Freaks (Tod Browning - 1932)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Addis-Abeba
Mouais
Posts: 11849
Joined: 12 Nov 04, 23:38
Location: Chocolatine

Re: Freaks (Tod Browning - 1932)

Post by Addis-Abeba »

Jeremy Fox wrote:Reprise du film en salles grâce au distributeur Théâtre du Temple. La chronique classikienne est signée Olivier Bitoun.

On peut attendre un bluray, mais que j'aurais aimé voir la version "longue" un jour. Mais pas de miracle sur ce film :cry:
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Finalement le gouvernement aura filé plus de PV que de masques..."
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Freaks (Tod Browning - 1932)

Post by Thaddeus »

Image


"One of us"



Trente d’ans d’interdiction ont fait de Freaks un film légendaire, et il est rare qu’on en parle sans le qualifier en plus de film maudit. À sa sortie, le spectateur-type ignorait cette perversité intellectuelle qu’est la distanciation. Quand il allait au cinéma c’était pour choisir un rôle, un personnage, dans lequel il pouvait se projeter. Ici, la tradition est rompue. Le schéma traditionnel du crime et de son châtiment existe mais les good guys sont laids, difformes, inquiétants. D’où un blocage du processus habituel d’identification. Tod Browning ne joue pas le jeu. Il s’ensuit que le public ne joua pas le sien, et lui réserva un échec commercial. Car pas plus dans la réalité que dans la fiction, la loi ne saurait être enfreinte. Pure anomalie par rapport au marché et à ses exigences classificatoires, le film est resté presque totalement ignoré sur le plan mondial, et ce pendant longtemps. Son histoire repose sur un fait divers : Cléopâtre, la belle écuyère, feint d'aimer un lilliputien, l'épouse pour le voler et tente, avec la complicité du colosse Hercule, de l'empoisonner. L'humour de certaines scènes (comme le mariage des sœurs siamoises, dont les époux s’échangent mutuellement leurs vœux de bonheur) devient fatalement tragique lorsque la confrérie des freaks décide de châtier les deux conspirateurs. La colère du ciel s'en mêlant, la foudre éclaire par éclipses un pygmée jouant de l'ocarina tandis qu'un nain fait jaillir la lame de son couteau et que Johnny Eck caresse négligemment son Parabellum. Entre les caravanes c'est alors une épouvante de fin du monde, et il n'y a plus de place que pour cette intensité dans la peur, cette grandeur dans l'effroi qu'inspirent certaines Histoires Extraordinaires d'Edgar Poe.


Image



Side-show définit, dans le vocabulaire du cirque, tout ce qui est "à côté", hors piste, spectacle annexe : la ménagerie, les exhibitions de tribus exotiques, les monstres. C'est de cette dernière mise à l'écart qu'il est question dans Freaks, où l'apparente unité d'un cadre clos (la communauté foraine) fait place à la scission du normal et de l'anormal. Mais une telle opposition doit, si l'on veut rendre compte de la finesse du jeu narratif, laisser la place à un dégradé de personnages. Hercule et Cléopâtre se démarquent des gens ordinaires, celui-là par sa surpuissance et son appétit, celle-ci par sa beauté, son pouvoir de séduction, voire son rôle dans le spectacle, tout là-haut, sur son trapèze. De même, Hans et Frieda se dissocient des autres membres de la troupe par le fait que, ni mutilés ni malformés, ils sont seulement réduits. Le décrochement de ces deux couples par rapport aux groupes, à leurs prétendues appartenances, leur assigne d'emblée une place privilégiée dans le récit et esquisse pour eux la possibilité d'un rapprochement. Alors que la référence était ici une pseudo-norme physiologique (zone incertaine entre la sur-normalité des uns et la sous-normalité des autres), il faut, pour établir une typologie morale, inverser le sens de la lecture, se mettre du côté des monstres afin d’adopter leur mode de pensée (rigide, sans marge d'interprétation, sans appel), cette loi selon laquelle "en offenser un, c'est les offenser tous". Parmi les opposants, une différence s'établit entre ceux qui les ignorent ou se contentent de les humilier en parole, tels les joueurs de cartes réunis sous la tente, et ceux qui exercent sur eux une violence physique : Hercule et Cléopâtre, dans leur décision de supprimer Hans et, auparavant, dans la scène avec Joséphine-Joseph.

La configuration est donc beaucoup plus subtile que le paradigme initial pouvait le laisser croire, dans la mesure où elle se déroule sur deux tableaux à la fois. Et le double thème de l’espèce (Homme-Monstre) et du genre (masculin-féminin), sur lequel se tissent de multiples variations, font du film une méditation à la fois trouble, brillante et tortueuse sur la notion même d’altérité. Ici se situe l'entreprise de brouillage à laquelle se livre méthodiquement Browning : la corruption simultanée de la loi naturelle, de la loi éthique et du langage. Celle par qui le scandale arrive, c'est Cléopâtre. Bien sûr, Hans aurait dû saisir qu'on se moquait de lui, il aurait dû percevoir l'ironie cruelle de la trapéziste et croire sa fiancée ("Pour moi tu es un homme, pour elle tu es une chose ridicule"), mais il avait l'excuse de l'aveuglement passionnel, celle d'avoir été totalement joué, manipulé, trompé par l'objet de son amour. La monstrueuse parade, c’est le fric : Cléopâtre se fait prêter de l'argent par Hans, se laisse offrir des fleurs, des fruits, du champagne, un bijou, réclame un manteau de fourrure, et en vient à la machiavélique idée de se marier avec son petit prétendant pour s'emparer de son héritage. Mais jusqu'où pouvoir aller trop loin, la vénale ne le sait pas : les limites franchies, elle n'a qu'un recours, sceller un pacte avec les monstres en buvant dans la même coupe qu’eux. Elle refuse cette issue, et se voit donc plongée dans leur monde, qu’elle méprise et qui la révulse, d'une manière littérale, atroce, indélébile, en étant anatomiquement transformée en abomination.


