Topic naphtalinippon

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Topic naphtalinippon

Post by bruce randylan »

Une ruelle sous le soleil (Tomotaka Tasaka -1958)

Une jeune préceptrice est engagée dans une riche famille pour aider une adolescente légèrement handicapée à la jambe. Le deuxième grand frère de celle-ci découvre qu'il est un enfant adopté.


3h08 sur un tel scénario ça fait sans doute beaucoup et en effet le film ne mérite pas cette longueur d'autant que nous ne sommes pas dans une grande fresque familiale qui se déroule sur des années.
C'est au contraire une comédie (dramatique) qui repose sur un scénario digne d'un soap opéra mais qui est sauvée par la direction prise par le réalisateur. Loin du mélo pesant, pleurnichard et torturé, il opte pour un ton léger et dédramatisé à l'extrême avec des personnages qui agissent de manière assez moderne pour une certaine liberté de ton.
Pour un film grand public, les allusions sexuelles sont également très nombreuses entre le frère qui s'amuse à toucher les seins de la préceptrice, la soeur mineure qui va donner des leçons à un gynécologue (chose inimaginable dans le cinéma américain de la même époque!) et autres références plus ou moins sous-entendues. Quant aux bouleversements et aux révélations qui frappent tous les protagonistes, ils prennent ça avec un recul, une philosophie positive et une ouverture d'esprit assez étonnante.

Tasaka (qui a co-écrit cette adaptation d'un célèbre roman japonais) semble vouloir prendre en contre-pied les clichés inhérents du genre en rendant les rebondissements comme évidents pour tout le monde. Ils sont à peine surpris et réagissent comme si on leur disait qu'il n'y avait plus de baguette en boulangerie. Il en ressort une fraîcheur contagieuse et une certaine vitalité qui évoque très bien l'insouciance d'une jeunesse découvrant le rock 'n' roll et s'émancipant des conventions et des traditions familiales.
Tasaka en profite pour donner une caméra très mobile là aussi assez moderne. Presque tous les plans sont en mouvements et certains sont assez techniques. Presque trop même car tous les travelling ou plans à la grue ne sont pas justifiés. On pourra toujours dire qu'il accompagne littéralement les déplacements des acteurs mais ils ne soulignent pas à chaque fois une émotion.
On ne se plaindra pas cependant ce dynamisme qui apporte une grande fluidité à la narration d'autant que le découpage n'a rien de champ-contre champs basiques et que les transitions d'une séquence à l'autre sont bien gérées. Il choisit aussi de filmer le seul flash-back dans une série de cadrages audacieux très influencés par la bande-dessinée.
Sa mise en scène est tout cas très intelligente car elle met très bien en relation le décor, les personnages et la manière dont ils occupent l'espace au point qu'on pourrait comprendre certaines scènes sans les dialogues.

Là où malheureusement le mat blesse, c'est dans la dernière heure où une intrigue secondaire vient apporter beaucoup trop de répétitions et de redites sur une psychologie que les dialogues expliquées déjà un peu trop. Le rythme en prend un coup comme la spontanéité initiale. On pourrait ainsi enlever aisément une demi-heure. Des longueurs qui viennent entacher les nombreuses qualités de la ruelle sous le soleil.

En tout cas, Tomotaka Tasaka me fait ici une très bonne impression avec un travail sur la mise en scène et la direction d'acteur que je trouve épatants. J'avais pu voir lors de la rétrospective Nikkatsu il y a trois ans un autre de ses films : Terre et soldat, un époustouflant film de guerre, là aussi d'une modernité incroyable. Il faudrait que je retrouve mon avis que j'avais posté sur le précédent forum.

Avec Tadashi Imai et Koreyoshi Kurahara, voilà bien un réalisateur totalement méconnu ici dont je rêve de découvrir plus de films et de connaître leur place au seins de l'industrie cinématographique japonaise.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Topic naphtalinippon

Post by bruce randylan »

L'oie sauvage ( Shiro Toyoda - 1953)

Un titre qui me laisse dubitatif

Comme souvent, l'aspect purement plastique est régulièrement époustouflant avec un noir et blanc magnifique qui devient sublime dans les scènes finales noyé le brouillard. Le décor est également épatant même si discret avec un Takeo Kimura qui aligna 3 plateaux ensemble pour reconstituer une longue ruelle. Même chose aussi pour le charme juvénile et timide de Hideko Takamine (décédée récemment donc).

