Topic naphtalinippon

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

monk wrote:7 ou 8 films ont été édités en DVD au Japon avec sous titres anglais, titres différents de ceux édités par Wild Side, ce qui commence à faire une jolie somme de films visibles officiellement.
Shinoda mérite d'être vu !
Tout à fait. Dommage qu'ils soient si chers... et difficiles à avoir... 60€ pour un film ça fait tout de même cher...
Il y en a malheureusement aussi pas mal qui ont été édités sans sous-titres et ça c'est bien triste et dommageable pour la visibilité des films. Je pense par exemple aux excellents Oshima du de la période ATG par exemple.
Image
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3701
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Topic naphtalinippon

Post by monk »

Plutôt 38€ pièce :wink: Mais ça reste cher. Dommage effectivement qu'il n'y ait eu qu'une sélection de sous titrées, ça aurait été vraiment interessant (mais honéreux :mrgreen: ) qu'ils soient tous sous titrés !
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

monk wrote:Plutôt 38€ pièce :wink: Mais ça reste cher.
Tu les trouve où à ce prix là?
monk wrote:Dommage effectivement qu'il n'y ait eu qu'une sélection de sous titrées, ça aurait été vraiment interessant (mais honéreux :mrgreen: ) qu'ils soient tous sous titrés !
Je ne pense vraiment pas qu'un sous-titrage soit excessivement honéreux d'autant que celui-ci ouvrirait un marché supplémentaire garant de rentrées supplémentaires. Je crois que c'est plutôt une volonté de ne pas sous-titrer pour garder ça sur le marché nippon. Comme Criterion ne sous-titre pas français parce qu'obligé pour des raisons de droit à rester "officiellement" sur le marché nord américain.
Image
shaman
Assistant(e) machine à café
Posts: 178
Joined: 1 May 05, 13:49

Re: Topic naphtalinippon

Post by shaman »

gnome wrote: Je ne pense vraiment pas qu'un sous-titrage soit excessivement honéreux d'autant que celui-ci ouvrirait un marché supplémentaire garant de rentrées supplémentaires. Je crois que c'est plutôt une volonté de ne pas sous-titrer pour garder ça sur le marché nippon. Comme Criterion ne sous-titre pas français parce qu'obligé pour des raisons de droit à rester "officiellement" sur le marché nord américain.
À de rares exceptions, les studios japonais s'en foutent tout simplement du marché international concernant les titres rétro.

Puisque ça parlait de l'ATG un peu plus haut, c'est l'occasion de signaler une rétrospective française à la MCJP en début d'été 2011. Avec de belles découvertes en perspective donc.
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3701
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Topic naphtalinippon

Post by monk »

gnome wrote:
monk wrote:Plutôt 38€ pièce :wink: Mais ça reste cher.
Tu les trouve où à ce prix là?
Chez yesasia par exemple. C'était l'époque bénite où je ne me posais même pas la question de savoir si c'était cher ou pas... :oops:
shaman wrote:À de rares exceptions, les studios japonais s'en foutent tout simplement du marché international concernant les titres rétro.
Le plus étonnant, c'est qu'un même studio, sur une même salve de titres d'un même auteur peut proposer des sous titres sur la moitié seulement des titres. Ca doit sans doute être un problème de droits pour certains, sinon à quoi bon n'en proposer que sur une partie seulement ? Ou pire encore, que sur certains titres d'un même coffret (avec des titres non édités à l'unité).
Leur stratégie reste un mistère pour moi. Mais effectivement, de toute façon, ils doivent s'en foutrent un peu aussi, et pas que sur le rétro :evil:
shaman wrote:Puisque ça parlait de l'ATG un peu plus haut, c'est l'occasion de signaler une rétrospective française à la MCJP en début d'été 2011. Avec de belles découvertes en perspective donc.
la chance ! :shock:
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

monk wrote:
gnome wrote: Tu les trouve où à ce prix là?
Chez yesasia par exemple. C'était l'époque bénite où je ne me posais même pas la question de savoir si c'était cher ou pas... :oops:
Ça reste très cher... Même comparé à un Criterion...

Concernant la rétrospective, rien que les trois premiers films sont des chef d'oeuvres (Le silence n'a pas d'ailes, Les funérailles des Roses et Le journal d’un voleur de Shinjuku).
Pour les curieux, je conseille aussi très fort les Akio Jissoji (Mandala et Une vie éphémère) qui sont excellents.
Il est mort après la guerre de Oshima est à ne pas rater aussi.
Cache cache pastoral de Terayama a été mon film du mois dernier.
L'enfer du premier amour de Susumu Hani vaut évidemment le déplacement
J'aurais aimé voir L'homme de Shindo et les autres Shindo... :(
Bref, je ne vais pas les citer tous, mais il n'y a pas grand chose à jeter... :|
Image
User avatar
monk
Décorateur
Posts: 3701
Joined: 21 Jun 05, 09:55