Image



Pour ne prendre qu'un exemple de la constance du travail de Browning, de sa force systématique, il suffit de s’attacher à la double triangulation selon laquelle l’œuvre s'organise : celle des relations de désir et celle des regards. Hans délaisse Frieda pour Cléopâtre ; Cléopâtre feint de répondre aux sentiments de Hans mais prend Hercule pour amant ; Hercule est abandonné par Vénus qui découvre l'amour de Phroso ; M. Rogers échange un baiser avec l'une des siamoises tandis que l'autre fait semblant de lire, puis pose son livre sur ses genoux et ferme les yeux pour jouir plus pleinement de ce plaisir par sœur interposée. Comme s’il fallait un intermédiaire pour permettre la combinatoire érotique, un témoin pour que le récit fonctionne, comme s'il fallait encore désigner la place du spectateur, en fonction de qui le scénario fantasmatique se déploie. On retiendra aussi le repas nuptial, éclairé par la lueur émanant de la grande nappe blanche de la table, et dont l’intensité évoque la Cène reconstituée par Buñuel dans Viridiana. Les personnages en liesse viennent chanter et danser chacun à leur tour, la caméra scrute leurs visages pour y surprendre des grimaces de joie, des rictus de haine, des expressions d'inquiétude. À l’air trépidant de fanfare se cumule un montage de plus en plus rapide qui exacerbe la tension nerveuse, jusqu'au paroxysme final dressant les deux mondes l'un contre l'autre. Lors de cette séquence, le crime de Cléopâtre et Hercule est de persévérer, loin des tréteaux, à réduire les monstres à leur reflet, à ne les considérer comme tels que parce qu'on les exhibe ainsi. Pris dans leur vie quotidienne, ce sont pourtant des êtres qui ont les préoccupations les plus humaines et les sentiments les plus communs, qui doivent chaque jour envisager une vie non conforme à la normalité sociale. La démarche du cinéaste consiste à bousculer les attitudes d’aversion à l’égard de ceux qui ne sont que des disgraciés, des malheureux, des victimes des caprices de la nature. Elle préfigure les approches des univers marginaux telles qu’a pu les pratiquer le cinéma-vérité, et témoigne de la même intention compréhensive, de la même attitude de sympathie, au sens étymologique du terme.

Ainsi la monstruosité objectivée cesse d’être le miroir noir qui est tendu aux héros. Freaks est l'histoire du franchissement fantastique de l'antithèse, le parcours qui conduit de la beauté à la laideur et vice-versa. Il constitue l'implacable renversement de la première image de Cléopâtre (au sommet du chapiteau, vue en contre-plongée par le public) en sa dernière apparition : une plongée dans une fosse où se trouve un être hideux. Un traitement identique s'opère dans les plans consacrés à Hercule : terrassant un animal dans la séquence inaugurale du spectacle, l’haltérophile est lui-même, dans la tempête finale, un animal terrassé, n'ayant plus la force de se traîner dans la boue. Autre glissement : à l'exception de la scène de vengeance sous l'orage (l'écran est parfois totalement envahi par le noir, la menace monte de la terre et progresse dans les flaques d’eau, des créatures sinistres qui semblent sorties de la fange se pressent sous les roulottes, l'action s'anime d'une démesure telle que l’homme-tronc va jusqu'à glisser un couteau entre ses dents), Freaks est traité de façon très réaliste : la plupart des acteurs sont de véritables phénomènes de foire (une femme à barbe dont l’accouchement constitue un point d’orgue, deux sœurs microcéphales, hypersensibles et furtives comme de jeunes chats, une dame sans bras qui accomplit les gestes de tous les jours avec ses pieds, un homme-squelette au corps décharné…), la musique n'est jamais que celle du cirque, la trame narrative pourrait être calquée sur celle de n'importe quel mélodrame. En somme, l’œuvre se déclasse perpétuellement : film de la transgression des genres biologiques, il transgresse lui-même les genres cinématographiques. Encadrée par deux interventions du monsieur Loyal, la fiction se donne comme une marchandise que le spectateur a le droit de découvrir contre paiement, alors qu’habituellement le récit se doit de masquer sa valeur d'échange. Ce spectateur, déjà placé du côté de la perversion, s'aperçoit que son statut de voyeur se double d'une fonction d'exploiteur. Voilà qui le situe irrémédiablement, lui qui croyait appartenir à la norme, dans la sphère de ceux que la loi morale considère comme les vrais monstres. "One of us"…


Image
Last edited by Thaddeus on 20 Feb 18, 19:00, edited 1 time in total.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15102
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Freaks (Tod Browning - 1932)

Post by Watkinssien »

Encore un très beau texte, Thaddeus!
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Barry Egan
Machino
Posts: 1318
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Freaks (Tod Browning - 1932)

Post by Barry Egan »

Merci Thaddeus pour ces formulations parfaites, qui ne seraient rien sans la force révélatrice de tes démonstrations. Très belle écriture, très beau propos.
Image