Mais le gros problème vient une nouvelle fois de l'histoire et du rythme qui pourrait tenir en 1 heure : une veuve devient la maitresse d'un usurier mais tombe amoureux d'un étudiant en médecine. Le scénario ne va pas plus loin que ça, ne développe aucune autre sous-intrigue et n'aborde aucun autre thème. C'est juste un film qui prend bien trop son temps pour des scènes très répétitives (les étudiants qui chantent, les deux amoureux se croisant dans la rue, la servante devant sortir pendant que l'usurier visite sa maitresse, l'épouse délaissée de l'usurier qui se plaint etc...). La lourdeur de la mise en scène est en plus appuyée par de long silence qui n'apporte rien de plus aux sentiments ou à l'émotion que transmettent déjà les acteurs et les images.

C'est donc rapidement ennuyeux même si quelques moments amusants ou touchants viennent vraiment nous faire regretter que la durée joue à ce point contre la qualité esthétique.

Shiro Toyoda aura droit à près d'une demi-douzaine d'œuvres dans la prochaine rétro Toho. Je croise les doigts pour qu'ils soient plus dégraissés tant en restant à ce niveau visuel.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16736
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Topic naphtalinippon

Post by Père Jules »

J'ai mis la main sur un classement effectué par le magazine japonais Kinema Jumpo. On y trouve, selon la critique nippone, les 100 meilleurs films japonais.
Toujours intéressant ces classements ethnocentrés. Et ici, une information de taille, Mizoguchi semble bien plus célébré à l'international.
Spoiler (cliquez pour afficher)
1. Seven Samurai (1954, Akira Kurosawa)
2. Floating Clouds (1955, Mikio Naruse)
3. A Fugitive from the Past (1965, Tomu Uchida)
4. Tokyo Story (1953, Yasujiro Ozu)
5. The Sun Legend of the End of the Tokugawa Era (1957, Y. Kawashima)
6. Rashomon (1950, Akira Kurosawa)
7. Intentions of Murder (1964, Shohei Imamura)
8. Battles Without Honour & Humanity (1973, Kinji Fukasaku)
9. Twenty-Four Eyes (1954, Keisuke Kinoshita)
10. Tales of Ugetsu (1953, K. Mizoguchi)

11. To Live (1952, Akira Kurosawa)
12. The Life Of Oharu (1952, Kenji Mizoguchi)
13. Vacuum Zone (1952, Satsuo Yamamoto)
14. Harakiri (1962, Masaki Kobayashi)
15. The Man Who Stole the Sun (1979, Kazuhiko Hasegawa)
16. My Neighbor Totoro (1988, Hayao Miyazaki)
17. Muddy River (1981, Kohei Oguri)
18. Humanity and Paper Balloons (1937, Sadao Yamanaka)
19. The Rickshaw Man (1958, Hiroshi Inagaki)
20. Yojimbo (1961, Akira Kurosawa)

21. Fall Guy (1982, Kinji Fukasaku)
22. Boy (1969, Nagisa Oshima)
23. All Under the Moon (1993, Yoichi Sai)
24. Early Summer (1951, Yasujiro Ozu)
25. Vengeance is mine (1979, Shohei Imamura)
26. Family game (1983, Yoshimitsu Morita)
27. The castle of sand (1974, Yoshitaro Nomura)
28. Cruel Story of Youth (1960, Nagisa Oshima)
29. The Human Condition (1959-61, Masaki Kobayashi)
30. Till We Meet Again (1950, Tadashi Imai)

31. Ichijo Sayuri (1972, Tatsumi Kumashiro)
32. Cupola (1962, Kiriro Urayama)
33. Fighting Elegy (1966, Seijun Suzuki)
34. The Yellow Handkerchief (1977, Yoji Yamada)
35. Shall we Dance? (1995, Masayuki Suo)
36. The Insect Woman (1963, Shohei Imamura)
37. Marital Relations (1955, Shiro Toyoda)
38. Begging for Love (1998, Hideyuki Hirayama)
39. A Woman With Red Hair (1979, Tatsumi Kumashiro)
40. Distant Thunder (1981, Negishi Kichitaro)

41. Graveyard of Honor (1975, Kinji Fukasaku)
42. Sonatine (1993, Takeshi Kitano)
43. High and Low (1963, Akira Kurosawa)
44. Japan’s Longest Day (1967, Kihachi Okamoto)
45. Night and Fog in Japan (1960, Nagisa Oshima)
46. Emperor’s Naked Army Marches on (1987, Kazuo Hara)
47. Ryuji (1983, Toru Kawashima)
48. Ball at the Anjo House (1947, Kozaburo Yoshimura)
49. Young Brother (1960, Kon Ichikawa)
50. The Hidden Fortress (1958, Akira Kurosawa)

