Qu'est-ce qu'un film qui a marqué l'histoire du cinéma ?

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Kurtz

Qu'est-ce qu'un film qui a marqué l'histoire du cinéma ?

Post by Kurtz »

Voilà, j'ai vu hier soir ce très bon film avec Henry Fonda. J'ai notamment apprécié la psychologie assez développée des héros.

Mais il y a un truc que je n'ai pas compris: la fin.

Effectivement, d'après moi, Fonda avait deux choix: rester avec sa femme en négociant après du shérif ou alors repartir pour reprendre sa vie de tueur à gages.
et là, il repart sans sa femme et sans ses colts.
donc que va t-il devenir :?:
comme il le dit à un moment, il ne sait rien faire d'autre que tuer. De plus, il ne pourra pas raccrocher et fonder une famille puisqu'apparemment, sa femme reste dans la ville.
j'avoue que je n'ai pas tout suivi de la discussion du couple précédent la dernière scène alors que c'était une clé pour comprendre la fin apparemment.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93320
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Je ne pourrais pas répondre à ta question n'ayant pas vu le film depuis longtemps mais permet moi de relancer un autre débat ici ou il sera moins ensevelli que dans le topic des notes ;-)

Tu as dit : "L'homme aux colts d'or

5/6

un excellent film qui m'a montré que Impitoyable n'a pas été le premier western à s'intéresser de près à la psychologie de ses héros."

Permet moi de te dire que tu vas faire bondir de leurs sièges tous les fans de westerns dont je fais partie ;-) Mais ce n'est pas de ta faute, ça montre juste que tu ne connais pas encore bien le genre car dans les années 50, la majorité de tous les chefs d'oeuvre du genre comportaient tous pour la plupart des scénarios formidablement bien écrits et qui décrivaient psychologiquement les personnages avec encore plus de finesse que dans le film de Dmytryk.

Voilà, c'était juste une petite mise au point pour que tu ais envie de découvrir d'autres titres dans le genre, les westerns de Walsh, Daves, Mann, Dwan, Ford, Hawks, Sturges, King, Hathaway, Vidor...
Kurtz

Post by Kurtz »

c'est vrai, je connais quasiment aucun western à part les Leone.

d'ailleurs, je vais bientot voir Rio bravo...


Edit:
et ce western est très très loin d'être le premier à l'avoir fait : il y en a eu seulement une cinquantaine d'autres avant lui et avec encore plus de talent
euh ,quand même cinquante....
tu exagères là non ?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93320
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Kurtz wrote:c'est vrai, je connais quasiment aucun western à part les Leone.

d'ailleurs, je vais bientot voir Rio bravo...


Edit:
et ce western est très très loin d'être le premier à l'avoir fait : il y en a eu seulement une cinquantaine d'autres avant lui et avec encore plus de talent
euh ,quand même cinquante....
tu exagères là non ?
Non, pas du tout je t'assure mais en disant que tu ne connaissais que les Léone, tu prouves bien ce que j'avais dit plus haut :-) Le western est un genre très riche et varié et les clichés sont malheureusement bien ancrés, relancés justement par les non connaisseurs ;-)

Bonne découverte donc :-)
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4682
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

Jeremy Fox wrote:Mais ce n'est pas de ta faute, ça montre juste que tu ne connais pas encore bien le genre car dans les années 50, la majorité de tous les chefs d'oeuvre du genre comportaient tous pour la plupart des scénarios formidablement bien écrits et qui décrivaient psychologiquement les personnages avec encore plus de finesse que dans le film de Dmytryk.
Monsieur Fox exagère un brin quand même. Je doute, mais je peux avoir tort, qu'il existe une cinquantaine de westerns antérieurs à Warlock et d'une plus grande richesse psychologique :wink: . Rassure-toi Kurtz :) , la psychologie du trio masculin et les interactions qu'elle fait naître entre chacun d'eux est tout de même le point fort du film et ce qui lui permet d'exister aujourd'hui dans la mémoire des amateurs, plus qu'une réalisation aux effets appuyés comme souvent chez Dmytryk.
John T. Chance
Assistant(e) machine à café
Posts: 274
Joined: 23 Apr 03, 09:00
Location: Paris

Post by John T. Chance »

monsieur fox n'exagère pas : on trouve une très grande richesse psychologique chez walsh, Ford, Fuller, Aldrich, Boetticher. Le western est le genre roi du cinéma américain classique, avec le film noir et la comédie musicale: alors cessez de vous accrocher à des préjugés et voyez les films :wink:
passe me voir du côté du rio grande, petite...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93320
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

John T. Chance wrote: on trouve une très grande richesse psychologique chez walsh, Ford, Fuller, Aldrich, Boetticher.
Daves, Mann, Vidor, King, Wellman, Wyler, Sturges, Wise... ;-) et je ne parle que de westerns.

