Menu
Test dvd

Le Chevalier blanc

DVD - Région 2
Artus
Parution : 13 / 2 / 2006

Image

Le master est peut-être propre, mais il est difficile d’en juger tellement l’édition proposée accumule les défauts : fourmillements, couleurs délavées et baveuses, pixellisations, artefacts de compression, sautes d’images, contrastes inexistants, sautes constantes de chroma, flous… un véritable catalogue ! La deuxième partie du film est bien plus stable au niveau des couleurs, qui deviennent même parfois agréables. Il y a moins de défauts, même si l’on reste bien en deçà de ce que l’on attend d’une édition DVD. L’image semble légèrement recadrée, visible lors du générique. Le master est 4/3.

Son

La bande-son est correcte, assez dynamique, souffrant seulement d’un léger souffle durant tout le métrage. Il y a également une coupure du son vers le premier tiers du film. Attention cependant, il s’agit de MPEG et non de Dolby stéréo. Il convient de vérifier la compatibilité de votre matériel avec ce format.

Suppléments

L’aspect médiéval dans Sigfrido (25 mn). Entretien avec François Amy de la Bretèque, spécialiste du Moyen-âge au cinéma. Ce professeur d’histoire nous parle des différentes adaptations cinématographiques de cette légende, adaptations initiées par Fritz Lang, suivies de deux productions italiennes (aujourd’hui disparues) précédant celle de Giacomo Gentilomo. Si la légende n’a rien de médiéval (c’est une légende nordique, pré-chrétienne) les adaptations cinématographiques sont, elles, ancrées dans un Moyen-âge fantaisiste, syncrétique, anachronique. C’est cette facette que le prolixe historien décortique, expliquant en détail la représentation chrétienne et moyenâgeuse qui prime sur le versant païen et nordique de la légende, ou plutôt qui s’essaie à une étrange friction de ces deux époques. Il s’applique ensuite à montrer à quel point la version de Gentilomo reprend plan par plan certaines scènes du film de Lang, mais met également en avant les quelques spécificités de cette version. François Amy de la Bretèque conseille le film pour son intérêt historique dans le cinéma Italien, symptomatique de la réappropriation, typiquement méditerranéenne par son style, de genres issus d’autres contrées, ici les légendes nordiques, ailleurs le western américain. Un intervenant passionnant et érudit, toujours clair et agréable à écouter.

La légende des Nibelungen (15 mn). Entretien avec Pascal Landes, professeur d’histoire. En un petit quart d’heure vous saurez tout sur la genèse de la légende des Nibelungen par un commentaire détaillé et riche, sans être à quelque moment que ce soit abscons ou ennuyeux. Décidément Artus Films sait choisir ses interlocuteurs !

Les effets spéciaux de Carlo Rambaldi par Luigi Cozzi (7 mn). Le réalisateur et journaliste italien nous décrit sa rencontre avec le grand Carlo Rambaldi, l’un des maîtres mondiaux des effets spéciaux. Il décrit son arrivée dans un antre peuplé d’objets hétéroclites où il découvre stupéfait que Rambaldi était le créateur du dragon Fafnir qui l’avait marqué dans sa jeunesse. Exceptée cette anecdote, ce court entretien n’apporte pas grand chose, ne nous fait pas découvrir de ces secrets d’artisan dont nous sommes friands ni n’éclaire les débuts au cinéma de Rambaldi. On apprend seulement que les effets spéciaux n’étant pas reconnus à l’époque, Rambaldi était un artisan extérieur appelé sur les plateaux pour créer ses créatures, sans voir son travail vraiment reconnu ni son nom sur les génériques. Mais l’histoire rattrapera ces oublis en offrant ultérieurement trois oscars au maître.

Entretien avec Ilaria Occhini (15 mn). L’actrice égraine les souvenirs de tournage, de De Sica à Gabin en passant par De Seta, José Giovanni ou encore Clint Eastwood. Ses débuts au cinéma sous la caméra de Giacomo Gentilomo sont par contre très rapidement évoqués, l’actrice ne gardant que peu de souvenirs de ses expériences dans le péplum et la série B italienne.

Galerie de photos contenant l’affiche et deux photos d’exploitation

Fiche technique

Filmographies de Giacomo Gentilomo, Ilaria Occhini et Sabastian Fischer

Livret de 8 pages reprenant les filmographies, le chapitrage et la fiche technique
Par Olivier Bitoun - le 23 janvier 2006