Menu
Test dvd

Menaces dans la nuit

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 7 / 12 / 2010

Image


Disons-le tout de go : cette édition, compte tenu aussi bien de son accomplissement esthétique incontestable que de son excellente tenue sur le point technique, est à compter parmi les plus belles réussites de l'éditeur. L'objet est splendide, l'image l'est aussi.
Quel bonheur de découvrir un tel film dans de telles conditions ! Lors des (multiples) gros plans sur le visage transpirant de John Garfield, on pourrait presque compter les gouttes. C'est dire la netteté et la propreté d'un master de toute beauté, qui s'avère par ailleurs également d'une très bonne stabilité. Puisqu'on aurait l'impression de ne servir à rien si l'on n'émettait pas un bémol symbolique, tout juste trouve-t-on que les bords extrêmes de l'image "bavent" parfois...

Son

On sera un tantinet moins enthousiaste sur la bande-son de la version originale, un peu étouffée. Rien de rédhibitoire, mais le souffle se fait parfois présent, estompant le relief de l'ensemble. Moins de souffle, c'est certain, sur la version française, mais si c'est pour se coltiner le phrasé, les expressions et l'accent parigots des doubleurs...

Suppléments

Menaces dans la nuit est le troisième titre sorti dans la collection Classics Confidential, après le coffret Jeux de Lang et La Chevauchée des bannis. Comme pour ces éditions, le "livret" du DVD est en réalité un véritable ouvrage d'historien, signé en l'occurence de Samuel Blumenfeld. En une grosse soixantaine de pages, l'auteur aborde le contexte historique de la production du film, les relations entre les différents acteurs de sa réussite, ou l'inscription du film dans le registre du film noir, auprès en particulier de titres comme The Prowler (Le Rôdeur, de Joseph Losey) ou The Sound of Fury (Fureur sur la ville, de Cy Enfield). L'ouvrage est intitulé Le dernier film noir, ce qui tient avant tout de la formule (on la doit d'ailleurs davantage à l'auteur de la préface, Eddie Muller, qu'à Blumenfeld) ; on se souvient au passage que Montparnasse avait sorti L'Inconnu du 3ème étage dans sa collection RKO en le présentant comme "le premier film noir". Si grâce aux éditeurs français, on dispose désormais de franches balises, on aura toutefois bien du mal à faire abstraction de certains titres réalisés durant les années 50 par Fuller, Aldrich, Lang ou Lewis (entre autres) dans l'élaboration d'une chronologie du genre. Il faut toutefois une nouvelle fois souligner le véritable effort esthétique accompli pour cette collection, tant pour l'objet (splendide) que pour son contenu, richement illustré d'articles ou de "lobby cards" d'époque.

Sur le disque, outre une galerie de photos, quelques filmographies et liens Internet, on trouve deux suppléments conséquents :
Série rouge pour liste noire, un module de 26 minutes consacré principalement à John Berry et, à travers lui, au macchartysme. On y voit notamment les deux fils du cinéaste, Arny et Dennis Berry, raconter de nombreuses anecdotes. Intéressant pour qui aime l'exercice, à deux réserves près : d'une part, le film Menaces dans la nuit en lui-même n'est que très peu abordé, et d'autre part, les quelques intervenants manquent parfois cruellement de dynamisme...
Et, enfin, The Hollywood Ten, le documentaire de 14 minutes réalisé par John Berry sur les Dix d'Hollywood. Après une première partie où une voix-off nous expose la situation, la seconde nous montre les Dix, face caméra, exposer leur défense et argumenter leur position. Le document est historiquement assez inestimable, et en l'état tout à fait poignant.

Par Antoine Royer - le 5 décembre 2010