En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15198
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Watkinssien »

Un film important, cauchemardesque et d'une grande force subversive.

La mise en scène d'Aldrich est redoutable d'efficacité et la caractérisation des personnages est excellemment traitée.
Last edited by Watkinssien on 20 Nov 13, 10:31, edited 1 time in total.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14197
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by k-chan »

:lol: Merci Nestor d'avoir replacé mon avis ici. :lol:
J'étais bien énervé. :mrgreen:

Je lui redonnerai une chance.
Cadichon
Bourriquet au carré
Posts: 352
Joined: 4 Sep 08, 17:57

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Cadichon »

Considérer "Kiss me deadly" comme un film noir m'apparaît assez réducteur. Il marque au contraire une rupture avec le genre. Adieu faucon, grand sommeil et assurance même sur la mort. Aldrich crée un polar nerveux qui inspirera jusqu'aujourd'hui des metteurs en scène brillants et différents comme Lynch et Tarantino mais aussi des moins talentueses comme Bigelow.
Il est rare d'entrer dans le cinéma avec un film novateur et totalement maîtrisé (je ne vois guère qu'Orson Welles qui supporte la comparaison). Félicitons donc Aldrich tout en regrettant qu'il ait après quelques chefs-d'oeuvre, mené une carrière en régression.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Anorya »

k-chan wrote::lol: Merci Nestor d'avoir replacé mon avis ici. :lol:
J'étais bien énervé. :mrgreen:

Je lui redonnerai une chance.
Il faut, il faut. :D
Cadichon wrote:Considérer "Kiss me deadly" comme un film noir m'apparaît assez réducteur. Il marque au contraire une rupture avec le genre. Adieu faucon, grand sommeil et assurance même sur la mort. Aldrich crée un polar nerveux qui inspirera jusqu'aujourd'hui des metteurs en scène brillants et différents comme Lynch et Tarantino mais aussi des moins talentueses comme Bigelow.
Il est rare d'entrer dans le cinéma avec un film novateur et totalement maîtrisé (je ne vois guère qu'Orson Welles qui supporte la comparaison). Félicitons donc Aldrich tout en regrettant qu'il ait après quelques chefs-d'oeuvre, mené une carrière en régression.
On oublie aussi de dire que c'est un film où plane le spectre inquiétant de la menace nucléaire, plus que dans n'importe quel autre film noir. :wink:
Image
Cadichon
Bourriquet au carré
Posts: 352
Joined: 4 Sep 08, 17:57

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Cadichon »

Il y a aussi "Les enchaînés" mais comme le disait Hitchcock à propos de son film, il ne faut pas accorder trop d'importance au mcguffin de l'histoire.Le film aurait aussi bien fonctionné avec une autre menace.
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Nomorereasons »

Pour faire court, ce film épate-bourgeois m'a copieusement pété les rouleaux (ce n'est pas une surprise car Vera Cruz m'avait fait exactement le même effet). Ok: donc, Aldrich, c'est fait.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15198
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Watkinssien »

yaplusdsaisons wrote:Pour faire court, ce film épate-bourgeois m'a copieusement pété les rouleaux (ce n'est pas une surprise car Vera Cruz m'avait fait exactement le même effet). Ok: donc, Aldrich, c'est fait.
Mince, mes deux Aldrich préférés...
Image

Mother, I miss you :(
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Strum »

Je n'ai pas beaucoup aimé En 4eme vitesse, que j'ai vu il y a longtemps au milieu d'une sorte de cycle de films noirs américains classiques. N'y ayant pas retrouvé ces codes du film noir qui m'avaient charmé à une époque où je les découvrais, j'avais instinctivement rejeté ce film peu aimable ; sa fin brutale avait achevé de me le rendre antipathique. Mais, je le reverrais volontiers, de manière indépendante, pour voir ce que j'en pense aujourd'hui.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Anorya »

Strum wrote:Je n'ai pas beaucoup aimé En 4eme vitesse, que j'ai vu il y a longtemps au milieu d'une sorte de cycle de films noirs américains classiques. N'y ayant pas retrouvé ces codes du film noir qui m'avaient charmé à une époque où je les découvrais, j'avais instinctivement rejeté ce film peu aimable ; sa fin brutale avait achevé de me le rendre antipathique. Mais, je le reverrais volontiers, de manière indépendante, pour voir ce que j'en pense aujourd'hui.

