Anthony Mann (1906-1967)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Julien Léonard »

Je continue à aimer les cinq films autant les uns que les autres, je n'arrive jamais à en sélectionner un plus que les autres. Peut-être choisirais-je L'appât ou Les affameurs, mais je ne suis même pas sûr... Ils sont tous parfaits, y compris Winchester 73 que j'ai toujours adoré (quel déroulement !) et qui est certainement le plus fun. L'homme de la plaine est peut-être le plus grave, et Je suis un aventurier est pour moi sans doute le plus épuré.

Un quinté parfait, chaque nouvelle vision me conforte dans cette idée. :wink:
Image
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Cathy »

Winchester 73 (1950)

Image

Deux hommes qui visiblement se connaissent participent à un concours de tir doté d'une fabuleuse WInchester 73. Mais le lauréat se voit voler sa carabine par le second. Cette carabine fait des envieux et passe de mains en mains.

Premier des cinq films d'Anthony Mann et James Stewart, ce western en noir et blanc apparaît à la fois comme traditionnel et plus moderne dans le traitement des relations humaines. Il y a ^le côté classique de l'histoire avec ces cow-boys, ces indiens forts de leur victoire à Little Big Horn, et cette lutte fratricide entre bandits. Il y a des scènes fantastiques au niveau de la mise en scène comme cet ultime duel dans les montagnes, il y a cette violence non montrée mais évidente comme lorsque les indiens vont scalper le vendeur d'armes, cette lacheté du "fiancé" devant l'arrivée des indiens, la beauté des paysages qui sont typiques des films de Mann, cette profondeur de champ.
Ici James Stewart nous apparaît en héros positif, certes il a ses zones d'ombre, mais pas d'ancien bandit comme pour les Affameurs ou de personnalité égocentriste et égoïste comme dans Je suis un aventurier. Nous sommes dans la thématique du héros sans peur et sans reproche ! Le film est brillant, pas une seule minute d'ennui, des épisodes bien distincts les uns des autres avec ce concours de tir, cette arrivée des indiens. Si le héros apparaît dès la première image, après il arrivera toujours à la dernière minute soit pour sauver la situation comme avec les tuniques bleues, soit juste au moment de l'attaque de la banque. Et puis il y a cette guest star avec cette carabine qui telles les boucles d'oreilles de Madame de passent de mains en mains pour revenir à son propriétaire légitime. Un grand western mené par James Stewart, en héros au grand coeur, Shelley Winters est une héroïne commune, Stephen McNally est un bandit à la fois antipathique et suscitant l'empathie, Dan Duryea en ami du héros ! A noter la présence de Rock Hudson en chef indien et Tony Curtis en jeune soldat ! Un grand western qui annonce les collaborations suivantes entre l'acteur et le réalisateur, peut-être plus traditionnel, mais quelle efficacité !
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89639
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Jeremy Fox »

Impatient de savoir ce que tu vas penser des deux derniers. :wink:
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Cathy »

Pour l'instant j'ai préféré Winchester 73 à l'excellentissime Bend of the River, sans doute moins classique. Je suis dans The man from Laramie !
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3632
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by monk »

J'avais adoré l'idée, dans Winshester '73, que le film suive le destin de la carabine, qui passe de mains en mains, la faisant le personnage principal du film, plutôt que de suivre "bêtement" les aventure d'un personnage vivant.
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Cathy »

L'homme de la plaine, The man from Laramie (1955)

