Napoléon vu par Abel Gance (Abel Gance - 1927)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14350
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by Demi-Lune »

ex-beldvd man wrote:Sir Ridley Scott était assis quelques rangées devant moi...
:o
User avatar
Ikebukuro
Electro
Posts: 844
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by Ikebukuro »

ex-beldvd man wrote:Si j'ai bien compris les réponses de Kevin Brownlow à mes questions, normalement une nouvelle représentation en Hollande l'année prochaine... Et en discussion pour une sortie DVD/BluRay...
Euh, on peut avoir quelques précisions? Je croyais que les droits étaient bloqués depuis plus de 10 ans :cry:
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
User avatar
ex-beldvd man
Accessoiriste
Posts: 1986
Joined: 12 Aug 04, 09:52
Location: Belgique

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by ex-beldvd man »

Demi-Lune wrote:
ex-beldvd man wrote:Sir Ridley Scott était assis quelques rangées devant moi...
:o
Image
Image
User avatar
ex-beldvd man
Accessoiriste
Posts: 1986
Joined: 12 Aug 04, 09:52
Location: Belgique

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by ex-beldvd man »

Ikebukuro wrote:
ex-beldvd man wrote:Si j'ai bien compris les réponses de Kevin Brownlow à mes questions, normalement une nouvelle représentation en Hollande l'année prochaine... Et en discussion pour une sortie DVD/BluRay...
Euh, on peut avoir quelques précisions? Je croyais que les droits étaient bloqués depuis plus de 10 ans :cry:
J'ai posé la question à Kevin Brownlow lors de la dédicace, donc je n'avais pas trop le temps de demander tous les détails.. Maintenant pour être honnête, je crois que c'est une réponse "standard" (son attaché de presse?)... Je l'ai recroisé par la suite, mais je n'ai pas osé le relancer sur le sujet pour avoir plus d'explications... :oops:
Image

Sinon (photos sans flash donc de piètre qualité):
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Extraordinaire !
Image
bruce randylan
Mogul
Posts: 11496
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by bruce randylan »

Bon, même si je n''ai pas été très sociale ( :oops: ), j'étais là aussi.

Pour l'avoir vu en 2009 à la Cité de la musique, le film n'était plus tout à fait aussi grisant mais y-a toujours de nombreux passages exaltants. La première partie est à ce titre sensationnelle. C'est une succession de scènes d'anthologie. Et pour le coup, les rajouts en Corse (par rapport à la version de 1982) ne m'ont pas du tout gêné. Je trouve même que c'est nécessaire dans la dramaturgie et l'évolution de Napoléon.

Par contre, la bataille de Toulon, j'ai toujours autant de mal. C'est le seul moment je trouve où la mise en scène est statique, brouillonne (au lieu d'être chaotique) et où que l'écriture même de Gance est la moins inventive.
La troisième partie est assez détonante il est vrai mais ça passe très bien chez moi même si on a l'impression d'avoir changer de film.

Quant à la dernière partie (et le fameux triptyque en polyvision), c'est simple : c'est la séquence la plus extraordinaire du cinéma. Point barre.

J'en parlerai plus longtemps dans la critique d'1kult que je vais préparer. :wink:



Par contre, je dois avouer que l’accompagnement m'a un peu déçu. Je l'ai trouvé trop répétitive et trop souvent dans l’éloquence et l'épique alors que ça ne s'y prête pas du tout le temps. Ca manque de passages plus calmes, plus retenus et délicats. Par exemple, la scène où Napoléon voit les fantômes de la Convention, j'ai trouvé que ça ne fonctionnait absolument pas. Et ce n'était pas le seul moment.
Ce qui ne veut pas dire que celle de la Constant en 2009 était meilleure pour autant (ou celle de Carmine Coppola !).
Après, il y avait quantité d'autres moments admirables mais ça m'a fait tiquer à plusieurs reprises.