Re: Topic naphtalinippon

Post by monk »

gnome wrote:Ça reste très cher...
Ho oui ! C'est japonais quoi...Et il ne fait pas attendre de promo ou de réduction de prix, ça ne semble pas exister chez eux :evil:
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

Sinin, je me suis visionné cet après-midi : Passions juvéniles (Crazed fruit) de Ko Nakahira

Image

Excellent petit film dépeignant assez bien la jeunesse oisive d'après guerre au travers d'une idylle qui va voir s'affronter deux frères pour une même jeune fille. Un film est plaisant à regarder sans non plus faire preuve d'une grande audace, mais il se permet un érotisme entièrement suggéré surprenant pour l'époque. L'image du Criterion a pris de l'âge.
Image
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

- Le Mont Fuji et la lance ensanglantée (Tomu Uchida) 9.5/10
Premier contact avec Uchida somme toute assez réussi. On suit avec plaisir les aventures de ce lancier chargé de protéger sur la route d'Edo, son seigneur de ses propres démons. Il y a de tout dans ce film, de l'humour parfois absurde ou burlesque, limite scato par moment mais toujours bon enfant, de l'aventure à la Yojimbo, du drame teinté d'humanisme (qui m'a fait penser à Kurosawa encore notamment dans Les bas-fonds pour la multitude de personnages). Le tout magnifiquement interprété et réalisé. Le combat final est ahurissant et surprenant en regard du reste du film.
Image
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Topic naphtalinippon

Post by bruce randylan »

shaman wrote:
gnome wrote: Je ne pense vraiment pas qu'un sous-titrage soit excessivement honéreux d'autant que celui-ci ouvrirait un marché supplémentaire garant de rentrées supplémentaires. Je crois que c'est plutôt une volonté de ne pas sous-titrer pour garder ça sur le marché nippon. Comme Criterion ne sous-titre pas français parce qu'obligé pour des raisons de droit à rester "officiellement" sur le marché nord américain.
À de rares exceptions, les studios japonais s'en foutent tout simplement du marché international concernant les titres rétro.

Puisque ça parlait de l'ATG un peu plus haut, c'est l'occasion de signaler une rétrospective française à la MCJP en début d'été 2011. Avec de belles découvertes en perspective donc.
Ouais, ca va être de la folie cette rétro.
En fait ça va être de la folie dans 15 jours et ça va durer 3 mois entre la rétro de 7 films sur Minoru Shibuya, le cycle sur les fantômes japonais et enfin l'ATG. :shock:

Arduini nous disait qu'il voulait vraiment passer à la vitesse supérieur et sortir des trucs consensuels. En fait il voudrait même s'organiser avec la cinémathèque pour alterner les cycles entre les 2 endroits : à peine une rétro finie, qu'une commence à l'autre endroit et ainsi de suite. On est pas couché ! :mrgreen:
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

:|
Image
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Topic naphtalinippon

Post by bruce randylan »

Juste comme ça pour mettre dans la confidence car rien n'est confirmé
Spoiler (cliquez pour afficher)
La cinémathèque bosserait sur une rétro Fukasaku
La MCJP bosse sur une rétro Okamoto
:shock:



Sinon, un autre film vu lors de la dernière rétro MCJP

La nuit de femmes (Kinuyo Tanaka -1961)

A la fin de la prostitution, le destin d’une jeune geisha placé dans un foyer de jeune fille et qui essaye de trouve une nouvelle place dans la société.


Deuxième réalisation que je découvre de l’égérie de Mizoguchi, Kinyo Tanaka. Loin du bouleversant Mère éternelle, Cette nuit des femmes reste un beau film, courageux dans ses thèmes malgré des défauts et des invraisemblances assez énormes. On pense beaucoup à Ida Lupino dans ce drame où le scénario traverse de grosses zones de turbulence pas toujours subtile (voir ridicule) mais s’impose par son humanisme, la justesse de son psychologie, son sujet brûlant et la force de son actrice principale.

L’influence de Mizoguchi est bien sûr visible dans ce manifeste féministe qui fustige l’étroitesse d’esprit d’une société tellement conservatrice que les premiers à faire payer à ces jeunes filles perdues leurs passé sont des femmes. D'où une scène d’une violence crue à la limite du soutenable (surtout pour l’époque). Mais l’héroïne va bien-sûr croiser d’autres personnages qui vont briser son désir d’une vie nouvelle.
Le film prend donc une structure pas très éloigné du film à sketch avec découpage en 3 grands actes (le placement dans une auberge, travailler dans une usine, assister un agriculteur dans une serre), le tout entrecoupé de l’indignation de la directrice ce la maison de jeune fille, une femme progressiste au regard humaniste et chaleureux qui donne le point de vue de la cinéaste.
La dureté du récit est que, quelque soit la position qu’adopte la jeune femme (cacher son ancien emploi, la dire ou s’offrir une vie respectable), la société la rejette à chaque fois.

