Menu
Test dvd

Les Révoltés de l'an 2000

DVD - Région 2
Wild Side
Parution : 4 / 6 / 2008

Image

Wild Side est parti d’une bonne copie, où l’on ne décèle que quelques poussières éparses. La photographie très solaire est bien retranscrite sans que les blancs ne soient brûlés. On note la présence ponctuelle d’aliasing sur certains arrière-plans, mais cela reste très discret. La définition est très correcte. On peut parler d’une amélioration notable par rapport au Zone 1.

Son

Deux pistes mono sont présentées, on regrettera l’absence de la piste anglaise, dans laquelle les deux protagonistes parlaient anglais entre eux – cf. le test du Zone 1, qui explique les problèmes de la piste intégralement hispanophone. Partant de là, pourquoi ne pas opter pour une version française qui respecte les différences linguistiques des personnages. Attention toutefois, on note des différences de traduction entre les deux versions, et quelques phrases ont disparu. Les deux pistes proposent un mono sans éclat particulier mais très correct, à l’équilibre respecté entre les voix et la musique.

Suppléments

Wild Side reprend les interviews présentes sur le Zone 1, vous les trouverez chroniquées ci-dessus. Suppléments inédits :

- Serrador vu par… - 26 mn 41 : Guillermo Del Toro (Le Labyrinthe de Pan), Juan Antonio Bayona (L’Orphelinat), Jaume Balaguero et Paco Plaza (REC) parlent ici de l’importance de ‘Chicho’ dans leurs carrières respectives. Bien avant de découvrir ses deux films, ils le connaissaient comme présentateur de télévision, entre autres de l’émission phare Un, Dos Tres ; mais ils semblent surtout avoir été marqués par Mes Frissons Favoris, un programme hebdomadaire dans lequel il présentait classiques et raretés du cinéma fantastique. Une émission qui semble avoir été importante pour eux – un peu comme si les jeunes réalisateurs de films de genre français rendaient hommage à… non, c’est un mauvais exemple. Certains auront la chance de collaborer avec lui sur Historias para no dormir. Ils développent ensuite leur admiration pour La Résidence et Les Révoltés de l’An 2000, détaillant en quoi ces œuvres sont novatrices. Un supplément intéressant, qui respire l’admiration. On relèvera juste une petite erreur de traduction : le titre français de Our Mother’s House de Jack Clayton n’est pas Les Innocents mais Chaque soir à neuf heures.

Le Cinéma Fantastique Espagnol : un historique – 27 mn 49 : Emmanuel Vincenot, historien et universitaire à Tours, survole l’histoire du cinéma fantastique espagnol depuis la figure de Segundo de Chomon, pionnier du genre ; il explique pourquoi la tradition a tardé à s’établir, et évoque El Bosque del Lobo, film censuré pour sa représentation de superstitions ; le réalisateur Jorge Grau évoque à ce propos le rapport entre religion et cinéma fantastique. Emmanuel Vincenot se consacre ici à des personnages aussi importants que Jesus ‘Jess’ Franco, cinéaste pourtant issu du cinéma traditionnel, et Jacinto Molina, plus connu sous le nom de Paul Naschy, éternel interprète du loup-garou – tous deux sont interviewés. Enfin, après le trou noir des années 80, il nous parle de l’émergence des jeunes auteurs des années 90 – Alex de la Iglesia, Alejandro Amenabar, Juan Antonio Bayona, … -, qui parviennent a allier facture hollywoodienne et identité espagnole – production dans la région castillane, utilisation des traditions galiciennes. Didactique et intéressant.

Galerie photos : une trentaine de photos de plateau et d’exploitation, suivies d’une dizaine d’affiches de divers pays.

Filmographie sélective de Narciso Ibañez Serrador.


Bonus caché : cliquez sur le soleil au centre de l’écran du menu, et vous verrez Paco Plaza reprendre Jaume Balaguero sur la question du lesbianisme.

En résumé, une édition satisfaisante – petit bémol : si la nouvelle ligne graphique de la collection Les Introuvables est plaisante, et si on comprend, tout en le regrettant, l’abandon des digipacks, on s’interroge sur l’utilité d’un boîtier épais rappelant les premières éditions doubles à l’aube du DVD alors qu’il ne contient que deux disques superposés. Un petit faux pas du packaging qui sera, espérons-le, corrigé par la suite.



Matériel utilisé : lecteur Toshiba HD-XE1 relié en HDMI à un projecteur tri-LCD Sanyo Z5 et en analogique à un ampli Yamaha DSP-A5 couplé à des enceintes JM Lab Chorus.

Par Franck Suzanne - le 10 juin 2008