Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Strum »

Frank 'Spig' Wead wrote:Concernant le jeu des interprétations, Umberto Eco a écrit une somme dans le domaine au sujet des interprétations littéraires. En définitive, plusieurs interprétations sont toujours possibles, mais toutes ne sont pas adéquates. L'absence d'interprétation est encore une interprétation, il s'agit toujours de deviner les intentions de l'auteur. Personnellement je recommande de déchiffrer les films, qui sinon, s'assècheraient très vite. L'exercice de style, oui, avec du sens c'est encore mieux.
En effet, un film produit toujours du sens et est le résultat de mille questions que se posent le metteur en scène et son équipe et de mille décisions qu'il prend lui et son équipe. Ensuite, chacun, en tant que spectateur, est libre de rechercher ce sens ou non, d'interpréter le récit et les images, ou non.

S'agissant Des Oiseaux, c'est à dessein qu'Hitchcock ne montre aucune explication au comportement des oiseaux (il s'en est lui-même expliqué, il voulait créer le maximum d'ambiguités), et ce pour deux raisons principales :

En premier lieu, pour créer une peur primitive, une peur ouverte et pérenne car sans explication immédiate, qui laisse le spectateur avec cette question angoissante à la fin du film : pourquoi ? C'est à dessein également qu'Hitchcock n'a pas intégré le mot "Fin" dans la dernière image (à rebours de la tradition de l'époque), de manière à ce que le questionnement se poursuive au-delà du film. Toutes les questions n'ont pas de réponse, mais le fait même que la question soit posée peut suffire à susciter une angoisse, la peur du vide, ou l'envie de chercher des réponses dans la matrice du film ou ailleurs.

En second lieu, cette absence d'explication clé en main produit chez le spectateur un sentiment d'attente - créateur de suspense, car le suspense repose sur l'attente - durant tout le film : le spectateur espère et attend qu'Hitchcock lève le voile du mystère, donne la clé de l'énigme de l'attaque des oiseaux. Toute la mise en scène du film repose sur ce schéma de l'attente déçue. Hitchcock n'est pas le maitre du suspense pour rien. Il réfléchissait beaucoup aux conditions de création du suspense au cinéma (voir ses développements sur le sujet dans le Hitchbook avec Truffaut).
Frank 'Spig' Wead
Assistant(e) machine à café
Posts: 223
Joined: 5 Nov 14, 21:33
Location: Haleakaloa

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Frank 'Spig' Wead »

Strum wrote:S'agissant Des Oiseaux, c'est à dessein qu'Hitchcock ne montre aucune explication au comportement des oiseaux (il s'en est lui-même expliqué, il voulait suggérer le maximum d'ambiguités), de manière à créer une peur primitive, une peur ouverte et pérenne car sans explication immédiate, qui laisse le spectateur avec cette question angoissante à la fin du film : pourquoi ? C'est à dessein également qu'Hitchcock n'a pas intégré le mot "Fin" dans la dernière image (à rebours de la tradition de l'époque), de manière à ce que le questionnement se poursuive au-delà du film. Toutes les questions n'ont pas de réponse, mais le fait même que la question soit posée peut suffire à susciter une angoisse, la peur du vide, ou l'envie de chercher des réponses dans la matrice du film ou ailleurs.
Exemple d'interprétation très stimulante !
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Strum »

Frank 'Spig' Wead wrote:
Strum wrote:S'agissant Des Oiseaux, c'est à dessein qu'Hitchcock ne montre aucune explication au comportement des oiseaux (il s'en est lui-même expliqué, il voulait suggérer le maximum d'ambiguités), de manière à créer une peur primitive, une peur ouverte et pérenne car sans explication immédiate, qui laisse le spectateur avec cette question angoissante à la fin du film : pourquoi ? C'est à dessein également qu'Hitchcock n'a pas intégré le mot "Fin" dans la dernière image (à rebours de la tradition de l'époque), de manière à ce que le questionnement se poursuive au-delà du film. Toutes les questions n'ont pas de réponse, mais le fait même que la question soit posée peut suffire à susciter une angoisse, la peur du vide, ou l'envie de chercher des réponses dans la matrice du film ou ailleurs.
Exemple d'interprétation très stimulante !
Merci, une parmi d'autres :wink: - j'ai d'ailleurs édité mon poste et rajouté un deuxième paragraphe sur le suspense.
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by someone1600 »

