Menu
Test dvd

La Ruée sanglante

DVD - Région 2
Sidonis / Calysta
Parution : 23 / 1 / 2018

Image

Une sympathique rareté dénichée par les équipes d'Alain Carradore que cette Ruée sanglante ; elle nous est proposée au sein d'une copie qui fait certes son âge mais qui s'avère néanmoins plutôt vaillante. Les plans les plus ternes sont en fait des stock-shots, le reste possédant une colorimétrie tout à fait convenable ainsi qu'une définition correcte. Rien de miraculeux à en attendre, mais niveau image ce DVD se sera révélé être une plutôt bonne surprise d'autant que le travail de numérisation est loin d'être honteux. A signaler que le film a été anamorphosé en 16/9 sans cependant que le format cinéma 1.37 n'ait été modifié.

Son

Deux versions nous sont offertes, une version française d'époque plutôt très correctement doublée ainsi qu'une version originale aux dialogues clairs et sans trop de souffle. A signaler que les anglophiles ne pourront pas enlever les sous-titres sauf en visionnant le DVD par l'intermédiaire d'un PC avec un logiciel du type VLC.

Suppléments

Comme sur toutes les précédentes salves, un trailer de toutes les sorties de cette même fournée se lance immédiatement avant d'en arriver au menu, cette fois précédé d'un prologue assez "curieux" proposé par Olivier Minne. Sinon, outre une galerie de photos - exclusivement composée d'affiches -, on trouve le film présenté par François Guérif (7 min 49) et Patrick Brion (8 min 01). François Guérif, qui pense que ce film n'est jamais sorti en France par manque de têtes d'affiche, est agréablement surpris par le fait qu'il souligne avec entêtement la bêtise des officiers de l'armée américaine, se réjouit de ce point de vue adopté ainsi que de quelques séquences comme celle du bivouac superbement cadrée. Regrettant des personnages féminins mal écrits et un robert Francis fadasse, il pense néanmoins avoir fait une belle découverte en visionnant ce western peu connu. Patrick Brion, en revanche, parle d'un film mineur, "attachant et un peu intéressant, sans plus" et d'une intrigue pas vraiment nouvelle contant le conflit entre médecins et officiers dans l'armée américaine : comme si nous avions déjà souvent eu l'occasion de tomber sur ce genre d'histoires au sein du genre si ce n'est effectivement dans The Horse Soldiers (Les Cavaliers) de John Ford qui lui est d'ailleurs postérieur. Son hommage à Robert Francis est bien plus intéressant.

Par Erick Maurel - le 6 janvier 2018