En 4ème vitesse (Robert Aldrich - 1955)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

garcia
Stagiaire
Posts: 43
Joined: 14 Sep 03, 18:08

Post by garcia »

Moi aussi mon film noir préféré , avec LA FEMME A ABATTRE.
Lynch s'en est pas mal inspiré, notemment dans le dernier épisode de TWIN PEAKS avec la boite mystérieuse qui explose.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

garcia wrote:Moi aussi mon film noir préféré , avec LA FEMME A ABATTRE.
.
:P Très grand film de Walsh pas apprécié à sa juste valeur ;-)
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

D'ailleurs pour Le Faucon Maltais, tous les personnages à part Spade sont pathétiques, donc ce n'est pas une spécifité réservée à la femme.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90486
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Philip Marlowe wrote:D'ailleurs pour Le Faucon Maltais, tous les personnages à part Spade sont pathétiques, donc ce n'est pas une spécifité réservée à la femme.
:shock: :shock: J'ai pas compris ce que tu as voulu dire par là
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Jeremy Fox wrote:
Philip Marlowe wrote:D'ailleurs pour Le Faucon Maltais, tous les personnages à part Spade sont pathétiques, donc ce n'est pas une spécifité réservée à la femme.
:wink: :wink: J'ai pas compris ce que tu as voulu dire par là
1)C n'était pas une critique.
2) Oui, je trouve tous les personnages de ce film pathétiques, mais il me semble que ct voulu :roll:
mifune
Stagiaire
Posts: 51
Joined: 24 May 03, 23:45
Location: nice

Post by mifune »

Kiss me deadly (en quatrième vitesse en Vf cqfd) est un pure film paranoiaque que ce soit dans son fond (pas la peine de développer car ce film parle de paranoia de façon paranoiaque) ou dans la forme par une mélange de suspense magnifiquement maitrisé (le début, le milieu, la fin bouarf) et de violence lancée comme une claque à la face du spectateur (pour l'époque évidemment).
Bref un polar noir de chez nescafé (formule tellement usité que je m'en flagellerais contre un mur après une séquence de lacérations aux destros). mené par un Aldrich heu presque parfait.
Charlie_Movietone
Stagiaire
Posts: 18
Joined: 1 Apr 05, 20:43

Post by Charlie_Movietone »

Je réactive ce sujet car j'ai revu pour la, disons, cinquième fois ce film très noir très récemment. Il est mené tambour battant. C'est une véritable descente aux enfers qui révolutionne parfaitement le genre. Tous les ingrédients sont là : un privé, une ténébreuse inconnue bientôt assassinée, une vamp, des gangsters, de la violence, des flics, un mystérieux objet après qui courre tout le monde et une athmosphère ténébreuse (beaucoup de scènes se déroulent la nuit). L'auteur traite avec un certain mépris son héros qui n'a pas vraiment de sens moral. Mais la façon dont sont "cuisinés" ces ingrédients est vraiment révolutionnaires pour l'époque et même encore aujourd'hui. J'avoue que c'est l'un de mes films cultes. Il répond à la question : "Comment faire un chef-d'oeuvre à partir d'un roman fasciste ?" (C'est ainsi que Chandler qualifiait les romans de Mickey Spillane et Mickey Spillane lui-même).
A part "The Naked Spur" (L'appat) de Mann, "Les 12 salopards" d'Aldrich encore et "Les sentiers de la gloire" de Kubrick, quelqu'un connait-il d'autres films avec Ralph Meeker ?

CM
Wall of Voodoo Fan
Machino
Posts: 1092
Joined: 30 Nov 04, 15:00
Location: Tijuana ?

Post by Wall of Voodoo Fan »

Charlie_Movietone wrote:A part "The Naked Spur" (L'appat) de Mann, "Les 12 salopards" d'Aldrich encore et "Les sentiers de la gloire" de Kubrick, quelqu'un connait-il d'autres films avec Ralph Meeker ?

CM
Avec Ralph Meeker ? Il y a I Walk The Line / Le Pays de la Violence (John Frankenheimer, 1970), où il joue le père assez louche de Tuesday Weld, et The Night Stalker (John Llewellyn Moxey, 1972), dans lequel il tient le petit rôle d'un policier ami du journaliste au chapeau ridicule Carl Kolchak (Darren McGavin).

