Mitchell Leisen (1898-1972)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Vos avis sur 2 films de Mitchell Leisen

Post by Cosmo Vitelli »

Tancrède wrote:Vie facile et La baronne de minuit
Merci
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
User avatar
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7282
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Vos avis sur 2 films de Mitchell Leisen

Post by Cathy »

Easy Living et Midnight (la baronne de minuit) existent tous les deux en DVD zone 1. Peut-être faurait-il privilégier d'autres découvertes. Personnellement j'ai découvert les deux films cet été, j'ai préféré Easy Living qui est une véritable comédie loufoque, contrairement à Midnight, comédie plus sophistiquée sans doute. Ce sont deux aspects de la comédie américaine, l'une plus "burlesque" que l'autre. La première permet de retrouver Jean Artur, la seconde Claudette Colbert et Don Ameche qui pour une fois ne fait pas son numéro d'éternel sourieur :) !
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Vos avis sur 2 films de Mitchell Leisen

Post by Ann Harding »

Cosmo Vitelli wrote:Quels films faut-il voir en priorité ?
Je te recommenderais les films suivants en sus des films déjà mentionés:
Death Takes a Holiday (Trois jours chez les vivants, 1934) avec Fredric March et Evelyn Venable. Un film vraiment étonnant entre comédie dramatique et surnaturel.
Hands Across the Table (Jeux de mains, 1935) avec Carole Lombard et Fred MacMurray. Petit bijou de la comédie.
Arise My Love (1940) avec Claudette Colbert et Ray Milland. Ca commence comme une comédie, devient un mélo puis un film catastrophe. Très étonnant avec en plus les dialogues de Billy Wilder.
Remember the Night (1940) avec Barbara Stanwyck et Fred MacMurray. Pas vu, mais un scénario de Preston Sturges!!!

Moi je vais en profiter pour découvrir ses premiers films du début des années 30 comme:

Cradle Song (1933) avec la charmante Evelyn Venable.
Tonight is Ours (1933) avec Fredric March et Claudette Colbert
francesco
Accessoiriste
Posts: 1587
Joined: 28 Jun 06, 15:39
Location: Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Mitchell Leisen

Post by francesco »

J'ajouterai que les deux mélos Par la porte d'or (scénario de Wilder également) et A chacun son destin, tous les deux avec De Havilland sont remarquablement justes, tant au niveau du jeu des acteurs (Goddard et Boyer pour le premier), qu'à celui des dialogues, du rythme, des situations d'une grande force émotionnelle. Pour le deuxième les exploiteurs en salle avaient écrit pour protester : après la dernière séquence le public était tellement en larmes qu'ils n'arrivaient plus à trouver la sortie des salles :!:


A voir aussi deux raretés absolues dont on dit au moins qu'ils sont des curiosités esthétiques : Les Nuits ensorcelées et L'Aventure vient de la mer.
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young
Fatalitas
Bête de zen
Posts: 38662
Joined: 12 Apr 03, 21:58

Re: Mitchell Leisen

Post by Fatalitas »

francesco wrote:J'ajouterai que les deux mélos Par la porte d'or (scénario de Wilder également) et A chacun son destin, tous les deux avec De Havilland sont remarquablement justes, tant au niveau du jeu des acteurs (Goddard et Boyer pour le premier), qu'à celui des dialogues, du rythme, des situations d'une grande force émotionnelle. Pour le deuxième les exploiteurs en salle avaient écrit pour protester : après la dernière séquence le public était tellement en larmes qu'ils n'arrivaient plus à trouver la sortie des salles :!:
+1 pour ces deux titres (que j'avais decouvert sur cineclassic il y a 3 ou 4 ans)

ainsi que Jeux de mains, deja signalé par Ann Harding

j'aurai été parisien, je n'aurai pas loupé cette retro :(

à noter un dossier Leisen dans le Split Screen n°4 Printemps 2008
Image
Super Soul
Assistant(e) machine à café
Posts: 296
Joined: 20 Jun 07, 15:32
Location: La Cinémathèque française

Re: Vos avis sur 2 films de Mitchell Leisen

Post by Super Soul »

Cosmo Vitelli wrote:
Ann Harding wrote:Rétrospective Mitchell Leisen à la Cinémathèque de Bercy à partir du 27 août 2008. 8)
Le programme complet n'est pas encore dispo sur le site, mais, j'en salive déjà!
Quels films faut-il voir en priorité ?
Dans son texte de présentation de la rétro, Mark Rappaport s'emballe entre autres pour La baronne de minuit, déjà conseillé par Tancrède, et La porte d'or, conseillé par francesco. Apparemment, le reste n'est pas à jeter non plus, cela dit.