51. The Thirteen Assassins (1963, Eiichi Kudo)
52. The Crucified Lovers (1952, Kenji Mizoguchi)
53. Princess Mononoke (1995, Hayao Miyazaki)
54. Beyond the Green Hills (1963, Katsumi Nishikawa)
55. The Profound Desire of the Gods (1968, Shohei Imamura)
56. Kids Return (1996, Takeshi Kitano)
57. The Cherry Orchard (1990, Shun Nakahara)
58. The Youth Killer (1976, Kazuhiko Hasegawa)
59. Typhoon Club (1984, Shinji Somai)
60. Tange Sazen and the Pot Worth a Million Ryo (1935, S. Yamanaka)

61. Angel Guts Red Classroom (1979, Chusei Sone)
62. Ballad of Narayama (1958, Keisuke Kinoshita)
63. She Was Like a Wild Chrysanthemum (1955, Keisuke Kinoshita)
64. Miyamoto Musashi (1961-65, Tomu Uchida)
65. Ryoma Assassination (1974, Kazuo Kuroki)
66. Street of Shame (1956, Kenji Mizoguchi)
67. Red Beard (1965, Akira Kurosawa)
68. Station (1981, Yasuo Furuhata)
69. Twisted Path of Youth (1973, Tatsumi Kumashiro)
70. Sado (1978, Yoichi Higashi)

71. The Makioka Sisters (1983, Kon Ichikawa)
72. Narita:Heta Village (1973, Shinsuke Ogawa)
73. Failed Youth (1974, Tatsumi Kumashiro)
74. A Japanese Tragedy (1953, Keisuke Kinoshita)
75. Something Like It (1981, Yoshimitsu Morita)
76. The Naked Island (1960, Kaneto Shindo)
77. Stake Out (1957, Yoshitaro Nomura)
78. Scattered Clouds (1967, Mikio Naruse)
79. The Rendezvou (1972, Koichi Saito)
80. The Beast to Die (1980, Toru Murakawa)

81. In the Realm of the Senses (1976, Nagisa Oshima)
82. Red Lantern (1974, Toshiya Fujita)
83. Capricious Young Man (1936, Mansaku Itami)
84. The Devil’s Ballad (1977, Kon Ichikawa)
85. Lightning (1952, Mikio Naruse)
86. Singing Lovebirds (1939, Masahiro Makino)
87. The Funeral (1984, Juzo Itami)
88. Kagemusha (1980, Akira Kurosawa)
89. House on Fire (1986, Kinji Fukasaku)
90. Carmen comes home (1951, Keisuke Kinoshita)

91. Listen to the roar of the ocean (1950, Hideo Sekigawa)
92. Cure (1997, Kiyoshi Kurosawa)
93. One Man of the Gambler’s Code (1966, Tai Kato)
94. Throne of blood (1957, Akira Kurosawa)
95. Crazed Fruit (1956, Ko Nakahira)
96. A Last Note (1995, Kaneto Shindo)
97. An Autumn Afternoon (1962, Yasujiro Ozu)
98. Jirochô sangokushi (1953, Masahiro Makino)
99. Diary of a Shinjuku Thief (1969, Nagisa Oshima)
100. Woman in the Dunes (1964, Hiroshi Teshigahara)
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Topic naphtalinippon

Post by homerwell »

Père Jules wrote:Toujours intéressant ces classements ethnocentrés. Et ici, une information de taille, Mizoguchi semble bien plus célébré à l'international.
Il y a quand même 4 films de Mizoguchi dans ce top. Je suis bien plus surpris par la présence massive de Keisuke Kinoshita avec pas moins de 5 films présents ce qui confirme le bien que je pensais de ce cinéaste. Autre précision à signaler, Kon Ichikawa n'est pas présent avec les titres que j'attendais, preuve qu'il y a du potentiel inexploité en dvd pour ce réalisateur. Enfin, dernière surprise, pas de Hideo Gosha... Hitokiri quand même !
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 21600
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Topic naphtalinippon

Post by Rick Blaine »

homerwell wrote: Enfin, dernière surprise, pas de Hideo Gosha... Hitokiri quand même !
L'absence de Gosha est quand même extrêmement frappante :shock:

Je ne connais pas encore assez le cinéma japonais pour avoir un jugement fiable, mais le fait qu'un cinéaste aussi important ne soit pas l'auteur d'un des 100 films japonais les plus importants, ça parait bizarre. Méconnu dans son pays?
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3753
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Topic naphtalinippon

Post by joe-ernst »

