Top 20 Film Noir

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

bruce randylan
Mogul
Posts: 11497
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Top 20 Film Noir

Post by bruce randylan »

Le mur des ténèbres / High Wall (Curtis Bernhardt -1948)

De retour du front, un homme profondément marqué par la guerre va retrouver sa femme. Il a alors un trou noir et se réveille en découvrant que sa femme est morte. Après une tentative de suicide ratée, il est placé dans un hôpital psychiatrique en attendant d'être jugée pour meurtre.


Une des (très) bonne surprise du cycle perles noires.
Le scénario possède quelques facilités (l'histoire d'amour avec la doctoresse qui plombe le dénouement ; des morts qui n'attirent pas l'attention sur le vrai méchant) et surtout un tiers central peu palpitant (quoique j'étais vraiment fatigué en allant à la séance) mais pour le reste, c'est vraiment bien mené avec une excellente réalisation. L'aspect psychanalytique est très bien exploitée et ne tombe pas dans les travers des autres films de cette période. Cette dimension est bien intégrée au récit et rythme les péripéties, rebondissements et autres flash-backs.
De plus le cadre et le contexte est très crédible et on parfois l'impression que le film est tourné dans un vrai établissements médical (certains malades n'ont vraiment pas l'air d'être des acteurs) mais filmer de manière naturelle sans trop en faire dans le voyeurisme ou dans la complaisance.

La structure du film n'est vraiment pas inintéressante en proposant une habituel relecture des thrillers où un innocent est accusé d'un crime qu'il n'a pas commis... ici, le héros ne sait même pas s'il a commis ou non le crime en question mais tente tout de même de mener son enquête. Bien-sûr on se doute qu'il n'en est pas l'auteur mais le scénario est bien ficelé dans l'ensemble.
De plus et surtout la mise en scène est très étonnante avec une caméra qui se rapproche très, très près du visage de ses acteurs. Effet inhabituel mais qui conforte le sentiment un peu inquiétant et psychologique de l'histoire. Il y a un réel travail sur les visages, les regards, le décor et la décoration pour un sentiment d'identification et de tension qui passe ainsi par des plans subjectifs. La caméra est donc mobile avec une bonne photo en noir et blanc. Bernhardt se permet d'ailleurs quelques plans assez longs comme ce plan séquence dans un bar avec un ivrogne ou des plan très techniques comme des travellings arrières qui viennent se placer derrière des objets en très gros plan avec une profondeur de champ intact. A ce titre la dernière demi heure est assez intense, truffée d'excellentes idées tant dans le scénario (l'astuce pour rentrer dans l’hôtel gardé par la police) que dans son sens de l'espace.

Enfin bon casting avec Robert Taylor très convainquant et Herbert Marshall haïssable à souhait.

Des qualités suffisamment forte pour faire oublier les réserve sur le rythme un peu faible au milieu (100 minutes, c'est toujours 15 de trop pour ce genre de film) et un personnage féminin qui sent l'artifice commercial. En tout cas le travail sur la réalisation mérite vraiment le détour :D

Il faudra que je découvre plus ce cinéaste dont j'avais beaucoup aimé Beau Brummel et dont je ne possède que Possessed en DVD :(
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Top 20 Film Noir

Post by riqueuniee »

Excellente surprise en effet que ce film. (sûrement un des meilleurs que j'aie pu voir, avec les amants traqués et le rôdeur.
La trame psychiatrique (plus que psychanalytique) est en effet fort bien exploitée. On n'a pas cette impression de "psy pour les nuls" que donnent les films de cette époque portés sur la psychanalyse.
Les scènes de l'hôpital sont en effet fort réalistes, et on peut en effet se demander si certaines n'ont pas été tournées dans un vrai établissement, avec de vrais pensionnaires en figurants.
A côté de la trame policière (bien menée), un film qui aurait sa place dans un cycle "cinéma et psychiatrie"...
Excellente interprétation.
Curtis Bernhardt est un cinéaste quelque peu méconnu qui a donné dans plusieurs genres (Beau Brummel c'est en effet pas mal du tout), pas seulement
dans le film noir. Il mérite certainement d'être redécouvert.
magobei
Assistant opérateur
Posts: 2569
Joined: 11 Sep 07, 18:05

