Image
mannhunter
Laspalès
Posts: 15854
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by mannhunter »

Entretien avec le compositeur de FULL CIRCLE Colin Towns:

http://www.buysoundtrax.com/larsons_sou ... 28_13.html
mannhunter
Laspalès
Posts: 15854
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by mannhunter »

Projection de FULL CIRCLE Dimanche 20 Avril, en version restaurée à Paris:

http://shakirail.blogspot.fr/2014/04/ki ... il_11.html
bruce randylan
Mogul
Posts: 11493
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Le Cercle infernal (Loncraine)/ Ne vous retournez pas (R

Post by bruce randylan »

Oulah mais c'est carrément tentant ça ! :D
(mais j'ai un peu peur du cadre et des conditions de visionnages)
Last edited by bruce randylan on 17 Apr 14, 18:22, edited 1 time in total.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"