Mais le principal, c'est que je suis sorti une nouvelle totalement euphorique de l'expérience :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by Père Jules »

ex-beldvd man wrote:
Sinon (photos sans flash donc de piètre qualité):
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Extraordinaire !
Ah t'as eu du pot toi !
Moi je n'avais même pas pris une photo que je me suis fait taper sur l'épaule par une english me signifiant que c'était "forbidden !"... :|
Finale grandiose, des frissons partout !
Abdul Alhazred
Assistant(e) machine à café
Posts: 190
Joined: 29 Jun 11, 17:03

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by Abdul Alhazred »

Très bel après-midi en effet samedi dernier au Royal Hall festival. Croisé en coup de vent cinephage et Rick Blaine, et discuté un peu avec julien, Ann Harding et bruce randylan.
Père Jules wrote:Concernant le film en lui-même, si la premier quart est formidablement agencé, fiévreux à souhait et passionnant, les deuxième et troisième parties sont un peu plus pénibles à suivre (pour ma part je me suis totalement désintéressé de tout la partie avec Joséphine de Beauharnais).
Même impression de mon côté.
La 2e partie, sur la bataille de Toulon, est brouillonne, du cinéma du chaos avant l'heure : on ne comprend pas trop ce qu'il se passe, qui fait quoi et est où, et ça dure trop longtemps.
La 3e partie commence bien, tout le passage sur la Terreur est réussi je trouve. Mais ça vire ensuite à la comédie romantique, partie sur laquelle j'ai moins accroché (mais que ma copine a bien aimé).
La dernière partie est impressionnante, surtout le passage en triple écran. C'est militariste et nationaliste à mort (comme tout le film en fait, mais là poussé à un degré encore plus extrême), Marseillaise, écrans en bleu/blanc/rouge, glorification des valeurs martiales, mais c'est techniquement époustouflant.

J'ai bien aimé la musique dans l'ensemble et je n'ai pas été gêné comme bruce randylan.
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by julien »

Image
Le Philharmonia Orchestra, avec au centre Carl Davis, qui dirigeait la musique du film.

Je rejoins en gros l'avis enthousiaste des classikiens qui étaient présent ce jour là dans la salle. Le film est ambitieux et contient de nombreuses séquences remarquables mais c'est vrai qu'il traine aussi un peu en longueur. J'avais plus l'impression en fait de regarder une mini-série sur Napoléon, plutôt qu'un véritable film. A la limite pourquoi pas, mais comme Gance n'a pas pu terminer son vaste projet ça reste un tantinet frustrant de finir seulement aprés la bataille d'Italie, alors que le plus épique reste encore à venir !

Le dernier quart d'heure du film comprenant les trois écrans est toutefois assez éblouissant et Gance rejoint à ce moment là les grands formalistes du cinéma russe, par un montage d'images complexes, jouant sur la surimpression, les tintages de couleurs et l'écran panoramique, avec des vues latérales parfois inversées, parfois continues. D'ailleurs je me demandais s'il avait était le premier réalisateur à expérimenter l'écran large, car je pense pas que c'était un procédé trés courant à l'époque du muet. Lorsque le rideau s'est tiré, dévoilant toute la longueur de l'écran qui couvrait quasiment l'intégralité de la scène c'était particulièrement impressionant. J'ai bien apprécié sinon la première partie du film ; la bataille de boules de neiges et d'oreillers dans le dortoir, qui m'a un peu rappelé la séquence finale de "Zéro de Conduite", et qui était divisée en neuf écrans ! Sinon, à mon sens, l'une des séquences les plus mémorables, avec le final, c'est la chevauchée en Corse, filmée facon western, avec une caméra trés mobile, qui semble montée à bord d'un chariot, et suit l'acteur Dieudonné de trés prés sur son cheval.