A noter aussi que Blaq Out sortira un coffret Leisen le 1° octobre prochain, avec le fameux La baronne de minuit évoqué plus haut.
Je parle pas aux mecs qui ont une scène de chasse sur leur pull
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Mitchell Leisen

Post by bruce randylan »

Dès que j'ai un peu de temps, j'y cours :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Mitchell Leisen

Post by Ann Harding »

ImageImage
Dorothea Wieck & Evelyn Venable

Cradle Song (1933)
Après la mauvaise copie de Swing High, Swing Low présentée précédemment, je m'attendais au pire pour ce film peu connu. En fait, nous avons eu droit à une copie restaurée (son & image) 35 mm de toute beauté! :shock: 8)
Joanna (Dorothea Wieck) quitte sa famille d'adoption où elle servait de mère aux jeunes enfants pour entrer au convent. Ses premiers temps sont difficiles car elle regrette amèrement d'avoir laisser ses jeunes frères et soeurs derrière elle. Un jour, un bébé est abandonné devant le couvent. Joanna est autorisée à l'éléver come sa fille avec les autres soeurs. L'enfant, Theresa (E. Venable), grandit et semble plus attirée par le monde extérieur que par une vie monacale au grand désespoir de Joanna....
La cinématographie de Charles Lang a toutes les qualités des meilleurs films Paramount des années 30: crémeuse avec d'infinies nuances de gris. 8) Les gros plans des deux actrices sont une pure merveille qui s'apprécient au mieux sur grand écran. 8) Sur un sujet qui pourrait être mièvre, Leisen réussit un film réellement émouvant grâce à l'actrice allemande Dorothea Wieck qui donne à son portrait de nonne, une humanité qui n'est pas éloigné de celle de Deborah Kerr bien des années plus tard. Evelyn Venable, qui sera l'actrice principale de Death Takes a Holiday l'année suivante, a déjà ce charme si particulier avec sa voix sombre et son visage poupin. Un film tout en douceur, avec quelques éclats de rire, mais, sans jamais déraper vers le mélo larmoyant. A voir pour découvrir deux très belles actrices. :)
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Mitchell Leisen

Post by bruce randylan »

Masquerade in Mexico ( 1945 )

Première rencontre donc avec le cinéaste pour une comédie qui ne doit surement pas faire partie des incontournables du de Leisen mais qui demeure très agréable.
Quelques bons mots, des seconds rôles plutôt drôles ( le chauffeur de taxi ou le toréador ), quelques situations/quiproquos bien menés, des connotations sexuelles plus poussées qu'à l'accoutumée, des décors et des costumes forcement stylisés et un duo d'acteur qui fonctionne bien ( sans pour autant faire des étincelles... )... Ca suffit donc à passer un bon moment malgré un rythme en dent de scie au début du dernier tiers et une mise en scène peu inspirée au final.
Celà dit, Leisen n'est jamais aussi bon que quand il s'amuse à jouer avec les codes et les séquences obligées. Les intermèdes musicaux notamment sont intégrés avec beaucoup de malice et d'ironie dans l'intrigue comme cette danse de Dorothy Lamour ( dans une robe bien osée :) ) qui essaye d'échapper aux médisances de Ann Dvorak.

Encourageant donc :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
francesco
Accessoiriste
Posts: 1587
Joined: 28 Jun 06, 15:39
Location: Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Mitchell Leisen

Post by francesco »

Remake de la Baronne de Minuit dont il n'atteint pas tout à fait l'espèce de grâce (les rapports humains étaient moins attendus dans la première version -par exemple Knowles qui reprend le rôle de Barrymore est beaucoup moins ambigu, le rythme étant par ailleur un peu moins soutenu, le ton moins totalement léger avec cette fin qui se rapproche d'un sentimentalisme qu'évitait totalement La Baronne). C'est remarquable d'élégance, tant plastiquement (la musique, les costumes, les décors) que dans une mise en scène qui traduit un certain exotisme fantasmé sans tombé dans la pacotille. Les intermèdes musicaux sont parfaitement intégré à l'action, le film n'a rien d'une comédie musicale d'ailleurs, la musique sert de toile de fond et souvent la caméra quitte se consacre aux réactions du public où à ce qui se passe en coulisse.
Le film reprend presque textuellement les grandes scènes du premake ce qui sans doute m'a empéché d'apprécier le film autant qu'il le méritait l'effet de surprise ne jouant plus.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Mais le taxi disparait vite et Dorothy Lamour tombe amoureuse de la bonne fée, qui divorce finalement de se femme.
L'interprétation est à la hauteur de la première version et ça c'est remarquable et surprenant. Seul Knowles manque du grain de folie de Barrymore. Lamour est un délice à regarder et à entendre et se révèle très drôle, dans un registre un poil plus clownesque que Colbert laquelle restait toujours élégante. Dvorak est remarquable, aussi bonne je crois qu'Astor (et pourtant vous savez que je suis fan de cette dernière) dont elle reprend à merveille le narcissisme complaisant. Un peu plus hystérique quand Astor demeurait une femme du monde.