Très intéressant ! ;-)
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22907
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Commissaire Juve »

Grosse nouvelle du jour en Suède (3e info sur le site du Dagens Nyheter... juste avant l'attentat de Tunisie) : des mouettes agressent les gens dans le centre de Mora (en Dalécarlie). Elles s'en prennent notamment à la gare et à la maison de retraite. Là, c'est terrible, parce que -- je cite -- les petits vieux doivent parfois lâcher leur déambulateur pour se protéger la tête et qu'ils peuvent se casser la figure ! :mrgreen: Résultat : les gens sortent avec des parapluies.

La mairie réfléchit à une campagne de destruction des nids. Elle a aussi demandé à un armurier de trouver la meilleure solution pour zigouiller les bestioles ! :uhuh:

Si ça se trouve, il s'agit de volatiles islamistes.

EDIT : cela dit, des mouettes voleuses de hamburger ou de frites, j'en ai vu moi-même à Strömstad (sur la côte, au nord de Göteborg). De vraies sales bêtes qui montaient la garde près des kiosques fast food et qui n'avaient pas peur des humains.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Federico »

Même l'ami des animaux qu'était Franquin avait compris que c'était une sale engeance...

Image


Et encore, le problème principal des mouettes, c'est qu'elles vivent en meute. Imaginez ce que ça donnerait avec des pies, oiseau diaboliquement futé, hyper agressif et qui n'a absolument peur de rien !!
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22907
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Commissaire Juve »

:mrgreen: Sacré Franquin !
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2104
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by kiemavel »

Federico wrote:Même l'ami des animaux qu'était Franquin avait compris que c'était une sale engeance...

Image


Et encore, le problème principal des mouettes, c'est qu'elles vivent en meute. Imaginez ce que ça donnerait avec des pies, oiseau diaboliquement futé, hyper agressif et qui n'a absolument peur de rien !!
Ma grande proximité avec les oiseaux :mrgreen: me permet d'affirmer que la pie n'est pas la plus agressive des espèces, pas plus que les autres corvidés. J'ai 7 nids actuellement chez moi, pas dans la cuisine, attention, dans les dépendances de la maison, granges et autres : hirondelle, merle, tourterelle, Hoche-queue, bergeronette, chauve-souris :oops: et en dehors des attaques au guano qu'on peut estimer involontaires, les seuls oiseaux qui ai jamais piqué sur moi sont les hirondelles. Fin du message informatif.

Surement déjà posté mais la Bande annonce est assez amusante (VOST)

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Thaddeus »

