Jules Dassin (1911-2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89606
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

takezo wrote:
Jeremy Fox wrote:Les forbans de la nuit surtout (son chef-d'oeuvre), est prévu pour cette année
Déjà dispo chez Criterion. Mais tu dois déjà être au courant.
Image
Pas au courant mais il me faut des sous titres français donc j'attend le Carlotta
takezo
Réalisateur
Posts: 6140
Joined: 16 May 03, 15:23
Location: East Coast

Post by takezo »

Jeremy Fox wrote: Pas au courant mais il me faut des sous titres français donc j'attend le Carlotta
Vi, moi aussi. :wink:
The gospel was told, some souls it swallowed whole
Mentally they fold, and they eventually sold
Their life and times, deadly like the virus design
But too, minute to dilute, the scientist mind.
Wu.
bogart
Réalisateur
Posts: 6513
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Post by bogart »

takezo wrote:
Jeremy Fox wrote: Pas au courant mais il me faut des sous titres français donc j'attend le Carlotta
Vi, moi aussi. :wink:

En me rajoutant !! :wink:
Image
noar13
Réalisateur
Posts: 6506
Joined: 14 Apr 03, 09:44
Location: paris

Post by noar13 »

j'ai les stf, mais pas le criterion
:arrow:
Image
daniel gregg
Producteur Exécutif
Posts: 7073
Joined: 23 Feb 04, 23:31

Post by daniel gregg »

Jeremy Fox wrote:
takezo wrote:
Déjà dispo chez Criterion. Mais tu dois déjà être au courant.
Image
Pas au courant mais il me faut des sous titres français donc j'attend le Carlotta

En tout cas elle a de la gueule la couverture du Criterion !
Abronsius
Producteur Exécutif
Posts: 7313
Joined: 23 Oct 04, 12:29
Location: Los Angeles

Post by Abronsius »

Du rififi chez les hommes / Dassin, 1955.
Un grand film, un film noir, ça ne rigole pas, des passages en apnée, des claques dans la gueule, du désastre, du désespoir, de l'amour mais pas longtemps, et encore du noir...
bogart
Réalisateur
Posts: 6513
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Post by bogart »

je profite de la diffusion de ce soir du film "Celui qui doit mourir" pour quémander un ou des avis ... 8)
Image
Private Joker
Accessoiriste
Posts: 1743
Joined: 10 Sep 05, 00:35

Post by Private Joker »

bogart wrote:je profite de la diffusion de ce soir du film "Celui qui doit mourir" pour quémander un ou des avis ... 8)
Apparemment, les critiques sur le web n'ont pas l'air très enthousiastes : La mise en scène est faible, prétentieuse, décevante. On attendait mieux de Jules Dassin («Les Forbans de la nuit», «Topkapi») et de son adaptation du beau roman de Kazantzakis.
En ce qui me concerne, je ne peux pas juger car, comme toi, ce sera une découverte...
bogart
Réalisateur
Posts: 6513
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Re: Jules Dassin

Post by bogart »

bogart wrote:Un peu oublié de nos jours, Jules Dassin a marqué de son talent le film noir policier par sa trilogie <américaine> de 1947 à 1949 :

1947 Les Démons de la Liberté (Brute Force).
1948 La Cité sans voiles (The Naked City).
1949 Les bas-fonds de Frisco (Thieves'Highway).

Info connue de tous mais pour rappel : Ces deux films (soulignés) font parti du coffret "Jules Dassin", édité par Wild Side Vidéo en date du 6 décembre 2005. :D
Image
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

Du rififi chez les hommes - Jules Dassin - 1955 - 7,5/10

Image

Polar noir par excellence. Ecrin de joyeusetés écrites par Auguste Le Breton lui même (co-adaptation d'un de ses romans). Une bande de voyous font un casse de bijoux mais se font doubler par une autre bande rivale. Ca défouraille à tout va. Sur une belle musique de Georges Auric (à noter le n° chanté par Magali Noël l'ersatz français de Sophia Loren... avis perso). Quelques plans magnifiques de Paris. Froideur de l'atmosphère rehaussée par les chaussées pleines de pluie (ça pleut ça mouille mais ce n'est pas la fête à la cagouille). Par le faciès en acier trempé d'un Jean Servais tranchant. Maousse costaud.
Un film qui pourrait heurter la sensibilité féminine tant les femmes subissent le joug d'une virilité peu avare en coup de ceintures.
Helward
rat d'auteur
Posts: 5566
Joined: 17 Aug 06, 10:25
Location: Rech. Optimum désesp.