Deux films disponibles en zone 1 :wink:

Je rajoute : The Saint Valentine's Day Massacre / L'Affaire Al Capone (Roger Corman, 1967) qui va sortir en DVD zone 1 en mai.
I wish I was in Tijuana, eating barbequed Iguana, I'd take requests on the telephone, I'm on a wavelength far from home. I'm on a Mexican Radio, I'm on a Mexican, woaa Radio !
blaisdell
Assistant opérateur
Posts: 2285
Joined: 2 May 05, 16:19

Post by blaisdell »

Wall of Voodoo Fan wrote:
Charlie_Movietone wrote:A part "The Naked Spur" (L'appat) de Mann, "Les 12 salopards" d'Aldrich encore et "Les sentiers de la gloire" de Kubrick, quelqu'un connait-il d'autres films avec Ralph Meeker ?

CM
Avec Ralph Meeker ? Il y a I Walk The Line / Le Pays de la Violence (John Frankenheimer, 1970), où il joue le père assez louche de Tuesday Weld, et The Night Stalker (John Llewellyn Moxey, 1972), dans lequel il tient le petit rôle d'un policier ami du journaliste au chapeau ridicule Carl Kolchak (Darren McGavin).

Deux films disponibles en zone 1 :wink:

Je rajoute : The Saint Valentine's Day Massacre / L'Affaire Al Capone (Roger Corman, 1967) qui va sortir en DVD zone 1 en mai.

On croise aussi Ralph Meeker interprétant des rôles secondaires dans des films connus tels que:

-LE DETECTIVE (1970) de Gordon Douglas avec Frank Sinatra
-LE GANG ANDERSON (1971) de Sidney Lumet avec Sean Connery
-BRANNIGAN (1975) de Douglas Hickox avec John Wayne
Sans oublier le très beau JUGEMENT DES FLECHES de Sam Fuller.

Il a fait beaucoup de télévision également.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 46015
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Post by Flol »

Histoire d'aller plus vite : http://www.imdb.com/name/nm0576127/
User avatar
Zelda Zonk
Amnésique antérograde
Posts: 12790
Joined: 30 May 03, 10:55
Location: Au 7e ciel du 7e art

Post by Zelda Zonk »

Je viens de découvrir En quatrième vitesse, de Robert Aldrich, film hautement subversif, très atypique je trouve dans l'univers du film noir.
Je ne m'attendais pas à ça et j'avoue être à la fois surpris et charmé.
Surpris par la violence sèche et sans concession pour l'époque, par le cynisme affiché du héros Mike Hammer, mais surtout par le traitement du scénario qui semble prendre l'itinéraire tout traçé du film noir et de ses codes pour finalement mieux s'en éloigner. A compter de la découverte de la "boîte de Pandore", le film verse dans une tonalité fantastique proprement stupéfiante et très avant-guardiste je trouve. On est dès lors plus proche de l'univers d'un Lynch que d'un Fuller ou d'un Preminger.
Cette transgression des codes d'un genre, cette rupture de ton et ce côté halluciné et démoniaque de la fin du métrage m'ont beaucoup plu. C'est un peu comme si Aldrich tirait de force son public vers lui, le bousculait littéralement plutôt que de lui donner sagement la main. Et ça j'aime beaucoup.
Dans la version que j'ai vue,
Spoiler (cliquez pour afficher)
le héros et son "assistante" s'en sortent et s'enfuient sur la plage avec la maison en feu derrière eux
, mais apparemment il existe une version où
Spoiler (cliquez pour afficher)
le héros périt dans la baraque en feu, final ô combien plus nihiliste qui serait peut-être plus dans le ton du film et ne m'aurait pas déplu au bout du compte
.
Jihl
Doublure lumière
Posts: 584
Joined: 4 Mar 06, 23:06
Location: Louis Restaurant

Post by Jihl »

Bon pour moi pas un chef d'oeuvre, mais un film qui m'apparaît très novateur pour l'époque notamment dans sa représentation de la violence à travers notamment une mise en place (les 15 premières minutes pour faire court) assez inoubliable. Certes on décroche parfois un peu de l'intrigue (mais personnelement ça ne me gêne pas plus que cela), mais la galerie de personnages représentés, le souci d'un ancrage parfois quasi documentaire de ces personnages secondaires (variété des origines et des accents) rende le film toujours interessant.
Malheureusement, l'interprétation plus que monolithique de Ralph Meeker donne au personnage de Hammer la finesse de l'outil éponyme.
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Post by Blue »