Si j'ai bien compté, trois Ozu, qui passe pour le plus japonais des réalisateurs classiques, contre cinq Oshima, qui n'a jamais ménagé ses critiques à l'encontre de son pays. Un classement vraiment intéressant.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16736
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Topic naphtalinippon

Post by Père Jules »

Hâtivement je n'avais effectivement pas relevé l'absence de Gosha et le faible nombre de films d'Ozu classés.
Ça relativise notre vision du cinéma japonais. En tout cas, y'en a pas mal dont je n'ai jamais entendu parler.
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19481
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Topic naphtalinippon

Post by gnome »

Très intéressant top.
Merci Père Jules... :wink:

Petit retour sur deux naphtalinipponeries vues ce mois :
- Le révolté - Amakusa shiro tokisada (Nagisa Oshima) 1962
Avec ce film de commande, Oshima se penche sur le problème de la persécution des chrétiens sous l'ère des shoguns Tokugawa au travers de la destinée de Shirō Amakusa, chrétien japonais connu pour avoir mené une rébellion et avoir défendu une communauté chrétienne contre la répression du pouvoir en place en 1638. Certes, la mise en scène est assez classique, la narration est relativement linéaire et le film parait bien sage en regard des audaces formelles auxquelles l'auteur nous habituera dans les films suivants (je pense par exemple, pour ceux que j'ai vu, aux formidables Il est mort après la guerre et au Journal d'un voleur de Shinjuku) et qui à priori déjà bien présentes dans sa trilogie de la jeunesse et dans Nuit et Brouillard au Japon (pas encore vus), mais c'est sans compter sur le talent d'Oshima. Sur un sujet comparable au Silence de Masahiro Shinoda, au film réflexif sur la foi et le doute, sur la relativité d'une certaine "Vérité (avec un grand V)", Oshima livre un Jidai Geki de très bonne facture qui ne mérite pas le dénigrement dont il souffre, mais axe sa thématique sur la révolte (voire la révolution) contre le pouvoir en place et ses dictats. En ce sens, le film ne s'éloigne pas tant que ça des thématiques de son auteur. Là où le film de Shinoda pèchait par son interprétation (surtout les acteurs occidentaux qui plombaient le film) et une mise en scène finalement assez plate pour l'auteur de L'attentat ou de Double suicide à Amijima (!!!), le film d'Oshima, hormis une ou deux petites baisses de rythme et en dépit d'un rythme justement assez lent m'a passionné de bout en bout et révèle même quelques bons morceaux de bravoure. Oshima dépeint de manière assez crue les sévices subis par les communautés chrétiennes et la scène de la "danse de la paille" reste dans les mémoires.

- Adieu, clarté d'été - Saraba natsu no hikari (Kiju Yoshida) 1968
Deuxième film que je découvre de Yoshida après Flamme et Femme (Honô to onna )et deuxième semi-déception. Pourtant il avait tout pour me plaire, à commencer par un synopsis à priori intéressant. Un jeune architecte japonais se rend en Europe pour trouver une cathédrale qui aurait servi de modèle à une église détruite durant le bombardement de Nagasaki. Il y fait la rencontre d'une japonaise qui voyage elle aussi à travers l'Europe et qui est mariée à un américain vivant à Paris. Les deux expatriés vont faire une série de rencontres plus ou moins arrangées dans diverses villes d'Europe et nouer un semblant de relation. Au final, le film est intéressant à défaut d'être tout à fait passionnant. J'aime assez la façon dont Yoshida livre ses personnages par bribes, de rencontres en rencontres. Cette façon de faire est probablement la raison pour laquelle je trouve la deuxième partie du film (à partir du Mont Saint-Michel) beaucoup plus réussie que la première. A partir de là, on sent le réalisateur plus inspiré et nous offre pas mal de très jolies scènes comme ces retrouvailles par vitre interposée... Malheureusement, Yoshida abuse un peu des effets de caméra (jeu de mise au point d'abord un objet de premier plan pour finalement mettre au point sur les personnages par exemple - procédé qui revient régulièrement) et aurait gagné à réaliser certains plans en plan séquence par exemple parce que le changement d'angle de prise de vue casse parfois la tension ou l'émotion d'une scène. Et surtout le film souffre de tics de mise en scène tout à fait artificiels surtout dans la première partie. Les personnages se suivent, puis on change de plan, se croisent, s'arrêtent, on change de plan, se resuivent et ce de manière tout à fait artificielle... Dommage... Puis enfin, je trouve décidément Mariko Okada assez froide, ce qui m'empêche de m'attacher un tant soit peu à ses personnages. C'est mal parti pour Yoshida qui en fait l'héroïne de pas mal de ses films. Beau film quand même, mais petite déception.
Image
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Topic naphtalinippon

Post by Strum »

Merci pour cette liste, Père Jules. 9 Kurosawa, c'est énorme, et d'autant plus frappant que l'on a souvent dit qu'il était considéré en son pays comme un cinéaste trop occidentalisé (c'était une des litanies des Cahiers dans les années 50/60 quand ils opposaient Kurosawa à Mizoguchi, qu'ils jugeaient plus "japonais"...).