Image


Apocalypse à Bodega Bay

"Les Oiseaux arrive, Les Oiseaux est là !" annonçaient à grands cris les affiches de 1963, après que le festival de Cannes ait provoqué l’évènement en s’ouvrant sur ce cataclysme. L’histoire a maintes fois prouvé que le génie d’Hitchcock relève d’une sainte Trinité. Génie de la mise en scène, du commerce, de la publicité : trois génies qu’on rencontre le plus souvent isolés, presque jamais réunis. Son exceptionnelle carrière a connu une acmé artistique qui s’est formalisée en trois films réalisés coup sur coup : Vertigo, La Mort aux Trousses, Psychose. Le dessin aurait été parfait si Les Oiseaux n’était venu le compléter et transformer le triangle d’or en carré magique. Mais cette fois, terminés les leitmotivs du secret, de l’échange, de la captation et autres miroirs aux (gentilles) alouettes. L’auteur anticipe et déchaîne le jugement dernier, portant l’accusation la plus grave contre une civilisation matérialiste à laquelle il n’accorde que peu de chance avant la catastrophe. Comme Melanie Daniels, ce bel oiseau dans une cage dorée, on brise trop souvent, par inconscience, lubie, indifférence ou plaisanterie, des vitrines derrière lesquelles sont contenues des forces redoutables que l’on ignore et qui soudain déferlent par la brèche ouverte. "Sorcière ! Vous êtes le mal !", crie une femme paniquée à l’héroïne. Lancée face caméra, l’accusation s’adresse au spectateur, de qui paraît venir la gifle reçue par la malheureuse. Pour formuler son réquisitoire, le cinéaste répond à quelques questions simples. Que se passerait-il si nos frères les oiseaux n’avaient pas l’âme franciscaine ? Si, excédés par des millénaires d’esclavage et de vexation, ils débarquaient de leur république lointaine, de ce Coucouville-les-Nuées pressenti par Aristophane, pour lancer contre les humains des représailles massives ? Si ces millions et millions de passereaux, strigidés et autres columbiformes, êtres pacifiques et insaisissables avec qui l’on vit depuis toujours en harmonie, décidaient un jour de crever les yeux de tout le monde ? Alors le royaume des aveugles prophétisé par H.G. Wells n’aurait plus rien d’une chimère.

Image

Débutant à la manière d’un andante plaisant, gracieux, charmeur, Les Oiseaux se fait d’une simple modulation plus grave, étrange, préoccupant. Soudain éclate un allegro vivace, vorace, rapace, qui lui-même s’alourdit de résonances oppressantes. Il s’achève sur l’un des points d’orgue les plus terrifiants que l’on puisse imaginer. La mélodie se compose de couleurs diaphanes et vaporeuses, des bleus, des beiges et des verts aux pouvoirs de séduction souverains. Pour rester dans la référence à la totalité de l’œuvre hitchcockienne, le film est aussi un Vertigo dont la charge affective aurait été estompée, rendue à la pureté un peu froide de l’Idée — l’inexorabilité de l’événement y primant sur les états émotionnels. Ou bien un Psychose dont la signification aurait évolué jusqu’à s’incarner en une pure abstraction symbolique. Clos sur lui-même, lisse et sans faille comme l’œuf de Brancusi, il est pourtant nourri de sens jusqu’à profusion. S’agit-il de la description clinique de faits exceptionnels ? À travers ce cas particulier, le récit développe-t-il une allégorie de la menace, une parabole qui aurait valeur d’avertissement ? Est-ce une création où l’auteur dévoile son imaginaire à l’état brut, débarrassé de ces latences dont la recherche fait les délices de l’amateur ? Ou bien un conte surnaturel au premier degré, qui verrait une sorcière blonde (et gauchère) quitter un monde d’apparences aisées, apparemment poussée par un caprice que lui permet son rang social, mais secrètement dépêchée par de malveillantes et ténébreuses puissances, guidée par elles à seule fin déclencher le grand maléfice ? La richesse du propos est telle qu’elle en devient peut-être, au-delà du foisonnement des lectures possibles, son sujet même.

