Menu
Test dvd

La Trilogie marseillaise

DVD - Région All
La Compagnie méditerranéenne de Films
Parution : 14 / 10 / 2003

Image

Malgré la restauration, le master présente toujours des défauts : rayures, tâches, griffures, lignes verticales. La compression et la définition sont bonnes avec cependant quelques passages laissant un peu plus à désirer. Quelques effets de rémanence sont également sensibles. Cela dit, l’ensemble est très satisfaisant, l’image proposée est largement supérieure aux copies diffusées à la télé jusqu’ici. Les noirs et blancs sont bien contrastés, bien appréciables sur Fanny où les jeux d’ombres et de lumières sont souvent utilisés. Sur César il convient de noter des blancs souvent brûlés. On peut par contre déplorer que Marius et Fanny soient toujours proposés dans un format recadré en 1.37:1 au lieu de leur format d'origine en 1.20.

Son

Marius et Fanny font partie des tout premiers films français parlants. Il ne faut donc pas attendre des miracles de la bande sonore ! Les techniques étaient balbutiantes et c’est bien dès son origine que le film présentait une bande son souvent défectueuse. La restauration de la piste son ne pouvait aller plus loin sans dénaturer les voix des acteurs. Aussi il faut passer outre des moments parfois inaudibles mais bel et bien consubstantiels à la fabrication du film lui-même. Souffle et crépitements courent ainsi sur l’ensemble des trois films et les voix sont souvent saturées.

Suppléments

Chaque film est proposé avec sa bande annonce d’origine, une biographie de Marcel Pagnol, des filmographies (Raimu, Pierre Fresnay, Orane Demazis, Fernand Charpin, Alexandre Korda, Marc Allégret ainsi qu’un enregistrement audio inédit de Marcel Pagnol où l’auteur revient sur la genèse de chacun des trois films (Marius 60mn, Fanny 18mn, César 10mn). La belle voix de Marcel Pagnol, conteur hors pair, nous fait revivre sa redécouverte de Marseille après cinq années à Paris et la naissance de Marius. Drôles, emportés, ces textes audios se suivent avec un plaisir de chaque instant tant Pagnol brille à faire vivre les scènes et les anecdotes.

Un quatrième DVD est consacré aux nombreux suppléments :

Autour de la trilogie (Sous-titres anglais disponibles). Entretiens avec Patrick Brion, Jacques Siclier, Karin Hann (auteur d’une thèse sur Pagnol), Guy Morel (biographe), Bernard De Fallois (éditeur et ami de Pagnol), Pamela Klein (docteur es lettres UCLA). Réalisation de Nicolas Pagnol.

Du théâtre au cinéma (11’30) : Les différents intervenants reviennent sur la genèse de la trilogie. L’éloignement parisien qui fait naître l’amour de Marseille à Pagnol, la manière dont les pièces s’inscrivent dans un nouveau courant théâtral, Pagnol se détachant des pièces de Gireaudoux par exemple, par une approche qui semble moins littéraire, une approche plus directement théâtrale, et enfin le succès populaire de Marius au théâtre puis le passage de Pagnol au cinéma.

La Bataille du parlant (7’30) : Où l’on évoque le talent visionnaire de Pagnol face à l’apparition du parlant, ses difficultés face aux réticences de la profession et la dure réception de ses œuvres cinématographiques par la critique de l’époque, toujours dévolue à l’art du muet.

La Paramount (9’30) : Les intervenants nous expliquent la politque de la Paramount qui investit énormément à l’étranger afin de percer dans les marchés extra américains et la manière dont Pagnol réussit à décrocher un contrat avec le studio, unique dans l’histoire et dont le seul équivalent sera celui qu’Orson Welles obtiendra des années plus tard. Le choix des acteurs et toutes les décisions finales lui reviennent et si Pagnol accepte qu’un autre que lui mette en scène c’est bien dans l’idée d’apprendre le métier.

Le Style (13’30) : Sur le génie des dialogues de Pagnol, conteur intarissable, amoureux transi du verbe. Pamela Klein met l’accent sur les titres des films qui chacun, explicitent le thème de la trilogie marseillaise qui est la menace qui plâne sur la communauté du vieux port. Marius d’abord, qui met en danger la communauté par sa soif d’ailleurs, Fanny ensuite qui refuse de se marier à Panisse et par là de donner naissance à un enfant sans père, César enfin qui peut dissoudre cette communauté en refusant de céder sa place.

La Tribu du Vieux Port (11’45) : Sur les figures clés de l’œuvre de Pagnol. Dans la trilogie il y a les « personnages » qui portent le temps qui passe et les « héros » qui portent la tragédie. Dans l’ensemble de ses films, il y a souvent des parents veufs et de l’amour filial montré de manière pudique et émouvante. C’est l’enfant autour duquel tourne l’essentielle de son œuvre. C’est autour de lui que gravitent les autres personnages, les drames et les amours.

Pagnol cinéaste (9’) : Sur César, Pagnol laisse libre cours à son désir de liberté. Tourner dans la rue implique des défauts techniques, des erreurs ? Pagnol n’en a cure, « ça fait partie du cinéma», il en faut de l’imprévu pour faire vivre un film ! Pagnol préparait tout, contrôlait tout, de manière totalement indépendante.

Retour sur la trilogie (7’30) : Sur les éléments dramatiques et esthétiques qui crééent la continuité entre les trois films qui, il faut le rappeler, n’étaient pas prévus par Pagnol comme une trilogie. Chaque intervenant vient ici conclure ces passionnants entretiens

Les Photos. Environ soixante dix photos tirées des films, et une quinzaine de photos de tournage.

Les Critiques de Fanny et César de journaux de l’époque : pour Fanny Hebdo film, Le Quotidien, Paris-midi, La semaine cinématrographique, Spectateur ; pour César : A la page, La Catho, Pour vous, Beaux-arts, Cinéma spectacle, Paroles et musiques. Au milieu des critiques dythirmabiques de nombreuses attaques sur le « non cinéma » de Pagnol, surtout sur le dernier volet de la trilogie, mélodrame grossier, dialogue intolérable…

Les Affiches et les publicités. Les nombreuses affiches des trois films déroulent sur la musique du film (2mn40), un livret de présentation de la trilogie est reproduit, Dix-sept affiches publicitaires d’époque sont proposées et pour terminer sept photos d’exploitation originales coloriées au pochoir.

Sélection d’ouvrages de, ou sur, Marcel Pagnol.

Par Olivier Bitoun - le 27 décembre 2006