Image

Dernière collaboration entre Anthony Mann et James Stewart, c'est aussi leur seul western en scope. On retrouve finalement la thématique chère à ce cycle, l'homme qui recherche quelqu'un et veut se reconstruire à travers sa "mission". Il y a de superbes scènes d'action comme cette bagarre filmée à travers les vaches, ou la scène du chariot. Il y a aussi une violence inouie montrée ou non montrée, entre la scène des marais salants, et celle de la main, on franchit sans doute le cap de la violence hors champ ! Ici nous sommes aussi confrontés à deux visions du bad guy, celui légèrement fou qui se croit maître de son domaine, et veut faire sa loi, et celui réfléchi qui commet les actes ultimes contraints et forcés, ou lorsqu'il n'y a plus d'issue. Le héros est un drôle de héros, d'ailleurs, arrivant à dos de mule, il ne la troquera contre un cheval que passé le premier tiers du film. On retrouve comme dans l'Appat ce héros blessé mais héroïque qui arrive à accomplir sa tache. Il y a aussi cette guéguerre entre deux propriétaires terriens une femme seule et un veuf qui devient aveugle. Mais le film présente un rythme inégal contrairement aux quatre autres opus, et l'ennui pointe un peu son nez par moment vers le milieu du film, par contre une fois encore les indiens seront présents ici dans le final. On se demande aussi comment le héros est acquitté du meurtre, alors que l'histoire semble totalement passer à l'as, alors que c'est tout de même un moment clé qui permet aux deux propriétaires de venir le voir en prison. James Stewart est ce héros un peu "poor lonesome cowboy" comme toujours excellent, quant à Arthur Kennedy, au bandit plein d'arrogance de Bend of the River, il oppose un bandit plus réfléchi, presque peureux par moment, Cathy O Donnell oscille entre transparence et charme dans son rôle. On reconnaît naturellement la patte de Mann dans la mise en scène, dans ces paysages, mais finalement le scope donne une impression étriquée contrairement à ses précédents films où la nature apparaissait dans toute sa beauté et sa profondeur ! Un bon western, même si sans doute en dessous des autres Mann/Stewart !

===========================================
L'appat, The naked Spur (1953)

Image

Un homme part à la recherche d'un criminel, il le retrouve accompagné d'une jeune femme, mais se voit aussi obliger de le convoyer avec deux autres hommes, un vieux chasseur d'or, et un soldat qui a été viré de l'armée pour avoir déshonoré une jeune squaw.

Certes l'homme capturé est un appat, mais le titre anglais était bien plus parlant avec cet "éperon nu" qui apparaît en image de fond du titre lors du générique et qui aura une importance déterminante à la fin. Comme dans tous les autres films de leur collaboration, nous avons cet homme qui est à la recherche de quelque chose, ici, il ne semble qu'un chasseur de primes, mais au cours du film, on en apprendra plus sur ses réelles motivations, qui pour une fois n'ont pas de but de vengeance, mais une fois encore de rédemption comme dans Bend of the River. L'appat sonne comme un film noir westernien, avec une sorte de huis clos entre ces quatre hommes et cette femme qui est d'ailleurs plus garçon manqué que féminine, la musique aussi apparaît comme celle d'un film noir. Mais ce huis clos est passionnant avec les relations de confiance et de méfiance qui naissent entre tous les personnages. Nous sommes dans le mythe du héros quelque peu invincible et qui chevauche malgré une balle dans sa jambe. Il y a aussi de grandes scènes d'action, comme cette tuerie d'indiens violente. Les paysages sont magnifiques avec ces champs de fleurs montagnards, ce torrent. Il y a toujours cette importance des fusillades dans des rochers, ici nous sommes dans le bad guy arrogant, et roublard qui sème la zizanie entre ces "convoyeurs", Robert Ryan s'y montre épatant, Janet Leigh passe avec facilité de la sauvageonne prête à castagner, à la jeune femme séductrice, Millard Mitchell est impeccable en vieux chasseur d'or, tout comme Ralph Meeker dans son rôle de soldat déshonoré. Quant à James Stewart, il est dans son rôle habituel qu'il incarne avec toujours autant de talent. The Naked Spur est à la fois à part et complètement dans cette thématique du héros qui se "cherche".