La manifeste inégalité de ton et de volume entre les deux parties du film est bien sûr très concertée. Melanie, charmante enfant gâtée, incapable de résister à la moindre impulsion, se rend donc au début chez un oiseleur. Si on la siffle, elle se retourne. Une rencontre ? Elle joue le jeu, devient active, enquête, pousse le marivaudage dans une autre direction. Le piège se referme : le voyage vers Bodega Bay est, comme ceux de Scottie vers la Mission Dolores ou de Marion vers le motel Bates, aussi irréversible que le temps. La destination a beau se situer à quarante miles de San Francisco, c’est le bout du monde, l’endroit que la tragédie a élu pour théâtre de son unité maléfique. Tout pourtant y semble calme : jade des prairies, azuré des flots. La petite sœur de Mitch s’appelle-t-elle Alice ou Louise ? Le postier est serviable, malgré sa mémoire défaillante. Annie, la séduisante institutrice, occupe ses loisirs en jardinant. Un peu hostile envers l’étrangère qui s’intéresse à son ex-amant, mais résignée. La maison des Brenner, au fond de la baie, s’élève toute blanche au milieu des grands arbres. La longue exposition des Oiseaux, qui fait tant trépigner d’impatience les grincheux et les étourdis, est superbe. Qu’Hitchcock témoigne d’un tel don du lieu, qu’il fasse éclore d’inexprimables frissons par le rapport d’une démarche et d’un décor, suffit à le désigner comme un incomparable peintre du sensible. Après les frémissements oniriques de Vertigo et le réalisme fantasmagorique de Psychose, il retrouve dans le trouble d’un visage ou la rétraction soudaine d’un regard les secrets d’un charme noir disparu depuis Murnau. Traits d’humour, longs bavardages, pittoresque cheptel d’une petite bourgade ne manquent pas, ni les rappels au second degré de l’œuvre antérieure, figures-talismans s’imposant à lui de façon obsessionnelle. On reconnaît le grand fils que couve maladivement la mère gouvernante sevrée d’amour conjugal, mais aussi le transfert de sentiments entre Annie et Melanie, souriantes rivales. Chaque personnage est suffisamment caractérisé pour ne pas perdre en densité psychologique ce qu’il gagne en vérité d’archétype. Sur ce microcosme d’humanité enfermé dans ses problèmes vont s’abattre les premiers coups du fléau. Après quelques attaques sporadiques, dans une escalade de violence, mouettes et corbeaux emporteront la place.

Image

L’architecture du film crée un système de répercussions et d’échos grâce auquel le prélude donne au dernier tiers son relief et son sens. Sur le plan dramatique, il produit l’attente indispensable à la force de concussion du final. Il impose jusqu’au malaise, par des modes familiers d’abord (la volière), puis par des signes avant-coureurs discordants (le piqué brutal du goéland sur le front de Melanie, les poulets qui refusent de manger leur grain, l’oiseau mort contre la porte d’Annie), la présence de plus en plus furieuse des agresseurs. Il introduit un lien presque magique de cause à effet entre le hasard et la fatalité, entre la visite de l’héroïne et le lieu de l’offensive : une femme porteuse d’oiseaux captifs devient malgré elle l’émissaire de la malédiction — quand bien même le couple de petits perroquets semble avoir le pouvoir protecteur d’une amulette. Sur le plan poétique, il permet par cette irradiation des visages, des gestes, des objets que détaille un Hitchcock flâneur, par ce luxe calme du cadre côtier si bien rendu par l’objectif de Robert Burks, d’installer un climat de sérénité trompeuse, de charme paradisiaque, contrepoint ironique et lénifiant à l’amertume de la morale. Il aménage surtout une série de métamorphoses ou de rimes entre les oiseaux prisonniers et les essaims déchaînés, entre les inséparables encagés par les hommes et les amoureux traqué dans leur gîte. Sur le plan philosophique enfin, il accuse la disproportion entre les palabres futiles en qui se concentrent, sous des apparences attrayantes ou anecdotiques, les tares de l’humanité (frivolité, égoïsme, volonté de possession, cruauté), et la brièveté du châtiment qui les renvoie en quelques coups d’ailes à la peur et au néant, avec la bénédiction de l’auteur.

La donnée qui fonde la fiction est immédiatement acceptée, sans ébauche d’explication rationnelle ou pseudo-scientifique, sans que son mystère ne soit jamais éclairci. Comment de gentils volatiles, si craintifs, si inoffensifs, chantés par les lyres des poètes, pourraient-ils vouloir du mal aux hommes ? Le discours de la vieille ornithologue sceptique est suffisamment clair. Les protagonistes ne réagissent pas à la réalité mais au terme oiseau, qu’ils identifient à sa définition. Parce qu’ils confondent le nom et la chose, ils subissent les conséquences fatales de la logique traditionnelle, illustrant de manière limpide la célèbre formule selon laquelle la carte n’est pas le territoire. Rien d’étonnant à ce que les oiseaux s’en prennent constamment aux mots : étouffant le cri d’horreur dans la gorge de la mère, coupant les lignes téléphoniques, obligeant les humains par leur présence à d’infinies précautions (silences, marches prudentes, chuchotements). Inversement, une exaspérante chanson d’enfants les fait s’assembler, et c’est le bruit de pas des élèves qui provoque leur attaque. Seul Mitch comprend qu’il faut agir au lieu de parler : plusieurs fois il enjoint de se taire à ceux qui l’entourent. Il sait que les oiseaux sont là pour l’imposer, mais qu’ainsi les hommes se voient accorder leur dernière chance de survivre. À la fin toute parole s’est éteinte, mais il semble aussi que jamais mot n’ait été prononcé. Tout simplement parce que l’on ne sait pas encore si l’on est devant la renaissance d’un monde où tout soit encore à dire, ou au bord de la science-fiction, quand il n’y a plus de place pour la voix humaine.

