Menu
Test dvd

Le Bandit

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : 25 / 5 / 2019

Image

Le film d’Edgar G. Ulmer était déjà sorti en 2013 chez l’éditeur dans une édition combo DVD-livret. Hormis le fait d’être désormais proposée en 16/9 au lieu d’en 4/3 (sans que le format du film n’en pâtisse, il n’est pas inutile de le rappeler), la copie est strictement la même que précédemment, soit malheureusement dans un état lamentable qui aboutit à une impression d’ensemble assez défavorable. La copie présente de nombreuses saletés, l’image manque franchement de détails, les couleurs bavent et n’ont aucune vivacité pour un film tourné en Technicolor ; la définition est aux abonnés absents et pour gâter le tout la compression n’est pas bien fameuse. Le film d’Ulmer, qui n’a pas bénéficié de grands moyens, aurait mérité une restauration de qualité.

Son

Comme pour l’image, le son n’a bénéficié que d’une restauration a minima : il y a un souffle presque permanent, des grésillements qui accompagnent souvent les voix. La piste sonore lors de la séquence du cabaret est de très mauvaise qualité : bourdonnements, saturation, etc.

Suppléments

Comme à l’accoutumée pour les films sortis chez Sidonis/Calysta, nous trouvons deux présentations de Patrick Brion et de Bertrand Tavernier, une bande annonce du film et une galerie photos.

Patrick Brion nous explique avec concision ce qui rend ce western relativement atypique dans la production hollywoodienne classique. En moins d’une dizaine de minutes, il évoque le grand thème du film (la terre), les choix scénaristiques, les acteurs, la filmographie d’Edgar G. Ulmer. Bertrand Tavernier revient plus longuement sur ces différents points. Il s’accorde avec Patrick Brion pour souligner la singularité du film au regard du western "traditionnel" et rappelle que le savoir-faire d'Ulmer (son efficacité de conteur, son sens du décor, sa capacité à gérer la modestie du budget) vient aussi de ses expériences antérieures à ses réalisations. Il évoque la genèse du film (notamment la présence d’un "inconnu" crédité au scénario), et sa réception critique (l’article de Truffaut, la présentation de la scène de la douche par Philippe Demonsablon). Tavernier passe en revue les grandes thématiques du film, loue la profondeur des personnages (et s’accorde là aussi avec Brion pour insister sur le personnage féminin particulièrement fort).

Par Benoit Rivière - le 26 août 2019