Sinon la musique de Carl Davis collait trés bien au rythme du film. C'était même assez bluffant lors de la bataille de Toulon où la grosse caisse retentissait, chaque fois qu'un boulet de canon était tiré. C'était vraiment synchronisé à l'image prés. Sans être une partition vraiment éblouissante, il y a quand même des thémes mélodiques bien esquissés et habilement fondus avec les motifs folkloriques comme La Marseillaise, La Carmagnole ou le British Grenadiers. J'ai surtout bien appréciais le lyrisme de la partie romantique entre Napoléon et Joséphine. En fait, j'imaginais davantage une partition massive dans l'esprit du Golden Age Américain, à grands renforts de cuivres et de percussions mais le style reste plus léger et solennel, proche d'Elgar ou de la musique des compositeur du XVIIIe, comme Haydn, Beethoven, Mozart, que Davis cite à de nombreuses reprises. Le principal reproche que je ferais c'est qu'il n'utilise pas assez à mon goût toute la palette expressive de l'orchestre, en mettant principalement en valeur les cordes ou quelques cuivres, de ci de là, notamment la trompette. Sur les passages plus calmes et romancées ça fonctionne bien, en particulier les duos lyriques raffinées entre le violon et le violoncelle ; par contre pour les scénes de batailles ou de chevauchées c'était un peu moins efficace. J'aurais aimé par exemple une musique plus moderne et expressive dans l'esprit des symphonies enfiévrées de Chostakovitch, avec des thémes dramatiques plus marquants ; comme celui aussi qu'avait par exemple composé Howard Blake sur les Duellistes de Scott. (Faut que j'écoute d'ailleurs la partition de Carmine Coppola pour voir ce que ça vaut. Cinéphage m'ayant signalé qu'elle était davantage rythmée et aggressive.) Cela dit vu la quantité de musique qu'il y avait à écrire, Davis a bien fait le job et sa musique apporte au film une parure absolument indispensable. L'utilisation de la vieile à roue, lors de l'Acte III (je crois que c'était ça, on voyait pas bien l'instrument) apportait également une touche folklorique bienvenue.

Sinon, comme l'a souligné Ann, c'est vrai que ça rigolait pas mal dans la salle, en particulier, lors d'une séquence assez cocasse (et sûrement pas véridique) où l'on voit le futur amiral Nelson, (celui qui vaincu l'armée Napoléonienne et perdit la vie lors de la bataille de Trafalgar) sur un navire anglais, observant à la longue vue le bateau de Napoléon. Trouvant l'embarcation supecte, il veut l'arrêter mais le commandant lui dit que c'est juste une barque de pécheur et que ça n'est pas nécessaire de perdre du temps avec ça !

Sinon j'ai bien aimé quelques passages d'humour noir. En particulier lors de la bataille de Toulon où le petit joueur de tambourin, demande à l'officier, à quel âge est mort le précédent tambouriniste. Et ce dernier lui répond à 13 ans. A ce moment là, le gosse est tout content d'apprendre qu'il lui reste encore 5 années à vivre ! Bon il y aurait encore pas mal de choses à dire mais je compte sur les autres pour compléter. Il y a aussi un plan visuel que j'ai trouvé absolument superbe, c'est celui où l'on voit Napoléon tournant un globe terrestre et où se superpose en surimpression, le visage de Joséphine sur les continents.
ex-beldvd man wrote:Sir Ridley Scott était assis quelques rangées devant moi...
Ah oui quand même ! T'es bien sûr sinon que c'était lui ? Moi j'étais assis tout prés de Loretta Young. Véridique. Y'avait même son nom écrit sur le fauteuil. Quand les lumières se sont rallumés, j'ai vu qu'il s'agissait en fait de ce gros barbu de Cinéphage, mais dans l'obscurité de la salle la différence était à peine palpable.