Apparemment, il s'agit d'une liste publiée par Kinema Junpo en 1999 et classant les 100 plus grands films japonais du 20è siècle. Dans leur plus récente liste de 2009, Voyage à Tokyo d'Ozu est premier et Les Sept Samouraïs de Kurosawa deuxième.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16736
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Topic naphtalinippon

Post by Père Jules »

C'est vrai qu'il est toujours étrange de juger un cinéma sur sa simple "spécificité nationale". Etrange, mais je ne doute pas qu'il s'agit plus d'une posture (type frime si chère à certains des Cahiers - hier comme aujourd'hui) qu'autre chose. L'orientalisme c'est tellement plus classe !

Tu aurais la dernière liste de Kinema Jumpo ? Celle de 2009...

Bref. Une autre liste, d'un intérêt moindre (quoique), toujours issue du même magazine. Celle des "films de l'année". Le prix est décerné chaque année depuis 1927. Quelques absents de taille...
Spoiler (cliquez pour afficher)
1927 – The Woman Who Touched the Legs (Yutaka Abe, 1926)
1928 – A Diary of Chuji’s Travels (Daisuke Ito, 1927)
1929 – The Street of Masterless Samurai (Masahiro Makino, 1928)
1930 – Beheading Place (Masahiro Makino, 1929)
1931 – What made her do it? (Shigeyoshi Suzuki, 1930)
1932 – The Neighbor’s Wife and Mine (Heinosuke Gosho, 1931)
1933 – I was Born But… (Yasujiro Ozu, 1932)
1934 – Passing Fancy (Yasujiro Ozu, 1933)
1935 – A Story of Floating Weeds (Yasujiro Ozu, 1934)
1936 – Wife! Be Like a Rose! (Mikio Naruse, 1935)
1937 – The Sisters of the Gion (Kenji Mizoguchi, 1936)
1938 – Unending Advance (Tomu Uchida, 1937)
1939 – Five Scouts (Tomotaka Tasaka, 1938)
1940 – Earth (Tomu Uchida, 1939)
1941 – Spring on Lepers Island (Shiro Toyoda, 1940)
1942 – The Brothers and Sisters of the Toda Family (Yasujiro Ozu, 1941)
1943 – The War at Sea from Hawaii to Malaya (Kajiro Yamamoto, 1942)
1947 – Morning for the Osone Family (Keisuke Kinoshita, 1946)
1948 – The Ball at the Anjo House (Kozaburo Yoshimura, 1947)
1949 – Drunken Angel (Akira Kurosawa, 1948)
1950 – Late Spring (Yasujiro Ozu, 1949)
1951 – Until We Meet Again (Tadashi Imai, 1950)
1952 – Early Summer (Yasujiro Ozu, 1951)
1953 – To Live (Akira Kurosawa, 1952)
1954 – Muddy Waters (Tadashi Imai, 1953)
1955 – Twenty Four Eyes (Keisuke Kinoshita, 1954)
1956 – Floating Clouds (Mikio Naruse, 1955)
1957 – Darkness at Noon (Tadashi Imai, 1956)
1958 – Rice (Tadashi Imai, 1957)
1959 – The Ballad of Narayama (Keisuke Kinoshita, 1958)
1960 – Kiku and Isamu (Tadashi Imai, 1959)
1961 – Her Brother (Kon Ichikawa, 1960)
1962 – Bad Boys (Susumu Hani, 1961)
1963 – Being Two Isn’t Easy (Kon Ichikawa, 1962)
1964 – The Insect Woman (Shohei Imamura, 1963)
1965 – Woman in the Dunes (Hiroshi Teshigahara, 1964)
1966 – Red Beard (Akira Kurosawa, 1965)
1967 – The Ivory Tower (Satsuo Yamamoto, 1966)
1968 – Samurai Rebellion (Masaki Kobayashi, 1967)
1969 – The Profound Desire of the Gods (Shohei Imamura, 1968)
1970 – Double Suicide (Masahiro Shinoda, 1969)
1971 – Family (Yoji Yamada, 1970)
1972 – The Ceremony (Nagisa Oshima, 1971)
1973 – The Long Darkness (Kei Kumai, 1972)
1974 – Tsugaru Folksong (Koichi Saito, 1973)
1975 – Sandakan No. 8 (Kei Kumai, 1974)
1976 – Kenji Mizoguchi: The Life of a Film Director (Kaneto Shindo, 1975)
1977 – The Youth Killer (Kazuhiko Hasegawa, 1976)
1978 – The Yellow Handkerchief (Yoji Yamada, 1977)
1979 – Third Base (Yoichi Higashi, 1978) [Trailer]
1980 – Vengeance is Mine (Shohei Imamura, 1979)
1981 – Zigeunerweisen (Seijun Suzuki, 1980)
1982 – Muddy River (Kohei Oguri, 1981)
1983 – Fall Guy (Kinji Fukasaku, 1982)
1984 – The Family Game (Yoshimitsu Morita, 1983)
1985 – The Funeral (Juzo Itami, 1984)
1986 – And Then (Yoshimitsu Morita, 1985)
1987 – A The Sea and Poison (Kei Kumai, 1986)
1988 – A Taxing Woman (Juzo Itami, 1987)
1989 – My Neighbor Totoro (Hayao Miyazaki, 1988)
1990 – Black Rain (Shohei Imamura, 1989)
1991 – The Cherry Orchard (Shun Nakahara, 1990)
1992 – My Sons (Yoji Yamada, 1991)
1993 – Sumo Do, Sumo Don’t (Masayuki Suo, 1992)
1994 – Where is the Moon? (Yoichi Sai, 1993)
1995 – A Dedicated Life (Kazuo Hara, 1994)
1996 – A Last Note (Kaneto Shindo, 1995)
1997 – Shall We Dance? (Masayuki Suo, 1996)
1998 – The Eel (Shohei Imamura, 1997)
1999 – Hana-bi (Takeshi Kitano, 1997)
2000 – Wait and See (Shinji Somai, 1998)
2001 – Face (Junji Sakamoto, 2000)
2002 – Go (Isao Yukisada, 2001)
2003 – The Twilight Samurai (Yoji Yamada, 2002)
2004 – A Boy’s Summer in 1945 (Kazuo Kuroki, 2002)
2005 – Nobody Knows (Hirozaku Kore-eda, 2004)
2006 – We Shall Overcome Someday (Kazuyuki Izutsu, 2004)
2007 – Hula Girls (Sang-il Lee, 2006)
2008 – I Just Didn’t Do It (Masayuki Suo, 2006)
2009 – Departures (Yojiro Takita, 2008)
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Topic naphtalinippon