Philip Marlowe wrote:il est à l'origine de tous les thrillers post-modernes genre Pulp Fiction, Lost Highway, Mulholland Drive etc...Une des oeuvres les + importantes des 50s.
+1

J'ai été stupéfait en le découvrant il y a peu de temps. C'est assurément l'un des films les plus influents que je connaisse. Outre Lynch, comme réalisateurs contemporains ayant puisés des idées dans le film d'Aldrich, on peut ajouter David Fincher et Park Chan-Wook.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Notez les films naphtas de décembre 2008

Post by Anorya »

Kiss me deadly (en 4e vitesse)

Image

Ce n'est pas la première fois que je vois ce film noir d'Aldrich, ce sera pas la dernière non plus. Plus je le vois plus je l'adore. Si au premier visionnage, on se perd dans l'histoire volontairement confuse, la seconde fois, on comprend mieux, les pièces de ce puzzle en perdition sont brillante. On retrouve donc ici Mike Hammer, détective sûr de lui (très sûr de lui. Et quand il tape les autres, ça lui fait bien plasir à tel point qu'Aldrich cadre son sourire sadique avec une certaine jouissance qui est aussi le nôtre, va-va-voom !) qui recueille une fille (nue sous son imperméable) sur une route en pleine nuit. Qui est-elle ? Que fuit-elle ? Il ne le saura jamais vraiment parce qu'ils sont peu de temps après rattrapés par une autre voiture, Mike se fait assommer.... Reprend brièvement connaissance au moment où l'on torture la fille hors-champ (on voit juste les jambes qui bougent et les hurlements mais on imagine assez bien) et voit les chaussures en daim du grand méchant avant de resombrer. Bien maigre indice pour une enquête qui va à chaque fois ne jamais montrer son visage stable. Au cours de l'enquête, Mike (comme le spectateur) croit que c'est une histoire de magot planqué.
En fait, pas de l'argent.
Juste une boîte.
Mais ce qu'il y a à l'interieur est assez terrible : c'est une boîte de pandore...

5/6.
M'en lasse pas. :D
Image
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21114
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: En 4ème vitesse (Robert Aldrich, 1955)

Post by Nestor Almendros »

k-chan (décembre 2005) wrote:*En quatrième vitesse/Kiss me deadly de Robert Aldrich (1955)

Image

Pour une des très rares fois que je n'aime pas un film que je choisi de voir, alors qu'en plus je voulais absolument le voir, je ne vais pas me retenir. J'ai souvent entendu dire que ce film est un électrochoc ou je ne sais quoi, un film incroyable, un chef-d'oeuvre. Moi j'ai trouvé ça médiocre, et hyper chiant. Désolé pour ceux qui y voient un jalon incontournable du film noir américain. Le film fait référence à la guerre froide, bon ! Mais à part ça... je n'ai rien compris, je n'ai pas été intéressé. Certaines images sont belles, c'est parfois dynamique et la violence est plutôt réaliste, mais franchement, je suis déçu. La mise en scène m'a gonflé, avec ses cadrages qui disent : "T'as vu un peu ces plans ??!". Du moins, c'est l'effet que ça m'a fait. L'histoire ne me dit rien, et les personnages... je les trouve inintéressants. Dernière touche : les acteurs. Horrible, insuportable !! Cette blonde au cheveux court est-elle censée être attardée ou bien ? Parce qu'elle est inexpressive au possible, elle m'a foutu en pétard, tout comme la plupart des autres acteurs, à de rares exceptions. Idem pour l'acteur principal que je trouve fade.
Sans déconner, j'étais furieux en regardant ce film (et même encore maintenant), et j'étais tenté de l'arrêter à plusieur reprise. Seul le final m'a un peu intrigué. Désolé !
bruce randylan (novembre 2004) wrote:En quatrième Vitesse de Robert Aldrich
devant la réputation écrasante du film, j'ai eu un peu peur d'être déçu comme devant tant de Chef d'oeuvre certifié. Et bien que Neni.
La violence du film, sa modernité ( cadre, montage, éclairage... ), son cynisme misanthrope et son dénouement à glacer le sang ont encore de beau jour devant eux et feront la joie de mes futures soirées de printemps, été, automne, hiver et printemps.
Enfin, parce que la perfection n'est pas ce monde, justes quelques reserves sur de brefs moments où le style se fait un peu gratuitement trop voyant ( rien de méchant quoi )
Bref, une réussite ( comme les quelques Aldrich que j'ai vu avec un faible pour Attaque et Lylah Clare )