==========================
Mon quinté
L'appat ou Winchester 73
Bend of the River
The Far country
Man from Laramie
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89639
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Jeremy Fox »

Cathy wrote: Mon quinté
L'appat ou Winchester 73
Bend of the River
The Far country
Man from Laramie
Quasiment l'inverse mais le principal est que l'on s'accorde sur la qualité de l'ensemble :wink:
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by jacques 2 »

Jeremy Fox wrote:
Cathy wrote: Mon quinté
L'appat ou Winchester 73
Bend of the River
The Far country
Man from Laramie
Quasiment l'inverse mais le principal est que l'on s'accorde sur la qualité de l'ensemble :wink:
Rien à jeter en effet mais Rock Hudson en indien ! Je n'en suis pas encore remis ... :lol:

Il était beau comme un camion, le Rock mais comme acteur ... :?
RIP, ceci dit : il a quand même tourné avec les plus grands et il semblait humainement très sympathique ...

:wink:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89639
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Jeremy Fox »

jacques 2 wrote:
Jeremy Fox wrote:
Quasiment l'inverse mais le principal est que l'on s'accorde sur la qualité de l'ensemble :wink:
Rien à jeter en effet mais Rock Hudson en indien ! Je n'en suis pas encore remis ... :lol:

Il était beau comme un camion, le Rock mais comme acteur ... :?
RIP, ceci dit : il a quand même tourné avec les plus grands et il semblait humainement très sympathique ...

:wink:

Rock Hudson a souvent été génial en tant qu'acteur, entre autres dans les comédies ; il est tout simplement hilarant dans celles avec Doris Day, Come September et Robert Mulligan ou Le Sport favori de l'homme. Superbe aussi dans Géant, Le carnaval des dieux, les Douglas Sirk, Darling Lili. Bref, loin d'être un mauvais tout de même
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9467
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Lord Henry »

"Génial", c'est peut être un peu beaucoup, quand même.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89639
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Jeremy Fox »

Lord Henry wrote:"Génial", c'est peut être un peu beaucoup, quand même.
Oui, si j'ai autant exagéré, c'était pour contrer le fait de le trouver mauvais acteur.

Pour jouer les ahuris ou les roublards, dans les années 60 il ne me semble pas avoir son pareil. J'ai rarement autant ri qu'au cours des comédies citées ci-dessus et c'est en grande partie grâce à lui (James Garner n'était pas mal non plus). Il possède un formidable tempérament comique à mon avis.
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Cathy »

Je dois avouer ne pas trop l'aimer dans les comédies où il fait souvent du sous Cary Grant, je préfère dans ces comédies James Garner ! Mais en indien, je l'ai trouvé très bien !
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9467
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Lord Henry »

Pour autant que je m'en souvienne, dans toutes ces comédies, le seul que je trouvais vraiment drôle, c'était Tony Randall.
Image
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by jacques 2 »

Jeremy Fox wrote:Il possède un formidable tempérament comique à mon avis.
C'est vrai qu'en indien ... :lol:

Mais bon, je te taquine un peu ... :wink:
Sinon, j'ai très peu vu de ces comédies que vous citez ...

Pas taper : mais Doris Day, vraiment pas ma tasse de thé ... :?
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7258
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Anthony Mann (1906-1967)

Post by Cathy »

jacques 2 wrote:
Jeremy Fox wrote:Il possède un formidable tempérament comique à mon avis.
C'est vrai qu'en indien ... :lol:

Mais bon, je te taquine un peu ... :wink:
Sinon, j'ai très peu vu de ces comédies que vous citez ...

Pas taper : mais Doris Day, vraiment pas ma tasse de thé ... :?
Il n'est pas du tout ridicule en indien. C'est l'idée que tu te fais du comédien et du personnage. A l'époque c'était tellement courant, un blanc en indien, que je ne vois pas ce que la prestation de Rock Hudson a de ridicule dans Winchester 73, ce n'est pas le seul western où l'indien est représenté de cette manière-là, hautain, froid, tout en muscle et je ne l'ai pas du tout trouvé risible dans le rôle ! Quant à Doris Day, c'est aussi l'image qui est véhiculée qui fait qu'on oublie qu'elle a été une excellente comédienne à la fois de pure comédie mais aussi de comédie dramatique !