Post by Strum »

Père Jules wrote:Tu aurais la dernière liste de Kinema Jumpo ? Celle de 2009...
La voici. Je suis content : Chien Enragé est 11e.
Spoiler (cliquez pour afficher)
1. Tokyo Story (1953, Yasujiro Ozu)
2. Seven Samurai (1954, Akira Kurosawa)
3. Floating Clouds (1955, Mikio Naruse)
4. The Sun Legend of the End of the Tokugawa Era (1957, Y. Kawashima)
5. Battles Without Honour & Humanity (1973, Kinji Fukasaku)
6. Twenty-Four Eyes (1954, Keisuke Kinoshita)
7. Rashomon (1950, Akira Kurosawa)
8. Tange Sazen and the Pot Worth a Million Ryo (1935, S. Yamanaka)
9. The Man Who Stole the Sun (1979, Kazuhiko Hasegawa) (soundtrack)
10. Family game (1983, Yoshimitsu Morita)

11. Stray Dog (1949, Akira Kurosawa)
12. Typhoon Club (1984, Shinji Somai)
13. Ikiru (1952, Akira Kurosawa)
14. Suzaki Paradise Red Light (1956, Y. Kawashima)
15. High and Low (1963, Akira Kurosawa)
16. A Fugitive from the Past (1965, Tomu Uchida)
17. Harakiri (1962, Masaki Kobayashi)
18. Intentions of Murder (1964, Shohei Imamura)
19. Tokyo Olympiad (1965, Kon Ichikawa)
20. The Castle of Sand (1974, Yoshitaro Nomura) (trailer)

21. Failed Youth (1974, Tatsumi Kumashiro)
22. Nausicaa (1984, Hayao Miyazaki)
23. Humanity and Paper Balloons (1937, Sadao Yamanaka)
24. Yojimbo (1961, Akira Kurosawa)
25. Fighting Elegy (1966, Seijun Suzuki)
26. Fall Guy (1982, Kinji Fukasaku)
27. Boiling Point (1990, Takeshi Kitano)
28. Tales of Ugetsu (1953, Kenji Mizoguchi)
29. The Crucified Lovers (1954, Kenji Mizoguchi)
30. She Was Like a Wild Chrysanthemum (1955, Keisuke Kinoshita)

