Greta Garbo (1905-1990)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8869
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by feb »

Jeremy Fox wrote:Quant à The Mysterious Lady de Fred Niblo, j'avoue avoir été très agréablement surpris d'autant que j'ai trouvé la musique d'accompagnement superbe. Et une photographie de malade de William H. Daniels ; quant à l'actrice, sans encore me convaincre tout à fait (mais sans me déplaire non plus), dans sa tenue noire d’espionne lors de la deuxième partie du film, elle est vraiment splendide. Bref, un bien beau film muet.
Revu ce soir pour la 278ème fois, le film de Niblo est pour moi l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur, muet de l'actrice : un sujet en or (espionnage, Grande Guerre et triangle amoureux), une photo de malade, une Garbo de rêve et un leading role masculin qui convient très bien à l'actrice. L'histoire est d'une minceur quasi ridicule mais le film est tellement beau et la mise en scène de Niblo tellement sobre et intelligente que l'on en oublie les défauts et on se laisse juste porter par les images. Un muet MGM dans ce qu'il a de plus élégant, de plus riche et de plus séduisant. Le film "transpire" la classe et l'élégance et s'impose comme un des dignes représentants des late silents made in MGM.
Et seule Garbo peut porter de telles tenues...
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Federico »

Image

"Ce soir, je t'emmène au cinéma... voir Garbo Greta." :lol:

Raimu dans Le fauteuil 47 de Fernand Rivers (1937)
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
bogardofan
Assistant(e) machine à café
Posts: 133
Joined: 14 Nov 11, 14:38

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by bogardofan »

pas un chef d'œuvre, le Roman de Marguerite Gautier ? C'est un film sublime que j'ai adoré... Et j'aimerais tant voir La Légende de Gösta Berling et la Rue sans Joie qui ont la réputation d'en être des chef d'œuvres... Pour moi, Garbo est une femme de toute beauté, mais une beauté idéale, quasi spirituelle, émaciée....

Mais j'ai lu quelque part que si elle a quitté le cinéma, ce n'était pas seulement de son propre chef. Le studio voulait se débarasser d'elle, car les films ne marchaient plus aux States et on lui en voulait de ne pas avoir pris la nationalité américaine. Alors elle a préféré prendre les devants, les quitter de son propre chef au lieu d'être virée comme une malpropre et sans aucune reconnaissance pour tout ce qu'elle leur avait apporté...

La preuve qu'elle aurait pu, dans d'autres circonstances, continuer sa carrière, c'est le nombre immense de propositions qui lui ont faite après son retrait ; dans un livre (celui de Brion ?), on a une liste assez éloquente. Et j'ai lui que Visconti la voulait dans sa Recherche du Temps perdu. Ce film aurait bénéficié d'une distribution fabuleuse car, en plus de tous les habitués de Visconti (Bogarde en Swann, Silvana Mangano, Romy Schneider, Charlotte Rampling), il y aurait eu, outre Garbo, Signoret, Madeleine Renaud, Bardot, Brando et même la Callas ! Mais aucun producteur n'a eu le courage de soutenir un tel projet. J'aurais tant aimé voir la confrontation entre Bogarde et Brando. Fabuleux, non !
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8671
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Tommy Udo »

Ce soir à 21h40 sur France 5 : "Dietrich/Garbo : l'ange et la divine".

Deux stars intemporelles, deux visages de la séduction au cinéma. Garbo la Divine, belle, lointaine et inaccessible, et Dietrich, envoûtante et séductrice, « faite pour l’amour de la tête aux pieds », tel qu’elle le chante dans « l’Ange bleu » en 1929. Toutes deux naissent en Europe à quelques années d’intervalle et font carrière aux Etats-Unis où les studios hollywoodiens se livrent à un véritable « duel de marques » par films interposés. Quand Marlène interprète l’« Agent X27 » pour la Paramount en 1931, la MGM envoie sa « Mata Hari » sur le front. Quand Garbo triomphe dans le « Grand Hôtel » de la MGM en 1932, c’est la Paramount qui riposte avec « Shanghai Express ». En marge de cette rivalité cinématographique, ces femmes de tempérament feignaient de s’ignorer l’une l’autre. Derrière le vernis de la légende et du glamour, chacune cache ses blessures intimes. Le film évoque leur liaison amoureuse et la bisexualité assumée de ces deux stars qui ont illuminé le xxe siècle et les grandes années de Hollywood de leur grâce absolue.

