Menu
Test dvd

Le Trappeur des grands lacs

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : 13 / 11 / 2017

Image

La copie dénichée par les équipes d'Alain Carradore est une jolie trouvaille, presque flambant neuve. Alors certes, on pourra chipoter sur une définition parfois un peu trop douce et quelques discrets scratchs surtout dans les dernières bobines (points bleus, griffures...) mais les amateurs auraient vraiment tort de bouder leur plaisir. La restauration a bel et bien eu lieu et le résultat est convaincant d'autant que les couleurs sont souvent flamboyantes (hormis pour les quelques transparences et nuits américaines assez bâclées, mais tout ceci est dû au film et non à l'âge du master) et que la compression s'avère très correcte. A signaler que le film est anamorphosé en 16/9 sans que le format 1.37 n'ait été sacrifié ; que demander de plus ?!

Son

Une seule piste est disponible, la version originale avec des sous titres-français non débrayables sauf en passant par un logiciel du style VLC. Il n'y a pas grand chose à redire non plus sur la bande-son: il s'agit d'un travail propre et non saturé avec des dialogues clairs et un souffle relativement discret.

Suppléments

Comme Sidonis en a pris la bonne habitude, le DVD se lance avec un trailer d'environ 5 minutes présentant des extraits de tous les DVD et Blu-ray ajoutés au catalogue à l'occasion de cette salve, ainsi que des annonces de films à venir et notamment ici Winchester 73 d'Anthony Mann en Blu-ray pour début 2018. Nous pourrons également voir des extraits des collections films noirs, aventures (deux films d'Allan Dwan) ou guerre (Les Centurions de Mark Robson).

Outre également la traditionnelle galerie de photos, le film est présenté par successivement François Guérif (4 min 31) et Patrick Brion (8 min 11). François Guérif revient d'abord sur le roman de Fenimone Cooper à l'origine du scénario ainsi que sur le personnage de Pathfinder, qui sera le même que celui interprété par Daniel Day-Lewis dans Le Dernier des Mohicans de Michael Mann, pour en arriver à nous avouer à mots couverts - "une curiosité", "une fantaisie hollywoodienne à côté de la plaque"- qu'il a jugé le film très mauvais et qu'il trouve cela d'autant plus triste que roman était d'une implacable précision historique. Patrick Brion s'est révélé souvent meilleur qu'ici où il enfile sans discontinuer banalités et "enfonçages" de portes ouvertes pour conclure sans vraiment nous convaincre que le film, malgré tous ses défauts et le fait qu'on ne pourrait le comparer aux classiques du genre (sans blague !), possède "un certain charme dû à sa naïveté" et à peu de choses près "qu'il faut bien avouer qu'il ne pourra que nous faire passer un moment plutôt plaisant."

Par Erick Maurel - le 2 décembre 2017

Partenariat