31. Flowing (1956, Mikio Naruse)
32. Samurai Vendetta (1959, Kazu Mori) (trailer)
33. Branded to Kill (1967, Seijun Suzuki)
34. Vengeance is mine (1979, Shohei Imamura)
35. Zigeunerweisen (1980, Seijun Suzuki)
36. Here’s to the Girls (1949, Keisuke Kinoshita)
37. Ball at the Anjo House (1947, Kozaburo Yoshimura)
38. Late Spring (1949, Yasujiro Ozu) (new)
39. Till We Meet Again (1950, Tadashi Imai)
40. The Life Of Oharu (1952, Kenji Mizoguchi)

41. A Bloody Spear at Mount Fuji (1955, Tomu Uchida)
42. The Lower Depths (1957, Akira Kurosawa)
43. The Chaser (1958, Yoshitaru Nomura) (trailer)
44. Floating Weeds (1959, Yasujiro Ozu)
45. Good Morning (1959, Yasujiro Ozu)
46. Desperate Outpost (1959, Kihachi Okamoto) (trailer)
47. Her Brother (1960, Kon Ichikawa) (trailer)
48. Cruel Story of Youth (1960, Nagisa Oshima)
49. The Graceful Brute (1962, Yuzo Kawashima)
50. Proxy War (1973, Kinji Fukasaku)

51. The Wanderers (1973, Kon Ichikawa)
52. The Youth Killer (1976, Kazuhiko Hasegawa)
53. Muddy River (1981, Kohei Oguri)
54. The Funeral (1984, Juzo Itami)
55. Himatsuri (1985, Mitsuo Yanagimachi)
56. My Neighbor Totoro (1988, Hayao Miyazaki)
57. Cure (1997, Kiyoshi Kurosawa)
58. Noriko’s Dinner Table (2005, Sion Sono)
59. I was born, but… (1932, Yasujiro Ozu)
60. What did the lady forget? (1937, Yasujiro Ozu)

61. Singing Lovebirds (1939, Masahiro Makino)
62. The Live of Matsu the Untamed (1943, Hiroshi Inagaki)
63. Carmen comes home (1951, Keisuke Kinoshita)
64. The Human Condition (1959-61, Masaki Kobayashi)
65. The Human Vapor (1960, Ishiro Honda)
66. Sanjuro (1962, Akira Kurosawa)
67. The Insect Woman (1963, Shohei Imamura)
68. Pale Flower (1964, Masahiro Shinoda)
69. Yearning (1964, Mikio Naruse)
70. Tokyo Drifter (1966, Seijun Suzuki)

71. Japan’s Longest Day (1967, Kihachi Okamoto)
72. The Profound Desire of the Gods (1968, S. Imamura) (trailer)
73. The Human Bullet (1968, Kihachi Okamoto) (trailer)
74. Big Time Gambling Boss (1968, Kosaku Yamashita) (trailer)
75. I, The Executioner (1968, Tai Kato)
76. Boy (1969, Nagisa Oshima)
77. Double Suicide (1969, Masahiro Shinoda)
78. Tora-san (1969-95, Yoji Yamada) (trailer)
79. Take Care, Red Riding Hood (1970, Shori Moritani)
80. Red Peony Gambles Her Life (1970, Tai Kato)

81. Kaoyaku (1971, Shintaro Katsu)
82. Wet Sand in August (1971, Toshiya Fujita)
83. Three Mad Dog Brothers (1972, Kinji Fukasaku)
84. Confidential: Secret Market (1974, Noboru Tanaka)
85. Castle of Gagliostro (1979, Hayao Miyazaki)
86. Kagemusha (1980, Akira Kurosawa)
87. Crazy Thunder Road (1980, Sogo Ishii)
88. Crazed Fruit (1981, Kichitaro Negishi)
89. A Japanese Village, Furuyashikimura (1982, Shinsuke Ogawa)
90. P. P. Rider (1983, Shinji Somai)

91. Merry Christmas Mr. Lawrence (1983, Nagisa Oshima)
92. The Girl Who Leapt Through Time (1983, Nobuhiko Obayashi)
93. Love Hotel (1985, Shinji Somai)
94. Ran (1985, Akira Kurosawa)
95. No More Comics (1986, Yojiro Takita) (trailer)
96. Castle in the Sky (1986, Hayao Miyazaki)
97. Tetsuo (1989, Shinya Tsukamoto)
98. Moving (1993, Shinji Somai)
99. Sonatine (1993, Takeshi Kitano)
100. Kids Return (1996, Takeshi Kitano)
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16736
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Topic naphtalinippon