Miam :mrgreen:
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18654
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Supfiction »

Tommy Udo wrote:Ce soir à 21h40 sur France 5 : "Dietrich/Garbo : l'ange et la divine".

Deux stars intemporelles, deux visages de la séduction au cinéma. Garbo la Divine, belle, lointaine et inaccessible, et Dietrich, envoûtante et séductrice, « faite pour l’amour de la tête aux pieds », tel qu’elle le chante dans « l’Ange bleu » en 1929. Toutes deux naissent en Europe à quelques années d’intervalle et font carrière aux Etats-Unis où les studios hollywoodiens se livrent à un véritable « duel de marques » par films interposés. Quand Marlène interprète l’« Agent X27 » pour la Paramount en 1931, la MGM envoie sa « Mata Hari » sur le front. Quand Garbo triomphe dans le « Grand Hôtel » de la MGM en 1932, c’est la Paramount qui riposte avec « Shanghai Express ». En marge de cette rivalité cinématographique, ces femmes de tempérament feignaient de s’ignorer l’une l’autre. Derrière le vernis de la légende et du glamour, chacune cache ses blessures intimes. Le film évoque leur liaison amoureuse et la bisexualité assumée de ces deux stars qui ont illuminé le xxe siècle et les grandes années de Hollywood de leur grâce absolue.

Miam :mrgreen:
Je ne pensais pas que Marlène avait fait autant de films muets. J'aimerai bien voir L'énigme.

Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Sinon, la rivalité continue dans le Top actrices naphtas dans lequel Garbo surpasse Marlène pour le moment ..
Max Ophüls évoque Greta Garbo

frederib216
Stagiaire
Posts: 1
Joined: 14 Apr 16, 22:07

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by frederib216 »

Bonsoir à tous,
Pour info, sachez que TCM Cinéma a décidé de reprogrammer le cycle Greta Garbo qu'elle avait déjà proposé en 2004; 18 de ses films parmi les plus marquants seront proposés.

http://www.tcmcinema.fr/programme/integrale-greta-garbo
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18654
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Supfiction »

frederib216 wrote:Bonsoir à tous,
Pour info, sachez que TCM Cinéma a décidé de reprogrammer le cycle Greta Garbo qu'elle avait déjà proposé en 2004; 18 de ses films parmi les plus marquants seront proposés.

http://www.tcmcinema.fr/programme/integrale-greta-garbo
Il reste pas mal d'inédits en dvd zone 2, mine de rien. Je ne pas sûr d'avoir vu A Woman of Affairs et en tous cas pas SINGLE STANDARD (JOHN ROBERTS - 1929).
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9529
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Miss Nobody »

Image
Intrigues (A woman of affairs)

Le titre français du film est bien choisi, car ce mélo et la vie de son héroïne sont effectivement cousus (jusqu'à l'excès) de ces « intrigues » : des sacrifices à gogo, des romances qui en cachent d’autres, des déshonneurs, des chagrins, des drames et des secrets bien gardés. Au milieu de cela, une Garbo altière, qui encaisse tout avec une incroyable dignité. Elle incarne parfaitement cette aristocrate, fascinant personnage de femme des années 20, d’une épaisseur, d’une liberté et d’une « chevalerie » en réalité bien inhabituelles. Mais elle incarne mieux encore le silence, le non-dit, la souffrance digne... Difficile d’ailleurs pour le lover John Gilbert de paraître autrement que d’une grande fadeur à ses côtés.
C'est clair, là où Garbo est, tout le reste s'efface.

