Douglas Sirk (1897-1987)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Beule
Cadreur
Posts: 4274
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Douglas Sirk (1897-1987)

Post by Beule »

EDIT DE LA MODERATION:

N'hésitez pas à consulter les différents topics consacrés aux films du réalisateur

All I desire (1953)
Tout ce que le ciel permet (1955) et sa "Chronique Classik"
Ecrit sur du vent (1956) et sa "Chronique Classik"
La ronde de l'aube (1958)
Le temps d'aimer et le temps de mourir (1958)

ainsi que les "Chronique Classik" de Scandale à Paris (1946) et Capitaine Mystère (1955)

A l'occasion du cycle Douglas Sirk au Cinéma de minuit fin 2005, vous pouvez retrouver les discussions et commentaires du forum ici







----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Je lui dois ma plus belle découverte naphtalinée de 2003, j'ai revu All that heaven allowshier. Du coup j'ai envie de savoir ce que vous pensez de Sirk, réalisateur sorti de l'oubli dans les années 70 par Halliday ou Fassbinder et très in aujourd'hui pour les références offertes par Almodovar ou Todd Haynes, mais souvent jugé uniquement à travers quatre voire cinq grands mélos Universal, du Secret magnifique à Mirage de la vie.
Vos commentaires, vos préférences?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90009
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Vu ses films il y a trop longtemps : je les mélange un peu tous donc je reviendrais en parler avec des idées plus nettes.

Ce que je peux dire c'est que la découverte de Ecrit sur du vent à la dernière séance a été une formidable découverte.

Dans les trucs un peu moins connus, j'avais trouvé Lured bien sympathique
Beule
Cadreur
Posts: 4274
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

Jeremy Fox wrote:
Dans les trucs un peu moins connus, j'avais trouvé Lured bien sympathique
Parmi ceux que j'ai vus c'est un de ceux que j'apprécie le moins je crois. A la fois trop fidèle à l'original dans son adaptation, et paradoxalement trop édulcoré dans l'esprit (le Siodmak recélait des trésors de petites perversités allusives, notamment dans les rapports entre Marie Déa et Varennes). Ca reste un divertissement plaisant toutefois, c'est vrai :wink:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90009
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Beule wrote:
Jeremy Fox wrote:
Dans les trucs un peu moins connus, j'avais trouvé Lured bien sympathique
Parmi ceux que j'ai vus c'est un de ceux que j'apprécie le moins je crois. A la fois trop fidèle à l'original dans son adaptation, et paradoxalement trop édulcoré dans l'esprit (le Siodmak recélait des trésors de petites perversités allusives, notamment dans les rapports entre Marie Déa et Varennes). Ca reste un divertissement plaisant toutefois, c'est vrai :wink:
Le titre français je crois est Des filles disparaissent mais pareil, vivement des DVD pour me rafraichir la mémoire
User avatar
Vic Vega
Lee Marvin Fan
Posts: 3354
Joined: 15 Apr 03, 10:20
Location: South Bay

Post by Vic Vega »

Je n'ai vu de lui justement que les mélos poignants qui ont fait sa réputation cinéphile: Magnificent Obsession, Ecrit sur le vent, Tout ce que le ciel permet -mon favori- et Mirage de la vie. Qui suffisent à en faire un de mes cinéastes naphtalinés favoris: des films d'un styliste hors pair -dans le souffle de mise en scène, dans l'usage des couleurs et en particulier dans celui de celles des vêtements qui reflètent parfaitement les émotions des personnages- au premier degré assumé, excessifs dans leurs sentiments pour mon plus grand plaisir et démontrant qu'il n'y a pas de mauvais sujets au cinéma -ses pitchs sont dignes d'un soap opera- juste de mauvais traitements -ce qu'il en fait est puissant cinématographiquement-. Il sut aussi très bien utiliser un acteur limité comme Rock Hudson. Pour ne rien gâcher, un cinéaste très apprécié de certains de mes cinéastes favoris (Fassbinder qui reprit certaines situations sirkiennes pour les traiter de façon distanciée, Woo qui reprit en partie le pitch de Maginficent Obsession pour the Killer, QT qui fit manger à ses persos un steak Douglas Sirk, Almodovar qui lui doit beaucoup, Todd Haynes qui partage sa fascination pour l'enfer des petites villes résidentielles américaines).
ImageImageImageImage
james
Assistant opérateur
Posts: 2092
Joined: 8 Nov 03, 18:14

Post by james »

c'est aussi "taza ,fils de cochise" western remarquable avec un rock hudson qui a un certain credit dans ce petit western universal,mais sinon un real decouvrir pour certains,qui fit l'essentiel de sa carrière chez"UNIVERSAL" studio,vala :D
je suis fana de ce genre ciné,je recherche et propose.merci
vic
viking
Posts: 3551
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Post by vic »

Mon préféré reste, de loin, A Time to Love and a Time to Die.
Mais je connais uniquement les fameux mélo 50's... et peut-être Hitler's Madman, mais j'ai un doute...