Post by Helward »

Alligator wrote:Du rififi chez les hommes - Jules Dassin
Plutôt apprécié le film aussi, notament toute la séquence du casse qui se fait dans un silence complet (çà m'a fait penser au Cercle rouge de Melville). Et Jean Servais est effectivement excellent.
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15864
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Les Bas Fonds de Frisco de Jules Dassin (1949)
Superbe film noir se déroulant dans le milieu des Halles de San Francisco où l'on suit la vengeance de Richard Conte, ancien soldat cherchant à venger son père rendu infirme suite à une transaction malheureuse avec un odieux maraicher incarné par Lee J.Cobb. Le cadre est décrit avec un réalisme saisissant et on a aucune peine à croire à cette histoire de racket au fruit et légumes. Truffé de trognes patibulaire et avides le film evite le manicheisme, les personnages en apparences les plus pourri (comme un attachant camionneur arnaqueur) etant capable de loyauté et les plus sains (la fiancé de Richard Conte) s'averant etre égoïste et interessé. Les personnages principaux sont très bien ecrits notamment l'arnaqueuse ffaussement froide jouées par Valentina Cortesa et Richard Conte livre une superbe prestation en boule de nerf dure à cuire. 5/6
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 20812
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

LES BAS FONDS DE FRISCO

LEGERS SPOILERS
Pareil que Profondo. Film très réussi qui touche à la fois à la peinture sociale, au drame, et un peu au film noir. Un héros moralement juste croise sur sa route différents personnages à la loyauté fragile. Tous ces hommes vivent pour leur seul compte et n'hésitent pas à trahir ou faire des coups bas pour emporter le morceau. C'est l'argent qui est l'un des centres du récit: il pourrit les relations entre tous ces personnages, c'est l'élément qui les pousse à agir de façon immorale. Les cas extrêmes étant les accidents provoqués pour éviter de rembourser, ou quand ils vont récupérer les pommes tombées après la chute du camion.
Au milieu de tout ça on a une sorte d'ange protecteur incarné par ce personnage de prostituée qui prévient le héros des dangers qu'il court, ou qui l'aide à se sortir de certaines situations (c'est elle qui facilite la fin de l'histoire en appelant la police par exemple). Je ne suis pas branché religion mais cet aspect protecteur ainsi que d'autres éléments de l'histoire me font penser qu'il y a peut-être une forte référence biblique derrière tout ça (peut-être y a-t-il un parcours initiatique du héros, ou quelques chose comme ça).

Master Fox correct mais je tique (comme souvent) sur le manque de définition bien dommageable et récurrent chez cet éditeur. On n'est pas au niveau des FORBANS DE LA NUIT paru chez Carlotta. Avec la Fox, de toutes façon c'est la tombola :? . L'image reste quand même grandement acceptable, sauf sur ce point.
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15864
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Jamais le dimanche de Jules Dassin (1960)
Bien décevant pour du Dassin qui m'avait habitué à mieux. Un festival de cliché sur les grecs qui se veulent pittoresque mais sont surtout caricatural, ces derniers passant leurs temps à boire, danser et aller à la plage. A tout cela se mêle un récit façon pygmalion mollement mené et on ressent un peu le même soucis que devant un "Irma La douce" même dans le contexte avec cette prostitué toute heureuse et fière d'aller au turbin. Acteurs dans l'ensemble assez insupportable surtout que j'ai été obligé de le voir en vf avec des doubleurs qui mêlent accent du sud et corses pour figuerer l'accent grec... Reste Melina Mercouri débordante de joie de vivre mais ça ne suffit pas à faire un bon film. 2/6
murphy
Ray Charles
Posts: 12466
Joined: 18 Aug 05, 13:29

Post by murphy »

Commissaire Juve wrote: Dans mon entrée, j'ai carrément une affiche (belge) originale de ce film (pas donnée à l'époque de l'achat !) Le dessin n'est pas génial, génial... mais c'est tout ce qu'il y a derrière qui compte ! :)
Image :?:




Sinon, je viens de voir "les démons de la liberté" et ma foi, j'ai trouvé ça plutôt pas mal malgré les critiques mitigées que j'ai pu lire içi ou là. Malgré effectivement quelques flash backs inutiles (mais qui ne s'éternisent pas, on est pas non plus dans Lost), la fin Not Happy End m'a assez enthousiasmé.

Les Forbans de la Nuit, je vous conseille également le livre de Gerald Kersh, il est plutot pas mal pour une série noire (ce qui est loin d'être toujours le cas)