Menu
Test dvd

Les Amants de la nuit

DVD - Région 2
Editions Montparnasse
Parution : 16 / 11 / 2004

Image

Le master utilisé par les éditions Montparnasse est de toute beauté. Sans être exceptionnelle, la définition est de très bon niveau tandis que les tâches et autres griffures sont quasiment absentes. Malheureusement, en voulant faire tenir environ une heure trente de bonus, une bande son 5.1, des menus animés et le film sur le même disque, la maison d'édition parisienne semble avoir eu les yeux plus gros que le ventre. Lors de la projection du film, il apparaît que le logiciel de lissage a été employé sans aucune modération tandis que la compression a été totalement négligée. Les contrastes n'en subissent pas trop les conséquences, mais on assiste à un festival de pixels : dans les plans rapprochés les visages se figent, les arrières-plans fluctuent et au final on garde le souvenir d'avoir assisté à une version violemment numérisée du film de Ray. Un triste gâchis ...

Son

Le film n'est proposé qu'en anglais, la piste mono a été restaurée et fait preuve d'un beau dynamisme. Les dialogues se détachent avec clarté, les bruits d'ambiance ne sont jamais étouffés et aucun souffle n'est à déplorer. La piste 5.1 propose une spatialisation de la bande son. C'est la musique qui bénéficie essentiellement des effets stéréo et arrière. Les puristes rejetteront cet artifice, tandis que d'autres y trouveront un moyen de mieux s'immerger dans le film !!

Suppléments

Le DVD mis sur le marché par les éditions Montparnasse fait partie de la nouvelle vague de collectors et bénéficie d'un nouveau packaging de très belle facture (fourreau carton type collector Warner). Un livret d'une dizaine de pages est inséré dans la pochette centrale : il contient un texte rédigé par Tom Farrell où il raconte sa rencontre avec Nicholas Ray sur le plateau de We Can't Go Home Again. Ce témoignage n'a pas grand rapport avec Les Amants de la nuit mais reste un document rare et intéressant. Le film et les bonus sont présentés sur un DVD bénéficiant de menus animés et sonorisés. Le chapitrage est disponible via ces menus et contient 15 segments.
La section bonus est composée de trois documentaires :

- I'm a Stranger Here Myself : portrait de Nicholas Ray (43 minutes) :
Ce document d'époque est une rareté que les éditions Montparnasse ont eu la bonne idée d'insérer dans ce DVD (même si nous aurions préféré qu'ils le fassent sur un deuxième disque !!). Réalisé en 1973 par James Gutman et David Helpern, ce portrait de Nicholas Ray est commenté par Howard Da Silva (l'interprète de Chicamaw). Il décrit Nicholas Ray sur le tournage de We can't go home again, film qu'il tenta de réaliser avec ses étudiants de Harpur College. On découvre le réalisateur affaibli par l'âge mais toujours habité par une rage créatrice. Bandeau noir vissé sur l’œil, cheveux hirsutes, Ray est au travail avec ses étudiants. On le voit diriger ses comédiens, tenir la caméra et témoigner de son travail. Il revient également sur certains épisodes de sa carrière mais sans jamais faire preuve de nostalgie. Malgré le caractère amateur de son nouveau projet, il semble toujours habité par cette soif créatrice qui caractérise son personnage. Ce document remarquable est entrecoupé d'interventions extérieures telles que celles de François Truffaut ou Nathalie Wood !

- L'Amour la nuit, entretien avec Bernard Eisenschitz (25 minutes) :
Le critique et historien du septième art, auquel on doit un ouvrage sur Nicholas Ray, revient sur Les Amants de la nuit. Entrecoupée d'extraits du film, son intervention permet de replacer le film dans le genre "film noir" et dans l'histoire du cinéma (réalisé après J'ai le droit de vivre de Fritz Lang que Ray n'avait pas vu) et revient sur la carrière du cinéaste. Il analyse également certaines techniques utilisées par Ray (le gros plan notamment) et sur l'originalité de sa grammaire cinématographique. Cet entretien est très intéressant, Eisenschitz connaît son sujet sur le bout des doigts et en parle avec simplicité et passion. Que demander de plus ?

- C'était un homme étrange, souvenirs de Farley Granger :
Dans ce témoignage, on peut écouter Farley Granger parler de sa carrière et de son travail avec Ray en regardant des extraits du film. Les propos du comédien ne sont pas très passionnants, mais les nostalgiques y trouveront certainement un intérêt sentimental.

Par François-Olivier Lefèvre - le 30 octobre 2004