Image

Les Oiseaux est, si l’on a des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un cœur pour sentir, un film admirable, qui entraîne doucement mais irrésistiblement des rivages quotidiens vers les domaines lointains et retrouvés du fantastique. Hitchcock sait que ce genre agit comme révélateur d’attitudes multiples (de l’inconscience à la lâcheté ou à la solidarité). Ainsi Melanie, encore plus belle dépeignée, se montre courageuse et responsable ; Mitch abandonne ses sarcasmes ; Lydia murmure à la prétendante risquant de lui enlever son fils ne pas encore savoir si elle l’aime ou non. Le badinage auquel s’adonne l’héroïne attise les troubles d’un désir sexuel inconscient dont elle est à la fois sujet et objet, et qui semble s’accorder à l’évolution du comportement des oiseaux. Car l’œuvre est de manière translucide celle de la métaphore, du fantasme, jusque dans ses aspects les plus cachés et les plus déviants. Lorsque Melanie, prise d’un accès de curiosité excessive, s’aventure dans le noir du grenier, c’est la phobie du viol qui soudain prend forme et lui fait subir les pires outrages. Parce qu’il joue avant tout sur l’identification, un tel cinéma n’existe que par le public qui le vit et le tremble. Le halo d’immatérialité entourant les femmes hitchcockiennes (et Tippi Hedren les résume toutes, de Grace Kelly à Kim Novak) déploie un véritable piège à cristallisations et déplacements mentaux dont la pleine puissance opératoire n’est atteinte que par une maîtrise absolue de la mise en scène.

Or la sûreté du rythme, la science du montage (culminant dans la scène de l’incendie, traitée par flashes quasi surréalistes), la précision des mouvements d’appareil, le sens diabolique du dosage des effets attestent bel et bien d’une virtuosité sans égal. Ainsi l’enchaînement méticuleux des plans ordonne-t-il le regard anxieux du spectateur et décompose la stratégie des oiseaux avant l’assaut : d’abord une corneille sur la cage à écureuils, puis deux, cinq, dix, cent, nuée de malheur fondant bientôt sur les écoliers. La rébellion irrationnelle de la nature se traduit par des visions chaotiques, des fulgurances inouïes, d’hallucinantes plongées. Finis les regards supérieurs de l’homme, c’est lui qui à présent est vu de haut, enfermé (dans un snack, une cabine téléphonique, un cottage), asservi à la suprématie vengeresse des volatiles. Aucune musique pour graduer le crescendo, mais une cacophonie de piaillements, de criailleries et de croassements toujours plus forts et hystériques, qui s’insinue dans la tête jusqu’à la rendre folle. Le dernier acte dans la maison retranchée, coupée de l’extérieur, dérisoirement protégée par quelques planches clouées aux fenêtres, domine les scènes de siège et d’attente angoissée qui, de La Nuit des morts-vivants à Signes, lui devront tant. Il visualise surtout une hantise eschatologique universelle, l’inexorabilité d’un cauchemar qui s’amplifie jusqu’aux bornes de l’Apocalypse, sans havre et sans réveil. Par sa lueur lugubre de fin du monde, l’aube sur laquelle s’achève le récit s’avère plus inquiétante que tous les crépuscules. Une mer d’oiseaux indifférents au sort des rescapés s’étend à perte de vue : vainqueurs du combat, désormais maîtres de la terre. Sous un ciel plombé de nuages noirs, la voiture s’éloigne lentement, s’enfonce au cœur de la menace et s’y engloutit, faisant entrer le présent dans l’inconnue d’un futur indéfini. Fin ouverte d’un suspense flamboyant, occulte et métaphysique, après lequel il est impossible de regarder un piaf du même œil.