Re: Top 20 Film Noir

Post by magobei »

monk wrote:
magobei wrote:Merci pour tous ces conseils! Moi qui comptais sur vous pour écrémer, je me retrouve avec une wish-list d'enfer :P :wink:
Pour moi c'est super, tu auras fait le trie quand j'en aurais fini avec le Western et que j'attaquerais le Noir :mrgreen:
Je compte sur toi et ton avance :wink:
ça marche! :wink:
Ça sera la restauration antédiluvienne de 2017 sortie chez Olive et Koch, mais avec un bitrate à 26Hz et du DNR à 36Mb comme toujours chez l'éditeur. Autant dire que l'image sera merdique. Mais je vais l'acheter, même si ça fera doublon avec le Olive, le Koch et le Indicator parce qu'il y a des STF - je n'en ai pas besoin, mais c'est important si on veut partager - et surtout la VF d'origine avec Henri Chalant qui double Rex Edwards qui joue l'indien qui se fait tuer sur la gauche à 40:23.
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3726
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Top 20 Film Noir

Post by joe-ernst »

Père Jules wrote:J'ai commandé ça récemment:
Image

Je ferai un petit topo ici ;)
Il est très bien et c'est un excellent complément à celui de Silver et Ward. Il me paraît plus heureux et plus cohérent dans le choix des films retenus, là où le Silver et Ward ratisse (très) large. Le "générique" du film est assez sommaire certes (année, durée, acteurs principaux, scénariste, réalisateur) auquel Keaney ajoute des mots-clés dans les thématiques Noir Type et Noir Themes. Le résumé est bien fait et sans "spoilers". Deux éléments sympathiques complètent la fiche : Familiar Faces from Television et Memorable Noir Moment. Je le recommande et me réjouis d'avoir ton avis ! :wink:
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15735
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Top 20 Film Noir

Post by Père Jules »

Et bien je suis content d'avoir fait le bon choix. Je guette toujours ma boite aux lettres ;)
bruce randylan
Mogul
Posts: 11497
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Top 20 Film Noir

Post by bruce randylan »

Crashout (Lewis R. Foster - 1955)

Lors d'une émeute en prison, un groupe de 6 détenus parvient à s’enfuir sans être retrouver par les forces de l'ordre. Après s'être cacher dans une grotte, ils partent chercher une grosse somme d'argent volé par l'un d'entre eux.

Autre bonne surprise du cycle malgré une qualité inégale qui malheureusement commence par le meilleur pour aller vers le classique voir le décevant.

L'ouverture est donc formidable qui montre l'émeute, la fuite, les prisonniers abattus par la police. Tout ça dans un générique très nerveux, sec avec des travellings fiévreux dans les bois au plus près des personnages. Cette séquence reprend d'ailleurs quelques stock shot de Riot in Cell block II de Siegel (hasard des programmations, je l'ai découvert le lendemain au Festival Paris Cinéma :D ).
La suite, un huit clos d'une dizaine de minutes dans la grotte, ne dépareille pas avec un noir et blanc poisseux et suintant tandis que les tensions entre les fugitifs est à couper au couteau.
Le reste du film les montre se diriger vers le magots avec une série de rencontre qui se soldent à chaque fois par la mort de l'un d'eux de manière un peu trop systématique. La réalisation reste tout de même d'un très bon niveau avec une prise d'otage dans un bar au découpage très ingénieux pour un excellent suspens ou une belle scène tragique avec la relation du plus jeune détenu et d'une adolescente croisée dans un train. La fin de cette séquence est là aussi fort belle avec un noir et blanc et une gestion du son qui permet un lyrisme cruel plein de désarroi.

C'est après cette scène que le film commence à baisser, délaissant de plus en plus la tension, la violence et la dureté pour tomber dans le discours rédempteur moralisateur et religieux qui laisse un arrière gout désagréable. De plus le rythme est bien moins soutenu avec de grande plages dialoguées avec une fermière pas toujours très subtil. De plus les péripéties sont bien moins crédibles avec des événements heurtés qui ne s'enchainent pas avec fluidité. On sent un fin précipitée, voire improvisée, à la tonalité très artificielle qui ne décolle pas alors qu'elle aurait du avoir la force d'un High Sierra ou du trésor de la Sierra Madré

Bref, Crashout c'est un premier tiers sensationnel, un second tiers (très) bon et un dernier tiers raté. Le bilan reste tout de même plus que positif
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
bruce randylan
Mogul
Posts: 11497
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Top 20 Film Noir

Post by bruce randylan »

Traquée / Framed (Richard Wallace - 1947)

Un ingénieur minier se retrouve dans une petite ville par très accueillante pour les étranger. Une barmaid l'aide et le séduit. En même temps, elle entretient un liaison avec le banquier de la ville, un homme marié dont elle convoite la fortune.