En tout cas, j'aime bcp ce que j'en connais.
Image

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

Consistency is the last refuge of the unimaginative. Oscar Wilde

Unité Ogami Ittô.
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Post by Lord Henry »

Grâce à l'inlassable prosélytisme de Patrick Brion, j'ai eu l'occasion de découvrir Sirk voilà de longues années - de Hitler's Madman à Imitation of Life.

J'ai pu depuis ajouter au palmarès de mon dillettantisme cinéphile There's Always Tomorrow (sortie en salles) et Mystery Submarine (courtesy of Ciné Classic).

Il ne m'aurait pas déplu que Sirk s'attachât à un autre acteur que Rock Hudson.

Cette évocation des séances télévisuelles dominicales, dans le doux confort de l'obscurité, m'amènent à me demander si l'honorable Patrick, bienfaiteur de la cinéphilie devant l'éternel, nous fait la grâce de quelques visites subreptices.

Auquel cas Patrick, sache que nous sommes tous peu ou prou tes enfants, surtout ouf.
Image
james
Assistant opérateur
Posts: 2092
Joined: 8 Nov 03, 18:14

Post by james »

Lord Henry wrote:Grâce à l'inlassable prosélytisme de Patrick Brion, j'ai eu l'occasion de découvrir Sirk voilà de longues années - de Hitler's Madman à Imitation of Life.

J'ai pu depuis ajouter au palmarès de mon dillettantisme cinéphile There's Always Tomorrow (sortie en salles) et Mystery Submarine (courtesy of Ciné Classic).

Il ne m'aurait pas déplu que Sirk s'attachât à un autre acteur que Rock Hudson.

Cette évocation des séances télévisuelles dominicales, dans le doux confort de l'obscurité, m'amènent à me demander si l'honorable Patrick, bienfaiteur de la cinéphilie devant l'éternel, nous fait la grâce de quelques visites subreptices.

Auquel cas Patrick, sache que nous sommes tous peu ou prou tes enfants, surtout ouf.
lord henry je te rend grace d'imaginez un seul instant la paternité entre moi et patrick brion,moi je dirais plutot que c'est mon cousin,m'enfin :wink:
je suis fana de ce genre ciné,je recherche et propose.merci
Beule
Cadreur
Posts: 4274
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

vic wrote:
En tout cas, j'aime bcp ce que j'en connais.
Pour les mélos, itou et de loin aussi (devant La ronde de l'aube). Aucune démesure ici, si ce n'est peut-être dans l'imagerie baroque et excessive que Sirk donne de la déliquescence du régime nazi, l'effondrement de ses "valeurs morales" et leur récupération comme leur transgression dans la perversion (inoubliable séquence de la fin d'orgie au petit matin). Une représentation qui semble avoir été largement reprise par Fassbinder pour Maria Braun par exemple (plus qu'aucun autre mélo de Sirk, Time me semble être celui qui l'a inspiré) ou même Cavani pour Portier de nuit.
Et la poésie de couple qui émane de ce film (ses parenthèses mansardées, ses déambulations romantiques dans une nature hivernale et brûlée un tempségayée par la flagrance du lilas du parfum de John Gavin), sa délicatesse et sa vulnérabilité dans le contexte si documenté de ce Berlin ravagé (sûrement avec Berlin express le film hollywoodien d'après-guerre qui donne le mieux à voir le pathétique anéantissement physique et moral de l'Allemagne vaincue) n'ont absolument pas de prix. Je ne peux m'empêcher de penser à M. Moury qui il y a peu prétendait que John Gavin avait trouvé ses deux plus beaux rôles dans Psycho et Spartacus. J'estime personnellement qu'il y a un gros oubli :wink: . Le couple qu'il forme avec la gracile Liselotte Pulver, à la fois intense, vulnérable et lumineuse, hante mon imaginaire cinéphilique depuis 10 ans déjà.
Beule
Cadreur
Posts: 4274
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

Vic Vega wrote:Maginficent Obsession pour the Killer, .
N'ayant pas revu ce Sirk depuis sa diffusion chez Brion en 91 (j'avais foiré mon enregistrement :evil: ) tu peux développer un peu, stp?
bogart
Réalisateur
Posts: 6516
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Post by bogart »

Comme beaucoup de forumeurs, je connais ce metteur en scène par ses mélodrames.
Je cite : Ecrit sur du vent, La Ronde de l'aube, Le Secret Magnifique, Tout ce que le ciel permet, Le Temps d'aimer et Le Temps de mourir et Mirage de la Vie.
Dave Garver
Producteur Exécutif
Posts: 7512
Joined: 14 Apr 03, 09:28
Location: dans la tête d'Elgrog

Post by Dave Garver »

Je ne vais pas être original, mais j'ai vu ses mélos. Il me semble qu'il est souvent sous-estimé pour son travail !
Image
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

la ronde de l'aube, imitation of life, all that heaven allows, j'aime tout :D
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
Solal
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 9 Sep 03, 11:11
Location: A l'est d'Eden

Post by Solal »

Je connais très mal Sirk mais je sais qu'un jour ou l'autre cela me tombera dessus sans prévenir, et que je vais méchamment me rattraper.
Image
I would prefer not to