7/10

Le baiser (The kiss)
Image

Décevant film muet -le dernier de l’actrice- où Greta Garbo, mal mariée, distribue les baisers : l’un, fatal, lui vaudra un procès pour meurtre ; les deux autres, heureusement, avaient auparavant été donnés à un avocat amoureux qui n’aura pas de peine à l’innocenter. Une intrigue beaucoup trop maigre et bien mal ficelée (servie, pour ne rien arranger, par un montage assez bancal) ne pourront me sauver de l’ennui pour cette fois. Dommage car à côté, la mise en scène n’est pas honteuse : elle met bien en valeur la star et propose quelques effets astucieux (notamment le témoignage en flash-back mensonger). Et puis, évidemment, bien que dans un registre un peu monotone (mélancolie figée, ponctuée de faux éclats de rire), Garbo est belle ... et cela suffira d'ailleurs sûrement à certains :fiou: ...

5/10
User avatar
Ikebukuro
Machino
Posts: 1218
Joined: 31 Mar 12, 19:28

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Ikebukuro »

Frances wrote: 22 Jan 13, 22:48 Anna Christie – Clarence Brown – 1930 – Greta Garbo, Charles Bickford,, Marie Dressler. Sans le slogan qui annonça « Garbo talks » il est douteux que le film soit passé à la postérité. S’il fallait que Garbo incarne un personnage d’origine suédoise pour justifier son accent il eut été facile par une habilité scénaristique de lui en créer un. Pourquoi porter à l’écran cette pièce de Eugene O’Neil poussiéreuse et rétrograde ? Jugez plutôt : un vieux marin alcoolique reçoit une lettre de sa fille pour lui annoncer qu’elle vient vivre auprès de lui. Confiée des années plus tôt à des fermiers de la famille, elle quitte finalement la Suède pour devenir infirmière puis prostituée. Dès le début le film de Brown s’enlise à cause d’une atmosphère poisseuse et de l’exposition trop soulignée de ces êtres misérables aux traits grossiers et sans nuances. Ici, les corps sont trop lourds de crasse et d’alcool, les regards trop appuyés, le tempo trop ralenti. La réalisation exploite peu les ressources du cinéma mais transpose le découpage de la pièce dans des décors figés. L’histoire progresse péniblement et on a du mal à croire à l’assemblage boiteux du couple père-fille et encore plus de mal à se convaincre qu’Anna s’amourache de ce marin rustre parmi les rustres qui la rejette violemment quand elle lui révèle son passé. Même si elle finira par épouser le boétien de service, Anna sera condamnée à vivre -comme sa mère- la solitude des femmes de marin. On a connu meilleur happy end. Garbo passe le test du parlant haut la main mais c’est bien là le seul intérêt du film.
Image
J'avais trouvé moyen ce film, trop statique (l'exemple même du "théâtre filmé") MAIS les second rôles ont des gueules sympas; maintenant même un film mineur avec Greta Garbo mérite d'être vu :D
Mon blog sur le Japon : http://japon.canalblog.com/
Mon blog sur le cinéma : http://kingdomofcinema.canalblog.com/
User avatar
Erich
Stagiaire
Posts: 52
Joined: 10 Nov 17, 20:46

Re: Greta Garbo (1905-1990)

Post by Erich »

A signaler : les fans de Garbo qui auront la chance de pouvoir aller à la Cinémathèque ne doivent pas manquer l'exposition Cinémode par Jean-Paul Gaultier (jusqu'en janvier 2022). En effet, on peut y admirer l'une des robes portées par Garbo dans La Reine Christine (celle de la photo ci-dessous). C'est assez spectaculaire et c'est une occasion sans doute unique de pouvoir voir cette tenue en France ! (Elle est prêtée par le collectionneur américain Larry McQueen qui dirige The Collection of Motion Picture Costume Design).
Image