Menu
Test dvd

Stormy Weather

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 4 / 12 / 2007

Image

Si le générique laissait craindre une copie peu vaillante, nos angoisses sont vite dissipées dès la fin de celui-ci. En effet, le master est très bien conservé et parfaitement restauré. La photographie de Leon Shamroy peut ainsi s’apprécier dans les meilleures conditions. Quelques menus défauts subsistent mais la compression est bien gérée et l’image presque parfaitement définie et contrastée, si l’on excepte quelques arrières fonds un peu floutés.

Son

Du travail très sérieux concernant également la partie sonore. Une piste mono anglaise claire et sans véritablement de souffle, assez dynamique quant il s’agit de musique. Petit bémol cependant, l’absence de sous-titres sur les chansons ; s’ils sont inutiles pour suivre l’intrigue, nous aurions néanmoins voulu connaître par exemple les paroles des chansons "humoristiques" de Fats Waller.

Suppléments

Alors qu’habituellement, trois films pour le prix d’un nous auraient mis en joie, et même si le choix de ces deux titres est totalement cohérent avec le titre phare de ce DVD (ce sont aussi des comédies musicales interprétées exclusivement par des artistes noirs), force est de constater que, hormis parmi les adorateurs de Cab Calloway et de Lena Horne (successivement, interprètes principaux de Hi-De-Ho de Josh Binney (1947 - 65’) et de The Duke is Tops de William L. Nolte (1938 - 73’), il sera très difficile de trouver grand monde capable de les apprécier. Je ne m’étendrai pas dessus trop longtemps pour ne pas devoir en dire trop du mal mais l’amateurisme a des limites, surtout quand il s’insère à tous les niveaux, de l’interprétation à la mise en scène, en passant par les dialogues ou le montage, le tout dans des copies, certainement très rares, mais très dégradées et très peu définies. Un véritable calvaire d’arriver à les visionner dans leur intégralité ! A côté de ça, une minuscule galerie de photos vraiment anecdotique et un clip sorti d’on ne sait où (aucune indication sur le nom du groupe ou chanteur ni sur la jaquette, ni en début ou fin du morceau) qui se dévoile à nous avant d’accéder au menu. Assez étonnant de la part de l’éditeur qui indique néanmoins une adresse web pour les plus curieux qui voudraient comprendre le pourquoi du comment.

Par Erick Maurel - le 15 novembre 2007