La Lance brisée (Edward Dmytryk - 1954)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3684
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: La Lance brisée (Edward Dmytryk - 1954)

Post by monk »

Oui, ça se comprend, ça manque quand même d'un peu de dynamisme !
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92453
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: La Lance brisée (Edward Dmytryk - 1954)

Post by Jeremy Fox »

Le film est sorti dans la première fournée Blu-ray de Sidonis : nous en avons profité pour le critiquer
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Re: La Lance brisée (Edward Dmytryk - 1954)

Post by Johnny Doe »

Beaucoup apprécié ce western / drame familial. Pour plusieurs raisons, déjà le très joli scope de Dmytryk, avec un sacré sens du cadre que ce soit dans les intérieurs et les extérieurs. Ensuite pour le casting 3 étoiles, avec un Tracy impérial, monstre de charisme comme à son habitude, et Widmark qui m'a beaucoup impressionné lors de la scène de confrontation avec son père (une des plus forte du film). Wagner m'a bien plu aussi, dans un rôle pas forcément facile, même s'il est le "héros" de l'histoire, il reste un peu en retrait. Puis finalement et, surtout je pense, pour la sécheresse et l'écriture aux petits oignons des dialogues, qui donnent tout leur sel aux meilleures scènes du film : le repas de famille, la séquence de la mine, la confrontation entre Tracy et le gouverneur, le procès et le vidage de sac de Widmark. Autant de scène qui m'ont pratiquement nouées la gorge par leur efficacité.

Beaucoup apprécié aussi le travail sur les personnages, même si ce n'est pas forcément la finesse qui les étouffes, j'aime bien que l’antagoniste ai sa justification durant tout le film et reste un personnage dont on comprends les motivations. D'autant que ces éléments parviennent à faire de Tracy un personnage moins idéalisé que semble le promettre le début du film, un père dur qui aurait sacrifié beaucoup, dont l'amour de ses enfants, pour son ranch. Quel dommage qu'on se sente obligé d'une pirouette finale, pour justifier une scène d'action et la mort du "méchant", alors que celle-ci ne correspond pas vraiment à l'image qu'on se fait du personnage de Ben durant le reste du film (même si j'avoue avoir bien aimé la scène d'action, plutôt bien torchée).

Dans les autres petits problèmes, je citerais un manque de dynamisme et de sécheresse dans la mise en scène, certains moments (poursuites en fondue par exemple) m'ont semblé assez laborieux, alors qu'ils auraient du représenter une certaine urgence, leur mise en scène très plan plan fait un peu bâiller. J'ai trouvé que, au delà du travail sur le cadre et de certaines séquences auxquels profitent clairement les acteurs et les dialogues, la mise en scène manquait de panache. Un peu sur la retenue aussi concernant le sujet et l'ampleur du drame (historique et familiale) qui en manque justement, d'ampleur. Cela aurait pu être plus vibrant, plus puissant, mais le film peine un peu et ne parvient pas vraiment à émouvoir, alors que sur le papier il y avait clairement de quoi.
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.