Spoilers insides.
Mode Demi-Lune activated.

J'ai cru que j'allais lire un des grands textes enflammés et lyriquement argumentés dont tu as le secret et en fait non. Mais pour la dernière phrase, Strum quand même je t'aime. :D :mrgreen:
Cette soudaine déclaration d'amour textuel mis à part, bien sûr qu'en 4e vitesse n'a pas les codes du film noir, ou ne les réemploie pas volontairement. C'est ce qui me le rend si jouissif : ce décalage, cette volonté consciente qu'il y a des codes mais qu'on ne va pas les employer parce que le sujet ne s'y prête pas, le sujet est trop grand, trop bigger-than-life. La première fois que je l'avais vu, j'étais tombé dans le panneau comme bien d'autres. Ce n'est pas un magot que cherche Mike Hammer comme on pourrait bien le croire mais au final...
Spoiler (cliquez pour afficher)
...L'incarnation pure et simple du nucléaire comme nouvelle force du mal moderne. Outre l'évidente relation à la légende de Pandore qui se dévoile plus qu'explicitement à la fin mais d'une manière atroce --la jeune fille tombe dans le piège simpliste de croire que c'est un magot, donc le piège d'un spectateur habitué au films noirs et en voulant s'accaparer la vérité, elle finit brûlée --désintégrée ?-- vive. Elle ne peut même pas refermer la boîte comme Pandore avait pu, ne laissant que l'espoir à l'humanité. Ici, le danger semble clair et irrémédiable, on ne pourra plus se détourner du nucléaire, il faudra vivre et souffrir avec.
Image


Le film comme je l'ai dit, ne joue pas le jeu des codes du film noir. Par exemple, outre son aspect prophétique et assez à part à la frontière du fantastique (ahhh la scène de la consigne :shock: ), on remarquera l'omniprésence des scènes de jour qui éclipsent les scènes nocturnes. Ces dernières n'interviennent principalement qu'au début et à la fin. Elles ont néanmoins leur importance primordiale car dévoilant une somme non négligeable d'informations. Ensuite, les méchants ne sont que des faire-valoirs mais sans consistance ni personnalité. Il n'est pas étonnant que Mike du coup en profite librement avec un sadisme réjouissant envers des durs qui ne le sont pas spécialement. On est plus sur les terres du film noir...
Spoiler (cliquez pour afficher)
...Le méchant ultime même n'est rien de moins qu'un simple docteur (qui torture à souhait... Amalgame avec les tortures nazies ?).
Qui finira abattu par sa maîtresse, plus vénale, mais aussi plus naïve et simpliste que lui.
Il faut dire à sa décharge que le bon docteur Soberin gardait encore tout le mystère et une puissance quasi invincible quand il n'était personnifié au début du film que par ses chaussures. Dès lors qu'on peut lui coller un visage humain, il devient alors un simple humain, facilement dégommable et donc à nouveau dépassé par cette boîte mystérieuse. Il a tenté de contrôler l'intrigue mais sitôt qu'on peut l'identifier et le nommer, elle lui échappe. Quelle ironie, n'est-ce pas ?
Dans les autres éléments dont on ne tient jamais vraiment compte, les personnages féminins. Ici, ils sont principalement 3 (mais la présence féminine est ressentie par bien d'autres femmes, qu'elles soient personnages secondaires (*) ou figurantes), bien écrits, touchants et bien menés et assez séduisants, non pas par leur plastique, mais leur caractère et leur psychologie. D'abord Christina, censée être nue sous son imperméable (là normalement, l'imagination du spectateur masculin est censée se mettre en branle), qu'on pourrait prendre pour une femme fatale... et non. Une victime de plus, en fait la première. Et puis Velma (Maxine Cooper). Touchante Velma, amoureuse Velma, mais un peu plus libérée qu'une Midge trop maternelle dans un Vertigo par exemple (j'aime beaucoup l'amour simple et naturel de Midge dans le Hitchcock moi. Seulement, cet imbécile de Scottie se prend trop la tête et poursuit une chimère jusqu'a vouloir la concrétiser morbidement. On connait la suite... :mrgreen: ). Sa relation avec Mike est ambigüe et en même temps évidente. Ces deux là s'aiment mais le détective est trop un tough-guy pour se l'avouer (sauf dans le final, j'y viens plus bas). Et Velma est trop libérée et indépendante pour que notre détective ne craigne pas quelque chose au fond de lui. Velma, à l'image du film, est un peu en avance (le répondeur automatique accroché au mur !). C'est un personnage de femme qui a pleinement conscience de sa condition mais qu'on aurait bien plus vu dans les années 70. Un peu comme Gabrielle/Lily Carver, la 3e femme du film, l'amie de Christina mais témoignant d'une certaine fausse pudeur (elle attend le "héros" dans un lit si je me souviens bien... Bon, avec un flingue à la main) qui ne colle pas. Sa coupe de cheveux très courts, son attitude presque garçonne anticipe un type de femme qui va être mis en avant quelques années plus tard grâce à Jean Seberg dans A bout de souffle.