Post by Père Jules »

Ben moi pas, Rashomon a perdu une place :mrgreen:
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Topic naphtalinippon

Post by Strum »

Père Jules wrote:Ben moi pas, Rashomon a perdu une place :mrgreen:
Bah, 5 films de Kurosawa dans les 20 premiers me semble être un score honorable. :mrgreen:
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Topic naphtalinippon

Post by bruce randylan »

Till we meet again de Tadashi Imai qui se retrouve dans ces deux top 100 est diffusé le mois prochain à la MCJP :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Topic naphtalinippon

Post by bruce randylan »

Et voilà fin des avis sur le cycle Takeo Kimura (dont j'aurais raté les films les plus récents) :)

Chacun dans sa coquille (Tomu Uchida-1955)

Un groupe de villageois se forme autour d’un homme apparemment mort allongé dans un petit tunnel. Il s’avère qu’il y a finalement dormi, lassé de la vie à la ville. Rentrant chez lui, il passe devant des usines et croise des manifestations contre l’occupation américaine.

Le film a commencé depuis 5 minutes et on se dit qu’on va être devant une excellente fresque sociale et engagée qui s’annonce d’autant mieux que la caméra de Tomu Uchida n’est pas avare en beaux travellings.

Et bien, mauvaise pioche, le film devient rapidement un mélodrame autour d’une jeune fille qui refuse de se marier même si elle aime un homme divorcé, qui lui amoureux de la belle-mère de celle-ci.
On se retrouve alors devant un film ennuyeux, très répétitif qui ne dégage que de la froideur. Un sentiment désagréable car sur le papier le scénario est assez moderne quant aux motivations des personnages, leurs comportements et les rapports qui les poussent les uns vers / contre les autres.
On ne retient alors que quelques scènes qui sortent du lot, une fin très pessimiste et quelques piques sur l’occupation américaine (qui apparaissent alors presque hors-sujet du coup).

Même la mise en scène ne retrouve pas le style virtuose du début… Bref, une déception qui dure en plus deux heures.


L’enfant favori de la bonne
( Tomotaka Tasaka – 1955 )

Bon, cette fois c'est définitif Tomotaka Tasaka confirme qu'il est un très grand 8)

C’est une comédie dramatique proche des chroniques attendrissantes et espiègle d’un Ozu ou d’un Naruse.
Dans le cas présent, on suit une fille de la campagne naïve et pleine de bonne volonté qui monte sur Tokyo pour y devenir une servante. Son naturel et son franc-parler lui attirent quelques problèmes d’autant qu’elle devient complice du jeune enfant turbulent de la famille où elle travaille.

Pas de grande trames narratives, pas (ou très peu) de moments forts dramatiquement mais une succession de moments simples, drôles et touchants qui évoquent des instantanés du quotidien en suivant les 400 coups que fait le garçon : le chien qu’il cache, des bagarres avec ses camarades de classes, une soudaine passion pour les trains ou la chasse etc…

Son innocence se complète bien sûr avec la personnalité fraîche et spontanéité de la bonne qui l’ouvrira sur la nature, l’environnement ou d’autres plaisirs simples. Une manière d’aborder l’éducation totalement différent de ses parents, des bourgeois un peu maniéré et rigide qui oublie l’éveil de leur enfant.
Bien-sûr l’opposition entre les gens de la ville et ceux de la campagne est un peu schématique mais elle n’est pas non plus trop manichéenne et elle ne dérange pas plus que ça.

On s’attache en tout cas très rapidement à ce duo qui donne lieu à quelque très beaux moments chaleureux et drôles : le piège pour les oiseaux, l’escalade dans arbres pour regarder les arbres, la course les yeux bandés, le petit chien.

Le dernier quart s’offre même un passage dans la campagne neigeuse pour une partie assez émouvante et une séquence irrésistible des ogres Oga (une sorte de variante à notre père fouettard où deux monstres viennent dans les maisons pour chercher les méchants enfants).

La seule fausse note arrive vers la fin qui s’avère prévisible avecc de plus une mise en appuyée et maladroite lors de travellings décadrés.
C’est un peu regrettable car jusque-là la mise en scène était un régal avec de très beaux mouvements de caméra, des compositions de plans très beaux tenant autant de l’impressionnisme que d’une certaine tendance néo-réaliste. Malgré tout, ça n’entame rien le charme indéniable de ce film admirablement bien racontée et fluide.
Une petite merveille qui met du baume au cœur. :D
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"