Menu
Test dvd

Les Visiteurs

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 8 / 6 / 2009

Image

Le master est propre, ne présentant que quelques menus défauts. Un lissage a certainement été opéré lors du transfert numérique. Pour rappel, le film a été tourné en Super 16 et non en 35 mm et l’on pouvait s’attendre à une image plus granuleuse. Contrecoup de ce lissage, un fourmillement numérique est sensible, bien visible lors des scènes de nuit (malheureusement nombreuses) et sur les visages. Le tout manque aussi de définition. Par contre, les contrastes sont tout à fait satisfaisants, rendant bien compte de la précision avec laquelle Nicholas Proferes découpe silhouettes et visages par de discrètes sources de lumière naturelle. Le film allant de la nuit aux paysages enneigés, il n’était pas forcément évident d’en réussir le transfert. Or les noirs restent toujours bien profonds et les blancs ne sont jamais saturés. Les quelques touches de couleurs ressortent également très bien du fond qui travaille sur des teintes ternes et sur une palette réduite mais très finement utilisée.

Son

La piste sonore est propre (un léger souffle apparaît de façon intermittente) mais manque de dynamique, et les sons son souvent très étouffés. On tend parfois l’oreille pour saisir quelques dialogues. Cependant, il faut rappeler les conditions de tournage et le matériel utilisé très éloigné des standards de la production cinématographique habituelle, éléments dédouanant Wild Side qui ne pouvait guère faire mieux avec le matériel d’origine.

Suppléments

Elia Kazan Outsider (53 mn, 1982).
Un documentaire signé Annie Tresgot et Michel Ciment consacré à l’un des cinéastes de chevet du directeur de Positif. Elia Kazan revient sur l’ensemble de sa carrière, sur ses origines, ses relations avec son père, sur l’Actor’s Studio, sur chacun de ses films et de ses romans, sur les six projets qu’il souhaiterait terminer avant de mourir (il ne tournera aucun des trois films prévus). Inutile de s’attarder, Elia Kazan Outsider est un document indispensable sur le cinéaste, de bout en bout passionnant. Derrière la caméra, on trouve Michel Brault, occasion pour nous de saluer le plus grand chef opérateur canadien et passionnant réalisateur de Pour la suite du monde (avec Pierre Perrault), des Ordres et des Noces de papier.

Galerie de photos

Filmograpie sélective d’Elia Kazan
Par Olivier Bitoun - le 25 novembre 2009