Jacques Tourneur (1904-1977)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90023
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

vic wrote:Boudiou, je viens de découvrir l'un des meilleurs westerns que j'ai pu voir : Canyon Passage (1946.)
:shock:

Décidément, Tourneur était un génie.

:D L'un des rares films auquel j'ai attribué l'année dernière un 10/10 lors de sa redécouverte. Il fait désormais partie de mon top 10 général.
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19870
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Rick Blaine »

J'ai découvert hier soir The Comedy of Terrors (Quand le croque-mort s'en mêle), avant dernier film de Jacques Tourneur sorti discrètement en DVD chez Sidonis en ce début d'année.

C'est un film assez mineur, plus ironique que réellement comique, variation parodique sur les films d'horreurs de l'époque (on pense à Corman, notamment sur les premiers plans.
Il n'y a rien à dire sur la mise en scène de Tourneur, et sur sa gestion de la photo, c'est admirable, on doit aussi souligner la qualité de l'interprétation portée par un casting époustouflant (jugez plutôt : Vincent Price, Peter Lorre, Boris Karloff, Basil Rathbone), mais malheureusement, le scénario est un peu pauvre tant dans la dramaturgie que dans les situations en elle même, et on tourne un peu en rond. C'est plaisant, par la forme et le plaisir qu'on prend à retrouver ces interprètes magnifiques, mais tout à fait oubliable.

Un mot du DVD Sidonis tout de même. La copie est très belle, et le contenu éditorial est remarquable, puisqu'en plus de la traditionnelle présentation de Brion, on trouve une interview d'archive de Jacques Tourneur par FR3 Aquitaine qui est absolument passionnante, bravo donc à l'éditeur.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15742
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Père Jules »

Je l'avais vu à la RNAC il y a pas trois semaines. J'avais hésité tant sa sortie avait été entourée d'un silence de mort. Malgré les faiblesses que tu soulignes je vais quand même me laisser tenter. C'est quand même un Tourneur hein...
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19870
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Rick Blaine »

Père Jules wrote:Je l'avais vu à la RNAC il y a pas trois semaines. J'avais hésité tant sa sortie avait été entourée d'un silence de mort. Malgré les faiblesses que tu soulignes je vais quand même me laisser tenter. C'est quand même un Tourneur hein...
Oui, c'est quand même un Tourneur, et ça se voit, c'est du très bon travail de sa part. Tu passeras tout de même un bon moment devant, ça se laisse très bien voir.
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by ballantrae »

L'un de mes Tourneur favoris (avec Vaudou, La féline,Out of the past, berlin express) demeure Stars in my crown, chronique proche de l'ambiance de Mark Twain et de night of the hunter pour ses parts d'ombre.Il s'agit d'une americana au rythme tranquille mais inquiet, captée à hauteur du regard de son jeune héros et dont le génie consiste à inscrire très naturellement des marques de signature "tourneuriennes"dans un genre inhabituel: ellipses, surgissement inexpliqué de la violence et de l'effroi (quelle science que cette confrontation de signes-plans directe dont la connection ne se fait qu'après coup),utilisation secrète , presque susurrée de la bande son.Le passage avec le KKK est un sommet dans mon panthéon des moments les plus mémorables du cinéma.
Un exercice très intéressant: la comparaison avec le doctor Bull de ford. Beaucoup d'analogies sur la papier (la communauté et la médecin, la confiance et la défiance vis à vis d'un pilier de la communauté, le drame surgissant dans l'écoulement tranquille d'une petite bourgade un peu hors du temps) mais des traitements radicalement différents et ce sans marques stylistiques ostentatoires.
DU GRAND ART dans les deux cas et une concision (moins de 90 mn pour chacun des films) qui m'impressionne d'autant plus qu'on a une impression de densité de l'action.Il faudra qu'on m'explique comment un Ford, un Lang, un Tourneur, un Hawks, un Fuller arrivaient à produire de tels chefs d'oeuvre d'une durée moindre que le standard 1h 45-2 h.J'adore des tas de films fleuves (andrei roublev et d'autres Tarkovski,Napoléon,Les niebelungen, Heaven's gate,il était une fois en amérique, les films de Bella Tarr, Berlin alexanderplatz, Heimat,Cleopatre,etc...) mais je n'en demeure pas moins impressionné par l'équation: petite durée+ scénario dense= chef d'oeuvre.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90023
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

Stars in My Crown (comme Canyon Passage) est pour moi une sorte de petit miracle ; comment avec pas grand chose arriver à donner au spectateur tant d'émotion. Ce sont selon moi ses deux plus purs chefs-d'oeuvre.
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Cathy »