Copie pas très bonne, mais surtout à laquelle il manque deux bobines au moins : une chanson de Lamour et la séquence de son réveil à l'hotel et de son explication avec "la bonne fée".
Last edited by francesco on 5 Sep 08, 10:31, edited 1 time in total.
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young
francesco
Accessoiriste
Posts: 1587
Joined: 28 Jun 06, 15:39
Location: Paris depuis quelques temps déjà !

Re: Mitchell Leisen

Post by francesco »

Tiens je note que Bruce parle du Toréador comme d'un second rôle. C'est Arthur de Cordora (je crois que c'est ça) que je ne connaissais pas et que j'ai trouvé extrêmement drôle. Ce qui est interessant c'est que c'est lui dont le nom apparait au dessus du titre, à côté de celui de Lamour.
Spoiler (cliquez pour afficher)
June Allyson
Mary Astor
Carroll Baker
Leslie Caron
Joan Collins
Joan Crawford
Bette Davis
Doris Day
Irene Dunne
Edwige Feuillère
Greer Garson
Betty Grable
Gloria Grahame
Susan Hayward
Miriam Hopkins
Betty Hutton
Jennifer Jones
Zarah Leander
Gina Lollobrigida
Jeanette MacDonald
Anna Magnani
Jayne Mansfield
Sara Montiel
Maria Montez
Merle Oberon
Anna Neagle
Lilli Palmer
Eleanor Parker
Rosalind Russell
Lizabeth Scott
Norma Shearer
Lana Turner
Jane Wyman
Loretta Young
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Mitchell Leisen

Post by bruce randylan »

francesco wrote: Copie pas très bonne, mais surtout à laquelle il manque deux bobines au moins : une chanson de Lamour et la séquence de son réveil à l'hotel et de son explication avec "la bonne fée".
:o :cry:

Je me disais bien qu'il manquait quelques choses entre sa 1ère nuit à l'hôtel et l'arrivée à la Corrida...
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2289
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Mitchell Leisen

Post by Music Man »

francesco wrote:Arthur de Cordora (je crois que c'est ça) que je ne connaissais pas et que j'ai trouvé extrêmement drôle.
Arturo de Cordova est un excellent acteur mexicain. Il était remarquable en mari jaloux dans El de Bunuel. Fort drôle dans Masquarade à Mexico, cet acteur ne manquait pas de talent.

Bruce, tu étais à la séance de mercredi ou de jeudi? :wink:
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Mitchell Leisen

Post by bruce randylan »

Celle de Jeudi :wink:

C'est vrai qu'on pourrait ce donner rendez-vous la-bas un de ses 4 ( Avec Ann Harding ? )...
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Ann Harding
Régisseur
Posts: 3048
Joined: 7 Jun 06, 10:46
Location: Paname

Re: Mitchell Leisen

Post by Ann Harding »

To Each His Own (A chacun son destin, 1946)

A Londres durant la seconde guerre mondiale, Jodie Norris (Olivia de Havilland) se souvient de son passé... Elle était la fille du patron du drugstore dans une petite ville américaine. Sa vie sans histoire bascule le jour où elle rencontre un pilote (John Lund). Leur aventure est sans lendemain car il meure peut de temps après. Enceinte de lui, Jody doit cacher sa grossesse à la petite ville puritaine. Elle tente 'd'adopter' l'enfant; mais, son strategème s'effondre quand une autre femme prend l'enfant avant elle....

Le scénario recèle tous les clichés des mélodrames avec mère sacrificielle. Un film avec Ann Harding, The Life of Vergie Winters (1934) de E. Santell contient à peu près les mêmes éléments. Mais, quand le film de Santell est un sombre navet, écrasé par un scénario improbable, le film de Leisen réussit à donner vie au personnage de Jodie. De Havilland accepte de s'enlaidir avec un maquillage veillissant guère flatteur (d'ailleurs, ils auraient pu limiter celui-ci car elle n'est censé avoir que 40 ans et des poussières à la fin du film!) et porte le film de bout en bout avec un superbe charisme. Le début du film à Londres durant le blitz est excellent: elle découvre petit à petit son compagnon Lord Desham (Roland Culver) qui manque de tomber du toit où ils sont postés. Aucun des autres acteurs n'est vraiment célèbre; mais, ils sont tous excellents dans leurs différents rôles. Mitchell Leisen (contrairement aux vacheries de Wilder!) était réellement un brillant metteur en scène qui savait doser l'émotion et l'humour dans ses films. :)
Il faut ajouter que la copie (du UCLA Film & TV archive) restaurée était absolument superbe. 8)
Last edited by Ann Harding on 14 Sep 08, 21:54, edited 2 times in total.