La sincérité et la conviction qui se dégage de la nuit des femmes réussit ainsi à passer outre les défauts et une fin assez peu crédible.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Topic naphtalinippon

Post by Alligator »

Nippon no akuryo (Evil spirits of Japan) (Kazuo Kuroki, 1970) :

http://alligatographe.blogspot.com/2011 ... kuryo.html

Image
_______________

Foutre! Dès le visionnage, je me suis senti un peu perdu par ce film, situation qui génère bien souvent chez moi une sorte de rejet. Or, ici, ce ne fut pas du tout le cas, bien au contraire. Je crois que la forme du film comme son histoire m'ont laissé perplexe mais fasciné.

Dès le début, pendant le générique, l'image se révèle hypnotisante. J'ai tout de suite aimé la grande variété des cadrages, des mouvements de caméra et surtout le très gros travail du directeur de la photo Yasuhiro Hotta sur les noirs et blancs, tout en restant pour le moins circonspect devant un usage aussi audacieux de la bande son. En effet, on y voit une scène pendant qu'on en écoute une autre. De quoi perdre facilement le fil quand on est comme moi obligé de suivre les sous-titres anglais qui défilent à vitesse grand V.

Mais surtout cette histoire de sosies a tôt fait de me faire perdre pied. Je me raccroche aux branches. Un flic et un yakuza aux traits parfaitement similaires échangent leurs vies, leurs statuts et y prennent goût.

C'est en gros le fil conducteur d'un film très original dans la mise en forme de cette histoire un peu loufoque. Kuroki utilise avec une grande dextérité sa caméra et alterne les positions comme les techniques (à l'épaule, travellings, plongées, fixes, etc.) pour donner au film une belle liberté et une richesse de tonalités étonnantes.

Surtout, très proche des comédiens, le travail sur la photo appuie les contrastes entre ombres et lumières, ce qui a le double avantage de mettre en valeur les reliefs, le grain de la peau et ainsi de produire une image d'une sensualité incroyable. D'ailleurs, Kuroki multiplie les plans presque érotiques, des nus très doux, en accentuant l'espèce de langueur qui enveloppe les corps des personnages. C'est très joliment foutu.

Alors, si j'ai le sentiment de ne pas avoir tout bien compris, entre autres parce que je ne connais pas bien le fonctionnement des quartiers et clans de yakuzas, mais également par la structure alambiquée du récit, rendue encore plus complexe par l'ajout de plusieurs flash-backs, j'ai toutefois bien senti que l'auteur décrit un Japon très éloigné de celui que le cinéma traditionnel dépeint habituellement et qu'il s'est nourri d'un certain désenchantement. En effet, il est tout à fait perceptible que le regard est assez sombre, plein de distance, une position qui n'est pas dénuée d'un certain humour, un peu à l'image de ce chanteur folk qui navigue entre complainte adulte et comique troupier enfantin.

Ce sentiment est renforcé par les nombreux plans de forme documentaire sur les quartiers populaires. On est loin de la carte postale ou de la bluette romantique. La toute dernière séquence semble tout droit sortie du making-off du film avec cette conversation entre le chanteur et la superbe Michiko Takahashi. Sous cet aspect, j'ai souvent pensé à Wakamatsu, ce genre de cinéastes qui paraissent d'un pessimisme, d'un esprit écorché vif, mélancoliquement noirs, un peu en marge. C'est un cinéma pas si difficile que cela à appréhender. Je suppose qu'il entend s'exprimer par le biais d'une atmosphère, d'un rythme et de teintes singulières, un style très particulier. Sur ce point, cela me parait proprement réussi. Kazuo Kuroki : voilà un nouveau cinéaste que je me mets en ligne de mire.
Eigagogo
Stagiaire
Posts: 58
Joined: 20 May 05, 22:27

Re: Topic naphtalinippon

Post by Eigagogo »

gnome wrote::|
on est quand même pas à plaindre avec tout ce qui il y a sur le net, c'est pas comme en '84 avec la retro 300 films de Pompidou où là les provinciaux pouvaient vraiment "pleurer".

ce dernier mois est arrivé:
shady grove
war of 16
keiko desu kedo
i am sono sion
the room
GirlBoss 6
a gambler's life
Love & Loathing & Lulu & Ayano
a certain killer
journal de yonbogi
snow country
brutal tales of chivalry 5
la voie des yakuzas
Tales of Young Genji Kuro 1 à 3
Clone returns home
Molestor's Train: Dirty Behavior
(et je cite pas les sorties officielles)


J'en profite pour reupper Le dossier ATG . J'essaierai d'en chopper qlq'un, ou alors prioriser les interviews .. l'un ou l'autre
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

Eigagogo wrote:J'en profite pour reupper Le dossier ATG .
Une de mes bibles... 8)
Image