Image


Mais tout le film est à part, veut se démarquer totalement et y arrive. Les plans, souvent décadrés ou ne se focalisant que sur des détails (une paire de chaussures, un oeil à travers une vitre brisée quand Mike vient rendre visite à un témoin, ce dernier étant d'ailleurs vu une première fois complètement non-centré : le corps dans un fauteuil mais pas de tête !), le générique d'ouverture qui se déroule à l'envers, l'attitude quasi sociologique des personnages, l'histoire des 2 fins...
Oui parce qu'au départ, suite à un cut abrupte, le film se terminait très mal. C'est cette version que j'ai découvert en VHS à ma fac il y a quelques années. Le dvd m'a permis de découvrir la "vraie" fin (je préfère la première au fond :mrgreen: ), plus positive, où Mike s'appuie sur l'aide de Velma, rendant leur idylle encore plus touchante. Mais surtout, même si je l'apprécie moins que la première fin, elle est néanmoins tout aussi irréelle et logique que le reste du film.

Vous l'aurez compris, même si ce n'est pas un chef d'oeuvre du film noir, c'est pour moi un grand film que j'ai souvent vu et appris à aimer au fil des visionnages, que j'ai redécouvert constamment. Vavavoum ! :wink:




(*) Je pense à la scène de la piscine où après s'être débarrassé des sous-fifres débiles, notre Mike se fait aborder par une charmante blonde étonnée de tant de virilité (on rejoint ce que je disais plus haut). :fiou:
Image
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Strum »

Anorya wrote:J'ai cru que j'allais lire un des grands textes enflammés et lyriquement argumentés dont tu as le secret et en fait non. Mais pour la dernière phrase, Strum quand même je t'aime. :D :mrgreen:
Cette soudaine déclaration d'amour textuel mis à part, bien sûr qu'en 4e vitesse n'a pas les codes du film noir, ou ne les réemploie pas volontairement. C'est ce qui me le rend si jouissif : ce décalage, cette volonté consciente qu'il y a des codes mais qu'on ne va pas les employer parce que le sujet ne s'y prête pas, le sujet est trop grand, trop bigger-than-life. La première fois que je l'avais vu, j'étais tombé dans le panneau comme bien d'autres. Ce n'est pas un magot que cherche Mike Hammer comme on pourrait bien le croire mais au final...
Ah c'est malin, maintenant il faut vraiment que je revois le film pour me faire pardonner cette déception. :mrgreen:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14479
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Demi-Lune »