Père Jules, tu étais là ? Cachotier va. Je t'ai pas vu. Tu étais caché derrière Rick Blaine ? :mrgreen:
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15730
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by Père Jules »

julien wrote:Sinon, comme l'a souligné Ann, c'est vrai que ça rigolait pas mal dans la salle, en particulier, lors d'une séquence assez cocasse (et sûrement pas véridique) où l'on voit le futur amiral Nelson, (celui qui vaincu l'armée Napoléonienne et perdit la vie lors de la bataille de Trafalgar) sur un navire anglais, observant à la longue vue le bateau de Napoléon. Trouvant l'embarcation supecte, il veut l'arrêter mais le commandant lui dit que c'est juste une barque de pécheur et que ça n'est pas nécessaire de perdre du temps avec ça !
Les deux petites vieilles anglaises à côté de moi étaient du même avis. "It can't be true !" disait-elle. Ce fut sans doute le plus gros éclat de rire de la séance (suivi de près par le "Impossible is not french" sans aucun doute... sont cons ces anglais sérieux :mrgreen: ).
Père Jules, tu étais là ? Cachotier va. Je t'ai pas vu. Tu étais caché derrière Rick Blaine ? :mrgreen:
J'ai même mangé avec lui ! J'ai aperçu furtivement Tom Peeping mais sinon, vous n'étiez vraisemblablement pas revenu de votre pause quand je suis retourné m'installer pour la "Second Epoch". ;)
User avatar
ex-beldvd man
Accessoiriste
Posts: 1986
Joined: 12 Aug 04, 09:52
Location: Belgique

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by ex-beldvd man »

julien wrote:
ex-beldvd man wrote:Sir Ridley Scott était assis quelques rangées devant moi...
Ah oui quand même ! T'es bien sûr sinon que c'était lui ?
Je ne l'ai pas "apostrophé" et j'étais trop loin pour entendre le son de sa voix (que je pourrais reconnaître "facilement" m'étant "tapé" ses commentaires et les docs sur Alien et Black Hawk Down cette année encore)... Mais au moment où il s'est levé au 1er entracte, je me suis tout de suite dit "Hé mais c'est Ridley Scott"... 1/2sec plus tard, j'entends une personne assise derrière moi dire tout haut: "Hé, Ridley Scott is here"... Cela vaut ce que ça vaut :|

Sinon, la séquence de la destruction des dossiers "à trancher" en les mangeant était aussi un grand moment burlesque...
Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22310
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by cinephage »

ex-beldvd man wrote:Sinon, la séquence de la destruction des dossiers "à trancher" en les mangeant était aussi un grand moment burlesque...
:mrgreen:
C'est le premier truc que j'ai vérifié en rentrant à la maison... wikipedia atteste du rôle de La Bussière dans la sauvegarde d'un certain nombre de personnes, mais il n'est pas dit qu'il mangeait les documents.
Horrifié par les exécutions en masse dont les dossiers passent entre ses mains, La Buissière aurait pris l'habitude de se rendre la nuit aux bains de Pierre Vigier, installés sur la Seine, avec des pièces d’accusation qu’il aurait emportées à sa sortie du bureau et il les aurait détruites. Son chef de bureau, Fabien Pillet, ne se serait jamais étonné de ces disparitions.

Ainsi, il aurait commencé par sauver une célèbre directrice de théâtre, la Montansier. Il aurait prétendu plus tard avoir retiré plus de cinquante pièces de ses cartons rien que les 7, 8 et 9 messidor, dont celles des comédiens du Théâtre-Français, de même qu'il aurait jeté à la Seine 924 procès, du 22 floréal à la chute de Robespierre. Une fois les dossiers d'instruction perdus, les détenus sont oubliés dans leurs prisons, leurs noms ne paraissent plus sous les yeux de l’accusation, on aurait même eu du mal à les trouver parmi les milliers de gens incarcérés. Il aurait ainsi sauvé, entre autres, la marquise de Villette, la célèbre « Belle et Bonne » de Voltaire ; Mme de Buffon, nièce du naturaliste ; le comte de Talleyrand-Périgord, oncle du diplomate ; Volney, précurseur de l'anthropologie ; Delessert, fameux banquier suisse ; Mme de Vassy, qui écrivit ses mémoires de prison ; Florian, écrivain emblématique de son époque ; le vicomte de Ségur, auteur dramatique qui lui avait marqué de l'attention ; Mme de La Fayette, épouse du général ; le prince de Monaco ; Delphine de Sabran, veuve du général de Custine, soit en tout 1 153 personnes.
Obviously the world is not a wish-granting factory (The fault in our stars, Josh Boone, 2014)
Pour caler mes bennos
Abdul Alhazred
Assistant(e) machine à café
Posts: 190
Joined: 29 Jun 11, 17:03

