Menu
Test dvd

Les Dents de la mer

DVD - Région 1
Universal Pictures Video
Parution : 14 / 6 / 2005

Image

Le master est basé sur des éléments qui n’ont pas fait l’objet d’une restauration en profondeur. Subsistent donc quelques griffures et points blancs. Mais c’est bien le seul reproche que l’on pourra faire à cette édition, tant le rendu de l’image est satisfaisant : bonne définition, couleurs chaudes mais respectant la colorimétrie originelle, compression d’une discrétion totale, sans oublier un léger grain évitant un résultat trop aseptisé.

Son

L’un des intérêts majeur de cette nouvelle édition est de pouvoir profiter à nouveau du mixage mono originel récompensé par un oscar en 1976. Equilibré, intelligible, vif lors des passages musicaux et ne manquant pas de puissance ni de basses, c’est la piste à privilégier. Pour ceux dont les oreilles exigeront un son plus ‘moderne’, l’éditeur propose deux remix multicanaux 5.1, l’un en Dolby Digital, l’autre en DTS. Si ces nouveaux mixages ne dénaturent pas fondamentalement la piste d’origine - à priori, aucun effet n’a été ajouté -, leur coloration est peut-être un peu trop froide. Entre les deux, on optera éventuellement pour le DTS, légèrement plus dynamique et détaillé, mais une fois encore le mono a notre préférence. L’éditeur propose aussi des doublages 5.1 en français et en espagnol. Ils sont de bonne facture, mais certains francophones nostalgiques se désoleront de ne pas retrouver la version française de leur enfance.

Suppléments


Disque 1 :

- Deleted Scenes and Outtakes : présentées en 4/3, ces 13 mn 30 de scènes coupées et prises alternatives comprennent :

- Une courte conversation du couple Brody au sujet des tâches ménagères
- Une version légèrement plus longue de l’interrogatoire du jeune homme par Brody, complétée d’une séquence de découverte du corps de la baigneuse complètement différente.
- L’adjoint de Brody prévient le Maire de la décision du chef de la police de fermer les plages.
- La séquence du bac est plus complète, on y apprend notamment que Brody a été choisi car il n’a aucun lien familial avec Amity.
- Mme Kintner sort de l’hôtel de ville, visiblement bouleversée tandis qu’arrive Quint, dont on ne voit que les bottes dépasser derrière la portière de sa voiture ornée d’un requin, ce qui rappelle un certain conducteur de camion.
- Quint se rend dans un magasin de musique pour y acheter les fameuses cordes de piano que seul le grand blanc peut dévorer. Il en profite pour ‘accompagner’ vocalement un jeune garçon interprétant L’Hymne à la Joie à la clarinette.
- On découvre de nouveaux pêcheurs du Dimanche partant à la chasse au requin. On les voit surtout s’affronter assez violemment pour s’emparer de la dépouille du squale dans une scène assez impressionnante.
- Helen Brody relate à Hooper le massacre d’une mère loutre qu’elle a vu dans un reportage de Cousteau.
- En se rendant à l’autopsie improvisée du requin, Hooper relate à Brody son expérience du téléphone rose.
- L’assistant de Quint refuse de se joindre à la chasse au grand blanc et démissionne.
- Quelques chutes de caméra montrant Roy Scheider ayant de problèmes avec son arme, ainsi que Robert Shaw proposant plusieurs versions de ses cris d’agonie.

La plupart de ces séquences sont dans un état de conservation satisfaisant, mais certaines sont des chutes non étalonnées comprenant même les claps. Elles n’intéresseront guère que les grands amateurs du film, toujours heureux de découvrir de nouveaux plans de Robert Shaw. Il faut toutefois signaler que la séquence de l’affrontement des pêcheurs est assez exceptionnelle et aurait sans doute mérité de figurer dans le montage final, de même que l'amusante scène du magasin de musique. .

- From the Set – 8 mn 40 : conçu pour la télévision, ce document offre plusieurs intérêts : il nous propose bien entendu des images du tournage, mais aussi une interview de Steven Spielberg sur le plateau – à une époque où, comme le souligne le commentaire, les vraies vedettes sont les réalisateurs, on scrute les faits et gestes de ce jeune prodige de 26 ans. Il parle du tournage de Sugarland Express, ce qui n’est pas un mal lorsque l’on voit l’édition minimaliste disponible actuellement, et nous parle de sa façon de travailler avec les acteurs.

Disque 2 :

- The Making of Jaws – 123 mn : Voici donc le fameux documentaire de Laurent Bouzereau, celui pour lequel un grand nombre d’amateurs des Dents de la Mer rachètera cette édition. Conçu à l’origine pour le somptueux coffret laserdisc de la collection Signature, il avait été raccourci de près d’une heure lors de la première sortie du film en DVD : le public généraliste de ce nouveau support n’était paraît-il pas prêt à voir des suppléments de plus d’une heure, au contraire des amateurs de laserdiscs, soi-disant plus ‘cinéphiles’. L’éditeur est fort heureusement revenu à la raison et, peut-être en partie sous la pression des fans, nous propose ce documentaire dans son intégralité. Exhaustif est le mot qui convient : laissant la parole à tous les participants, il revient sur tous les points de la conception du film, de l’écriture du scénario aux retournages ayant suivi la première projection en passant par les problèmes techniques liés au requin mécanique. Steven Spielberg, ses acteurs, producteurs et techniciens ne tarissent pas d’anecdotes. Ceux qui souhaiteraient en apprendre encore plus se plongeront dans le journal de tournage de Carl Gottlieb, ‘The Jaws Log’, mais en l’état ce supplément est une mine d’informations.

- Jaws Archives :

* Story-board : dus à Tom Wright, ces story-boards sont bases sur les premières versions du script en présentent des variantes sur le générique, la mort de la baigneuse et du petit Kintner, ainsi que celle d’un marin ayant disparu du scénario final, et la scène de la cage, qui comporte ici deux versions. Enfin, une nouvelle fin, très proche de ‘Moby Dick’ est proposée. Suivent quelques croquis du requin et le story-board de la confrontation finale telle qu’elle est montrée dans le film.

* Production Photos : de très nombreuse photographies de tournage, couleur et noir et blanc, représentant les acteurs et les techniciens en plein travail, mais parfois aussi lors de moments de détente. Figurent également dans cette rubrique quelques clichés de la première version de la scène de l’étang, ainsi que du tournage en Australie avec de vrais requins. Cette section se termine par une série de photos montrant John Williams dirigeant l’orchestre.

* Marketing Jaws : cette galerie présente quelques exemples de matériel publicitaire – affiches, photos d’exploitation – et d’objets dérives – badges, casquettes,…

* Jaws Phenomenon : vous trouverez ici quelques photos d’exploitation venues d’autres pays, ainsi qu’une série de couvertures de livres et de magazines.

On regrettera toutefois que ces documents ne soient pas présentés en plein écran et que la définition de certains d’entre eux soit un peu trop faible.

Tous ces suppléments sont sous-titrables en français (québécois).

Cette édition du trentième anniversaire est également accompagnée d’un livret d’une cinquantaine de pages. Si les informations qu’il contient se retrouvent dans les suppléments, les photos reproduites sont de toute beauté.

Par Franck Suzanne - le 12 septembre 2005