Très beau texte, Anorya. :)

J'avais adoré En Quatrième vitesse quand je l'avais découvert. Je ne l'ai pas revu depuis, et cette remontée de topic m'en donne furieusement envie.
Personnellement, je considère ce film coup-de-poing d'Aldrich comme l'un des films noirs classiques emblématiques justement parce que, comme l'a si bien souligné Anorya, il joue intelligemment sur les codes et les attentes découlant du film noir pour nous emmener vers des sentiers inattendus, à la lisière du fantastique. On est au milieu des années 1950, le genre commence peut-être à s'user, et on sent que le film noir ne peut plus être abordé que dans une perspective de déconstruction (cf. le générique à l'envers, avec les sanglots de l'auto-stoppeuse étouffés par la voix chaude de Nat King Cole), de dynamitage (cf. l'explosion finale). Pour faire un parallèle avec le MacGuffin de ce film, Aldrich atomise en quelque sorte le genre. Finis, les privés distingués : le Mike Hammer d'Aldrich est un type antipathique et assez minable. Finies, les femmes fatales sensuelles et voluptueuses de la haute société: les femmes dans ce film n'ont que peu de classe, ce sont plus des prolétaires. Fini, le glamour du noir et blanc : chez Aldrich, la photographie est clinique, captant l'agonie de décors désertiques (un Los Angeles qui annonce presque du Lynch - j'ai toujours pensé que la baraque en feu au milieu du désert de Lost Highway renvoyait à Kiss Me Deadly).

Aldrich, qui propose ici une mise en scène très percutante, s'amuse à reprendre tous les clichés du noir et les pousse dans des retranchements à mon sens très novateurs pour l'époque. En cela, Aldrich me semble ouvrir grand la porte aux jeux sur l'imagerie du film noir que sont le Vertigo d'Hitchcock et La Soif du mal de Welles.
Last edited by Demi-Lune on 11 Jan 11, 12:00, edited 1 time in total.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15198
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Watkinssien »

Demi-Lune wrote: En cela, Aldrich me semble ouvrir grand la porte aux jeux sur l'imagerie du film noir que sont le Vertigo d'Hitchcock et La Soif du mal de Welles.
Quand on sait que Robert Aldrich était sous l'influence de Welles pour ce Kiss me Deadly, cela semble un juste retour des choses... :)
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8803
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by feb »

Anorya, tu peux continuer à faire du "Mode Demi-Lune activated" parce que ton analyse est très intéressante :wink: . Bien content de l'avoir commandé à petit prix et de toute façon, si je n'accroche pas au film, Père Jules me rembourse le DVD :mrgreen:
ed wrote:Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14479
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Demi-Lune »

feb wrote:si je n'accroche pas au film, Père Jules me rembourse le DVD :mrgreen:
Tu y accrocheras, j'en suis sûr ! :)
C'est vraiment du haut-de-gamme, En Quatrième vitesse.
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Post by Nomorereasons »

Beau texte Anorya, mais cette mise à distance m'agace justement par sa complaisance, à un moment j'avais l'impression que le film était réalisé par Jean-Paul Sartre.
Strum wrote:Je n'ai pas beaucoup aimé En 4eme vitesse, que j'ai vu il y a longtemps au milieu d'une sorte de cycle de films noirs américains classiques. N'y ayant pas retrouvé ces codes du film noir qui m'avaient charmé à une époque où je les découvrais, j'avais instinctivement rejeté ce film peu aimable ; sa fin brutale avait achevé de me le rendre antipathique. Mais, je le reverrais volontiers, de manière indépendante, pour voir ce que j'en pense aujourd'hui.
Je viens de retrouver ma liste des 100 films préférés: grâce au ciel il ne s'y trouve pas un seul déchet de type "qui-détourne-les-codes", hormis une éventuelle mise à distance de la comédie familiale dans "Tatie Danielle".