Autant Stars in My Crown m'avait agréablement surprise et beaucoup plu, autant Canyon Passage m'a déçue, sans doute que je m'attendais à plus en lisant tous les commentaires écrits sur le forum. En réalité les deux films sont dans la même veine, faire un film qui se tient avec une histoire sans "grand" intérêt, voire même de la "non histoire" !
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3727
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by joe-ernst »

Cathy wrote:Autant Stars in My Crown m'avait agréablement surprise et beaucoup plu, autant Canyon Passage m'a déçue, sans doute que je m'attendais à plus en lisant tous les commentaires écrits sur le forum. En réalité les deux films sont dans la même veine, faire un film qui se tient avec une histoire sans "grand" intérêt, voire même de la "non histoire" !
Pour moi c'est exactement le contraire. J'avais trouvé Stars in My Crown d'une épouvantable mièvrerie couplée à de la mômerie, alors que Canyon Passage (découvert ce week-end) est d'une magnifique complexité, tant au niveau du scénario que des personnages, avec en plus d'excellents acteurs et une très belle photo.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90023
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

joe-ernst wrote: J'avais trouvé Stars in My Crown d'une épouvantable mièvrerie couplée à de la mômerie.
:o Tu y vas fort dis donc ! :(
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8451
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Strum »

Je préfère également pour ma part Stars in my Crown à Canyon Passage. Cependant, je reconnais volontiers que le premier met en scène des personnages beaucoup plus schématiques, des sortes d'archétypes, dans le cadre d'une chronique rurale et nostalgique (d'une beauté fordienne par instant), que le deuxième, qui a des personnages plus fouillés et plus réalistes sur un plan psychologique. Stars in my Crown est un film qui coule doucement, de façon linéaire, où Tourneur montre une face de la réalité qui est comme polie par une lumière et une volonté bienveillantes. Canyon Passage est un film plus dense, avec plus d'aspérités, plus d'obscurités, que Tourneur filme parfois comme un film noir, comme s'il voulait montrer aussi l'envers du décor de certains westerns pionniers, comme le film noir montre la nuit de certains personnages. Mais comme au cinéma, j'aime bien les belles histoires, fussent-elles fausses et édifiantes, ma préférence va à Stars in my Crown. Les deux sont en tout cas de très grandes réussites.
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by ballantrae »

Canyon passage existe t'il en DVD? Je ne l'ai jamais vu.
Il est quelques Tourneur dépréciés qui furent de belles découvertes :
-Days of glory , film de propagande situé côté sovietique et doté d'une énergie semblable à celle que déploya, également avec un petit budget, Douglas sirk pour Hitler's madman
-Experiment perilous qui peut évoquer l'ambiance gothique de Dragonwyck ou Rebecca, en mineur apparemment mais avec un sens du décor et de l'angoisse passionnants
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15112
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Watkinssien »

ballantrae wrote:Canyon passage existe t'il en DVD? Je ne l'ai jamais vu.

Par exemple :

http://www.amazon.fr/Passage-du-canyon- ... 185&sr=1-1
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90023
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

Ou aux USA avec 3 autres westerns

Ca sert à quoi que je me décarcasse :lol:
Ender
Electro
Posts: 973
Joined: 6 Jan 07, 15:01
Location: Salle de bains des préfets

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by Ender »

ballantrae wrote:-Days of glory , film de propagande situé côté sovietique et doté d'une énergie semblable à celle que déploya, également avec un petit budget, Douglas sirk pour Hitler's madman
Pas une référence quand même ce Sirk, je trouve. Il a de bonnes choses pour lui, John Carradine compose un bon (et rphysiquement essemblant !) Heydrich, le pittoresque du village tchèque fonctionne bien, mais son scénario a la grosse faiblesse de ne reposer quasi que sur des coïncidences et manque toute la force implacable de son geste central, l'assassinat d'Heydrich.
Dans ce film, la conviction n'y manque certes pas, mais l'énergie justement, un peu à mon avis !
L'étranger...
Introduit au Festival de Cannes
Posts: 8458
Joined: 13 Apr 03, 08:31
Location: Dans le dos de Margo et Roy !

Re: Jacques Tourneur (1904-1977)

Post by L'étranger... »

Un film que j'adore et qui est injustement inédit en dvd malgré son casting 4 étoiles et la qualité de sa production, c'est Le gaucho. Rory Calhoun (au sommet de sa carrière), Gene Tierney (toujours aussi belle) et Richard Boone (dans un rôle de militaire dur à cuire), dans une histoire originale malgré les cow-boys (qui ici se nomment les "gauchos"), les soldats, les indiens, les fusillades et les grands décors sauvages, ça à donc tout du western américain mais l'histoire se passe entièrement en Argentine.
ImageImage