Menu
Test dvd

Le Troisième homme

DVD - Région 2
Studio Canal
Parution : - / - / -

Image

Cette nouvelle édition doit plus son statut "Collector" à l'imposant documentaire proposé en bonus qu'à la copie, identique en tous points à celle du tirage précédent (2001, déjà chez Studio Canal). Ceci dit, rien de bien dramatique puisque, même si le master aurait bien mérité un petit toilettage de ci de là (points blancs et griffures sur une trentaine de plans), l'ensemble reste tout de même fort honorable, pour ne pas dire de haute volée côté compression et contrastes. Même si l'on pourra chipoter sur quelques plans, étangement gris au milieu de noirs et blancs si bien gérés, le film de Carol Reed trouve ici un écrin à la hauteur de sa réputation.

Son

VO mono de bonne facture et sans souffle intempestif (alors que la VF semble elle un peu plus étouffée). Sous-titres blancs plutôt discrets.

Suppléments

DVD 1 :

Anton Karas à la cithare (2'06" en VOST) : Karas interpréte dans un restaurant viennois deux extraits de sa mythique musique composée pour le film. A noter à ce propos, dans le documentaire sur le second DVD, quelques caricatures d'époque très amusants, moquant gentiment la popularité du "tube" de Karas. Image assez âbimée, sans que cela gâche le plaisir pour autant.

Prologue américain (2'37" en VOST) : analyse en deux pages de textes des différences du montage américain (de 10 mn plus court) et du montage anglais. Présentation ensuite du prégénérique américain, avec comme modification notable une voix-off de Joseph Cotten et non de Carol Reed.

Tournage dans les égouts de Vienne (3') : courte featurette (en VOST) d'époque relatant l'arrivée d'Orson Welles à Vienne ainsi que le tournage en eaux troubles dans les égouts viennois. Amusant.

Le Troisième homme à la radio (28'50" en VOST) : En voilà un petit bonus bien sympathique. Surfant sur le succès du film, Orson Welles - qui avait fait l'erreur de privilégier un salaire fixe à un intéressement sur les recettes - accepta le principe d'un feuilleton radiophonique basé sur le personnage d'Harry Lime. L'épisode proposé ici, Un billet pour Tanger, se déroule surfond d'une simple image fixe et est présenté dans son intégralité. L'occasion de retrouver la voix magnétique d'Orson Welles, qui avait déjà fait des ravages lors de l'adaptation radiophonique de La Guerre des Mondes (H.G Welles) par le réalisateur de Citizen Kane. 30 minutes passionnantes.

Filmographies de Carol Reed, Joseph Cotten, Alida Valli, Orson Welles & Trevor Howard.
Bande-annonce américaine (VOST) et bande-annonce de la réédition (VOST)
Affiches et photos

DVD 2 :

Shadowing the Third Man
(90' en VOST et en 16:9): le gros morceau et la raison d'être de cette réédition. 55 ans plus tard, le réalisateur Frederic Baker revient à Vienne, et mène à son tour une enquête le menant sur les traces du mythique Harry Lime. Voilà un making-of de facture assez classique, ne devant sa relative orignalité qu'au procédé de mise en scène utilisé par le documentariste et consistant à projeter des extraits du film sur les murs de Vienne. L'idée, séduisante mais tout de même assez anecdotique, ne révolutionne donc pas le genre, qui se veut un docu exhaustif sur le tournage du film. En cela c'est une réussite, digne des meilleurs Bouzereau (le mètre étalon du genre) : interviews de Guy Hamilton (auteur plus tard de trois James Bond et assistant-réalisateur sur le film), et de divers autres protagonistes du tournage, archives d'Orson Welles revenant sur son rôle, analyse fouillée du contexte historique, de la collaboration Reed/Greene, du rôle prépondérant de la musique, de l'influence parfois néfaste de Selznick... Tout est condensé en 90 mn classiques mais somme toutes agréables et didactives.

Par Margo Channing - le 4 juin 2005