Si tu veux des titres en DVD, tu n'as qu'à demander ou aller voir sur le site dont une grande partie a déjà été critiqué ;-)
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4682
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

John T. Chance wrote:alors cessez de vous accrocher à des préjugés et voyez les films :wink:
Je vais faire comme ça :mrgreen:
Kurtz

Post by Kurtz »

j'ai vu Rio Bravo.

je trouve que c'est un très bon film, très classique et très maîtrisé.

mais je ne trouve pas la psychologie des personnages aussi originales que dans l'homme aux colts d'or (cela dit, je préfère Rio Bravo même si la fin de ce dernier m'a un peu déçu)

et si au passage, vous pouviez m'expliquer pourquoi ce film fait partie des dix meilleurs de l'histoire, ce serait cool.

merci :)
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4682
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

Kurtz wrote: j'ai vu Rio Bravo.
mais je ne trouve pas la psychologie des personnages aussi originales que dans l'homme aux colts d'or
C'est normal Furthman, Brackett et Hawks n'y brossent que des variations subtiles et jubilatoires autour des figures récurrentes du western classique. Ce sont presque des figures iconiques. :wink:
et si au passage, vous pouviez m'expliquer pourquoi ce film fait partie des dix meilleurs de l'histoire, ce serait cool.
Ou as-tu vu ça? :) dans mon musée imaginaire du western à moi il est 11e :oops:
Pike Bishop
Stagiaire
Posts: 73
Joined: 15 May 03, 19:48

Post by Pike Bishop »

Comme tous les fans de western, j'aime "Rio Bravo" mais je trouve un peu surestimée sa place parmi les plus grands films de tous les temps, tous genres confondus.
Je crois que l'admiration sans borne que portait Serge Daney à "Rio Bravo" a beaucoup contribué à forger à ce film une place à part dans la cinéphile française. Daney, qui considérait "Rio Bravo" comme son film préféré, expliquait, joliment, que ce film lui en avait beaucoup appris sur lui-même pendant sa formation.
Disons que l'Histoire retiendra que ce film de Hawks constitue la quintessence absolue du western avec le héros ultime de l'imaginaire américain. Avant les subversions, qui redonneront du souffle au genre.
Mais aujourd'hui, à titre personnel, c'est surtout la performance extraordinaire de Dean Martin qui me revient en tête quand je pense à Rio Bravo" ...
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4682
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

Pike Bishop wrote: Avant les subversions, qui redonneront du souffle au genre.
...
Ah ouais...Moi j'y vois plutôt une bise réfrigérante :mrgreen:
Pike Bishop
Stagiaire
Posts: 73
Joined: 15 May 03, 19:48

Post by Pike Bishop »

C'est la 1ère fois que j'envisage les films de Peckinpah notamment, comme une bise mais si tu le dis, pourquoi pas ?
Pour revenir au débat sur "Rio Bravo", je crois que cela pose l'éternelle question du contexte dans lequel les oeuvres sont jugées. Le film de Hawks a été déclaré comme un chef d'oeuvre par des générations de cinéphiles, autour des Cahiers surtout, qui ont eu une énorme influence dans la critique française.
Aujourd'hui, le jeune amateur de cinéma, risque d'être surpris devant le classicisme absolu (et un poil désuet) de "Rio Bravo" dont il aura lu les grands mérites dans ses revues favorites. C'est un objet de culte, qui dépasse le film lui-même mais qui englobe toutes les rêveries et les fantasmes développés autour du film.
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4682
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

Pike Bishop wrote:C'est la 1ère fois que j'envisage les films de Peckinpah notamment, comme une bise mais si tu le dis, pourquoi pas ?
Pour revenir au débat sur "Rio Bravo", je crois que cela pose l'éternelle question du contexte dans lequel les oeuvres sont jugées. Le film de Hawks a été déclaré comme un chef d'oeuvre par des générations de cinéphiles, autour des Cahiers surtout, qui ont eu une énorme influence dans la critique française.
Aujourd'hui, le jeune amateur de cinéma, risque d'être surpris devant le classicisme absolu (et un poil désuet) de "Rio Bravo" dont il aura lu les grands mérites dans ses revues favorites. C'est un objet de culte, qui dépasse le film lui-même mais qui englobe toutes les rêveries et les fantasmes développés autour du film.
Je ne crois pas. J'ai découvert et glissé Rio Bravo dans mon Panthéon personnel sans rien connaître des aléas qui ont fait sa réputation. Pour ne rien dire de Serge Daney qui m'était alors totalement inconnu...
Il me semble que Rio Bravo s'impose à tous par son absence d'ironie, de distanciation, qui en feraient effectivement un exemple parfait du classicisme. Mais ce qui fait son originalité, c'est aussi ce mélange - si caractéristique de Haws de Seuls les anges ont des ailes à Hatari! - de spontanéité, de nonchalence et d'insolence joyeuse. Toutes qualités qui en font à mes yeux un film absolument indémodable et fédérateur. Désuet? Je ne comprends pas :? .

PS: Mieux vaut que je ne te dise pas ce que je pense des westerns de Peckinpah... :wink:
Pike Bishop
Stagiaire
Posts: 73
Joined: 15 May 03, 19:48

Post by Pike Bishop »

Je ne veux pas jouer les avocats du diable, j'aime Hawks et notamment "Rio Bravo" (même si je préfère Peckinpah mais bon, la question n'est pas là ...).
Je voulais juste rebondir sur la perplexité de notre ami qui a découvert le film et s'étonnait de le voir classé parmi les plus grands films de tous les temps. D'autres personnes de ma connaissance étaient surprises aussi devant la réputation de "Rio Bravo".
J'apportais juste une hypothèse. Tu seras d'accord avec moi pour reconnaitre que le jeune cinéphile, gavé de films ou de séries "modernes" (souvent caractérisés par une forte surcharge) peut avoir du mal à comprendre pourquoi "Rio Bravo" est un film culte. Celui qui découvre Kubrick aujourd'hui comprendra plus facilement pourquoi ses films sont autant vénérés. C'est moins évident à percevoir avec "Rio Bravo", qui a un côté très convenu (par rapport au regard actuel). Quand je parlais de désuétude, ce n'est pas un défaut pour moi. C'est juste la patine du temps, qui ancre clairement le film dans une certaine époque. Il s'en dégage une forme d'innocence ... illusoire bien sûr puis perdue inévitablement.