Encore un scénario intéressant (à défaut d'être génial) gâché par une mise en scène anecdotique, plate et sans rythme.
L'introduction était pourtant excellente avec Glenn Ford au volant d'un camion fou dont les freins ont lâché. On se retrouvait directement dans un séquence nerveuse et angoissante avec un bon sens de la vitesse. Ca sera en fait la scène la plus palpitante même si quelques moments ne sont pas forcément mauvais (notamment les passages précédents le meurtre avant le tiers final) mais on n'y croit jamais, la faute aussi dû à des facilités à la limite du ridicule (toute femme vivant seule doit surement posséder une fiole de poison à côté du sel :mrgreen: )
Dommage car l'histoire d'amour ambiguë avait du potentiel et sauve d'ailleurs un peu le film dans une conclusion désillusionnée et pessimiste qui fait d'autant plus regretter le traitement tristounet et le manque de panache de la réalisation et de la narration.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
bruce randylan
Mogul
Posts: 11497
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Top 20 Film Noir

Post by bruce randylan »

The Web (Michael Gordon - 1947)

Parce qu'il se croit menacé par un ancien partenaire tout juste sorti de prison, un homme d'affaire embauche un avocat sans le sous comme garde du corps pour le protéger.

Un très bon scénario, particulièrement bien troussé et écrit (William Bowers encore une fois) avec un rythme soutenu, des rebondissements bien dosés, une machination bien tarabiscotée (mais crédible) et beaucoup de troubles.
On est à ce titre dans le pur film noir avec un piège bien calculée qui vient se refermer sur un héros pas très futée qui multiplie les erreurs surtout quand il essaye de bien faire. Le méchant, en bon tacticien, parvient toujours à rebondir ou retomber sur ses pied de manière la aussi cohérente et réaliste.

La mécanique est bien huilée pour une narration fluide et limpide. Les acteurs sont par ailleurs excellent dans leur rôle avec Edmond O'Brien dans un de ses meilleurs rôles, Vincent Price glaçant et séduisant, William Bendix en meilleur ami flic ambigu et Ella Raines en femme fatale malgré elle.

Vraiment une excellente ambiance pour un climat qui lui aussi reste noir et oppressant sans être artificiel ou forcé. On pourrait presque parler d'épure tant le scénario ne s'écarte pas de sa ligne directrice d'une efficacité redoutable. La psychologie des différents et nombreux personnages demeurent en plus fouillés et finalement assez complexe (la jeune orpheline par exemple). La réalisation est au diapason, assez discrète mais fait preuve d'un bon sens du cadre, de l'espace et de la concision narrative avec un bon dosage des effets.

Sans être un chef d'oeuvre, c'est vraiment un bonne surprise et l'un des titres les plus intéressant de ce cycle perles noires à la cinémathèque (dont j'ai raté les deux Parrish :( )
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89970
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top 20 Film Noir

Post by Jeremy Fox »

Je remplace La Femme à abattre par Les Inconnus dans la ville, mon plus grand coup de cœur dans le genre avec Nightfall de Jacques Tourneur pour cette année.

Le Windust/Walsh, je ne comprends pas comment j'ai pu le trouver nerveux :oops: Je l'ai en tout cas trouvé grossier aussi bien dans sa construction scénaristique que dans sa mise en scène et son interprétation ; une sacrée douche froide :(
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 22662
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Top 20 Film Noir

Post by Jack Carter »

Jeremy Fox wrote:Je remplace La Femme à abattre par Les Inconnus dans la ville, mon plus grand coup de cœur dans le genre avec Nightfall de Jacques Tourneur pour cette année.