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by Abdul Alhazred »

cinephage wrote:
ex-beldvd man wrote:Sinon, la séquence de la destruction des dossiers "à trancher" en les mangeant était aussi un grand moment burlesque...
:mrgreen:
C'est le premier truc que j'ai vérifié en rentrant à la maison... wikipedia atteste du rôle de La Bussière dans la sauvegarde d'un certain nombre de personnes, mais il n'est pas dit qu'il mangeait les documents.
Quoi ? C'était pourtant marqué Historical :mrgreen:
User avatar
ex-beldvd man
Accessoiriste
Posts: 1986
Joined: 12 Aug 04, 09:52
Location: Belgique

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by ex-beldvd man »

Abdul Alhazred wrote:
cinephage wrote:
:mrgreen:
C'est le premier truc que j'ai vérifié en rentrant à la maison... wikipedia atteste du rôle de La Bussière dans la sauvegarde d'un certain nombre de personnes, mais il n'est pas dit qu'il mangeait les documents.
Quoi ? C'était pourtant marqué Historical :mrgreen:
Cette manie de mettre Historical sur la moitié des intertitres m'a fait pensé à D.W. Griffith pour Intolerance (ou Birth Of A Nation je ne sais plus)
Image
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19643
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by Rick Blaine »

Même enthousiasme que mes petits camarades, un film ambitieux et impressionnant.

Alors, c'est vrai, malheureusement, il n'est pas exempt de défauts, je pense notamment à la partie sur Toulon, très brouillonne, et qui pour moi manque de lisibilité, et en partie à ce qui concerne les amours de Joséphine et Napoléon et en particulier le troisième personnage, Violine, dont les épanchements ne m'ont pas passionné.

Pour le reste, une succession de scènes très impressionnantes, voir spectaculaires par la moobilité de la camera, des moments qui donnent des frissons, la séquence de la Marseillaise notamment, mais aussi tout ce qui concerne la Terreur que je trouve extrêmement réussi.
Enfin, il y a ce final qui colle au siège dès que les trois écrans apparaissent, probablement un des moments les plus frappants vécus devant un film.

Un film imparfait donc mais qui laisse une grande impression, car Gance réussi son défi de mêler Histoire et dimension mythologique dans une fresque spectaculaire qui passe finalement bien vite malgré ses 5h30 au compteur. Je suis très heureux de la voir vu, surtout dans ces conditions et avec l'accompagnement de Carl Davis que j'ai trouvé excellent.

Et un salut supplémentaire à tous ceux que je n'ai fait que croiser, Cinéphage, Julien, Ann, Abdul et Tom, ainsi qu'a mon copain PJ!
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Napoléon (Abel Gance - 1927)

Post by julien »

ex-beldvd man wrote:Cette manie de mettre Historical sur la moitié des intertitres m'a fait pensé à D.W. Griffith pour Intolerance (ou Birth Of A Nation je ne sais plus)
Ah oui c'est possible. Dans Intolerance, il me semble que c'était des citations tirées de la Bible et de textes historiques mais c'était pas sous forme de dialogues, comme il y avait dans le film. Moi j'ai bien apprécié en tout cas ces fameux (historical) :D

Ce qui était cocasse en fait, et je crois que c'est ça surtout qui faisait se marrer la salle, c'est que le film se voulait à la fois trés authentique, en reprenant des citations d'époques mais se permettait également un grand nombre de libertés historiques, en insérant par exemple des petits épisodes humoristiques qui semblaient complètement inventés par Gance. Mais bon, en dépit de certaines énormités, moi j'ai trouvé ça plutôt astucieux ; sans ça le film aurait était certainement beaucoup plus froid et austére.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.