Image
Last edited by Thaddeus on 27 Sep 20, 13:38, edited 5 times in total.
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12224
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Jack Griffin »

La dernière fois que je l'ai vu, l’explication du comportement des oiseaux m'a paru claire et comme un prolongement de Psycho. C'est la mère qui déclenche tout ça. Je ne sais pas si Hitchcock avait à régler quelque chose de ce côté là :)
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8806
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Alexandre Angel »

Jack Griffin wrote:La dernière fois que je l'ai vu, l’explication du comportement des oiseaux m'a paru claire et comme un prolongement de Psycho.
Ils vengent leur frère empaillé :mrgreen:
User avatar
Jack Griffin
Goinfrard
Posts: 12224
Joined: 17 Feb 05, 19:45

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Jack Griffin »

Je viens de retrouver un vieil article qui va dans le même sens :idea: Comme quoi je ne suis pas fou. Il y a vraiment des éléments de mise en scène insistants (mais assez subtil) pour "accuser" la mère. Par contre rien n'est évoqué dans les dialogues.

http://www.pugetsound.edu/files/resourc ... eBirds.pdf
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Demi-Lune »

C'est peut-être de l'ergotage, mais la première manifestation d'étrangeté, concernant les oiseaux, commence bien avant la rencontre de la mère, avec le nuage d'oiseaux au-dessus de San Francisco.
Je ne nie pas l'importance par la suite de cet axe de lecture autour de la défiance mère/belle-fille potentielle, qui me semble effectivement plus que probant (la mère protège son fils contre celle qui pourrait le lui enlever, et les oiseaux deviennent justement passifs après que Melanie ait prouvé son courage et sa valeur : elle mérite de faire partie de la famille). Mais le fait déclencheur, pour le coup, a plutôt quelque chose à voir avec le sexe - et pas n'importe comment, puisque nous sommes chez Hitchcock : le sexe refoulé. En effet, Mélanie et Mitch se tournent autour dans une oisellerie, et elle, ne trouve rien de mieux pour garder contact et séduire cet homme que de lui offrir un couple d'inséparables, qu'il voulait pour sa sœur cadette. Elle lui fait quand même un peu de rentre-dedans et se "sert" des oiseaux comme d'un prétexte, pour un motif de désir. Implicitement, j'ai toujours senti qu'il se passait quelque chose avec ce fameux prétexte, et que les oiseaux faisaient ensuite payer à Mélanie sa concupiscence (pour lui offrir indirectement l'opportunité de montrer qu'elle n'est pas ce que les tabloïds racontent sur elle). C'est progressivement que se greffe ensuite la métaphore de la mère hostile.
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5662
Joined: 28 Jul 05, 18:33

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by Truffaut Chocolat »

Jack Griffin wrote:La dernière fois que je l'ai vu, l’explication du comportement des oiseaux m'a paru claire et comme un prolongement de Psycho. C'est la mère qui déclenche tout ça. Je ne sais pas si Hitchcock avait à régler quelque chose de ce côté là :)
Entre autres. :o
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Les Oiseaux (Alfred Hitchcock - 1963)

Post by AtCloseRange »

Truffaut Chocolat wrote:
Jack Griffin wrote:La dernière fois que je l'ai vu, l’explication du comportement des oiseaux m'a paru claire et comme un prolongement de Psycho. C'est la mère qui déclenche tout ça. Je ne sais pas si Hitchcock avait à régler quelque chose de ce côté là :)
Entre autres. :o
il est temps de révéler le pot aux roses: c'était un gros dégueulasse.
Image