Le Windust/Walsh, je ne comprends pas comment j'ai pu le trouver nerveux :oops: Je l'ai en tout cas trouvé grossier aussi bien dans sa construction scénaristique que dans sa mise en scène et son interprétation ; une sacrée douche froide :(
Walsh te passionne de moins en moins.... :(
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89970
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top 20 Film Noir

Post by Jeremy Fox »

Jack Carter wrote:
Jeremy Fox wrote:Je remplace La Femme à abattre par Les Inconnus dans la ville, mon plus grand coup de cœur dans le genre avec Nightfall de Jacques Tourneur pour cette année.

Le Windust/Walsh, je ne comprends pas comment j'ai pu le trouver nerveux :oops: Je l'ai en tout cas trouvé grossier aussi bien dans sa construction scénaristique que dans sa mise en scène et son interprétation ; une sacrée douche froide :(
Walsh te passionne de moins en moins.... :(

J'ai bien l'impression. :(
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89970
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Top 20 Film Noir

Post by Jeremy Fox »

Jeremy Fox wrote:
Jack Carter wrote:
Walsh te passionne de moins en moins.... :(

J'ai bien l'impression. :(
Du coup, j'ai été revoir sa filmo et il y en a bien quand même une bonne dizaine que j'aime énormément ; je suis loin de l'avoir encore enterré. Ouf !

Objective Burma
La Brigade héroïque
Capitaine sans peur
La charge fantastique
Cheyenne
L'enfer est à lui
Une femme dangereuse
Gentleman Jim
High Sierra
La piste des géants
Un roi et quatre reines


fin du HS :oops:
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19833
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Top 20 Film Noir

Post by Rick Blaine »

Jeremy Fox wrote: Le Windust/Walsh, je ne comprends pas comment j'ai pu le trouver nerveux :oops: Je l'ai en tout cas trouvé grossier aussi bien dans sa construction scénaristique que dans sa mise en scène et son interprétation ; une sacrée douche froide :(

Vu hier, je ne le trouve pas particulièrement nerveux, par contre j'aime beaucoup la construction scénaristique du film. L'imbrication des flashbacks fonctionne très bien, et la description des mécanismes de l'organisation est très plaisante. Nous sommes face à un film policier procédural passionnant (à la limite du film noir à mon sens, le sujet est d'ordre criminel, mais il n'y a pas une grande place aux questions morales sur la culpabilité et la genèse du crime), dont j'ai trouvé interprétation réussie par Bogart évidement, toujours capable d'offrir une grande profondeur à ses personnages, mais aussi par la galerie de trognes que l'on voit défiler avec plaisir du côté des criminels, notamment un Ted de Corsia que j'ai trouvé très juste.
La mise en scène ne m'a pas paru mémorable mais tout à fait fonctionnelle. Pour moi The Enforcer n'est pas un Walsh majeur mais un excellent divertissement, qui rempli parfaitement ses objectifs. Le genre typique de film policier que j'adore. :D

Et merci à mon bienfaiteur :wink:
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3726
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Top 20 Film Noir

Post by joe-ernst »

Rick Blaine wrote:Vu hier, je ne le trouve pas particulièrement nerveux, par contre j'aime beaucoup la construction scénaristique du film. L'imbrication des flashbacks fonctionne très bien, et la description des mécanismes de l'organisation est très plaisante. Nous sommes face à un film policier procédural passionnant (à la limite du film noir à mon sens, le sujet est d'ordre criminel, mais il n'y a pas une grande place aux questions morales sur la culpabilité et la genèse du crime), dont j'ai trouvé interprétation réussie par Bogart évidement, toujours capable d'offrir une grande profondeur à ses personnages, mais aussi par la galerie de trognes que l'on voit défiler avec plaisir du côté des criminels, notamment un Ted de Corsia que j'ai trouvé très juste.
La mise en scène ne m'a pas paru mémorable mais tout à fait fonctionnelle. Pour moi The Enforcer n'est pas un Walsh majeur mais un excellent divertissement, qui rempli parfaitement ses objectifs. Le genre typique de film policier que j'adore. :D
Vu lundi soir. Pas mieux. C'est vrai qu'il est limite film noir. La construction en flashbacks est parfaitement maîtrisée. Je mentionnerai encore Zero Mostel parmi les acteurs.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19833
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Top 20 Film Noir

Post by Rick Blaine »

joe-ernst wrote:Je mentionnerai encore Zero Mostel parmi les acteurs.
Oui il est excellent, et son personnage est très touchant.